AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clarke ▬ not a princess anymore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2123
avatar
100
100
MessageSujet: Clarke ▬ not a princess anymore   Jeu 12 Mar - 21:57

Griffin
Clarke

you are my people ~

Age du personnage: 18 ans Allégeance : ses propres convictions, qui parfois, se brisent sur les obstacles, les aléas, la guerre Metier : leader des 100, gardienne de l’alliance, médecin pour les corps en peineCamps: les 100 (et tous ceux qu’elle pourrait aider, si elle en avait la possibilité)

Descriptions
Clarke, franchement, si t’avais le choix, tu serais pas née ici, parce que tu te sens pas à ta place, ou alors, c’est rare quand ça t’arrive.  Pourtant, tu t’en sors terriblement bien, dans ce monde de guerre et de violence. Alors que t’es une artiste et un médecin dans l’âme, tu aimerais la paix, mais ces temps-ci, tu repends plus vite la mort dans ton sillage, que n’importe quel autre signe d’espoir.

Forcément, ça t’a affecté. T’es plus la petite fille qui rêvait dans l’espace, d’un terre idyllique, d’une verdure et de magie naturelle. Non. T’as perdu longtemps ta rêverie d’enfant, tout s’est arrêté, comme la montre que tu portes au poignet.  Tes épaules sont alourdies par le fardeau des responsabilités, des morts que tu as provoqués, et des vivants que tu dois encore sauvé. Tu ne sais pas d’où te vient cette force, qui te permet de continuer, d’avancer, mais tu fais face, et tu défies toutes les lois qui se dresseraient contre toi. T’as un fort sens du devoir, et tu as le don de te rebeller contre le pouvoir en place. Parce que le monde n’est pas blanc, n’est pas noir. Qu’il n’est pas gris, non plus. Le monde est simplement cruel, surtout avec toi.

Mais tu tiens bon, Clarke. T’as cette rage de vivre, dans le fond de ton ventre, et cette flamme féroce, qui brule ton regard. Tu viens du ciel, et tu aimerais croire que les étoiles t’ont donné leur force. Sauf que ce n’est que du gaz inconscient qui vole à des milliers de kilomètres  de là. Tu sens la gravité de la terre sur tes os, au point où cela te ferait presque souffrir. Mais tu dis rien, tu te plains rarement pour toi-même, et toujours pour les autres. T’as jamais voulu être en charge, t’as jamais rien voulu, réellement. Mais tu t’es retrouvée là, à côté de Bellamy, à être guidée par les attentes des 100, et finalement, tu as pris cœur à leur présence, et ce sont eux, qui continuent de faire battre ton cœur. Après, réellement, que reste-il ?

T’étais une fille banale, avant. T’attirais pas le regard, avec tes cheveux blond, ton allure un peu supérieur aux autres – tu tenais ça de ta mère, tu en étais persuadée. Ici, sur terre, t’as l’impression que ta chevelure attire l’attention de tout le monde, alors que tu ne les trouves que sales, et parfois gênant.  L’hygiène de l’Arche te manque, mais que vaut un bon savon, contre la chaleur du soleil sur ta peau, qui commence à peindre sa présence sur toi ? Y a pas que ça, qui t’a marqué. Parce que la terre est sans pitié, et que parfois, tu contemples les nouvelles cicatrices, qui marquent ta peau de coups, de bleus, de scares. Tu as souvent mal aux muscles, et tu fais tout pour garder une démarche naturelle, forte, droite. Car tu sais que tu t’endurcis, physiquement, mentalement.   C’est ce que fait cette planète, sur tous ses habitants.  


Parle moi de toi -  

Il y a toujours eu ce bruit, dans tes oreilles. Le ronronnement des moteurs, du souffle du système de ventilation, du froid de l’espace, que tu ressentais, à travers les coques de l’Arche. Tu as toujours été intelligente et tu as toujours su, que tu l’étais. Pourtant, tu n’en as pas pris la grosse-tête, parce que tous ceux sur l’Arche, l’étaient, à leur manière. Tu respectais chaque individu, pour ce qu’ils étaient, pour le potentiel, qu’ils avaient, et que tu les considérais vitaux, pour la pérennité de la station, qui était votre maison. Même si, au final, tu n’avais que très peu d’amis, et que tu faisais partie de cette classe privilégiée, des hommes, qui connaissaient leurs responsabilités. Le fait que ta mère fasse partie du Conseil t’a toujours écarté des autres. Tu ne sais pas pourquoi. Ou peut-être, n’étais-tu simplement pas intéressée, par les autres. Tu supportais bien la solitude et tu adorais te perdre dans la lecture, dans le dessin, dans l’étude. Ta mère était si fière de toi, des heures que tu passais avec elle, dans l’aile médicale, à apprendre de son savoir. Ça a sûrement été ses meilleurs moments mère-fille, et c’est surement là, que son caractère a déteint sur toi. Même si tu te refuserais à toute comparaison.

Parce que ça a toujours été tendu, entre ta mère et toi. Tu avais toujours besoin de lui prouver, tu ne savais pas quoi, que tu étais comme elle, éventuellement. Mais t’y arrivais pas, alors tu avais cette jalousie qui gonflait dans tes veines et tu piquais une crise, avant même que l’adolescence ne décide de faire chavirer tes hormones. Alors, il y avait ton père, ton père que tu aimais tant, qui était là, pour te remettre à ta place « écoute ta mère. » disait-il, de ce sourire mutin qui pendait sur le bord de ses lèvres, alors qu’il passait une main dans tes cheveux. Freud aurait sûrement beaucoup à dire sur ton cas, mais tu n’aimais pas la psychologie, donc tu ne connaissais pas ses théories. Pour toi, ton père était l’homme parfait, qui t’apprit l’art et la patience. L’intempérance, aussi, quand elle était nécessaire. Tu aurais tout fait pour lui.

Jusqu’au jour où tu le perdis, qu’il embrassa la mort de l’espace, qui arrache le corps et la présence. Tu as pleuré de rage, et tu as juré de venger sa condamnation – raison pour laquelle, éventuellement, tu t’es retrouvé en cellule d’isolement. Parce que tu en savais de trop, et que le Chancelier, en plus de ta mère, n’appréciait pas, que tu corrompes l’équilibre de l’Arche, pour un simple désir de vengeance - ou de justice. Mais pour toi, cet équilibré s’écroulait déjà, car, sans ton père, que restait-il de viable, dans l’espace ? Et puis, quel était l’intérêt, puisque vous finiriez tous asphyxier, dans quelques mois. Tu acceptas donc l’idée que tu allais mourir, avec les personnes que tu avais aimé, avec les personnes, qui t’avaient trahi, et finalement, pour la première fois de ta vie, tu supportais mal cette solitude, qui t’aurais rendu folle.

Quelques mois plus tard, tu crus l’être devenue, quand tu fus embarquée dans une navette. C’était pas parce que tu avais eu le temps de philosopher sur ta propre existence que tu étais prête à quitter le nid. Mais voilà, tu fus propulsée, à la force de quelques G, jusque la planète, qui avait vu naitre ton espèce. Rien n’était plus pareil, car il n’y avait plus d’Arche, plus de retour en arrière. Qu’une rencontre fracassante avec l’extérieur. Cet extérieur que personne ne maitrisait. Alors oui, tu désirais suivre ta propres route, car tu te savais intelligente, et qu’à présent que les parois rassurantes de l’Arche étaient absentes, tu doutais des capacités de tes congénères, qui ne manquèrent pas de libérer la sauvagerie d’une nouvelle vie offerte.

La terre te réserva de nouvelles révélations, de nouvelles trahisons, des coups encore plus durs, plus fracassant que ce que tu avais cru possible. Et a chaque fois que tu étais à deux doigts de tomber, de rencontrer le sol, pour ne plus jamais te relever, tu te reprenais, Clarke, et tu t’élevais, plus haut que précédemment. Tu ne sais pas à partir de quand les Cent ont commencé à avoir confiance en toi, à vouloir croire en toi, à vouloir te suivre, mais bientôt, tu sentis le poids de leur présence dans ton dos, qui te forçait à avancer. Tenir tête à Bellamy fut aisé, parce que, à cette époque, tu ne le considérais même pas. Mais sur cette terre, il y avait besoin d’alliance, et de confiance. Finalement, tu en acceptas quelques-uns, autour de toi, au fur et à mesure, que tu prenais plus de vies que tu n’avais jamais vu de morts.

Tu t’épanouis sur cette terre, comme une fleur qui avait attendu des années, l’engrais fertile du sol, et la chaleur du soleil, haut dans le ciel. Ton cœur s’endurcit, alors que tu devins plus sensible, encore, à ce qui t’entourait. Tu vécus ton premier véritable amour dans les bras de Finn et pour un moment, tu te crus heureuse. Et le ciel envoya un autre colis de fer, retenant une vie, celle de Raven. Et la Terre cracha ses habitants belliqueux. Tu tentas la paix, car c’était la solution qui faisait sens, car c’était ce en quoi tu croyais, à l’époque, et que, surement, tu avais peur de la guerre. Anya, elle, ne la craignait pas, et tu sentis ton humanité se morcelée, quand, dans un anneau de feu, tu fis vivre l’enfer à des centaines de grounders.

Il n’y eu aucun répit et tu tombas dans les entrailles de la terre, d’un Mont Weathers, que tu pensais mort. Et tu te sentis comme une Eurydice en guerre, a tenté de fuir ce bunker, que tu ne connaissais pas, et surtout, ces gens que tu ne connaissais pas. Ta confiance était difficile à gagner, et tu refusais de croire que Bellamy et Finn étaient morts. Tu refusais de croire que ton monde était mort. Alors, tu fis tout pour t’en sortir, courir sous la peau du Mont Weathers, pour finalement découvrir son macabre secret. Tu n’aimais pas les grounders, mais au moins, les considérais-tu comme des hommes – aussi effrayants pouvaient-ils être à tes yeux – et non comme des poches de sang. Lexa dirait que ton altruisme était une faiblesse, et Anya le pensait surement – aurait été un autre motif, pour tenter de te faire la peau, de tirer ta tête blonde en arrière, jusqu’à faire un scalpe de ton crâne. Mais tu ne pouvais détourner ton regard de ceux qui souffraient.

Alors, tu pris la fuite avec le chef de guerre et fuit dans la forêt, dans une course poursuite qui te détruisit, de l’intérieur, où, quelque part, tu te perdis entre les bois, pour trouver une nouvelle force, sentir cet instinct de survie jaillir du plus profond de ton être, pour te reconstruire, à chaque pas où tu te sentais faiblir. Vous arrivèrent au Camp Jaha et Anya tomba. Tu avais cette impression, comme le goût de la boue, dans le fond de ta gorge, que tu n’arriverais jamais à reprendre ton souffle. Peut-être que tu souffrais d’un manque d’oxygène, d’un manque de paix. Mais quand tu repris tes esprits, après t’être faite tirer dessus – merci bien – tu savais ce que tu avais à faire.

Les retrouvailles avec ta mère furent à peine chaleureuses et tu fus déterminée à sauver ton peuple, ces Cent, qui n’étaient plus tout à fait cent, qui comptaient sur toi, qui, quelque part, dans les entrailles de la terre, verraient leur sort se perdre dans les expériences scientifiques des occupants du Mont Weathers. Tu perdis Finn, avant qu’il ne meurt, et tu te perdis, quand il tomba, lui aussi, qui continue de te hanter, dans tes rêves les plus profonds. Tu aurais voulu qu’il soit seul, mais parfois, tu sentais le souffle de Lexa, dans tes songes, en entendant sa voix, qui envenimait tes pensées, te donnait une ligne de conduite, que tu ne voulais pas suivre. Mais il y avait une présence rassurante, chez le commandant – tu troquas celle de Bellamy, pour elle, lui qui était envoyé dans l’antre de la bête. Parfois, quand tu étais occupée à l’écouter parler en Trigedasleng, tu oublias la présence de ce mort, dans ta conscience. Car Lexa n’était pas là pour te juger, comme tous le faisaient, si fort. Elle n’était pas là pour te guider, même si elle le faisait, dans ses moments de générosité. Lexa était simplement là, et tu étais heureuse, que ce soit elle, le commandant, au lieu d’un autre.

Même si tu perdis ton âme, alors que la Montagne relâchait son missile, sous l’influence de la Femme Sauvage. Maintenant, tes nuits, sont noyées par le visage de ces connus, et inconnus, qui pleurent leurs propres morts, injustifiées dans un coin de ta réflexion, qui n’apprécie pas que tu aies suivi l’impulsion de Lexa. Tu te sens coupable, Clarke, de ne pas être le leader que tu voudrais être, de ne plus être l’humain, que tu voudrais être. Car, en toi, il y a ce vide, qui se creuse, qui ne se comble pas et qui, à défaut, te bouffe. Tu te sens faible, même si tes pieds continuent de te porter. Car tu as peur, que si tu t’arrêtes, tu te brises définitivement. Alors, tu préfères décider de où tu tomberas. Pour toi, ça sera devant les portes du Mont Weather.

ARMES - CAPACITES - SIGNES PARTICULIERS
Clarke n’est pas un guerrier, elle n’en a pas la carrure, même si la terre commence à la forger, à lui donner sa forcer, et à se montrer implacable envers elle. Alors, elle utilise un pistolet, dont le recul ne l'affecte plus. Elle s’est entrainée, et est sûre de viser au bon endroit. Elle porte beaucoup d’importance à la précision, surtout quand il est question de médecine, de chirurgie. Si elle n’égale pas sa mère, dans ses compétences, elle n’en reste pas moins une personne très qualifiée, avec ses doigts. Elle est, également, souvent accompagnée d’un raton laveur géant et quelque peu antipathique.  
  


Et sinon moi c'est gan-sha ; j'ai 23 ans -clarke est jeeeeune- et j'ai connu le forum par PRD. C'que j'en penses c'est que je suis très contente d'avoir voler Clarke, et j'espère être à la hauteur (a) et puis le code d'activation est le suivant Bellamy il a un truc pour les tartes aux pommes. Il aime les faire. Après, si vous avez vu American Pie...


Dernière édition par Clarke Griffin le Sam 14 Mar - 23:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2232
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: Clarke ▬ not a princess anymore   Jeu 12 Mar - 22:02

& Bienvenue officiellement !  ( Tu gagnes même des coeurs multicolores ! C'est pas beau ça ? )

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Devon Bostick
Bravoure :
2114
avatar
100
100
MessageSujet: Re: Clarke ▬ not a princess anymore   Jeu 12 Mar - 22:08

Owhhh vous etes cute ! Souriiiire

Bienvenue ! Calin10

CAPS LOOK FOR YOU ICI AUSSI !  Yaaaay Keur

Edit:

Ouais je me sens tout comme ça ! *mur*

_________________

Here I am  alone again
How'd I wind up here again ? It's like I'm always getting blood on my hands, all it takes is one and I'm gone and a thousand 'til the end.Tell me why! Does everything that I love get taken away from me ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2123
avatar
100
100
MessageSujet: Re: Clarke ▬ not a princess anymore   Jeu 12 Mar - 23:07

Tu vas voir ce qui va être multicolore, chez toi Pelle

Jaspeeeer


Moi aussi je me sens tout comme ça /o/

et le pavé est posté o/ Pardon pour la longueur, Clarke inspire u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2232
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: Clarke ▬ not a princess anymore   Jeu 12 Mar - 23:11

FICHE DE
    VALIDATION  

   
Bienvenue sur Red Sands



     
    Le raton laveur antipathique mais sexy te valide donc Cool Hate de RP avec toi KYAAAAH Et tout est bon \o/ ( forcement sinon on aurait pas validé /baff/ )   du coup bah... Bienvenue officiellement ! Encore Very Happy

    .... Et .... Comment ça c'est autre chose qui va être multicolore ? =o *Lexaperplexe* ange

      Maintenant quelques liens utiles

      → Premièrement, en tant que bon membre validé, tu dois aller recenser ton avatar ainsi que ton métier/Role sans quoi nous risquons de les oublier, et vous pourriez vous faire voler votre tête et votre job ! Ça sera balot quand même

      → Ensuite, plus amusant peut être les fiches de liens ainsi que les demandes de RP ; demandes diverses.  

      → Et enfin, pour vous comme pour nous, les achats et les les top sites  
     

   

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Devon Bostick
Bravoure :
2114
avatar
100
100
MessageSujet: Re: Clarke ▬ not a princess anymore   Jeu 12 Mar - 23:11

Owhuiii plein de hug Amoureux

Calin10 Tu es adopté

_________________

Here I am  alone again
How'd I wind up here again ? It's like I'm always getting blood on my hands, all it takes is one and I'm gone and a thousand 'til the end.Tell me why! Does everything that I love get taken away from me ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Clarke ▬ not a princess anymore   

Revenir en haut Aller en bas
 
Clarke ▬ not a princess anymore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» don't you trust me anymore? le 14/2/12 à 20h23
» Eliot Kit Madden ► Emilia Clarke
» ELLY HEMINGWAY ► Emilia Clarke
» SAVANNAH CLEO HEMINGWAY ► Emilia Clarke
» Emilia Clarke avatars 200x320 pixels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: POUR LE RP :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: