AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeSam 14 Nov - 16:41

Parfois, il fallait peu pour que le bonheur soit fort, si fort qu’il occulte tout ce qui était dérangeant, tous les défauts qui sautaient au visage, ces blessures qui ne se refermaient jamais. Parfois, il suffisait d’une main enlacée dans une autre, les doigts fermement accrochés à ceux de son voisin. A ceux d’une Fille Sauvage. Il était évident que Clarke tentait de cacher son sourire, qui celui-ci, s’il ne pouvait s’exprimer sur ses lèvres, ni sur ses joues, s’était réfugier dans les éclats bleutés de son regard. Elle n’en était pas vraiment conscience. Elle n’aurait pas osé en avoir conscience – s’en serait suivi une culpabilité indésirable. Pourtant, pour une fois, depuis de longs jours, Clarke était paisible, et elle fut même presque persuadée, que ça irait, qu’importe ce que le futur leur réservait. Elle avait accepté l’invitation de Lexa de continuer à discuter à propos des faucheurs, de ce qu’il adviendrait d’eux. Alors, dès qu’elles avaient commencé à s’éloigner du coin un peu à l’écart où ils ramenaient à la raison les dévoreurs de chaire, Clarke avait repris son explication, sur les groupes anonymes, expliquant du mieux possible, pour que Lexa comprenne exactement de quoi il était question. Et pendant tout le trajet jusqu’au centre de l’avant-poste, elle n’avait pas lâché la main de Lexa. C’était inconscient et terriblement capricieux, car elle était vraiment prise dans la conversation. Mais elle sentait cette main chaude dans la sienne et elle ne prêtait pas attention à ce qu’il y avait autour d’eux. C’était assumé, comme le fait que ses doigts dessinaient des formes qui n’existaient pas sur la peau qui se trouvait contre la sienne.

Pour peu, elle ne ressentirait plus la douleur de son épaule gauche. C’était facilement occulté, même si ça restait un rappel constant à la réalité. Ça lui empêchait de perdre pied, de se voiler la face trop longtemps. Ainsi, au moment où la tente du commandant fut en vue, la question qui la taraudait depuis quelques minutes lui échappa. « Tu vas rentrer à Polis ? » Ça sonnait moins comme une question. Clarke connaissait la réponse. Comme elle savait pertinemment qu’elle ne serait jamais un élément suffisant pour que Lexa reste ici. Elle n’était pas assez égoïste, elle reconnaissait la place que Lexa avait dans son peuple, heda et unificatrice des 12 clans. Elle voulut se pincer l’arête du nez, mais son bras gauche ne répondit qu’en un élan de souffrance. Autant pour les réflexes gestuels. Elle pinça les lèvres, abaissant la tête en pénétrant dans la tente de la Fille Sauvage. Là, elle marqua un temps d’arrêt, embrassant la vue. « J’ai l’impression que ça fait une éternité que je ne me suis plus trouvée ici. » Ce ne fut qu’un murmure. Elle se voyait encore passer l’entrée dans le sens inverse, d’un pas pressé pour retrouver Poney et sa monture, pour se rendre jusqu’au camp Jaha – ou tenter de s’y rendre. Quelque part, c’était bien une éternité qui s’était terminée. Avec la mort de Cage, c’était une ère qui avait pris fin. C’était un nouveau commencement, où tous auraient une place ; Clarke veillerait personnellement à ce que ça soit le cas.

Mais aucune grande décision ne serait prise en cette fin de journée. Persuadée de cela, elle lâcha les doigts de Lexa, ne se séparant pas vraiment d’elle, sa main remontant jusque la joue de son vis-à-vis. Il y déposa une douce caresse, avant d’offrir un baiser, sensible et fébrile, sur les lèvres de la brune. « Ca aussi, ça faisait une éternité. » Ca aussi, ce ne fut qu’un murmure.

_________________

healing



Dernière édition par Clarke Griffin le Dim 28 Fév - 14:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeSam 14 Nov - 18:59

Les choses étaient parfois bien trop compliquées alors qu’elles auraient du être simplifiées par une victoire. Mais non, la paix complefixiait les choses, tout comme l’alliance rendait les choses plus tendues qu’elles n’auraient du l’être. Lexa devait penser à tout ça, et penser à bien plus encore. Pourtant alors qu’elle avait la main de Clarke dans la sienne – comment l’avait elle attrapée ? Etait-ce un acte d’elle, ou de la blonde a ses cotés ? Elle ne l’avait meme pas réalisée, tant tenir Clarke était devenu naturel pour elle – elle se sentait capable de déplacer des montagnes. Elle n’était pas seulement l’Heda des terriens, elle était une jeune femme qui se sentait heureuse que la personne a qui son cœur tenait soit en vie à ses cotés. Ses doigts ressentaient la chaleur de ceux de la blonde, et son cœur se nimbait de cette chaleur la. Tout allait bien. Tout irait bien. Bien sur c’était vain, c’était la une succession de pensées stupides qu’elle n’avait pas le droit d’avoir. Et pourtant, alors que Clarke lui parlait des groupes de soutiens, et de ces choses la, elle se sentait bien. Bien sur, elle trouvait que l’idée était bonne, et elle avait gratifiée la céleste de quelques mots d’encouragement. Elle en parlerait lors d’un conseil assurément. Mais il y’avait autre chose. Il y’avait cette sensation qu’elle ne pouvait pas s’enlever. Elle enlevait Clarke au monde pendant quelques instants.

La sensation se fit plus forte alors qu’elles étaient en vue des tentures qui gardaient l’entrée de ce qui était son chez elle depuis bien trop de temps maintenant, et elle ne lâcha pas Clarke. Si ça ne tenait qu’a Lexa elle ne la lâcherait jamais. A part que la question était la, et elle frissonna. « Tu vas rentrer à Polis ? » C’était la. Cette sentence cruelle. Cette question qui n’en était finalement pas vraiment une, planant dans l’air comme une menace que tout encore pouvait se casser. Et Lexa se contenta d’hocher la tête doucement. Il y’avait encore des choses a dire. Il y’avait encore des choses à régler. Et des promesses qui devraient être honorées, assurément. Ca viendrait. La conversation viendrait la dessus, elle le savait.

Pour le moment, c’est en silence qu’elles rentrèrent dans la tente, et les yeux de Lexa trouvèrent ceux de Clarke. « J’ai l’impression que ça fait une éternité que je ne me suis plus trouvée ici. » son regard s’assombrit, chargé de sentiments multiples alors qu’il se posait sur le visage doux de sa compagne. – l’Etait elle ? Pouvait elle l’appeler ainsi ? - « J’ai cette impression la également. Les jours ont été long. » C’était le plus sentimental qu’elle puisse faire. Elle n’était pas une poétesse ou une fille sensible qui irait dire que les jours sans elles duraient des mois. Mais c’était le cas. Ils avaient été long. Et trop courts a la fois car ils avaient été chargés. Et Lexa ne les changerait finalement pour rien au monde, car ils avaient permis la victoire, la libération. Et désormais que Clarke était en face d’elle, elle avait l’impression qu’ils n’avaient jamais existés. La douleur partait. Laissant certes place à la méfiance. Pas envers Clarke non, mais envers ce que son cœur pouvait ressentir, la souffrance qu’il pouvait lui infliger. Mais une méfiance avec la quelle elle apprendrait à vivre. « Je m’étais habituée à ta présence ici. » Et ici, dans l’intimité, Lexa pouvait être Lexa. Alors même si la main se lâcha, si leurs doigts se quittèrent, elle sentit la suite de la caresse avant qu’elle n’arrive, et sans être en reste, elle glissa sa main ainsi libérée sur la hanche de Clarke pour l’attirer vers elle, répondant au baiser sur ses lèvres, avec tendresse et peut être trop d’émotions.

« Ca aussi, ça faisait une éternité. » C’est un presque sourire qui se glissa sur les lèvres de la fille du sol, tandis qu’elle venait chercher à nouveau les lèvres de Clarke. « Je… » Mais elle ne trouvait pas les mots, alors le murmure se perdit au coin des lèvres, tandis que serrant Clarke contre elle, elle l’embrassa a nouveau, avec d’avantage de fougue. Comme si c’était sa manière d’exprimer tout ce qu’elle avait pu ressentir. Tu m’as manquée. J’ai eu peur. Je tiens a toi. Quelque chose comme ça.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeSam 14 Nov - 21:59

Cela faisait longtemps que la notion de ‘maison’ avait disparu du vocabulaire de Clarke. Dans l’espace, elle revoyait encore son foyer, l’espace du salon où elle avait regardé de vieux films avant l’exode dans l’Arche. Elle revoyait le bureau de son père, l’imaginant sans mal travailler sur une pièce récalcitrante. La bibliothèque où sa mère avait envahi la plus grande partie des étagères. La familiarité qu’elle ressentait pour le lieu avait disparue avec son père. Ensuite, il y avait eu la navette des 100 qui pendant plusieurs semaines avaient abrités les délinquants et que tous avaient tentés de défendre, du mieux possible. Après la capture par le homme de la montagne, ça n’avait plus jamais été le même, quand le vert de la nature avait été carbonisé, recouvrant le paysage d’un gris similaire à celui de l’Arche. A présent, c’était idiot de pensé ainsi – elle le savait, elle s’était même sermonnée plusieurs fois à ce propos -  ce qui ressemblait le plus à un ‘chez soi’, c’était cette tente. La table de guerre, sur laquelle elle avait cogité pendant de nombreuses heures. Le trône du commandant, autour duquel elle avait souvent gravité. Le mobilier qu’elle connaissait si bien, la chaise où elle avait pris l’habitude de déposer ses affaires, le lit qu’elle n’appréciait que de trop. Mais surtout, il y avait Lexa. Home is where the heart is. Assurément, Clarke savait où était son cœur.

« Les jours ont été long. » Elle hocha la tête, le sérieux revenant sur ses traits pendant quelques secondes, où elle se remémora ces fameux jours, passées dans les entrailles de la montagne. « Je suis désolée. » Ce n’était pas la première fois qu’elle s’exprimait, mais elle regrettait, vraiment, ce qu’il s’était passé. Elle aurait dû être plus attentive, plus prudente. De l’attaque, elle n’en gardait qu’un souvenir flou empli d’une fumée rouge. Elle n’avait rien pu faire. Ce n’était pas pour ça qu’elle demandait pardon. C’était pour la peine qu’elle avait causé à Lexa. Elle le savait. La Fille Sauvage restait comme elle était, malgré son air impartial, Clarke savait ce qu’il y avait sous les peintures de guerres – qu’elles soient présentes ou non. « Je n’ai pas chercher te causer de la peine. Jamais. » Clarke voulait prendre beaucoup de chose, chez Lexa, la dépouiller de nombreux sentiments. Mais elle ne cherchait pas à blesser la brune. C’était impensable. C’était inévitable, malheureusement. Elles étaient ainsi faites, à courir dans la destruction personnelle. « Je m’étais habituée à ta présence ici. » Elle sourit, la fille du Ciel, offrant un premier baiser à Lexa, alors qu’elle sentait les mains de sa partenaire sur son corps. Une douce chaleur inonda le cœur de Clarke, alors qu’elle appuya sa tête sur la base de la mâchoire du commandant. Quelques paroles furent échangées et le monde commença à tourner sur lui-même quand un autre baiser se joignit sur leurs lèvres.

Sa main droite – le bras gauche toujours au chaud dans son attelle – s’agrippa au col de Lexa, répond à ce besoin de proximité qui avait été tut pendant si longtemps. Clarke s’éloigna l’espace de quelques secondes, pour reprendre son souffle, et relança le geste d’affection, le geste de manque. Mais l’échange, aussi long serait-il, ne serait jamais suffisant pour combler ce qui avait été pris. Finalement, après un temps qui ne comptait plus, qui n’avait vraiment aucune importance, Clarke prit un pas en arrière, légèrement essoufflée, les joues empourprées de ces retrouvailles. « Toi aussi tu m’as manqué. » Conclu-t-elle avec un sourire fier, alors que ses doigts se défaisaient du tissu qu’elle avait pris en otage, s’échappant en une longue caresse qu’elle laissa courir sur le torse de la Fille Sauvage. « Et cet endroit m’a manqué. » Dire que tout ceci n’était que temporaire… Elle n’y pensa pas, alors qu’elle s’enfonçait un peu plus dans la tente, retrouvant ses repères, plus particulièrement sur une peau d’ours bien connue.

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 15 Nov - 11:36

« Je suis désolée. » Lexa laissa le silence s’instiller entre elle comme une sorte de poisson corrosif qui rongeait quelque peu sa détermination. Elle savait au fond d’elle, pourquoi Clarke était désolée, et elle était partagée. Parce que oui, elle n’aurait jamais du laisser Clarke prendre cette place la pour elle, elle n’aurait jamais du ouvrir son cœur de la sorte. Mais non. Elle ne pouvait pas en vouloir à Clarke. Jamais finalement. Au début oui, elle avait été tentée de revenir dans les travers qu’Anya lui avait enseignés. L’Amour était une faiblesse. Une faiblesse oui. Mais Indra – oui, Indra entre toutes, - lui avait finalement fait voir le « bon coté » des choses si l’on pouvait dire. Alors Lexa avait accepté de considérer l’amour comme une force. Considerer ce qu’elle ressentait pour Clarke, comme la force intérieure qui lui manquait peut être. Et elle s’était résolue à la sauver, à ne pas se plaindre, à laisser la douleur la heurter oui, mais sans qu’elle ne soit incapacitante. Alors non, elle n’en voulait pas à Clarke. Elle ne lui en voudrait jamais finalement. Elle avait accepté ce qu’elle ressentait. Point. Elle mit cependant un moment à réagir peut être, car Clarke clarifia. « Je n’ai pas chercher à te causer de la peine. Jamais. » Un sourcil s’arqua, le regard de la brune – si jeune peut être sans ses peintures de guerre – se planta avec sérieux et détermination dans celui de sa compagne. « Je le sais. » Un bref instant de silence. « Certaines choses ne sont finalement pas seulement des faiblesses. Il arrive qu’elles soient des forces. » Ca voulait dire ce que ça voulait dire et Clarke le comprendrait certainement. Du moins, Lexa l’esperait, car il y’avait des mots encore qu’elle ne savait pas dire, qu’elle n’osait pas dire. Aussi force qu’ils puissent être.

S’échangèrent quelques baisers. Tendres tout d’abord. Et plus forts peut être ensuite. Transportant avec eux tout ce que Lexa jamais – y’avait il réellement un jamais ? – n’oserait finalement dire. Les lèvres de Clarke, la présence de la blonde – chaleureuse, vivante – à ses cotés, fit battre son cœur d’une cadence insoupçonnée. Ca lui avait manqué. Vraiment. Tout lui avait manqué, et l’idée que plus tard, elle doive repartir à Polis, sans Clarke lui brisait probablement quelque chose à l’interieur. Elle garda ceci sous silence encore. « Toi aussi tu m’as manqué. » Le sourire sur le visage de la fille des Etoiles était fier, et Lexa frissonna presque. – Frissona totalement - . « Et cet endroit m’a manqué. » Et elle savait Lexa que cet endroit ne durerait pas. Qu’il faudrait bientôt plier bagages. Pourtant, elle voulait juste profiter du temps qu’elles avaient encore ensemble. Alors elle se laissa tomber aux cotés de Clarke sur la peau d’ours, encore malgré elle, malgré ses actes, un peu rigide. Assise droite, fière et peut être un peu perdue aussi.

Machinalement elle attrapa un pan de la peau d’ours, et reprit la parole, sans vraiment regarder Clarke. « Tu pourrais venir avec moi. » Un temps de silence. « A Polis je veux dire. Pour visiter ? » Elle se mordit la lèvre, fixant un point dans le vide dans le tente. « Je te l’avais proposé après tout non ? » Elle refusait de regarder les yeux de Clarke, quand celle ci refuserait.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 15 Nov - 16:25

Parfois, il y avait des évènements qui ne pouvaient être évités, qu’importe les efforts qui étaient fournis. Comme si c’était déjà écris, ou qu’une force invisible de dressait sur le chemin. Ils pouvaient faire de leur mieux, que ça ne serait jamais suffisant, toujours inatteignable. Lentement, Clarke se faisait à cette notion, acceptant le fait qu’il y aurait un impossible qui se dresserait. Il était amusant de remarquer qu’elle se familiarisait à cette idée, petit à petit, après une victoire. Elle comprenait, qu’il y aurait toujours des pertes, des échecs. Pour autant, ça ne voulait pas dire qu’elle abandonnerait – non, elle se battrait les flancs, se battrait à sang pour obtenir ce qu’elle désirait, ce qui devait être fait. Elle se faisait à l’idée qu’il y avait de l’irréparable dans ce monde, des évènements qui seraient hors de contrôle. Un jour, elle arriverait à se retirer de cette culpabilité constante qui pesait sur ses épaules. Ce n’était que le début, et il y avait ce mélange de contrariété qui était encore présent. Elle avait déjà demandé le pardon à Lexa, mais ça n’avait été qu’en surface, incapable de se confesser entièrement, si ce n’était pas dans l’intimité de ce lieu. Ici, elle s’appuyait sur la proximité, pour exprimer ce qui n’avait pu l’être la veille. Elle sentait la respiration de la Fille Sauvage sur son visage et elle se laissa capturer par ce regard gris, s’égarant l’espace de quelques secondes dans les prunelles du commandant. « Certaines choses ne sont finalement pas seulement des faiblesses. » Ce fut à son tour de hausser un sourcil. « Il arrive qu’elles soient des forces. » Clarke sourit, simplement et sincèrement. Elle pencha la tête en avant, pour appuyer son front sur l’épaule de Lexa, son bras valide passant dans le dos de cette dernière pour l’enlacer. C’était un peu gauche, mais elle voulait sentir Lexa conte elle. « Je vois. » C’était doux, terriblement apaisant. C’était tout. Car ça se suffisait en elle-même, la déclaration de la brune.

C’était doux, oui, ce qui gonflait dans le cœur de Clarke, alors que les retrouvailles se ponctuaient de baisers et que, inévitablement, elles se retrouvèrent sur le lit et sa peau d’ours. La fille du Ciel passa ses doigts dans la douce fourrure du trophée de chasse, tout en jetant un coup d’œil amusée au commandant. Toujours aussi rigide. Alors, elle abandonna la peau de l’animal, pour poser délicatement ses doigts sur la jambe de Lexa, restant là, calmement en une présence chaleureuse. « Tu pourrais venir avec moi. A Polis je veux dire. Pour visiter ? » Il y eut un frémissement, qui se remarqua par une hésitation dans son geste. Ça ne dura qu’une fraction de seconde, puis ses doigts se firent plus présent encore sur la cuisse de Lexa. « Je te l’avais proposé après tout non ? » Elle sourit un peu Clarke, avant de se pencher vers la brune, pour tenter de capter son attention. « C’est vrai que tu me l’avais proposé. » Elle s’en souvenait, même si elle n’avait jamais conçu, à cette époque-là, qu’ils survivraient à la bataille. Elle embrassa la joue du commandant, pensive, avant d’appuyer de nouveau sa tête sur l’épaule de sa compagne. « Je ne pourrai pas partir après le banquet. » C’était brisé, sur la fin de sa phrase, alors qu’elle poussait un maigre soupir, captant le parfum de Lexa.

Elle étira ses jambes et avec un semblant de dextérité se libéra de ses chaussures en quelques gestes. Puis, elle appuya de tout son poids sur Lexa pour la forcer à s’allonger, ne pensant guère aux potentielles blessures gagnées lors du combat. Ainsi appuyée sur son bras valide, surplombant Lexa de quelques centimètres, une cascade blonde tombant sur son visage, Clarke n’arrivait pas à réprimer son sourire espiègle. « Mais ça ne veut pas dire que je ne viendrai pas, plus tard. » Le défi brilla, électrifiant son regard. « Si Heda veut bien de sa force, s’entend. »

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeSam 21 Nov - 11:11

Ce moment d’intimité dans la tente de la commandante, Lexa devait avouer en avoir éventuellement révé pendant les moments où Clarke était prise par la montagne, et même après, après la libération. Ca n’avait certes été que des fugaces pensées. Elle n’avait pas le temps de s’attarder la dessus, pas le droit non plus. Et pourtant, désormais qu’elles étaient la, Lexa ne savait plus spécialement ce qu’elle devait faire, devait dire. Elle était lessivée, comme si des mammouths – ces anciennes créatures gigantesques, elle en avait vu dans les livres – lui étaient passés dessus. Les alliances post guerres lui prenaient un temps fou et toute sa volonté, et elle n’avait pas chomé depuis la libération de la montagne. Pas un moment pour elle seule, pas un moment de calme, pas…. En un mot comme en milles, elle était épuisée. Et c’est probablement ce qui la poussait à autant d’honneteté envers Clarke. Ce qui avait fait tomber peut être quelques barrières. Une déclaration fut lancée, sans qu’elle ne puisse s’en empêcher, et la chaleur maladroite de l’étreinte de Clarke, fut suffisante à ce que tout aille mieux.

Mais rigide sur le lit, des barrières revenaient alors qu’une proposition fut offerte. La peur de la réponse, et peut être d’un refus qui viendrait – elle le savait. Et ça comptait pour elle, montrer Polis à Clarke, et lui expliquer tout ce qui était sa vie, son histoire. Clarke se rapprocha un peu plus, serra sa cuisse et déposa un baiser sur sa joue qui avait l’amertume des excuses qui ne seraient pas prononcées. Et Lexa sut. Avant même que Clarke ne réponde. « Je ne pourrai pas partir après le banquet » Parce que Clarke était comme elle, chargée de responsabilités. Parce que Clarke était le commandeur de son clan, que les autres le veuillent ou non, et sa présence ici était requise. Au départ Lexa ne répondit pas spécialement et gardant le silence, elle cherchait une meilleure façon de réagir que de bouder comme une enfant triste. Ca ne lui collait pas. Alors elle restait un peu figée, comme elle l’avait été, et elle…

Elle n’eut pas spécialement le temps de réagir autrement que Clarke l’attirait sur le lit d’avantage, la forçant a prendre une position allongée, qui lui tira une grimace du a la blessure qu’elle avait gagnée au combat. C’était moins grave que celle de la fille du ciel peut être, mais elle n’en était pas moins encore douloureuse. Ce n’était pas grave. Elle cacha bien vite la grimace sous son visage usuel, habituée qu’elle était à surmonter les douleurs, et laissa Clarke prendre la position qu’elle voulait, glissant elle même une main dans ses cheveux blonds pour libérer son sourire et ses yeux visiblement joueurs. « Mais ça ne veut pas dire que je ne viendrai pas, plus tard. » Un sourire se glissa en traitre sur le visage de la fille sauvage. « Si Heda veut bien de sa force, s’entend. » Et pour toute réaction la blonde gagna un baiser, tandis que la main de Lexa se stabilisait dans son dos pour la garder contre.

« Tu seras la bienvenue. » C’était sobre. Mais elle était Lexa, elle ne pouvait pas se permettre des déclarations d’adolescente libre. Elle devait rester moderé dans chacun de ses propos. « Je songeais à re-créer un conseil, avec des représentants de chaque clans, ainsi que des représentants de ton peuple. » Et finalement même dans le repos elle pensait toujours à ça, au futur, à ce qu’elle devrait faire. « Qui me conseilleras-tu ? » Ou peut être qu’entre deux baisers, ce n’était pas le meilleur moment pour parler de politique.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 22 Nov - 17:35

Clarke, si elle n’avait pas été profondément attachée à la Fille Sauvage, aurait été déconcertée de l’aisance avec laquelle elle chassait les pensées sombres de Lexa. C’était ainsi, une dynamique qu’elle ne s’expliquait pas parfaitement. Elle rejoignait la brune, sur un niveau humain, où elle n’avait de cesse de se surprendre, quand elle y repensait, beaucoup plus tard, la nuit, quand ses pensées n’avaient aucune distractions pour se dissimuler. Alors qu’elle ne s’estimait plus que bonne à commander les autres, avec Lexa, c’était différent. Peut-être parce que, le commandant aussi, faisait ça à longueur de journée. Et quand il n’y avait plus rien à diriger, était-ce ce qui restait, de l’affection à n’en plus finir, une patience qui lui rappelait douloureusement les jours qui passaient et l’inévitable vers lesquelles toutes se rendaient ? La réflexion lui échappa, battant des cils avant de se faire embrasser, là où elle offrit un sourire contre les lèvres de Lexa. « Tu seras la bienvenue. » Elle se mordit la lèvre et hocha la tête, ainsi penchée vers sa compagne aux jours comptés. Clarke n’avait aucune idée du temps que ça prendrait, mais elle mettrait tout en œuvre pour se rendre jusque Polis. Maintenant, elle n’avait plus de raison d’empêcher sa mère de régner sur le Camp Jaha (oui, elle se berçait d’illusion pour ne pas gâcher ce moment. Elle savait qu’au moindre séjour prolonger sur les ruines de l’Arche, qu’elle serait bien incapable de se soumettre aux idées d’Abby. Clarke était faite pour mener, et non pas se faire dicter son comportement).

« Je songeais à re-créer un conseil, avec des représentants de chaque clans, ainsi que des représentants de ton peuple. » Elle hocha la tête, perdant son attention dans les iris de Lexa, étudiant le gris de son regard, les éclats de lumière qui dansait dans ceux-ci. Elle s’intéressa à la peau du commandant, détaillant ses pommettes, vers lesquelles elle se pencha, déposant un baiser furtif sur le coin des lèvres du commandant, avant de laisser courir son nez sur le visage de cette dernière, retrouvant la présence qui lui avait terriblement manqué (et d’autant plus terrible, que Clarke s’était longtemps interdite de penser à Lexa, quand elle était dans le ventre de la Montagne, car rien ne l’aurait ramenée ici, dans le superflus du manque de l’autre). Elle retrouvait le parfum de Lexa, l’électricité qui s’éveillait dans son corps, à chaque fois qu’elle était à ses côtés, la familiarité de sa main dans son dos, l’odeur de sa respiration, la prononciation de son anglais, la manière d’accentuer une syllabe, plutôt qu’une autre. « Qui me conseilleras-tu ? » Clarke expira au bord de l’oreille de Lexa, là où son visage avait échoué. Elle se redressa un peu, gardant le silence de longues secondes. Elle aurait pu dire qu’elle n’avait pas son mot à dire, car dans tous les cas, la chancelière au pouvoir tiendrait à avoir le dernier mot. Mais Clarke savait que son opinion avait de l’importance pour la Fille Sauvage – sinon la question n’aurait même pas été posée.

Finalement, elle se redressa, s’installant en tailleur. Elle étira un peu le bras sur lequel elle s’était appuyé, avant de poser sa main sur le menton de Lexa, ses doigts descendant lentement sur son cou, en une caresse distraite. « Marcus pourrait convenir. C’est un ancien conseiller, chez nous. » Elle plissa un peu les lèvres. Elle n’avait pas approuvé ses choix, dans l’espace, mais il avait prouvé sa valeur ici, sur Terre. Comme tous les criminels qui avaient été envoyés ici en colons, étaient finalement devenus des êtres de valeur. « Il n’oubliera pas de protéger les avantages du skaikru. » C’était pour ça qu’Octavia n’aurait pas convenue. Car elle avait une rancune permanente contre l’Arche. « Et il sera bien l’un des rares que ma mère ne rechignera pas trop à laisser partir. » Son regard, à présent, était sur la clavicule de Lexa, où ses doigts avaient finis sa course. « Et toi, tu avais pensé à quelqu’un en particulier ? » Il y avait des noms qu’elle avait refusé de donner, parce qu’elle savait qu’ils n’avaient pas leur place là-bas. Bellamy avait fait confiance au trigedakru parce qu’elle lui avait demandé. Raven, quant à elle… Il y avait bien Jasper, mais Clarke songeait qu’il aurait mieux à faire avec le Mont Weather.

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 29 Nov - 10:49

Il fallait s’y résoudre, leur futur ne serait jamais brillant, ne serait jamais joyeux. Il fallait s’y résoudre, elles ne vivraient jamais heureuses dans les rues de Polis. Parce que leurs mondes étaient differents, parce que pour Lexa depuis bien longtemps et pour Clarke peut être aussi maintenant, la poursuite du bonheur s’arretait au fait que leurs peuples soient vivants et comblés. Elles passeraient toujours après. Et Lexa ne pouvait pas en vouloir à Clarke de devoir rester ici, de devoir obéir à ses devoirs. Comment l’aurait elle pu ? Elle savait que n’importe quel evenement pouvait l’attirer ailleurs. N’etaient-ce pas ses devoirs après tout qui la guideraient vers Polis une fois le banquet terminé ? N’etait-ce pas sa vie ? Ce qu’elle devait assumer ? Alors oui, elle acceptait ce que Clarke disait, qu’elle ne viendrait pas. Qu’elle viendrait plus tard. Et oui, elle se laissa guider sur le lit, dans les bras de la blonde, comme si elle n’était qu’un pantin qui parfois ne savait pas comment réagir. C’était l’histoire d’une étreinte qu’elle ne savait pas vraiment donner. Certes, il y’avait de l’amour en elle, quelque chose qu’elle croyait avoir cauterisé depuis longtemps, qui revenait pour la femme aux iris clairs en face d’elle. Mais… Elle était perdue, sans vouloir le montrer.

Alors elle resta forte. Reitera son bienvenue, se perdit dans l’etreinte quelques instants, acceptant un bref baiser avant d’evoquer son idée. Si elle n’avait pas parlé peut être auraient elles pu passer des heures ainsi a s’observer, a évoquer avec leurs gestes ce qu’elles pouvaient ressentir. Mais Lexa était ainsi. Ses idées devaient être dites quand elles étaient pour le bien du peuple, des peuples – elle considérait les skaikru comme une addition maintenant, ils étaient un peu son peuple également, ses alliés du moins - La question fut posée. Clarke se redressa et Lexa se coucha sur le dos, sans la lâcher du regard, retenant un frisson à la caresse qu’un simple mouvement de doigt pouvait lui procurer. « Marcus pourrait convenir. C’est un ancien conseiller, chez nous. Il n’oubliera pas de protéger les avantages du skaikru. » Marcus… Elle hocha la tête, un peu distraite. C’était un bon choix oui. Elle l’appreciait de plus. Et elle savait qu’il comprenait ce qu’il fallait dire, ce qu’il fallait faire. « Il sait faire ce qu’il faut. » C’était dit, avec une lueur légère dans son regard, quelque chose qui ressemblait à du respect. Elle appréciait Marcus, elle serait ravie peut être de l’avoir avec elle. Son regard se fit plus dur cependant, quand Clarke évoqua Abby. « Si ta mère veut le bien de son peuple, elle serait avisée de laisser certains de ses représentants siéger à un conseil où ils pourront discuter des interets mutuels de nos peuples. Les alliances ne s’arretent pas a une victoire. » Et puis les doigts de Clarke continuèrent leur route, dans son cou, et elle se relaxa, attrapant de sa main une boucle blonde avec la quelle elle se mit à jouer comme un chat paresseux – bien qu’elle aurait fait tuer n’importe qui (sauf Clarke) faisant la comparaison - .

« Et toi, tu avais pensé à quelqu’un en particulier ? » C’était une bonne question, elle perdit quelques instants son regard dans le vide avant de le reporter sur Clarke, dans ses yeux même. « La personne à la quelle j’aurais pensé, m’a clairement fait comprendre qu’elle ne pourrait pas partir après le banquet. » Elle eut un doux sourire – qui devenait trop fréquent en présence de Clarke - et tenta de reprendre un air sérieux, bien que ni la position, ni sa main qui continuait de caresser les cheveux de sa compagne ne contribuent à cet air la. « Le conseiller Kane, me semble un choix judicieux. Peut être pourrais-je faire appel à ton jeune ami Jasper quand nous déciderons d’acceuillir également des représentants de la montagne. » Ca lui coutait de parler de représentants de la montagne. Mais certains les avaient aidés. Certains méritaient de vivre. Et maintenant, il faudrait composer avec eux également, dans ces peuples de ce coin du monde.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeSam 5 Déc - 18:26

C’était une routine à laquelle elle aurait pu prendre goût, Clarke, si seulement elle en avait la possibilité. Ça avait été commencé ça, pendant une succession de jours qui étaient éteints et qui resteraient à jamais gravé dans sa mémoire. Ces jours de suspens et d’attente intenables, qui finalement avaient brisés ses peurs et son anticipation. La Montagne était tombée, les leurs avaient été retrouvés. C’était presque une fin heureuse & Clarke avait encore du mal à y croire. Discuter ainsi du futur de leurs deux peuples, pourtant, lui rappelait ces moments, car tout ce qui se passait dans la tente du commandant appartenait à ces expériences que Clarke n’aurait jamais eu de cesse d’espérer vivre. Avec Lexa, elle avait l’impression que tout était possible. Et elle en devenait égoïste, Clarke, à espérer que le monde n’ait plus besoin d’elle, et qu’elle n’ait plus besoin du monde pour vivre. Car sans lui, sans les 100, elle n’était plus qu’une enfant brisée. N’était-ce que ça ? Qu’une cinquantaine d’individus qui définissaient sa survie propre ? Réellement ? Il y avait plus, tellement, maintenant. Il y avait ceux du camp Jaha – même si elle ne portait que peu de considération pour l’ensemble. Ils restaient les siens et sur Terre, il y avait de nombreux visage qui avaient comptés, là-haut. Et maintenant, ici-bas, il y en avait d’autres, qui gagnaient de l’importance, aussi. Il y avait Nyko, Indra, Poney…

Il y avait Lexa. Lexa dont elle sentait le cœur battre sous ses doigts, sa main posée contre la base du cou de la Fille Sauvage, alors qu’elle se perdait momentanément, Clarke, pour se pencher et embrasser ces lèvres qui lui avaient manquées. Lexa qui parlait d’un conseil, qui ne cessait jamais de penser à son peuple, aux autres. Lexa qui, à chaque fois que Clarke se trouvait près d’elle, ressentait ce besoin grandir en elle. « Les alliances ne s’arretent pas à une victoire. » La fille du Ciel hocha silencieusement la tête. L’Alliance devrait être sans cesse défendue, elle n’avait eu de cesse de mettre les qualités de son peuple en avant (en espérant que ceux-ci ne fassent pas trop de bourdes dans son dos) pour qu’ils ne redevienne pas l’ennemi. A présent que la Montagne n’était plus, il y avait des risques que des rancunes resurgissent. Car elle n’était pas détruite, ni annihilée comme certains le souhaitaient. Elle était toujours là, ses dédales courants encore sous terre, alors que son peuple, qui avait profité du sang des trigedakru, vivait encore. Mais il fallait arrêter cet engrenage de guerre. Le sang appelle le sang, certes…. Celui-ci avait assez coulé, au goût de Clarke. Et elle savait que pour Lexa, c’était également le cas. Sinon, rien de ceci n’aurait été possible.


« La personne à la quelle j’aurais pensé, m’a clairement fait comprendre qu’elle ne pourrait pas partir après le banquet. » Clarke regarda la femme qui se trouvait en dessous d’elle, de longues secondes, avant d’échapper un petit rire, qu’elle parvint à taire rapidement, qui pour autant laissa un sourire franc sur ses lèvres. Elle laissa Lexa discuter sur Marcus, sur Jasper et elle retint, même, que le commandant parler de la montagne. A vrai dire, elle n’écoutait presque plus, se penchant en avant, posant son front contre celui de Lexa, échappant un soupire. « Tu parlais de visiter. » C’était doux, c’était joueur, c’était chaleureux. « Si tu ne me le demande pas clairement, Lexa, je ne peux pas te répondre clairement. » Elle s’allongea à nouveau, côté-à-côte avec la Fille Sauvage. Elle étira un peu son côté gauche, fermant les yeux quelques secondes, alors que la douleur s’échauffait dans son épaule blessé. Sa main attrapa celle de la brune, avant de la déposer sur son propre torse. « Est-ce que tu voudrais de moi comme conseiller ? » Et ça restait doux, ça restait joueur, ça restait chaleureux.

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 13 Déc - 10:24

Elle regretta Lexa, elle regretta d’avoir été aussi directe peut être dans ce qu’elle pensait. Elle regretta de ne pas savoir parler clairement, et de parler trop directement. Ce n’était pas pareil. C’était deux choses différentes. Et elle se retrouvait embourbée dans des choses qu’elle aurait voulu dire et qu’elle ne disait pas et des choses qu’elle disait trop vite. C’était dérangeant. Ce sentiment en elle, qui la rendait pathétique sous les yeux de Clarke. Ce sentiment qui la rendait …. Jeune, et tendre. C’était douloureux aussi. Elle ne savait pas comment appréhender tout ça. Elle savait juste que la vie les tuerait, parce qu’elle les séparerait. Parce que les responsabilités ne pouvaient pas aller de pair avec les relations amoureuses… Parce qu’elles ne seraient jamais rien de plus que les représentantes de leurs peuples, et qu’ils compteraient toujours beaucoup trop pour qu’elles ne les mettent de coté. C’était ainsi. Et elle regrettait d’en avoir trop dit, sur Polis. Sur le conseil. Comment ne pas regretter ça ?

« Si tu ne me le demande pas clairement, Lexa, je ne peux pas te répondre clairement. » Clarke cependant ne semblait pas outrée, et Lexa se mordit l’interieur de la lèvre quelques instants, avant de reprendre sa contenance. Elle sourit. D’un très maigre sourire. Et planta dans les iris de Clarke, les siens, cette fois plein d’espoirs. Les mouvements de leurs corps cotes à cotes étaient doux, elle se tourna un peu, pour se retrouver cette fois un peu plus en hauteur par rapport à la blonde. « Est ce que tu voudrais de moi comme conseiller ? » C’était doux et joueur, et elle ne savait pas comment elle devait y répondre. Une pulsion de murmurer un « pas seulement » perdu dans le silence, lui brula les lèvres, et elle tenta de la sceller. Deposant a la place de mots, un baiser aux coins de la bouche de Clarke, et laissant sa main sur son torse, écoutant, ressentant son cœur qui battait. « Ai gaf yu Clarke. » … Ce n’était pas beaucoup plus subtil peut être. Ce n’était pas beaucoup plus sobre et elle tenta de converger avec son regard tout le sérieux de ce qu’elle disait. Pour reprendre doucement. « Accepterais-tu de venir a Polis ? En tant que Conseiller ? Avec moi ? » Il y’en avait des choses dans ces questions. Et elle savait que même si c’était douloureux, elle accepterait le refus. Parce qu’elle ne forcerait jamais Clarke à quoi que ce soit. Parce que Clarke était libre, et qu’elle ne lui appartenait pas. Parce que si il le fallait elles apprendraient à vivre, elles ré-apprendraient à vivre, l’une sans l’autre, et elles le feraient pour le bien du plus grand nombre. Pas pour le leur peut être, mais pour le bien de tous. Et une fois de plus c’était le tous qui comptait d’avantage que leurs envies personnelles.

Elle sourit, posant sa tête sur l’épaule de Clarke, en attendant que celle ci réponde. Et elle alla chercher une main pour l’entrelaçer avec la sienne. « Tu peux prendre le temps de la décision. » Elle ne voulait pas la brusquer. Et au fond d’elle, elle ne reconnaitrait jamais ce qu’elle ressentait : de la peur.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeVen 18 Déc - 15:17

Il y avait toujours ce rapport, chez Clarke. Cette soif d’apprendre, cette impression d’en savoir assez, et ce sentiment de ne jamais rien savoir. C’était une balance, une perception qui chavirait d’un point à un autre. Oh oui, elle en savait assez pour se débrouiller seule. Serait-ce suffisant pour guider les autres, guider les siens ? De ce qu’elle savait, de ce qu’elle avait vécu, c’était que seule, elle ne serait jamais suffisante. Quand il n’y avait eu que les 100, que eux sur cette Terre nouvellement retrouvée, elle avait eu besoin de Bellamy (et de Raven, et d’Octavia, et de Japser, et de Finn, et de tous les autres qu’elle aurait pu citer.). Quand il y avait eu les grounders, elle avait eu besoin de la collaboration d’Anya, et sans celle-ci, il y avait eu une première guerre. Quand il y avait eu la montagne, elle avait eu besoin de Lexa (et du Trigedakru, des siens, aussi – toujours). Clarke n’était rien, sans les siens et le support qu’elle avait reçu. Mais son peuple ne seraient rien, sans elle (une pile de cadavre déjà oubliés par leurs ennemis, ça oui). Quand il n’y avait qu’elle, et rien qu’elle, elle devenait distraite, moins acharnée. Elle ne comptait pas. Et cette impression restait, car depuis bien des mois maintenant, elle avait fait passer le besoin de siens, avant tout le reste. Pour Lexa, c’était compliqué et terriblement simple en même temps. Elles avaient le même intérêt, des lacunes qui se comblaient entre elles. Mais puisque Clarke était si bien habituée à oublier ce qu’elle voulait, allant même jusqu’à oublier qu’elle pourrait désirer – n’importe quoi – quand l’opportunité était présentée sur un plateau d’argent, elle ne savait pas quoi faire.

Sur le moment, sous la protection de la tente, de la peau d’ours et du regard de la Fille Sauvage, elle savait parfaitement ce qu’elle voulait. C’était d’oublier ces obligations et de profiter de la présence seule de Lexa. Elle aurait dit oui, oui à toutes les propositions que son amante lui proposait. Sans aucune hésitation, sans aucun regret. Ces temps ne duraient pas, jamais éternels. Il y aurait le retour à la réalité, quand elle s’éloignerait du trône du commandant et qu’elle reviendrait à ses occupations habituelles. Il y aurait la réalisation, le sourire un peu crédule sur ses lèvres, les pensées absentes. La question se posait, tout de même. Est-ce que devenir le conseiller de Lexa serait une mauvaise chose ? Elle n’arrivait pas à s’en convaincre. Il y eut un chaste baiser qu’elle accueillit avec un sourire, Clarke. « Ai gaf yu Clarke. » Elle se mordilla la lèvre inférieure, ressentant encore le contact. Les propos avaient le mérite d’être clairs, ici et la chaleur qu’elle ressentit dans sa poitrine se diffusa sans mal jusque dans ses joues. Elle ne se laissa pas distraire par les réactions de son corps, soutenant le sérieux du regarde de Lexa, ce sérieux qu’elle aimait tant avoir sur elle. « Accepterais-tu de venir a Polis ? En tant que Conseiller ? Avec moi ? » Et Clarke lui rendait ce sérieux, cette considération et cet amour profond. Elle retint sa respiration.

« Tu peux prendre le temps de la décision. » Elle appuya sa tempe sur la tête de Lexa, poussant un soupir léger. « Ma décision est déjà prise, Lexa. » Ses doigts serrèrent un peu plus fort ceux de la Fille Sauvage. « Les autres conseillers ne diront rien sur le fait que tu sois si proche de moi ? » C’était espiègle et son pouce glissé sous le menton de Lexa, elle l’invita à redresser la tête, l’embrassant tendrement. Et il y eut un deuxième, où le baiser fut moins retenu, plus long. Où Clarke ne s’arrêta qu’une fois essoufflée. « Je te veux plus que proche. » C’était une confession, murmuré et confiant. Car en toute honnêteté, elle n’en avait que faire de l’opinion des conseillers, surtout pas maintenant.

Oui, elle avait encore beaucoup à apprendre et elle voulait faire ça en compagnie de Lexa.

Spoiler:
 

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 20 Déc - 11:29

Ai gaf yu. Elle n’y était pas allée avec le dos de la cuillère cette fois. Elle avait dit ce qu’elle ressentait. Et finalement n’était ce pas la meilleure manière de faire les choses ? Dire ce que l’on ressentait. Dire ce que l’on voulait ? Bien trop longtemps Lexa s’était oublié au profit d’autre chose. Au profit de son peuple, au profit de l’alliance, de la coalition. Mais finalement, vouloir de Clarke, pour elle, et pour l’alliance n’était ce pas une bonne chose ? N’était ce pas …. Pour le bien de l’entité qu’elle était réellement et de l’entité qu’elle représentait ? Qu’importait. Maintenant tout était dit, et c’est avec le plus grand des sérieux qu’elle avait dit ce qu’elle avait à dire. Ca brulait de l’interieur. La peur du rejet – d’elle même, et de sa proposition – la peur de la perte. Mais les terriens, n’avaient pas peur. Elle avait vaincu ses peurs et elle ne devait jamais les montrer. Alors son regard resta froid, peut être un peu vide. Mais elle se serrait contre Clarke, gardant le contact. Un peu comme un agneau apeuré. Non. Elle n’était pas un agneau égaré et apeuré. Elle était Lexa, Heda des Trigedakru et des terriens unis.

« Ma décision est déjà prise, Lexa » Un maitre sourire se glissa sur son visage. « Les autres conseillers ne diront rien sur le fait que tu sois si proche de moi ? » L’humour ne se perdait pas. Lexa releva la tête doucement, et répondit au baiser avec toute la tendresse qu’elle avait en sa possession quand il s’agissait de Clarke. Et un baiser encore, qui la faisait presque défaillir. Presque. Parce qu’elle gardait sa retenue en toute circonstance, parce que le poids des responsabilités pesait trop lourd sur ses épaules pour qu’elle ne l’oublie quelques instants. Malgré tout. Malgré tout elle souriait et Clarke ne pouvait se tromper sur ce que ça voulait dire. Avec elle, elle était différente. Elle était « humaine ». Et peut être que c’était pour le mieux ? « Je ne sais pas, je ne pense pas que les gens que j’estime de confiance puissent expérimenter une telle jalousie. » Elle était peut être avide de tout… Mais elle aurait aimé officialiser des choses. Que le monde entier sache finalement que Clarke était sienne, et qu’elle était sienne en retour. Ca viendrait plus tard ? Ou peut être que c’était déjà venu. « Je te veux plus que proche. » Le murmure la toucha. Ils la touchaient toujours, les mots de la blonde du ciel, et Lexa déroba à nouveau ses lèvres. Ca voulait dire beaucoup. Ou du moins, beaucoup en comprenait elle. Et une lueur tendre et … vorace à la fois, brilla derrière ses yeux. « Tu l’es. » Un mouvement habile, elle se retrouva sur la jeune femme, déposa un baiser dans la naissance de son cou, vers son oreille. « Tu peux l’être d’avantage. Autant que tu le désires. » Un murmure. Et une morsure douce, dans la chair blanche et charnue.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 20 Déc - 12:54

C’était conscient, et c’était partout sur son corps, dans sa tête. Clarke n’avait jamais été le genre de fille à se laisser dicter sa conduite (sa mère s’y était souvent confronté, à grands échecs) et tout ce qui la situation lui dictait, tout ce qu’un esprit logique l’aurait forcée à faire, Clarke ne l’entendait pas. Car avant tout, elle fonctionnait avec ses tripes, son instinct et son cœur. Son cœur dont les battements étaient insufflés et gonflés par le contact de Lexa contre sa peau. Ca ravivait des pensées, des besoins qui se devaient silencieux en temps de guerre. Maintenant, il n’y avait plus cette réticence funeste qu’elle gardait sur ses épaules. Oui, elle sentait encore la présence de ces morts, mais elle ne se laissait plus trainer vers le bas par ceux-ci. Le poids sur sa cage thoracique était tout autre et l’essoufflement qu’elle ressentait était le plus grand responsable. Bientôt le fil de la conversation serait perdu, brouillé déjà entre des baisers qui prolongeaient un silence chaleureux et électrique. « Je ne sais pas, je ne pense pas que les gens que j’estime de confiance puissent expérimenter une telle jalousie. » Clarke sourit, et plaqua ce même sourire sur les lèvres de Lexa. Il y aurait eu des questions, oui. Mais la curiosité était reléguée dans un coin de son esprit. Elle saurait qui étaient les autres conseillers, en temps, en heure. Ici, elle n’avait que faire des personnes dévouées au commandant, car ne c’était pas le commandant que Clarke désirait. C’était Lexa.

Une Lexa sublime, pressée contre elle, qui enivrait ses sens, les uns après les autres. Le plus facilement captivé était son regard, qui ne lâchait plus la figure de la Fille Sauvage. Elle lisait dans ses yeux gris, yeux de loups, ce qui n’était pas dit et un frisson lui griffa l’échine quand Clarke remarqua derrière les pupilles cendrées un appel sombre et suave. « Tu l’es. » Proche. Ce n’était pas assez. Pas après que la distance se soit creusée et immiscée pendant tous ces jours. Clarke voulait respirer son souffle, voler sa chaleur, capturer ses soupirs. Et elle était là, prise entre la peau d’ours et le corps de Lexa, et il y eut ce sourire, défiant et audacieux. La brune disparut de son champ de vision, mais jamais elle ne sentit autant la présence de son amante. Sur chaque pore, chaque muscle, pressée et recouverte par Lexa. « Tu peux l’être d’avantage. Autant que tu le désires. » Elle sentit d’abord la respiration contre sa peau, et sa main s’accrocha d’avantage dans le bas du dos de Lexa, là où elle avait naturellement filé, quand des dents effleurèrent son derme. Il n’y eut aucune douleur, qu’un fourmillement qui se rependit dans tout son être. Son souffle se transforma en un gémissement feutré, qui lui échappa de la bouche. Sans aucune timidité, son bras valide s’étira un peu plus, ses doigts s’immisçant sous le vêtement, découvrant le dos nu. Elle s’égara quelque peu sur la chute des reins de Lexa, s’habituant au contact, explorant le corps sculpté par le combat, taillé pour la guerre, s’arrêtant quelques secondes sur les cicatrices qu’elle rencontrait. « Je veux tout de toi, Lexa. » Sa respiration devenait saccadée, par à-coups. Pour autant, elle ne perdait rien de sa contenance, si ce n’était ses pupilles dilatée et noires de désires.

Il y eut un mouvement de bassin, instinctif et incontrôlable. Et son exploration continuait, devinant sous ses doigts les tatouages qu’elle avait toujours entraperçus, mais qu’elle n’avait jamais saisi l’occasion d’admirer. Elle remonta le chemin de l’encre, remonta cette peau dessinée pour arriver jusqu’à l’omoplate de Lexa. « Je veux tout connaitre, tout posséder de toi. »Ses doigts s’aventurèrent un plus, reconnaissant le bord des lanières qui maintenaient la poitrine de la Fille Sauvage. Sans une deuxième pensée, Clarke s’attarda à chercher à le défaire. « Tout. »

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
3081
Lexa
Lexa
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 20 Déc - 13:14



Ce moment ne se repeterait jamais. Il n’avait pas eu de prélude. Ou peut être que toutes leurs entrevues avaient été les même finalement, ou du moins des prémices menant à cet apogée. Mais Lexa rendait ce soir les armes, devant Clarke. Parce qu’elle exprimait enfin tout ce qu’elle voulait, parce qu’elle prenait enfin la peine de se saisir de ce qu’elle désirait. Elle assumait. Ses désirs, ses envies. Et même si le bien du peuple n’en découlait pas forcement, elle prenait pour elle, le temps de se satisfaire. Et Clarke la satisfaisait. Plus que ça a vrai dire. Clarke lui était vitale – ce qu’elle refusait à reconnaître, mais qu’elle savait au fond d’elle. - Il y’avait cette sourde chaleur à l’intérieur de son corps, il y’avait cette présence, dont elle ne savait pas comment se séparer. Il y’avait Clarke. Et elle. Et l’intimité de cette tente où elles pouvaient exister.

Bien sur, il y’aurait des questions. Il y’aurait des conversations. Des réponses. Il y’aurait des choses à faire, à dire. Mais pour l’heure plus rien d’autre ne comptait que d’être l’une pour l’autre, la seule ancre possible avec le monde et la réalité. Lexa sourit. Ce n’était pas une occurrence fréquente. C’était assez rare pour être noté, et c’etait la magie de la blonde à ses cotés qui faisait ça. Elles étaient proches. Cachées du monde par la peau d’ours, par les gardes à l’entrée de la tente, par le textile dur de celle ci. Elles étaient proches, mais ça n’était pas assez. Et la chair tendre de la fille du ciel, sous ses dents sous ses lèvres, donnait à la terrienne l’envie d’en gouter plus. Elle était vorace de la présence de Clarke, comme si chaque seconde volée au temps, volée au monde, valait plus que le reste. La morsure. Une sorte de geignement assourdi, elle mordit encore avec fougue et douceur à la fois. Reprimant un soupir alors qu’une main se glissait dans son dos. Depuis combien de temps avait elle craint les contacts de ce genre ? Depuis combien de temps n’avait elle pas offert son corps à de simples caresses ? Elle embrassa la nuque devant elle, et remonta sa tête en une nuée de baisers vers les lèvres de Clarke. « Je veux tout de toi, Lexa. » C’était comme une déclaration qui éveilla en elle, les plus pétulants brasiers.

Elle vola les lèvres en face d’elle, d’un baiser indocile. Rien d’autre n’existait que les mouvements de la main dans son dos, que les mouvements de la sienne – de main – glissant sur la hanche de Clarke, pour s’aventurer sous le textile familier et pourtant si étranger. « Je veux tout connaître, tout posséder de toi. » Et Lexa se soumettait à ces tendres caresses, ne restant pas sur la touche tandis qu’elle effleurait la peau tendre, consciente qu’elles revenaient d’une guerre, que Clarke était blessée. Et toujours dans un coin de l’esprit perdurait l’envie que Clarke soit au mieux. Avait elle mal au bras ? Etait elle souffrante ? Cette position ne l’écrasait elle pas ? « Ai laik yun. » Elle ne pouvait peut être pas être plus claire. Pas plus directe non plus. Et d’un mouvement, elle se pencha à nouveau pour offrir sa fougue dans le plus amoureux des baisers. « Tout ce que je suis, est à toi. » Elle le dit de nouveau, plus détaillé. Dans la langue de Clarke. L’offre était totale, elle ne ferait pas marche arrière. Jamais.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
3021
Clarke Griffin
Clarke Griffin
100
100
MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitimeDim 20 Déc - 14:17

A la première morsure se joignit une deuxième et tout fut plus féroce encore, sur le cou de Clarke. Elle jeta sa tête en arrière, offrant un peu plus de sa peau à la bouche de la Fille Sauvage. C’était un feu, qui s’avivait tout le long de son œsophage, pour continuer de descendre, rejoignait ses bas instincts. Un feu qui crépitait à chaque marque d’affection qu’elle recevait de Lexa, dévorant sa peau, inondant ses sens. Il n’y avait plus qu’un monde devant elle, à l’odeur si particulière et qu’elle affectionnait temps, sentant quelques tresses qui lui tombaient dessus et dans lesquelles elle aurait fait courir ses mains, si seulement l’une d’elles n’était pas en KO technique. Mais même ça, ça ne la dérangeait pas, car il n’y ait aucun place pour la frustration, tout était effacé par la proximité de Lexa et cette trace de baisers qu’elle laissait sur Clarke. Il n’y avait plus de candeur et la retenue se rétractait pour laisser place à une faim, à de l’amour, à de la générosité. La ferveur de la brune attirait toujours plus la fille du Ciel, qui ne voulait rien perdre de ce moment, cherchant à graver dans sa mémoire la moindre des caresses, la manière dont son corps frémissait au contact de Lexa. « Ai laik yun. » la manière dont son cœur frémissait aux mots de Lexa. Elle sourit et offrit ses sourires aux baisers qu’elle recevait, répondant avec la même ardeur que Lexa, accentuant encore la dynamique bien installée. Clarke, cette fois-ci, ne ferait pas marche arrière. Elle n’en avait pas envie. Rien ne les arrêterait.

Pour autant, ce n’était pas pressé, ce n’était pas une course. Clarke avait besoin de ça, de se reconnecter à l’autre, de retrouver et de découvrir Lexa. Il y avait ce dos et sous les doigts sensibles de l’artiste que Clarke avait un jour été, tout se dessinait dans son imaginaire, alors que dans sa paume restait la chaleur du corps de Lexa et que sur ses doigts décrivaient une sensualité qu’elle ne réservait à personne d’autre. « Tout ce que je suis, est à toi. » Elle hocha la tête, silencieuse et effarouchée par les gestes, par l’affection. Par ce que Lexa disait et qu’elle n’avait jamais imaginé Lexa dire. Ca avait fonctionné comme ça, pendant tout un temps, où face au mutisme du commandant, Clarke avait appris à lire à travers le masque et la façade du chef de guerre. Ici, il n’y avait aucun affrontement, aucune retenue dans les propos de la Fille Sauvage. Elle aimait ça et ignorait qu’elle en avait eu temps besoin, jusqu’à ce qu’elle entende ces mots. Elle était captivée et Clarke ne pouvait que rendre cette dédicace qu’elle recevait. « Bien. » Elle tira sur ses muscles, se pencha en avant, dédiant une succession de baisers, tandis que sa main inactive tâcha d’attraper le vêtement de Lexa (qui était déjà mis à mal, remonté et dévoilant une partie du ventre de la brune, que malheureusement Clarke ne pouvait voir d’où elle était.)

Dans le dos de Lexa, finalement, Clarke réussit à défaire les bandages et elle tira sur ceux-ci, lentement, les déposant où il serait le plus rapide de s’en débarrasser. « Ai na hon kair em. » Car ces promesses fonctionnaient dans les deux sens. Elle prendrait, oui, mais elle chérirait aussi. Avec toute la force et la ferveur dont elle avait déjà fait preuve. Sa main rejoignit le dos à présent libre, remontant de plus en plus le vêtement. « Ai laik yun niron. » Son geste était doux, préventif, calme et contemplateur. Ses yeux ne quittaient pas ceux de Lexa, voulant y voir, plus que ce qu’elle avait entendu. « Daun ste chit souda dula. »

trigeda101:
 

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa   everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» everything you gave me, I took it all, I love it all ▬ Lexa
» "You gave me hope and then you took it away. That’s enough to make anyone dangerous." ( Pv William )
» Tinker Bell ~ You gave away the things you loved, and one of them was me [TERMINE]
» Absolarion Love.
» Dessin de Snow'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: HORS RPG :: Archives RP - V1-
Sauter vers: