AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 we are rooted but we flow | clarke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: we are rooted but we flow | clarke    Mar 22 Mar - 22:22

Les barbares. Neith n’avait quasiment que ce mot à la bouche depuis que les annonces étaient tombées. D’abord Lux lui avait apprit les attaques, et puis ensuite, c’était un messager venu de Kalawen qui avait tout raconté. Le Clan des prairies subissait les assauts de ces fils de chiennes et il fallait faire quelque chose contre ça. Neith serait la première sur le front. Assurément qu’elle serait la première sur le front, et si elle avait renvoyé Altaïr à Sérön pour préparer la flotte, et pour faire remonter le Kraken sur des rivières assez larges, elle n’hésiterait pas non plus à partir à pieds ou a cheval, pour perforer les sous hommes de la pointe acérée de son trident. Si il le fallait, elle brulerait les frontières du clan des prairies, et elle renverrait aux barbares, les têtes de leurs alliés. La guerre serait la. Et Neith était en colère. Qui ne l’aurait pas été ? Elle était en colère, que ses avertissements aient été pris à la légère par le passé. Elle était en colère que ce soit le clan des prairies qui trinque, et elle était inquiète aussi,  parce qu’elle avait des alliés la bas dans le clan des prairies. Et elle était inquiète parce qu’elle y avait des amis.

Alors oui, la reine des flots tournait un peu comme un lion en cage, en attendant le conseil qui aurait lieu deux jours plus tard. Et si elle avait passé la matinée à farfouiller les étals du marché à la recherche de livres et de quelques spécialités culinaires de Polis,  elle n’était pas satisfaite. Pas un seul livre n’avait attiré son regard, et si elle était passée à la bibliothèque de la tour, elle n’avait fait qu’emprunter un vieil ouvrage qui ne la passionnait même pas. Ou peut être qu’il était passionnant, elle n’aurait pas su dire, son esprit agité n’arrivait pas à se calmer.  Attendre le conseil était bien trop pesant. Trop… ça demandait trop de patience, et la patience, c’était bien quelque chose que Neith n’avait pas en surnombre.

C’était ainsi qu’on pouvait la trouver retournant vers la bibliothèque de la tour, pour essayer de trouver quelque chose de plus intéressant à lire. Esperant trouver de l’alcool au passage. Avant, ou après la lecture. Pendant. C’était possible aussi.  Pas qu’elle ne soit forcement une alcoolique Neith, mais elle aimait bien avoir un petit quelque chose pour lui occuper la gorge, et la main. Après tout, un livre, ça ne se tenait qu’a une main n’est ce pas ? Humpf. En tout cas, elle se sentait bien nue sans son trident, qu’elle avait du laisser dans sa chambre pour respecter les lois de Polis.  Mais soit, l’essentiel était la, elle ne se promenait pas nue. Et c’était bien suffisant.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Mer 23 Mar - 11:14

Clarke avait cet émerveillement qui ne la quittait plus depuis qu’elle était arrivée à Polis, la veille. C’était un tout nouvel univers qu’elle découvrait et elle avait déjà fait un tour de la ville, à l’aube, accompagnée de Teksas qui connaissait relativement bien la ville – elle avait appris qu’il s’était entrainé ici, pour rejoindre l’escadron privé de Heda, quelques années auparavant. Et avec cet intérêt qu’elle portait pour tout ce qui était nouveau, elle avait reconnu la démangeaison familière, ce besoin de trouver du papier et un crayon, pour satisfaire son envie de dessiner. Mais sa fibre artistique n’aurait jamais le temps de s’exprimer dans un environnement bercé par la guerre et après un tour d’une petite heure, Clarke était retournée à la Tour. Après avoir volé un baiser à Lexa en salle du trône, elle se rendit jusqu’à la bibliothèque où elle s’était promise de harceler la personne en charge. Ce qu’elle fit, en discutant longuement avec cette personne, sentant un frisson lui parcourir l’échine quand, de loin, elle croisa Titus.

Puisqu’elle n’était pas du genre à se faire intimider aussi facilement, elle soutint le regard de l’autre conseiller jusqu’à ce que celui-ci ait des choses plus importante que de convier Clarke à un concours de regard et elle repartit, quelques minutes plus tard, avec quelques livres sous les bras… ou sous les bras de Poney, attelle oblige. Par la suite, elle avait retrouvé Dunlaith, dont le soutien était plus que le bienvenu aux yeux de Clarke. La femme connaissait la Tour depuis de nombreuses années et les conseils que Clarke reçut furent précieusement retenus. La discussion continua, jusqu’à ce que Poney ne vienne la trouve, pour lui indiquer qu’il avait vu Neith. Clarke s’excusa la plus poliment au monde envers l’ancienne, puis suivit son garde-du-corps qui se déplaçait avec fluidité dans les couloirs de la tour. Clarke, il lui faudrait encore quelques heures pour ne pas se perdre (et il y avait des étages qu’elle n’avait pas encore visité), ses yeux cherchant les points de repères nécessaires pour qu’elle puisse se souvenir du chemin. Avec la succession de gardes qu’il y avait, ça n’aurait pas été un problème de demander une indication. Mais il y avait des apparences qu’elle se devait de préserver.

Elle reconnut le chemin de la bibliothèque, Clarke, et c’est peu avant les portes qu’elle reconnut la figure de celle qui dirigeait le clan. « Neith. » Interpella-t-elle, alors qu’elle se rapprochait à un rythme plus calme. « J’aimerais te parler, si tu as le temps ? » Elle ne prit pas la peine de se perdre en mondanité. Il y avait plus urgents et la question lui brulait les lèvres. « Tu as déjà combattu les barbares. »

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Sam 26 Mar - 13:46

Elle n’avait malheureusement pas encore trouvé d’alcool Neith. Mais ça ne saurait tarder. Elle se l’assurait. Elle connaissait bien la tour de Polis maintenant – et pourtant elle n’y était venu que de très rares occasions, préférant perdre son temps a Awathon en compagnie de certaines personnes, ou bien entendu, dans son bateau, et a Sérön. Toute exploratrice qu’elle soit, elle ne quittait que rarement son domaine. Ce qui ne l’empechait pas donc d’avoir noté quelques choses importantes. Les cuisines. La bibliothèque. Les quartiers attribués aux sikrus. Voilà. Elle savait aussi où se situait le marché, et où elle pouvait trouver de bons poissons… Et . C’était suffisant. Le reste c’était le chemin vers la salle du trone. Fin de l’histoire. Elle n’avait cependant pas trouvé d’alcool en route, et elle avait la flemme, en bonne reine qu’elle était, de descendre aux cuisines chercher quelque chose. Donc voilà. Un peu lasse, elle allait cependant repartir vers ses quartiers quand une voix se fit entendre. « Neith. » L’accent n’y était pas, et elle tourna la tête, pour apercevoir la skaikru, Clarke qui se rapprochait d’elle. « J’aimerais te parler, si tu as le temps. » Elle était directe, et un sourcil se haussa sur le visage de la reine des flots qui hocha la tête en souriant. « Tu as déjà combattu les barbares. » C’était direct encore, la prenant à la gorge métaphoriquement avant même qu’elle n’ait l’occasion de répondre.

Le sourire se fit plus franc sur les lèvres de la Keryonsi, et elle toisa de sa stature, Clarke, quelques instants. « Clarke. Ce sera un plaisir pour moi de m’entretenir avec toi. » Il y’eut une lueur taquine, parce que Neith n’était rien d’autre que malice quand elle était au calme. Et même si les barbares l’angoissaient. Même si elle savait qu’il y’avait avoir une guerre terrible, elle ne pouvait pas s’empecher d’être apaisée, ici. On ne la laissait pas partir à l’assaut. Il fallait attendre le conseil. Alors elle faisait contre mauvaise fortune, plus ou moins bonne volonté. Et Clarke allait être une bonne distraction.

« Je les ai combattus oui. Les Sikru ont été leur proie à plusieurs reprises. » il y’eut un sourire satisfait sur ses lèvres. « De ma vie, ils n’ont jamais gagné. » Et si elle avait gagné les batailles quand ils étaient assaillis, elle n’avait jamais réussi à rayer leurs villages de la carte. Il y’en avait eu un, une fois, qu’elle avait failli exterminer, mais ses expéditions étaient toujours clôturée par son retour bredouille. Ses yeux brillèrent de colère. « C’est d’eux dont tu veux me parler ? Cette menace que la coalition refusait de voir avant. » Et c’était plus fort qu’elle peut être.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Jeu 31 Mar - 12:03

Clarke n’avait jamais été en compagnie seule de la Keryonsi (minus Poney, mais il faisait bien office de tapisserie) pour discuter. Les rares fois où elles avaient échangé, à l’avant-poste, ça avait été pendant tous ces conseils, ou en présence d’autres chefs de clans, voir même de Lexa. Pour autant, elle n’était pas étrangère à l’esprit de Neith, ce sourire de renard qui se perdait sur ses lèvres, pareil à celui qui lui fut offert après que la fondatrice du Sikru se soit retournée vers elle. « Clarke. Ce sera un plaisir pour moi de m’entretenir avec toi. » Elle hocha la tête, la fille du Ciel, ne détournant pas le regard face à la malice qu’elle détailla, retenant ce besoin de se redresser. C’était impressionnant, vaguement, Clarke considérait Neith comme une personne qui n’était pas à prendre à la légère et dont le potentiel ne reposait pas que grâce au trident qui était absent. Elle savait la capitaine de navire être amie de longue date avec Indra et cela était bel et bien la preuve que ce n’était pas n’importe quelle femme.

« Je les ai combattus oui. Les Sikru ont été leur proie à plusieurs reprises. De ma vie, ils n’ont jamais gagné. »  Bien, c’était la raison pour laquelle Clarke était intéressée par Neith. Elle été un témoin clé et ses observations pourraient être utiles pour la blonde qui ignorait tout de ces adversaires venus de l’ouest. « Et maintenant ils en ont après un plus gros poissons. » Elle s’était retenue, de justesse, Clarke, de faire remarquer que ce n’était pas parce qu’aucune défaite n’avait été essuyée qu’aucune ne serait à venir. Ce n’était pas ce qu’elle souhaitait au Trigedakru, d’autant plus que l’avenir des siens reposait sur la prospérité de la coalition. Mais elle savait les vices de la terre et les retournements de situations qui pouvaient être légion. La diplomatie, le tact. Ce n’était pas ce que Clarke maitrisait le mieux. Elle préférait les mots durs qui incitaient à l’action. Bellamy était plus doué pour ça, aviver les esprits et transporter les foules. Elle discuterait avec lui, à son retour au Camp Jaha, s’inquiéter de son état, et surtout, de ce qu’il était prêt à faire, en lien avec les grounders qu’il n’appréciait que moyennement. L’inquiétude de Clarke n’était pas dirigée vers le skaikru présentement. « C’est d’eux dont tu veux me parler ? Cette menace que la coalition refusait de voir avant. » Elle fronça les sourcils, Clarke, et la réplique fut immédiate, calme, posée, franche. « Je comprends ta colère de ne pas avoir été entendue auparavant, mais cette rancune ne mènera à rien. » Et il y eut cette autorité qui solidifia son sang, ce savoir, aussi, de ce que ça faisait, de ne pas avoir la possibilité d’être écouté.

Mais Clarke n’était pas du genre à se morfondre sur le passé, ainsi s’intéressa-t-elle à ce qui était vraiment urgent. « C’est d’eux dont j’aimerais te parler, en effet. Je ne connais rien à leur sujet et j’aimerais pallier à mon ignorance. » C’était important. En tant que conseiller, Clarke se devait d’avoir une vision d’ensemble, des forces en présence, et non pas seulement ce qui était propre à la coalition.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Lun 4 Avr - 18:38

Neith était contrariée, mais ça n’allait pas l’empecher d’apprecier ce moment en compagnie de la fille du ciel, qui avait fait tourner la tête d’Heda. En regardant bien, en réfléchissant, elle se disait que oui, peut être qu’il y’avait des raisons à ce que Lexa se soit presque soumise aux désirs de la blonde. Elle avait des yeux intéressants, et une façon de parler, qui plu à Neith. Ce n’était probablement pas tout. Le reste… Et bien, ce n’était pas le sujet non plus. Clarke était donc la, en face d’elle, et elle voulait parler des barbares. Elle l’avait demandé d’ailleurs, d’une manière plutôt directe qui avait convaincu la Keryonsi de lui offrir de son temps.

Alors oui elle avait réagit en quelques mots, avec fierté bien sur, quand elle évoquait ses victoires. Et même si elle était contrariée par les assauts des barbares sur l’Ouest, elle savait qu’elle n’était plus la seule en jeu. Il y’avait d’autres clans concernés, et elle pouvait aider. Bien sur qu’elle pouvait aider. Une chance qu’elle ne soit pas morte à la montagne n’est ce pas ? « Et maintenant, ils en ont après un plus gros poisson. » Elle aurait pu être vexée. Les Sikru étaient déjà bien assez. Mais elle ne le fut pas, parce qu’elle savait que c’était le cas. La coalition ne les intéressait pas, mais les terres leur plaisaient, et elle en avait assez vu pour savoir que ça ne serait pas une bonne chose. Ils étaient l’enfer à exterminer, ils le demeuraient, et tant qu’ils existeraient, elle ne pourrait dormir tranquille. Elle hocha la tête néanmoins. «  Mais le gros poisson ne se laissera pas faire. » De ça, Neith en était sure. Ils allaient combattre à l’Ouest. Et c’était normal que Clarke se pose des questions sur eux n’est ce pas ?

Oh, elle n’avait pas pu empêcher l’amertume dans sa voix, et elle garda son sourire matois sur le visage quad Clarke répliqua immédiatement. « Je comprends ta colère de ne pas avoir été entendue auparavant, mais cette rancune ne mérnera à rien. » Il y’eut une étincelle, et le feu aurait pu s’allumer si vite, si Neith n’avait pas vu dans les yeux de Clarke peut être, quelque chose. Elle n’était pas la seule à ne pas avoir été entendue. Et Clarke savait. Et elle se doutait que Clarke n’avait pas toujours eu les choix faciles. Elle était devenu le leader d’un peuple qui ne voulait pas forcement l’ecouter. Et elle avait du avoir son lot de gens qui ne l’entendaient pas. Neith poussa un soupir avant de répondre. «  Je n’en veux pas à Heda. Je ne fais que constater ce qui est constatable. » Elle sourit, d’un sourire un peu plus doux cette fois. Elle avait crié au Loup et on ne l’avait pas cru. Comment aurait elle pu réagir autrement ? Enfin. Clarke n’y était pour rien, et dans l’absolu, Lexa n’y était pour rien non plus. Lexa faisait le mieux pour son peple, et ça Neith le savait. Il y’avait juste, beaucoup trop à faire. Et beaucoup trop peu de temps. «  Je te parlerais d’eux. » C’était presque amical, un peu plus doux en tout cas. «  Que voudrais-tu savoir ? » Et elles étaient toujours debout dans ce couloir la. Ça ne dérangeait pas Neith. Même si elle devait reconnaître qu’un peu d’alcool aurait aidé ses propos. Enfin. Elle verrait plus tard. Pour l’heure elle offrirait des réponses, et apprendrait à connaître mieux Clarke, pour savoir ce que leur commandeur tenait entre ses mains, ou peut être, savoir qui tenait leur commandeur entre les siennes.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Sam 9 Avr - 19:17

« Mais le gros poisson ne se laissera pas faire. » Clarke acquiesça la tête aux propos de la Keryonsi, ne doutant pas de la ferveur de Neith pour défendre la coallition. Puisque cette dernière était vindicative aux propos des barbares, et ce depuis un certain temps, elle ne se détournerait certainement pas de l’occasion de les réduire à néant une bonne fois pour toute, et ce malgré sa légère susceptibilité à ce propos. Si elle était chef de son clan, elle devait avoir de la sagesse et la capacité d’entendre raison. Au pire, Clarke ne se douterait pas que Indra se chargerait de convaincre son amie. « Bien entendu. Les requins restent des poissons. » Et il y eut un semblant de sourire connaisseur, sur les lèvres de Clarke, alors qu’elle appréciait sa métaphore. Mais les deux femmes ne s’étaient pas arrêtée en plein milieu du couloir pour parler de pêche (bien que, Clarke suspectait que Neith aurait été un bon maitre dans le domaine). C’étaient les barbares qui intéressant la conseillère et le vif du sujet fut approché. Ou presque. « Je n’en veux pas à Heda. Je ne fais que constater ce qui est constatable. » Elle aurait répliqué, la fille du Ciel, si le capitaine du Sikru n’avait pas eu ce sourire à moitié doux, à moitié de renard. Clarke se retint donc un nouveau commentaire, rendant l’expression avec un petite geste de tête entendu. La tempérance, elle l’apprenait, la pratiquait.

« Je te parlerais d’eux. Que voudrais-tu savoir ? » La réponse fut très simple, et pourtant terriblement déterminée. « Tout ce que tu sais d’eux. » Clarke ne voulait omettre aucun détail, ne perdre aucune miette de ce que Neith savait sur ces inconnus de l’ouest. Ce qui avait permi à l’allaince de faire tomber la montagne, c’était la connaissance qu’ils avaient sur eux, la dédiabolisation qui avait été faite, les ramener à de simples humains qui maitrisaient la technologique. Les barbares seraient ramenés à des guerriers qui avaient un goût prononcé pour la chair. Rien de plus. Tout du moins, c’est ce dont Clarke voulait se persuader. Qu’il n’y avait rien d’insurmontable avec ceux-ci. « Principalement leur force et leurs armes. Je pense que là-dessus, tu devrais avoir remarqué de nombreux éléments. » Ce serait un combat particulier, différent de ce que Clarke avait connu. Car si les innocents (les paysans, les enfants, ceux qui ne maniaient pas les armes) entraient en ligne de mire pour le tirgedakru, ne servant que de chair, de dommages directes, il n’y avait que des guerriers qui s’approchaient des terres de l’ouest. Clarke avait ce sentiment d’inégalité, ce besoin étrange, de frapper les faibles du côté des barbares aussi. C’était une logique qui lui échappait. Les hommes restaient des hommes, qu’importent leurs régimes alimentaires. Mais elle avait fonctionné avec cette logique depuis qu’elle était arrivée sur terre, qu’elle était indivisible de la perspective de la guerre.

Soit, Clarke attendait la réponse, ne se préoccupant pas qu’elles parlaient de ces ennemis alors qu’elles étaient en plein milieu du couloir. Enfin, l’idée sembla l’effleurer un moment, tout de même. Elle n’avait pas peur des oreilles indiscrètes, mais elle supposait que la conversation serait longue. Donc autant que les deux femmes soient à leurs aises. « Parlons-en ailleurs ? »

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Dim 10 Avr - 9:34

 « Bien entendu. Les requins restent des poissons. »   Sans le vouloir, Clarke attira un léger rire de la part de la Keryonsi. «  Certains requins valent bien mieux que ça. »  Et elle pensa un moment a Altaïr et au surnom qu’il avait gagné, au bateau qui comportait l’essentiel de leur force militaire, elle avait ses propres requins Neith, et elle savait qu’ils seraient un bon atout contre les barbares – non, elle ne savait pas encore que la coalition choisirait la maniere lache de procéder -  Enfin, ce n’était pas le sujet du moment, et Clarke voulait parler des barbares, alors des barbares elles parleraient.   C’était intéressant cette façon d’arriver, de l’aborder pour Tout savoir, et ça ne dérangeait pas Neith du tout. Neith qui avait toujours besoin d’occupation, pour ne pas céder à la colère du trop-penser.

« Tout ce que tu sais d’eux. »  C’était clair.  La reine des flots hocha la tête, avec ce sourire qui la caractérisait si bien, joueur et réfléchi à la fois. «  Alors tu saura tout. »   Et peut être qu’elle poserait des questions en retour, elle n’hésterait pas en tout cas, si elle en avait envie. Ce n’était pas  comme si grand chose pouvait lui échapper n’est ce pas ? Le politiquement correct, la retenue, ce n’étaient pas des choses qui caractérisaient Neith. Elle sourit un peu plus, aux précisions de Clarke, et elle hocha la tête. «  Sha. »  Et pour sur qu’elle avait remarqué leurs forces, même si elle pensait ne pas tout savoir. Enfin, Clarke serait exaucée.   Mais elle ne le serait peut être pas au milieu du couloir comme la blonde elle même venait de le faire remarquer. « Parlons en ailleurs. »  Il y’eut un sourire de la brune, qui fit un geste de la main, pour montrer qu’elle s’en fichait, mais elle se mit néanmoins en route. «  Miya kom ai. »   (Viens avec moi.) ca avait le merite d’être clair de toute façon, et Neith ne songea pas une seconde que le Trigedasleng puisse déranger Clarke. Non, elle parlait assez avec Lexa pour en comprendre les bases non ? Soit, si ce n’était pas assez explicite, la reine des flots c’était mise à marcher, en direction des quartiers qui lui avaient été offerts, comme à chaque fois qu’elle venait à Polis. Certes, ce n’était pas souvent, mais ça lui arrivait assez.

Et une fois la porte passée, elle ne réprima plus sa question. «  Pourquoi t’interesses tu autant aux barbares ?  Ton peuple n’est pas dans les premières lignes de la menace. »  Et peut être qu’elle testait Clarke. Qu’elle voulait savoir si il y’avait quelque chose sous sa question, si elle était un bon conseiller pour Lexa. Oh, juste pour savoir, sans méchanceté derrière une telle question.  C’était juste.. Oui un peu de curiosité, et peut être un peu d’inquietude pour les conseils qui auraient pu être apportés à Heda. Même si oui, Neith devait l’avouer, elle était en faveur pour l’entrée des skaikru dans la coalition. Mais ceci, était une autre histoire.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Lun 11 Avr - 23:14

La philosophie sur la faune de l’océan passée, les deux femmes pouvaient se concentrée sur le vif du sujet, le sujet si sensible et si brulant, dans tous les esprits organisateurs qui se trouvaient à Polis. Clarke appréciait Neith, à sa juste valeur. Elle ignorait seulement si elle devait restée méfiante envers le keryonsi, ou peut-être même que Neith faisait partie de ses âmes dont il fallait toujours garder une distance de sécurité, et ce, même si la confiance était impliquée (quand il y en aurait). Soitf, Clarke avait donc cette prudence à l’esprit, alors qu’elle opina de la tête pour suivre la chef du Sikru qui ouvrait la marche, pour ne pas rester pareils à des piliers en plein milieu du couloir. Si Clarke ignorait où ils se rendaient, Poney restait quelques pas derrière, continuant de les suivre. C’est en remarquant un autre Sikru que Clarke comprit et une fois dans les appartements de Neith, elle détailla un peu les lieux, avant de se choisir un siège qui ne semblait pas être attribué, puisque vide d’affaires. « Pourquoi t’intéresses tu autant aux barbares ? Ton peuple n’est pas dans les premières lignes de la menace. » Elle retint un froncement de sourcils, la fille du Ciel. C’était une question légitime, ou tout du moins, une question qui se voulait légitime. Une question qui était déjà venue, et qui reviendrait encore un certain nombre de fois.

& Clarke en était habitué, à la remise en question de ses actes, de ses choix. C’était monnaie courante à laquelle elle s’efforçait de ne plus ressentir un quelconque agacement. Elle serait toujours mise en doute, elle et ses motivations. « C’est mon rôle, à présent. » Elle regarda ses mains, l’espace de quelques instants, qu’elle ferma, sans qu’aucune violence, ni agacement ne soit visible. Il n’y avait que le mouvement qui suivait sa réflexion, paisible et calme. « En tant que conseillère, les considérations de Lexa sont les miennes. » Et il n’y avait que le sérieux qui ne laissait rien présager de la relation que les deux femmes entretenaient, qui parfois, relevaient plus que de la simple politique. « Et je ne peux pas la conseiller sur un ennemi dont j’ignore tout. » C’était noble, tellement loin des habitudes de Clarke en temps normal. Mais Neith ne la connaissait pas. Non, elle n’avait aucune idée des techniques de la blonde, des manipulations et des pressions dont elle pouvait faire preuve, quand il était question de victoire.

Alors, Clarke n’aurait aucune besoin à expliquer plus loin, à répondre à la question qui avait été posée, implicitement : quel était l’intérêt pour le skaikru ? A ses yeux, il n’y avait pas meilleur allié que Lexa. Le reste du trigedakru, il y avait un certain nombre de clans qui ne serait pas assez familier avec ceux du Ciel. Soutenir Lexa était la meilleure manière de s’assurer le soutien de la coalition, éviter les dangers qu’un nouveau leader entrainerait. D’autant plus que si l’unification des 12 clans tombait, le skaikru deviendrait une proie de plus aux yeux des barbares.

Les actions de Clarke étaient murement réfléchies. Mais nuls n’avaient besoin de le savoir. Ca aussi, c’était sa manière de faire. Porter seule les conséquences de ses actes, et les obligations qui allaient avec elles. (et sa ligne de conduite n’aurait en rien changer s’il n’y avait aucun sentiment impliqué envers Lexa. Le peuple avant tout.) « As-tu d’autres questions quant à ma motivation, ou vas-tu m’éclairer ? » Et si son expression restait passible, dans son regard bleuté vibra l’éclair de cette force qui l’avait mené jusqu’à cette chaise.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Sam 16 Avr - 11:44

Les appartements attribués à la reine sikru étaient sympathiques, elle en avait profité pour les envahir de livres, et une carte des flots était posée sur une grande table. Soit. Clarke ferait comme chez elle, et Neith en profita pour poser ce qu’elle tenait entre les mains, posant au passage des questions à la fille du ciel. Elle l’intriguait. Elle était curieuse de savoir comment une femme comme ça avait pu survivre, et surtout, elle savait elle, que ce que l’on voyait n’était pas toujours la verité. Clarke était blonde, la peau un peu usée par la terre peut être, mais elle avait cet air de quelqu’un qui n’avait pas souffert, pas dans son enfance. Ca ne voulait rien dire. La terre l’avait probablement usée plus que de raison, et une apparence n’était que ça, une apparence. Alors la petite princesse pouvait bien cacher un lion, que Neith n’en douterait pas. Ça lui plaisait. Elle voulait en savoir plus. Et même si elle était irritée par l’attaque des barbares, et cet amer sentiment qu’elle avait eu raison, elle était prête à donner pour recevoir. Et elle donnerait oui. Parce qu’il y’avait des choses sur les barbares qu’elle ne connaissait que trop. Parce qu’elle savait, elle avait vu. Et il y’avait des images qui brulaient ses retines encore et encore.

 « C’est mon rôle, à present. »  Et Clarke était calme. « En tant que conseillère, les considerations de Lexa sont les miennes. Et je ne peux pas la conseiller sur un enemi dont j’ignore tout. »   Il y’eut un hochement de tête de la reine sikru qui se laissa tomber dans un siège en face de la skaikru.   « Sha. »   Et si il y’eut un peu de silence. Clarke n’avait pas répondu à la question insidieuse, qu’est ce que les skaikrus avaient à gagner ? Oh. Ce n’était pas grave, la motivation de Clarke était la, et Neith s’en satisferait.  Chercher la petite bête n’était pas toujours sa manière de faire.  

Elle s’installa un peu mieux alors que Clarke insistait pour ses réponses, et la force dans le regard lui plu. « Loin de moi l’idée de mettre ta motivation à l’épreuve, Clarke. »  Ou peut être que personne n’était dupe. Mais soit. Elle reprit, nonchalement.  «  Il ne s’agit pas tant d’un peuple, que d’un amas de villages, ou de personnes, qui pratiquent des cultes où ils sacrifient des humains, et se nourrissent de la chair de ceux qu’ils tuent »  Elle gardait un regard calme, paisible, comme si elle racontait une histoire.  «  Par le passé il est arrivé qu’ils se regroupent pour mener des attaques. Comme cela est arrivé avec Sérön. Des groupes de ceux que l’on appelle les barbares se sont regroupés et armés jusqu’aux dents ils ont attaqués la ville, prêts à la mettre à feu et à sang et a reduire mon peuple à l’état de bétail. »  Son regard durcit, et une flamme y brula presque.  « Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ils sont sans pitié. Leur manière de combat est erratique et ils frappent sans merci, sans se soucier des blessures. »  Oh, il y’en avait encore à dire peut être, mais Clarke aurait peut être des questions aussi.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Ven 22 Avr - 20:53

Il y eu une satisfaction dans le regard de la Keryonsi qui ne plut guère à Clarke, comme si une épreuve avait tout juste été passée et la Skaikru ne put réprimer le sentiment qu’il y en aurait d’autres. Assurément, le trident dans un coin de la pièce n’était pas l’élément le plus dangereux chez Neith. « Loin de moi l’idée de mettre ta motivation à l’épreuve, Clarke. » Et Si la principale intéressée se retint de hausser un sourcil, la lueur dans le bleu de son regard prouvait qu’elle n’était pas dupe. Personne ne l’était, mais tout le monde, ici, avait la décence de ne pas donner son opinion, malgré les esprits sournois tel que la chef du Sikru, qui tentait d’obtenir des confirmations à ses soupçons. La blonde ne pouvait qu’apprécier la discrétion qui était de vigueur ici, certes, liée à la crainte de Heda. Clarke savait qu’une fois qu’elle retrouverait les siens (et cela arriverait plus tot qu’elle ne l’aurait voulu), ceux-ci ne se priveraient pas pour donner leur vision des choses. Jasper avait été le premiet et Clarke savait, elle le sentait dans ses os et dans la crispation nerveuse de ses intestins à chaque fois qu’elle y songeait, que son ami ne serait pas le seul à partager cette opinion sur la relation qu’elle entretenait avec Lexa.

Soit, sa vie sentimentale n’était pas le sujet de la conversation et Neith, finalement, parla des barbares. Clarke plissa le nez quand le cannibalisme fut à nouveau évoqué, songeant que si les 100 s’étaient écrasés là-bas, ils auraient été dévorés en quelques jours. Comme ces barbares avaient vraisemblablement tenté de le faire avec Sérön. Donc, ce n’était pas la première fois qu’ils se regroupaient pour pratiquer des raids destructeurs. Clarke frotta ses doigts entre eux, alors qu’elle réfléchissait tout en buvant les paroles de Neith. « Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ils sont sans pitié. Leur manière de combat est erratique et ils frappent sans merci, sans se soucier des blessures. » Clarke n’était pas une experte en combat pour pouvoir faire la différence, si jamais elle était amenée à les voir combattre. Mais ça laissait présager des choses claires : ils ne tenteraient pas de parer, ni d’éviter les coups probables. Ca ressemblerait à une boucherie où le plus résistant serait le dernier debout.

Et le silence tomba dans la pièce, Clarke saisissant que si elle voulait des éclaircissements, c’était maintenant ou jamais. Elle se mordit un peu la lèvre inférieure, avant de prendre la parole. « Ils attaquent les prairies juste pour agrandit leur garde-manger ? » Leurs mouvements n’étaient-ils pas trop offensifs, pour que ça ne soit que ça ? Est-ce qu’une famine, ou une maladie avait frappé l’ouest, forçant les barbares à s’en prendre au trigedakru ? Avaient-ils seulement conscience contre quel ennemi ils s’étaient frottés ? « Il faut donc frapper pour les tuer, c’est ce que tu dis ? » Et ça sonnait tellement naïfs dans sa bouche, qu’elle fronça les sourcils contre elle-même. Elle n’aurait aucune réticence à les tuer, s’il le fallait (et encore, elle ne serait pas celle qui prendrait la décision). Mais ça mettait toute la perspective de combat en question.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Dim 24 Avr - 0:16

Elle parlait des barbares, et quand elle en parlait, elle n’était plus Neith, la reine des sikru, la femme qui faisait le mieux pour son peuple, mais s’interessait à la vie, et aux bonnes choses, non, elle était la Keryonsi, le Kraken, celle  qui était sans pitié et qui n’hésitait à bruler sa propre ville pour que personne ne l’ait. Elle parlait avec l’ardeur de celle qui voulait combattre, elle expliquait, avec fureur dans le regard. Elle racontait les barbares, leurs méthodes erratiques, leurs fièvres du combat, elle racontait ces berserks anthropophages, cette haine qu’ils avaient en eux. Elle les haïssait, de tout son cœur, de tout son être.  Elle détestait qu’ils s’en prennent à son peuple. Elle détestait qu’ils les prennent. Que le trigeda se retrouve à leur merci ou presque. Elle les maudissait. Et elle aurait brulé tout l’Est si elle en avait eu les pouvoirs.  

« Ils attaquent les prairies juste pour agrandir leur garde-manger ? »   Elle fronça les sourcils Neith. C’était étrange comme façon de penser, c’était peut être ça, mais Neith se doutait qu’il y’avait autre chose. Elle secoua la tête. «  Je ne pense pas qu’il n’y’ait que ça. »  Et elle tenta de se rappeler de ce que lui avait dit Sekhmet, de ce qu’avaient dit les éclaireurs.  Et elle fixa quelques instants encore Clarke, et ses longs cheveux blonds, Clarke qui descendait du Ciel pour tomber dans un enfer sans nom. «  Entre autre. Je suppose que leur but est Polis, que leur but est de rayer notre civilisation, de conquérir, de prendre, de s’imposer partout dans leur non culture et leur violence. »   Elle cherchait encore d’autres raisons, elle ne voyait pas. Elle poussa un léger soupir, et croisa les  bras, en s’installant un peu mieux sur son siège.  

Il n’y’avait pas que ça. Elle attrapa une cruche d’alcool, se servant un verre, en présentant un autre à Clarke, tandis que celle ci posait une nouvelle question.  «  Il faut donc frapper pour les tuer, c’est ce que tu dis ? » Et elle aurait pu rire à la naïveté apparente de la question, si le sujet n’avait pas été aussi sérieux. Si il ‘avait pas été questions des barbares. Mais elle ne le fit pas, elle fronça les sourcils, but une longue gorgée, avant de reprendre d’une voix posée. «  Je dis, qu’il faut les éradiquer. Viser la tête et les bras pour les empêcher de fonctionner et de blesser d’avantage. Il faut les achever. »   Et elle fronça les sourcils un peu. «  Comme des animaux qui souffrent. »  Elle fixa Clarke encore après ça. Attendant de voir si la princesse du ciel, - elle avait entendu un cretin l’appeler ainsi, ça l’avait fait sourire – avait d’autres questions.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Ven 29 Avr - 20:56

La manière la plus efficace d’abattre un ennemi était de le connaitre et, indéniablement, le plus grand avantage du Trigedakru se trouvait devant Clarke. Neith les avait déjà combattus et apparemment, les barbares avaient ponctué divers épisodes dans sa vie. C’était une aubaine et si les questions de Clarke étaient parfois risibles, il n’en restait pas moins qu’elle préférait poser des questions évidentes pour la Keryonsi, mais qui ne l’était pas nécessairement pour le nouveau conseiller. Et la blonde ne lâchait pas son interlocutrice du regard, analysant les réactions, s’imprégnant de l’aspect non-verbal de Neith, qui restait néanmoins très parlant. Il n’y avait que le sérieux dans leur conversation et l’hypothèse que verbalisa la chef du Sikru glaça le sang de Clarke. Et elle fronça un peu plus les sourcils, se mordant momentanément la peau sous l’ongle de son pouce, alors qu’elle réfléchissait à l’envergure que prendrait une mission aussi suicidaire que celle de rayer le trigedakru de la surface de la terre. « Pour y arriver… ils auraient besoin d’une force considérable… Des milliers d’hommes. » Et elle fronça les sourcils, se repassant les cartes en tête, les forces en présence. « Ce n’est pas possible de diriger autant. » Lexa avait déjà des dissidences avec une douzaine de clan, et elle avait l’avantage d’être affiliée à un esprit mythique.

Mais peut-être qu’elles n’obtiendraient jamais de réponse. Et là n’était pas la question. Il était hors de question que Clarke laisse ceci arriver. Ils défendraient le trigedakru, en commençant par le clan des prairies. Et pour ce faire, il fallait savoir comment abattre l’ennemi, ce qui ne semblait pas être une chose aisée. Neith eut des propos radicaux, qui ne surprirent pas réellement Clarke. Elle était bien familière avec la méthode de penser de guerriers et autres chefs de guerre, elle n’en avait pas attendu moins. « Il faut les empêcher d’approcher de nos guerriers alors. » La réflexion se peignit sur son visage. Il faudrait savoir, les capacités des archers, de leurs meilleurs tireurs. Et elle pensa au sniper qui les avait pris comme cible, après le missile sur TonDC. Ca, ça aurait été une force de frappe efficace. Mais elle doutait que le trigedakru accepte de se joindre à ceux de la montagne. Si ceux-ci étaient restés saints et saufs, c’était grâce à la pression que Clarke avait fait et que, majoritairement, le Skaikru se portait garant des occupants de Mont Weather. Eventuellement faire appel à leurs propres gardes… Mais il y avait encore de nombreuses manières de s’occuper d’attaques à distance.

Ainsi, Clarke garda le silence, vraisemblablement concentrée alors qu’elle supposait les forces de son propre clan, avant de supposer qu’il ne fallait pas nécessairement compter sur leur aide : les archéens n’appartenaient pas à la coalition. Mais il n’y avait rien qu’ils étaient incapables d’apprendre de son peuple. Et le skaikru avait toujours eu un faible pour la pyrotechnie. Soit. Elle réfléchirait sur ce point. « Qu’as-tu d’autres à me dire ? » Voilà, elles étaient prêtes pour continuer leur conversation.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Sam 30 Avr - 10:14

Neith n’avait peur de rien. C’était probablement un fait. Elle était ce genre de femme qui courait vers la mort son trident à la main, si cela signifiait protéger ce qui comptait. Elle était ce genre de femme qui ne craignait pas de souffrir, ou de sacrifier ce qu’il fallait. Mais les barbares, les barbares lui glaçaient le sang, les barbares réveillaient en elle quelque chose qui la poussait à vouloir écraser, à vouloir combattre, qui renouvelait son ardeur à protéger encore et encore. Et quand elle parlait d’eux elle n’était plus la même. Elle se ferait un plaisir, demain lors du conseil de donner son avis, et ne retiendrait probablement pas les piques acerbes que cette situation induisait. Elle les avait prévenu. Elle avait prévenue Lexa que les barbares menaçaient. Mais ça n’avait jamais été le temps. Il n’y’avait plus eu d’attaques sur Sérön du temps de la coalition, ça n’avaient été que des chimères tandis que la montagne était réelle, tandis que maintenir la paix était important. Et elle le comprenait Neith. En place de lexa elle n’aurait probablement pas fait pareil, mais elle n’était pas Heda, et c’était un bienfait pour la coalition. Elle aurait été une bien mauvaise Heda, gérer son peuple, était bien suffisant.   Néanmoins, ça ne l’empechait pas d’offrir son point de vue à Clarke,  dont la compréhension l’impressionait assez. Pas qu’elle n’ait supposé qu’elle ait été bête, mais venue d’un peuple totalement different, son acclimation à leurs façons de faire et son intérêt pour les trigeda lui plaisait. Heda avait choisi un bon conseiller, et même si Neith se doutait que dans le cœur de Clarke sa fougue à protéger Les trigeda des barbares était probablement animée par la même flamme qui l’animait elle, protéger SON peuple – elle pouvait le comprendre, elle aurait fait n’importe quoi pour protéger les sikru, et les membres de son clan ne le savaient que trop – elle la trouvait néanmoins honorable. Clarke lui plaisait. D’une manière chaste et totalement politique.

« Ce n’est pas possible de diriger autant. »   Et elle parlait de l’envie qu’avaient les barbares probablement selon Neith, de diriger Polis. Et elles parlaient de ce désir qui devait les mouvoir d’eradiquer la coalition de Heda, d’éradiquer la civilisation. La fille du Sud hocha la tête, passant la main dans ses cheveux, à l’arriere de sa nuque. «  Ça ne sera jamais une attaque de front. Aussi berserk qu’ils puissent être, ils ne sont pas si nombreux. Mais ils se lancent. Et la perte du Clan des Prairies aux mains de ces sanguinaire causerait des remous qui pousserait la coalition à retomber sur elle même. Que serait Heda si elle ne protege pas le clan qui ne se bat pas ?  Que serait Heda si dans la Paix qu’elle annonce à tous, le clan militairement le plus faible, se fait raser parce qu’elle n’a pas su le protéger. Tu sais aussi bien que moi que des clans n’hésiteraient pas à attaquer. Les barbares pourraient profiter de ça. Et même, si ils ne le savent pas forcement, ils doivent s’en douter. »   C’était une histoire ancienne, diviser pour mieux régner. Et les barbares n’étaient pas si stupide, elle savait aussi, - elle l’avait vécu – que des trigeda, que des gens au demeurant nobles n’hésitaient pas parfois à vendre des gens, à vendre des informations par peur de la torture. Zach l’avait fait. Avait voulu le faire.  Elle secoua la tête. Et bien sur, elle, elle aurait suivi Heda jusqu’au bout. Mais pouvait elle parler de tous les chefs de Clans ? N’y’aurait il même pas chez les Sikrus un désespoir lié à Heda si elle laissait leurs alliés de toujours, le clan des prairies, périr aux mains des cannibales ?

Et Clarke réfléchissait vite – et bien – ce qui causa un sourire sincère sur le visage de la brune qui s’éclaircit un peu. « Il faut les empêcher d’approcher de nos guerriers alors. »   Il y’eut un hochement de tête, Neith réfléchissait déjà. Elle avait mené des expédition contre les barbares. Elles n’avaient pas été très bénéfiques. Mais elles avaient existées, et elle était probablement l’une des mieux placée pour parler d’eux. Alors elle reflechit un peu, et elle reprit. «  Dans l’absolu ça serait l’idéal. Faire une barrière d’archers qui tire à tout va. Des flèches enflamées pour les faire battre en retraite. Des soldats armés d’armes d’hasts. »  Elle réfléchissait vite et trop peut être, ce n’était pas elle qui déciderait de toutes les manières, et Heda avait peut être de meilleures idées. Enfin. Il y’avait un point sur le quel elle était curieuse. «  Penses tu que si les trigeda l’acceptaient, ton peuple nous prêterait des hommes, avec des armes à feu ? »  Et c’était une question ainsi. Elle ne pensait pas spécialement qu’Heda accepte la proposition. Ou même que les autres chefs de clans soient emballés. Non, ce n’était pas quelque chose, qu’elle proposerait elle. Quoi que ça puisse être une idée.  Tous les moyens étaient bons pour detruire les barbares une bonne fois pour toute.

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
1893
avatar
100
100
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Dim 1 Mai - 10:17

Y aurait-il jamais plus d’une dizaine de jours de pseudo paix ? Était-ce que Clarke serait amenée à connaitre, pour le reste de sa vie ? Elle ne savait pas, et quand cette pensée lui traversait l’esprit, elle faisait tout ce qui était en son possible pour l’oublier immédiatement. Si elle voulait penser au futur, ce n’était pas le genre de futur sur lequel elle voulait se concentrer. Elle n’avait pas besoin de perspectives peu réjouissantes où se rendre. Si elle devait réfléchir à l’avenir, elle voulait que ça soit un jour meilleur que ceux qu’elle connaissait (certes, son peuple n’était pas directement en danger. Mais, elle aurait été idiote, Clarke, de penser que ça ne se résumait qu’à ça. Il y avait plus, tellement plus.) Et ces âmes tourmentées dans le clan des prairies, il y avait un visage qui ne lui était pas étranger. Ne serait-ce que pour Baal, elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour les sauver. « Les barbares pourraient profiter de ça. Et même, si ils ne le savent pas forcement, ils doivent s’en douter. » Clarke eut cette moue peu appréciative sur son visage, en y songeant. Oui. Depuis le nombre de jours où les barbares s’étaient avancé sur les prairies, ils devaient rire du peu de résistance qu’ils rencontraient. Elle passa une main dans ses cheveux, tout en échappant un soupir. « Nous n’avons qu’à empêcher ça. » Ca aurait pu faire rire, dans la bouche d’un autre. Mais Clarke avait cette volonté évidente dans ses propos, cette force de caractère qui faisait que personne ne pourrait lui dire le contraire (ou, si quelque se sentait d’humeur de le faire, il vivrait un sale quart d’heure par la suite).

Neith fournissait des informations qui étaient précieuses. Si les barbares n’avaient aucun scrupules à attaquer en lâche, Clarke n’aurait aucun cas de conscience quand viendrait le temps de les faire tomber. Et la Keryonsi avait très certainement de l’expérience dans le sujet. « D’hasts ? » Pour se défense, elle débutait dans le monde des armes blanches, et ça prouvait, au moins, qu’elle n’avait pas peur de reconnaitre qu’elle ne connaissait pas. D’après elle, c’était la première étape pour en apprendre d’avantage ; un état des lieux sur ses connaissances acquises. « Penses tu que si les trigeda l’acceptaient, ton peuple nous prêterait des hommes, avec des armes à feu ? » Elle s’y était attendue à cette question, Clarke et cela se vit, par l’absence de surprise et ce pli sur son front qui se creusa un peu plus. Le silence se marqua brièvement. «Je ne sais pas. » Elle n’était pas ici en tant qu’ambassadeur, et si elle avait un poids au Camp Jaha, ce n’était que grâce au mérite. « Ils ne verront surement pas les barbares comme un ennemi directe pour eux. » Le skaikru était prêt à sacrifier tout ce qu’ils avaient pour assurer la survie de leurs. Mais pour la survie des autres ? « Je ne suis même pas sûre qu’ils soient au courant pour les attaques. » Son expression se renfrogna un peu plus, alors qu’elle considérait sérieusement ses propres mots. Oui, elle n’en avait parler à personne, elle. Si elle était amenée à se rendre au Camp Jaha dans les jours à venir, ça serait loin d’être une promenade de santé.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Indira Varma
Bravoure :
2347
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    Lun 2 Mai - 22:18

« Nous n’avons qu’à empêcher ça. » Et si clairement Neith aurait pu se fendre d’un sourire ou se moquer de Clarke, elle ne le fit pas. L’heure était grave. Les barbares étaient un sujet qui ne la concernait que trop, et qui la mettait en colère, ou dans tous ses états. L’Heure était grave oui, et Neith n’avait pas la tête à rire – une fois n’était pas coutume, elle reprendrait son caractère usuel plus tard, le sujet était trop irritant pour ça – alors elle garda son air le plus sérieux et fixa Clarke longuement avant de reprendre la parole, d’une voix presque détachée. « N’est ce pas la raison pour la quelle nous sommes ici, plutôt que dans nos peuples respectifs ? » Et par le « nous » elle entendait d’avantage le « nous » union des chefs grounders, que Clarke et elle. Clarke était ici pour les raisons de son choix, pour conseiller Lexa et probablement autre chose. Ca ne la regardait pas – elle aurait une réponse un jour, elle le savait, elle était bien trop perspicace pour que ça ne lui échappe - pas pour le moment du moins. Et surtout pas maintenant. Et oui, les barbares arrivaient à rendre Neith différente de la femme provocatrice et joueuse, ca serait bien la leur seule victoire, une font ils se fichaient – elle, elle ne s’en fichait pas - . ils payeraient pour ça aussi.

Soit, Neith continua de fournir des informations, d’offrir des réponses à la fille du ciel – si elle avait été d’humeur, elle aurait pu lui offrir bien d’avantage - « d’hasts ? » et elle pecha la tête quelques instants avant de reprendre naturellement. « Des lances, des tridents, des longues haches de guerre. » Son ton était bien neutre, et elle continuait sur sa lancée, s’interessant cette fois à ce que le Skaikru pourrait faire dans la bataille à venir. La question avait le merite d’être intéressante elle n’en doutait pas – elle ne posait pas de questions stupides, elles avaient toutes un sens, et un but - et Clarke semblait perplexe. « Je ne sais pas. » La réponse vint, et Neith fronça les sourcils, serrant les bras devant son torse en continuant de fixer Clarke, qui lui expliquait en quelques mots que les skaikru étaient un peuple égoïste. Raison de plus pour que les skaikru ne deviennent le treizième clan alors, pour qu’ils fassent leurs preuves ? Enfin, ce n’était pas à Neith de juger de ça, et la Keryonsi hocha la tête. « Sha. Et pourtant, leur viande n’est pas différente de la notre, si les barbares parviennent jusqu'à Polis, ce ne sont pas leurs maigres défenses qui les arrêteront après ça. » Et ce n’était pas une menace, ce n’était qu’un fait qu’elle évoquait, et elle reprit, d’un ton toujours similaire. « Ce n’était néanmoins pas la question que je t’avais posé. Penses tu, que si leurs alliés leurs demandaient de l’aide, ils la leur enverraient ? »

_________________
Show me the way
There's no guide, blind ships in the night. Oh blood red moon, eat away the night. Darkness covers my lonely soul, no one to feed the dying light... Good morn', oh dreadful day, I prayed the moon had lit the sea instead of me.. For the sails of night. Please tell me everything's alright.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: we are rooted but we flow | clarke    

Revenir en haut Aller en bas
 
we are rooted but we flow | clarke
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PANDORA H. FAUST ► Emilia Clarke
» ELENA H. A-L ✗ Emilia Clarke.
» Eliot Kit Madden ► Emilia Clarke
» SILVER ALOYSIA HAMPTON ► Emilia Clarke
» ELLY HEMINGWAY ► Emilia Clarke

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Trikru :: Polis :: La Tour de Commandement-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: