AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2510
avatar
100
100
MessageSujet: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   Mar 19 Déc - 18:24

Clarke boitait légèrement, la douleur régnant dans sa cuisse, résultat de sa bataille dans les grottes. Se faire ensevelir ne faisait pas partie de ses meilleurs souvenirs, mais avec un peu de chance, elle n’en tirerait aucune phobie, comme celle des eaux profondes, depuis un saut du haut d’une cascade… Elle avait été chanceuse, et ça avait été une nouvelle fois où elle avait manqué de mourir. A croire que la mort elle-même refusait d’accepter Clarke en son sein. Elle se rappelait que les Shiedgeda dissident à côté d’elle n’avait pas eu cette chance – tant mieux pour lui, sinon la blonde lui aurait aussi réglé son sort, d’une manière ou d’une autre. Et elle était encore là, à fouler le sol de la Terre avec une démarche chaloupée, accompagnant les survivants, ceux qui avaient été sauvés jusqu’au Camp Jaha. C’était une impression de déjà vu, retrouvant les mêmes silhouettes détruites qu’à la fin du mois de décembre. Elle savait un peu mieux quoi dire, bien que le silence était parfois la meilleure des choses. Parce qu’il n’y avait besoin de rien dire. C’était un fait malheureux, mais ils avaient survécu. Ca n’avait pas de prix, de voir enfin la lumière au bout du tunnel.

La petite caravane s’était arrêtée pour la nuit, ceux qui survivaient tout juste avaient besoin de repos. Ils n’avaient rien de ceux qui parcouraient les forêts depuis des mois maintenant. Clarke, elle, ne rechignerait pas à un peu de repos, l’os de sa jambe se faisant douloureux. Elle était occupée à desseller Archéon – qu’elle avait prêté à l’un dans le besoin- aidée par Teksas. D’un œil, elle observait la dynamique du camp qui s’organisait. Il y avait peu de membres du trigedakru, pour limiter les réactions de panique des survivants. Mais il y en avait quelques-uns, son attention se portant sur Canjun, à qui elle offrit un sourire de loin. C’est là qu’elle le vit, ce garçon, tout juste un adolescent, qui portait une pierre. Un rocher, assez petit pour être lancé. Assez gros pour faire du mal, s’il touchait sa cible. Clarke abandonna la selle sur le sol et en de grandes enjambées qui ne manquèrent pas de la faire grimacée intérieurement, elle arriva jusqu’à l’archéen. Elle lui attrapa le poignet, serra plus fort que c’était nécessaire. Il eut une plainte, elle l’écouta à peine. « Pose cette pierre tout de suite. » C’était un ordre, c’était furieux dans sa voix. « Qu’est-ce que tu allais faire ? » Il y eut une vocifération. « Ils nous ont fait du mal, je ne fais que leur rendre ! » Le cri attira l’attention, mais le regard de Clarke ne quitta pas la figure de l’enfant. « Les responsables sont morts. Si ça ne te fait pas te sentir mieux, alors blesser des innocents ne le fera certainement pas. » Elle aurait continué de le remettre en place, oh oui, elle était bien partie pour le faire Clarke. Mais il y eut une main qui se posa sur son épaule, et elle savait de qui il s’agissait.

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Rudy Youngblood
Bravoure :
1772
avatar
Grounder ; Shiedgeda
Grounder ; Shiedgeda
MessageSujet: Re: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   Mar 26 Déc - 23:51

Les souvenirs de ces visages traîtres que son regard ébène avait croisé rongeaient l'esprit de Canjun. Ses bras endoloris par l'effort aidaiet un homme à transporter le corps blessé et mutilé d'une jeune femme qui avait été retenue prisonnière dans les grottes durant un long moment. Ses yeux sombres et si expressifs étaient abaissés sur le visage sale et endormi de la demoiselle, et son cœur battant ne cessait d'être douloureux. Son organe vital était noué, serré. Canjun n'avait rien vu de toutes ces cachotteries, de toutes ces trahisons faites derrière le dos de tout un peuple qui avait rejoins les rangs de la coalition. Il n'avait rien vu et surtout, il n'avait remarqué à aucun moment le double jeu de Faora. Cette femme qui avait tant souffert, qui avait tant perdu et qui avait un passé aussi douloureux que le sien. Elle sombrait dans les ténèbres, n'avait pas réussi à remonter à la surface. Lui, il avait tenté de l'aider, avait tenté de lui tendre une main pour l'amener vers un plus bel avenir. Ca n'avait pas marché. Ca n'avait pas fonctionné. Le guerrier était ressorti perdant de cet objectif qu'il s'était fixé. Qu'allait-elle devenir ? Allait-elle se laisser mourir après avoir coulé face à la force de la coalition ? Faora lui rappelait son père. Elle lui rappelait cet homme qu'il avait tant aimé et qui, pourtant, l'avait lâchement abandonné. Elle lui rappelait des souvenirs qui l'avaient rongés durant si longtemps, et seules ses pensées également dirigées vers ses retrouvailles avec Songa lui permettaient d'avoir un peu de chaleur dans ce cœur refroidi par ces événements qui l'atteignaient véritablement.

Ainsi, pour tenter de voguer vers une journée un peu plus colorée, le jeune homme à la peau hâlée se remémorait ce moment qui l'avait tant ému, et qu'il n'oublierait jamais. Revoir ce visage enfantin, sentir la vie dans ce petit homme qu'il avait cru mort comme tous les autres membres de son clan créaient en lui un ressenti agréable qui parvenait à apaiser ses maux. Songa avait réussi à braver les intempéries, à survivre au massacre de son peuple et à arriver ici. Canjun était si fier de lui. Il était si content d'avoir pu retrouvé ce Nitblida que son amie Sethen avait pris en charge. Un fin sourire en coin se dessina sur ses lèvres, dévoilant une expression moins tourmentée, ces retrouvailles le faisant un peu surmonter cette trahison détestable.

Canjun était silencieux, se laissant emporter dans des pensées qui le rendait à moitié attentif à ce qui l'entourait, et bientôt, ses bras endoloris purent se reposer. Les survivants et ceux qui les accompagnaient étaient fatigués, blessés. Une pause était nécessaire, et le guerrier n'attendit pas longtemps avant de s'asseoir après avoir doucement déposée la blessée à un endroit où elle pourrait être plutôt confortablement couchée. Le membre du Shiedgeda passa ses deux mains sur son visage sali. Son corps était encore meurtri par quelques blessures, quelques plaies et la saleté recouvrait son torse nu et le reste de son corps. Il avait combattu fidèlement aux côtés de son chef et était fier d'avoir vu, malgré certaines trahisons, le clan de la nuit rester près de Sköll. C'était un homme bon, grand, imposant, et Canjun le suivrait jusqu'au bout. Ces pensées l'aidaient également à s'aérer l'esprit quant à ces traîtres, mais bien vite, des paroles prononcées à vive voix le tirèrent de ses rêveries. Une tension était palpable, et tournant son visage en direction des sons, le regard sombre du jeune homme s'égara sur deux silhouettes, dont une qu'il ne connaissait que trop bien. Elle semblait remettre en place son interlocuteur, et les paroles de celui-ci raisonnèrent dans sa tête tel un écho. Malheureusement, certains continueraient de faire une généralité sur son peuple. Malheureusement, certains continueraient de porter un regard méfiant envers les siens, et ça, Canjun en avait discuté avec Clarke avant la guerre. Il en avait parlé avec elle, et tentait de se remémorer sa discussion avec elle.

Calmement alors, sa carrure imposante s'éleva, et c'est le pas tranquille que l'homme à la chevelure ébène se dirigea vers sa précieuse amie, posant une main sur son épaule lorsqu'il arriva à sa hauteur. Son regard s'égara un instant sur la belle, avant qu'il ne porte son attention en direction de l'adolescent. S'il pouvait calmer la tension et tenter de faire comprendre à ce jeune garçon que les traîtres avaient été pris en charge, alors il le ferait. Canjun ne souhaitait pas avoir recours à la force, et si parler pourrait le remettre sur le bon chemin, c'était un honneur. « La coalition a gagné une fois encore, et chaque Grounder y a mis du sien pour parvenir à cette victoire. S'il te plait, ne fais pas de généralités. Cela ne fait qu'alimenter la haine et le conflit des uns envers les autres. Je ne te ferais aucun mal, et si nous vous aidons aujourd'hui, ce n'est pas pour vous tuer ensuite. » dit-il d'une voix calme et sans aucune once d'agressivité ou de méprise à l'égard du garçon. Un léger sourire s'étira sur ses lèvres alors qu'il regarda le visage de son amie qu'il était content de voir. « N'ai-je pas raison, Clarke ? » demanda t-il ensuite, l'invitant à appuyer ses propos. Cette simple communication entre les deux démontraient toute leur entente et peut-être aussi le lien qui unissait désormais Grounders et Skaikrus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2510
avatar
100
100
MessageSujet: Re: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   Jeu 28 Déc - 14:43

La haine aurait englouti tout, elle l’avait déjà fait à plusieurs reprises, Clarke n’en doutait pas. Et elle comprenait, oui, combien il était plus facile de s’enfoncer dans celle-ci, se laisser aveugler par ces émotions noires. C’était instinctif. C’était prendre la première porte de sortie qui se trouvait devant soi, sans songer à une autre solution. C’était facile, c’était lâche. Le pardon était compliqué, quand il ne restait plus rien à l’intérieur de soi d’assez fort pour pardonner. C’était la raison pour laquelle cela prenait du temps, la raison pour laquelle Clarke ne s’attendait pas à ce que ceux de la station agro se montre amicaux envers les autres. Pour autant, ça n’était pas une raison pour accepter la violence. Et elle aurait fait de ce garçon un exemple si c’était nécessaire. Mais Canjun approchait déjà et elle jeta un regard silencieux vers son ami, un regard teinté d’une supplique silencieuse. Elle était fatiguée, Clarke, que chaque esprit soit ainsi belliqueux, qu’à force de survivre, il ne restait ni innocence, ni fragilité. Les cœurs devenaient des sols stériles qui n’auraient apportés que la mort. Il fallait faire quelque chose.

Clarke ne lâcha pas le poignet de l’enfant, la pierre était toujours dans sa main et elle le regarda avec cette fureur qui lui était propre. « S'il te plait, ne fais pas de généralités. » Elle aurait voulu qu’ils écoutent tous, qu’ils soient tous ouverts aux paroles de Canjun. Il restait, de tous les mêmes du trigedakru qu’elle connaissait, l’un des plus sages et l’un des plus doux. Il n’avait pas les mêmes codes que certains des clans avaient d’inculqués au plus profond d’eux. Elle espérait que, au moins, l’enfant serait réceptif. Que ceux qui suivaient l’échanges de loin en fassent de même. « Je ne te ferais aucun mal, et si nous vous aidons aujourd'hui, ce n'est pas pour vous tuer ensuite. » Ce n’était que de la logique simple et s’ils n’avaient été que tous les deux, elle aurait acquiescé silencieusement. Ca n’était pas le cas, et bientôt, son avis fut demandé. Elle aurait voulu faire preuve de cette même douceur. Mais elle savait que ça ne servait à rien avec les siens. Ils avaient la prétention de la civilisation, mais ils étaient ceux qui étaient rendus encore plus froids par la raison. « Alors pourquoi vous avez tant tardé à venir ? » La pierre tomba finalement et elle vit des larmes dans les yeux du garçon.

Elle passa une main dans les cheveux de l’autre Skaikru et échappa un long soupir désolé. « Ici aussi, les gens sont doués pour cacher certaines choses. Il n’y a pas de justice, ni de juste équilibre. Il n’y a que ceux qui essaient de faire de leur mieux, comme les grounders qui nous ont aidé, comme Canjun ici. Je sais que tu ne vois que les mauvaises actions qu’ils ont fait, ceux qui vous ont emprisonnés. Mais ce n’est pas parce que certains ont fait leur pire que tu dois devenir comme eux. Ce n’est pas ce que tu veux, non ? » Elle désigna son ami qui venait de l’ouest. « Et maintenant, ceux comme Canjun sont là pour te protéger aussi, comme il nous a déjà protégé auparavant. » Il y eut une faible pause, avant qu’elle ne rajoute. « Tu peux même lui faire un calin si tu veux. » Elle tentait sa chance de manière un peu espiègle. Finalement, le garçon refusa en secouant la tête et il parti avec de longues secondes, après avoir dit un « désolé » à l’attention de Canjun.

Clarke le regarda partir en silence, puis son regard glissa sur cette pierre qui aurait fait beaucoup de mal, lancée avec les mauvaises intentions. « Je suis désolée pour ça, Canjun. »  Son front se plissa, alors qu’elle songeait à ce qui venait de se passer.

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Rudy Youngblood
Bravoure :
1772
avatar
Grounder ; Shiedgeda
Grounder ; Shiedgeda
MessageSujet: Re: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   Sam 20 Jan - 0:56

Le cours du temps semblait s'être stoppé un instant par cet affront pointé en direction des Grounders. Le jeune Skaikru leur en voulait, à tous, d'avoir répandu le sang, la mort et les larmes parmi son peuple. Le garçon tenant encore fermement la pierre dans sa main démontrait par son acte heureusement arrêté, tout le mal qui vivait présentement dans son cœur. Son organe vital saignait, souffrait, endurait le mal être de son porteur et le guerrier du clan de la nuit le ressentait. Néanmoins, il fallait désormais que le Grounder aux cheveux ébènes et Wanheda le raisonnent. Le bonhomme faisait face à un homme et une femme qui représentaient tout deux, par leur présence côte à côte et leur entente des plus soudées, une coalition qui tentait, jour après jour, d'avancer. Clarke et Canjun souhaitaient tout deux la même chose : une paix durable entre les clans, une cohabitation  pleine d'enrichissement pour les deux côtés. Le guerrier à la peau hâlée rêvait de voir un moment définitif où plus aucune souffrance ne serait à l'oeuvre entre tous les membres de cette alliance que Lexa tentait de maintenir au mieux. Il espérait observer une ère de tranquilité, de bonheur. Il espérait que tous les rêves de ceux qui militaient comme lui pour de beaux jours puissent être réalité. Cela mettrait du temps, Canjun en avait totalement conscience. Il le voyait bien face à la réaction de ce garçon. Et la sagesse qui abritait son cœur raisonnait à travers ses paroles traversant les barrières de ses lèvres. D'une voix assez forte, peut-être pour que son message passe dans chaque esprit, dans chaque cœur, aux côtés de son amie, le membre du Shiedgedakru tentait de faire comprendre à son agresseur détourné qu'il n'y avait pas à agir ainsi. Grounders et Archéens faisaient désormais route ensembles.

Canjun s'était tut quelques instants après finalement, laissant la parole à l'apprentie médecin. Ses lèvres s'étaient closes, et son regard si expressif observait avec attention le Skaikru. Il le scrutait, silencieux, et sentit son cœur se serrer lorsqu'il vit les larmes du garçon monter au creux de ses yeux, tandis que sa question raisonnait en boucle dans l'esprit du guerrier. Le Shiedgeda resta là, un instant, immobile. Sa carrure imposante ne bougea pas, son sourire s'évanouissant peu à peu. Le guerrier comprenait la douleur qu'il pouvait ressentir face à la mort de tant des siens. Lui aussi avait vécu la même chose. C'était un clan tout entier qu'il avait vu disparaître, tout en ayant l'horrible sentiment d'être impuissant. Les souvenirs lui revenaient, douloureux, poignants, et sa mâchoire se serra. Canjun devait se reprendre. Il ne pourrait pas revenir en arrière dans tous les cas, et maintenant que les barbares avaient été anéantis, le guerrier avait pu commencer à faire son deuil. Grâce à Clarke, à Sethen et à ses autres amis, il avançait et devait continuer, sans jeter un regard douloureux en arrière, mais plutôt un œil soulagé d'avoir enfin pu honorer son Clan originel et décimé. Face à la douleur du Skaikru, Canjun était en tout cas très bien placé pour le comprendre et afficha un air désolé alors qu'il écoutait également son amie avec attention. Elle le complétait par ces paroles si touchantes et espérait qu'elles raisonnent comme un écho dans chaque esprit pouvant percevoir cette jolie voix. Les actes de certains n'avaient pas à faire de l'ombre au reste qui militait pour le bien et la sécurité de tous. Le jeune Skaikru au bord des larmes semblaient s'en rendre compte, et Canjun redressa sa stature lorsque Clarke fit allusion à lui, inclinant légèrement la tête en direction du petit bonhomme lorsque celui-ci s'excusa avant de faire demi-tour. « Je suis désolé, moi aussi. » murmura t-il à l'égard de cet être dont l'esprit serait perturbé pour  quelques temps. La souffrance, Canjun ne la connaissait que trop bien. Elle l'avait accompagné durant si longtemps, et était encore là quelques fois, lorsque les souvenirs revenaient en lui comme des coups de couteaux portés sans crier gare.


Son regard ébène luisait de tristesse, de douleur, mais également d'espoir et de contentement de voir qu'ensembles, ils avaient de nouveau éviter qu'un conflit ne se créé. Par leur deux silhouettes, la jeune Griffin et le fils d'un homme qui fut chef étaient parvenus à éteindre la flamme qui menaçait de faire exploser une bombe. La tension retombait. L'ambiance s'apaisait, et bientôt, lorsque ses yeux sombres s'égarèrent sur le visage de Clarke, tout mal-être se dissipa. Cette femme avait un impact si fort sur ses émotions. Elle était l'un de ceux qui l'avaient aidé à remonter la pente, à reprendre son souffle après avoir enfin sortit la tête de l'eau. Elle était son amie, et le seul fait de croiser de nouveau sa route, de savoir qu'elle était belle et bien saine et sauve et qu'elle tenait bon face à tout cela, suffisait à le rendre mieux lui aussi. Son visage démontrant quelques instants plus tôt un trouble certain s'illumina un peu plus, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres alors que son attention revint sur la silhouette masculine et frêle qui avait failli l'attaquer. « Ne t'en fais pas, Clarke. Je suis en mesure de le comprendre, comme tu l'es toi aussi. Je suppose que seul le temps pourra désormais lui permettre d'avancer sur ce point-là. A nous maintenant, de continuer ce que nous avons fait jusque là : prouver à chacun que Grounders et Skaikrus sont unis. » annonça t-il d'une voix calme et rempli de détermination et d'espoir. Un vent frais vint caresser la terre et les corps en mouvement. Le guerrier à la peau hâlée posa alors une main sur l'épaule de la conseillère de Lexa, tournant son regard vers elle. « Je te remercie de m'avoir protéger, et je suis content de te voir entière. Tu es amochée pourtant, surtout ta jambe. (il la pointa d'un signe de la tête) Que s'est-il passé ? » demanda t-il avec curiosité et une certaine inquiétude quant à l'état de ce membre essentiel au quotidien, son sourire dépérissant légèrement. Parler avec elle était toujours quelque chose qui lui apportait du bien, à Canjun. D'une manière ou d'une autre, la Griffin le portait en avant, et présentement, cette simple silhouette à la belle chevelure blonde l'aidait à s'extirper de sinistres pensées concernant les trahisons survenues, et surtout une en particulière : celle de Faora. Allait-il un jour réussir à lui pardonner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2510
avatar
100
100
MessageSujet: Re: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   Mer 24 Jan - 14:15

Ce n’était pas une leçon évidente, qui acceptait facilement la cruauté sans raison apparente. La violence entrainait la violence et rien en semblait s’arrêter. Clarke l’avait bien compris, quand après une succession de morts, il continuait d’en avoir encore plus. Ca ne tenait qu’à eux d’arrêter cette spirale. Lexa, probablement avait été la première à le comprendre. Clarke le réalisait tout juste. Qu’en était-il, alors, des autres ? C’était un combat du quotidien, de ne pas se laisser impressionner par ceux qui choisissaient les armes plutôt que le pardon. Clarke ne pouvait leur en tenir rigueur, consciente de la difficulté de la situation. Pour autant, ça ne l’arrêtait pas dans sa recherche d’un monde meilleur. Et elle savait qu’elle n’était pas seule. Canjun était comme elle, préférant la paix à la guerre. Ainsi, le garçon perturbateur partait et la blonde échappa un soupir de soulagement. « Ne t'en fais pas, Clarke. Je suis en mesure de le comprendre, comme tu l'es toi aussi. » Elle le remercia d’un coup d’œil silencieux, alors que ce qui n’était qu’un sourire fatigué se dessinait sur ses lèvres.

« Je suppose que seul le temps pourra désormais lui permettre d'avancer sur ce point-là. » Elle ne pouvait qu’être d’accord. C’était quelque chose qu’elle n’avait pas eu, ici, le luxe de se reposer sur les erreurs. Et peut-être était-ce ce qui lui avait permis de survivre aussi. Incapable de s’arrêter, Clarke n’avait eu d’autre choix que de continuer d’avancer. Elle s’était éeour devenir la personne qu’elle était aujourd’hui. « […] prouver à chacun que Grounders et Skaikrus sont unis. » Elle eut une petite moue sur le visage, alors qu’elle se détournait totalement du chemin qu’avait pris l’enfant, pour se tenir face à son ami. « Nous ne devrions pas avoir à le prouver en premier lieu. » Tout tenait d’un mauvais départ, et le monde était différent. « Mais j’ai toujours aimé les défis. » C’était un semblant de blague, l’effet tombant à plat à cause de sa fatigue, de ses épaules affaissées.

Elle eut une nouvelle grimace et s’étira un peu. Juste au moment où Canjun s’approcha, portant une main qui se voulait apaisante. « Je te remercie de m'avoir protéger, et je suis content de te voir entière. » Elle mima le geste de celui qui venait de l’ouest, posant sa main sur le torse dénudé de Canjun. « C’est normal voyons. Ce n’est pas quelque chose que je cautionne. » Et elle tut la colère qui grondait encore en elle, en repensant à ce qu’ils avaient évité. « Tu es amochée pourtant, surtout ta jambe. Que s'est-il passé ? » Elle se recula un peu en boitant toujours légèrement, observa sa jambe. « Ce n’est rien. » Clarke, alors se pencha, massant un peu le muscle qui était toujours douloureux. « J’étais dans les grottes. » Elle n’eut pas besoin de préciser que c’était lors de la bataille, les souvenirs étaient encore frais. « Dans un mouvement désespéré des rebelles quand ils se sont rendu compte qu’on avait l’avantage, ils ont déclenché un piège. » Elle préférait ce terme, rebelle, plutôt que traitre, surtout en face de Canjun. Il appartenait au Shiedgeda, et elle ne voulait pas le blesser par ses mots. Raison pour laquelle ceux-ci étaient prudents et dénués de toute animosité. « Je n’ai rien vu venir. » Elle eut un petit rire. « Dans quelques jours ça n’y paraitra plus. » C’était vrai, ce n’était pas bien grave. Ce genre de blessure, elle y était plus qu’habituée.

Clarke se tourna vers le coin des cheveux, remarquant que Archéon avait été pris en charge par son garde-du-corps. Mais elle se sentait d’aller le voir, et elle invita Canjun à la suivre d’un geste de la main. « Et toi, comment vas-tu ? » La question était bien moins anodine qu’il y paraissait. Elle voulait savoir comment il allait, après cette bataille contre son clan.

_________________

healing

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Rudy Youngblood
Bravoure :
1772
avatar
Grounder ; Shiedgeda
Grounder ; Shiedgeda
MessageSujet: Re: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   Mar 13 Fév - 0:16

Canjun était heureux de revoir Clarke après des événements aussi troublants et accablants que ceux survenus récemment. Le Shiedgeda avait abrité en son sein des traîtres prêts à tuer leurs congénères pour ensuite brandir leurs armes, dessiner sur leur visage des peintures de guerre et partir à l'assaut de ce peuple venu des cieux, d'un univers qu'aucun Grounder n'avait jamais pu atteindre, observer. Ces terriens opposés à l'intégration des Skaikrus avait tenté d'abattre la coalition, et dans les rangs de ces gens là, Canjun avait croisé le regard d'amis, de camarades. Il avait croisé la route de personnes devenues traîtres désormais, et malgré la blessure béante qui s'était dessinée sur son cœur, le guerrier à la peau hâlée ne devait pas se laisser abattre et tentait de garder la tête haute. La présence de la fille Griffin l'aidait davantage à égarer ses pensées ailleurs. Certainement pas sur un sujet des plus joyeux, mais c'était tout de même une autre conversation et le jeune homme se laissait porter par celle-ci, prononçant des mots qui dévoilaient tout ses ressentis. Il comprenait la souffrance de ce garçon qui avait tenté de lui faire du mal, et un sourire s'était étiré sur les lèvres au fur et à mesure de ses paroles portées à l'égard de Clarke. Pour lui, la solution au problème était de prouver que Skaikrus et Grounders avaient leur place côte à côte et non l'un contre l'autre. L'espoir de voir un jour cesser les conflits directs ou indirects entre Natifs et archéens luisait dans le cœur du garçon, dont le regard suivit le mouvement de la blonde, écoutant ensuite avec attention les mots de cette femme. Cette amie qui arrivait à le faire aller mieux rien que par la parole, et dont la simple présence suffisait à lui faire du bien. Canjun l'adorait profondément, et son interrogation se dessina sur son visage lorsqu'il comprit qu'elle n'était pas du même avis, son sourire s'étendant davantage sur ses lèvres suite à la plaisanterie, qui tonnait fatiguée cependant. « Alors, que devrions nous faire ? » demanda t-il d'une voix calme et curieuse, avant qu'un air joueur ne s'affiche sur son visage un instant. « Le relèverais-tu ? » Ces mots raisonnaient tranquille, mais à l'intérieur de Canjun gisait encore les fragments de souvenirs douloureux, plus ou moins lointain mais également récent avec la fraîche trahison. C'était compliqué de ne pas se laisser ronger par les questions et les tourments, mais le membre fidèle du Shiedgeda faisait de son mieux pour se tenir à la présence de Clarke.

La belle semblait épuisée, mais elle parvenait à tenir debout, encore, démontrant toujours plus sa force mentale et physique. Des remerciements étaient de mises maintenant. Canjun avait évité la collision avec une pierre qui aurait pu faire plus de dégâts qu'une simple bosse grâce à l'intervention de la blonde, et par cet ordinaire contact physique, ils dévoilaient une fois encore toute la proximité que pouvaient avoir deux peuples différents et pourtant, liés d'une façon ou d'une autre par leurs origines lointaines prenant toutes racines sur Terre. D'un hochement de tête, il acquiesça simplement aux paroles de la demoiselle, et si une expression agréable était dessinée sur son faciès, son cœur se laissa voiler d'inquiétude en observant cette blessure à la jambe. Que s'était-il passé ? C'est ce qu'il voulait savoir, et il écouta le court récit de son amie. Son poing se serra au fur et à mesure des mots qui raisonnaient dans sa tête, et son cœur se crispa sous la douleur qui reprenait sa place. Ses yeux sombres scrutaient la blessure de Clarke, et il hocha doucement, la remerciant silencieusement d'avoir utilisé des termes plus doux à l'égard de ces personnes dont il n'était plus certain de l'avenir. « Ce fut une rude bataille... puisses tu guérir rapidement. Veux-tu t'asseoir un moment ? Ca te soulagerait peut-être. » dit-il d'une voix calme, mais qui raisonna soudainement plus pensive, plus ailleurs. Sa mine s'était assombrie un peu et puis, la question de la Griffin tonna dans son esprit un instant.  Son regard se porta vers les grottes où étaient détenus les rebelles.


Lors de ce conflit, il avait observé des personnes qui, lors de son arrivée dans le Clan, l'avaient accueilli, lui avaient fait découvrir son nouveau lieu de vie. Il avait fais la rencontre de toutes ces personnes, et dedans, il y avait eu cette femme : Faora. Cette guerrière, dont il avait entendu l'histoire et qui, à contrario de lui, avait sombré dans des ténèbres tenaces qui n'avaient cessé de l'enveloppé chaque jour davantage, la réduisant à se renfermé sur elle-même, à se terrer dans un mutisme difficile à percer. Le guerrier à la peau hâlée avait tenté de l'aider à maintes reprises, mais tout ses essais avaient été vains. Faora avait coulé, n'avait pas accepté la main tendue par le Grounder torse nu. Canjun avait échoué à toutes ses tentatives, et il n'avait rien vu venir concernant son acte et celui des autres. Dans son cœur, il se sentait de plus en plus enragé, comme s'il se sentait pris pour un idiot. Ces hommes, ces femmes avaient été une seconde famille, un clan dans lequel il s'était épanoui après de rudes événements. Mais en son sein résidait également une souffrance qu'il avait parvenu à enfouir un peu et qui, comme un couteau de plus lui étant asséné, refaisait surface. La trahison de son père. La fuite qu'il avait préféré prendre au lieu de se battre pour son peuple. Il avait été si lâche. Il avait abandonné les siens, mais surtout son fils et sa défunte femme, et ce jour des plus désagréables lui revenait en tête, se mêlant à cette nouvelle traîtrise à laquelle il faisait face. Son cœur lui fit atrocement mal, et le guerrier sembla soudainement faiblir. Il ne voulait pas que Clarke se fasse de soucis pour lui, ne remarque quoique ce soit, mais c'était plus fort que lui. Les émotions étaient bien là, réelles et fortes. Il fit un pas vers elle. Puis deux. Et lorsqu'il fut près d'elle, sa main passa sur les cheveux de cette amie si chère, qu'il contempla après avoir tourné son attention sur elle, les larmes montant malgré lui au creux de ses yeux. « C'est difficile à dire. Je n'en reviens toujours pas... » murmura t-il d'une voix toujours aussi paisible, mais plus aussi tranquille. Canjun avait mal, et aborder ce sujet faisait surgir en lui des réminiscences des plus sinistres. Il y avait heureusement une petite lumière à travers toute cette ombre, et celle-ci n'était autre que la Griffin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun   

Revenir en haut Aller en bas
 
if they hurt you, they hurt me ▬ Canjun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Trikru-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: