AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Jessica Henwick
Bravoure :
98
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Sam 29 Juil - 4:25


15.01.98
Kahaï Ft. Clarke


    Le Camp Jaha, nous y étions enfin arrivés... Mes yeux sont longtemps restés à contempler la structure immense de ce qui fut une Arche céleste. Tout était en métal, un peu comme nos navires quelque part, mais c'est quand même fou de penser qu'une pareille chose se tenait au-dessus des cieux. J'avais vraiment du mal à l'imaginer, tenter malgré de m'en faire une idée me donnait la migraine. Je suis longtemps restée hésitante à m'ouvrir au Skaikru, surtout que parmi-eux, certains avaient des regards bien inquiétants. Mais pas très étonnant en sachant qu'il y a quelques jours certains avaient été torturés dans des grottes. Ce que m'a dit Neith, me travaille encore actuellement. Je m'en range les ongles, non pas que par anxiété, mais surtout par excès de réflexion d'ordre négatif. Je pense surtout qu'une bataille inévitable approche comme un serpent rampant jusqu'à sa proie. Si mon dos a enfin cicatrisé, il me pose toujours problème à travers mes mouvements...
    La douleur est toujours présente, plus ou moins forte à certain moment. Donc on peut dire que cette cicatrice est un fardeau lorsque je veux bouger rapidement, ou faire des mouvements fluides et souples. Quel bonheur que de constater à quel point on peut être son propre poids mort ? Parce que c'est de ma faute, si j'avais été plus prudente à Kalawen je n'aurais pas reçu cette blessure. Oui. Je ne cesserai de me le reprocher encore et encore comme punition envers moi-même. Je m'entraîne souvent pour voir jusqu'à où je peux pousser mon dos avec cette entrave dans le dos et je suis certaine que pour l'instant, je suis en dessous de mes capacités d'origine. Ce qui me laisse un terrible arrière goût après chaque entraînement et mon estime de soi en prend un énorme coup. Je ne suis pas rassurée, si une bataille approche bel et bien, tel que je suis actuellement... Oui. Je crois que je mettrais ma reine en danger, bien plus que je la protégerai...

    C'est pourquoi j'étais présente aujourd'hui dans ce qui semble être l'infirmerie du Camp Jaha. Je ne remets pas en doute l'incroyable science de nos guérisseurs, mais j'avais aussi entendu parler de celle des Skaikru qui avait sauvé certains terriens de leur état de Reaper... Ce qui est bien plus impressionnant que tout ce que j'ai pu apprendre de notre médecine. Je jetais un œil curieux sur toutes ces étrangetés que je voyais dans la pièce en question sans pour autant osé toucher quoi que ce soit. Je me demande si eux sont capables de faire disparaître cette douleur, le temps d'un combat. Je ne doute pas que l'adrénaline ferait la moitié du travail, mais il fallait combler aussi l'autre moitié. Je ne sais pas si Neith serait d'accord de me savoir ici, mais je préfère encore être ici plutôt qu'elle prenne la décision de m'interdire de sortir de Polis pendant qu'elle irait sur le champ-de-bataille, par quiétude pour moi. Des bruits se font soudainement entendre depuis l'entrée de l'infirmerie, je me retourne pour y accueillir celui ou celle qui venait d'arriver.
    De toute façon, il fallait que mon esprit travaille sur quelque chose parce que, oui... Neith avait soudainement disparu, il y a deux jours et même si elle est revenue hier, je n'étais pas forcément calme. J'étais profondément rangée par un stresse que je voulais évacuer. Ma Reine est en droit de faire ce qu'elle veut, mais... Je ne pouvais m'empêcher de m'écrouler intérieurement sous les divers scénarios sombres pouvant la concerner au moment de son absence, dont la probable possibilité qu'elle se sera fait kidnapper ou que sais-je encore ? Elle n'avait même pas pris son trident ! Grand-dieu... Comment lui en vouloir pourtant, elle qui a appris ce qui était arrivé à Drea son amie. J'espère juste qu'à présent, elle va bien.    
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Kahaï le Mar 1 Aoû - 19:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2153
avatar
100
100
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Lun 31 Juil - 15:23

La nouvelle avait été propagée, ou ne tarderait pas à l’être, que le Shiedgeda était en effet bel et bien responsable du mauvais traitement de ceux de la station Agro. Les choses se mettaient en place, une nouvelle bataille ne tarderait pas à avoir lieu, si les auspices n’étaient pas en leur faveur. Et Clarke avait ce pressentiment, celui qui ne la quittait pas depuis qu’elle avait été enfermée dans cette microscopique cellule dans l’espace, que le sang n’attendait que couler. Si l’idée ne la ravissait guère, son mental lui était prêt. Il ne lui restait plus qu’à en discuter avec sa mère, voir ce que les Archéens prévoyaient de faire. Car cette fois-ci (cette fois encore), la menace s’adressait aux skaikru. Le mal avait été fait et personne ne fermerait les yeux sur les tortures qui avaient été subies. Clarke ne pourrait négocier une paix, car ils n’avaient rien à y gagner, n’est-ce pas ? Si l’Alliance n’avait pu protégé tous ceux de son peuple, alors peut-être que les différents clans comprendraient la signification de la force imposée. Ce n’était pas ce que Clarke préférait non plus, mais il y avait longtemps qu’elle avait abandonné ses rêves personnels.

Et comme à chaque fois que la blonde se trouvait à Camp Jaha, elle ne manquait pas de faire un tour par l’infirmerie. S’il lui était presque impossible de s’entretenir avec sa mère à propos d’autre chose que la situation trigeda-skaikru, il n’en restait pas que Jackson lui fournissait encore quelques conseils sur un point de vue médical, quand elle en faisait la demande. C’était le lieu qui lui était le plus familier, pour Clarke. Même si cela ne ressemblait en rien à l’installation qu’ils avaient dans l’espace, les instruments et l’énergie de l’infirmerie était ce qui lui rappelait ses souvenirs les plus heureux – et les moins douloureux. Mais elle n’était pas là pour se plonger dans ses souvenirs et elle finit de nettoyer ses mains, quand on lui demanda de se charger d’un grounder qui se trouvait là. Ce n’était pas rare d’y croiser quelques curieux, mais elle avoua qu’elle fut un peu surprise de trouver une sikru s’y tenant là. Clarke fronça les sourcils, légèrement curieuse, avant qu’un sourire courtois ne se pose sur ses lèvres et qu’elle comble la distance. « Hei. » Dit-elle sans penser, alors qu’elle détaillait la jeune femme de la tête aux pieds. « Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ? » Si Clarke avait retenu sa leçon de ses nombreuses rencontres avec d’autres trigeda, c’était qu’il ne fallait surtout pas faire de commentaire sur une faiblesse visible. Et pour le moment, elle n’en voyait aucun, réellement.

Spoiler:
 

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Jessica Henwick
Bravoure :
98
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Mar 1 Aoû - 16:01

Spoiler:
 



15.01.98
Kahaï Ft. Clarke


C'est vraiment un lieu étrange, on a l'impression que la température à l'intérieur est différent de l'extérieur... Comment est-ce possible ? J'ai appris de manière très désagréable que les terres Trikru refroidissait en hiver, chose qui n'arrive jamais au Sud. Pourtant, une fois à l'intérieur de la structure métallique, le froid avait disparue. Et J'avais beau faire le tour, je n'ai pas vue de bûches et branches brûler à l'intérieur de ce qu'ils appellent « l'arche ». D'où vient cette chaleur bien loin d'être aussi agréable que celui des terres Sikru, mais toutefois passable ? L'étrangeté accompagne vraiment partout ce peuple du ciel. Mais c'était curieux malgré tout et je suis une personne particulièrement curieuse, c'est peut-être un défaut ou bien une qualité. J'aime savoir quand la réponse peut développer ma culture. Ma reine est la première à dire qu'un homme plus savant sera toujours plus gagnant qu'un ignorant.

Si à une époque je n'aimais pas forcément lire, pour faire plaisir à ma reine j'ai commencé à bouquiner au bout de quelques mois après être devenue sa chef de garde... Ce qui remonte à des années. Elle ma convaincu qu'un bon chef devait savoir mener une troupe pas seulement avec la force de ses bras, mais aussi avec ses connaissances. Alors je me suis acharnée à développer ma science et nourrir cette intelligence. Aujourd'hui, je peux mettre en place une tactique pour renforcer la sécurité de la garde de Neith, une tactique dont je n'aurais probablement pas eu l'inspiration de mettre en place à une époque.

Mon regard se plante sur les yeux de cette femme, plutôt mignonne... Si j'avais de l'alcool dans le sang, je n'aurais probablement pas hésité à la séduire. Mais pour l'heure, je n'avais ni alcool dans le sang, ni l'envie d'être si détendue ; des problèmes plus urgents embrumaient mon esprit. Je l'observe un moment avant de me demander ce pourquoi cette Skaikru-là me semblait si familier, bien que je suis persuadée de ne l'avoir jamais rencontré. Lorsque sa question est posée, je détourne le regard, me plongeant dans mes pensées. Ce ne fut l'espace que de quelques secondes avant que je relève la tête de nouveau vers elle. « Vos guérisseurs, peuvent-ils faire disparaître une douleur le temps d'un combat ? »    
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2153
avatar
100
100
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Mar 1 Aoû - 19:05

Dès que Clarke s’approcha de la jeune femme, elle sentit le regard de cette dernière la scruter et elle la laissa faire, bien habituée maintenant à être dévisagée de la tête aux pieds par les membres du trigedakru. Les enfants s’étaient montrés particulièrement curieux et quelques femmes s’étaient proposés pour l’aider à faire ses cheveux, se retrouvait de temps en temps avec des bibelots et perles qu’elle ne voyait même plus. Soit, elle attendit sagement que l’inspection silencieuse soit terminée. Si, par le passé, cela l’aurait dérangé de ne pas avoir son arme à portée de main, ce n’était plus le cas et elle ne cillait jamais sous le regard des autres. D’ailleurs, son vis-à-vis ne tarda pas à lui apporter une réponse à sa question. « Vos guérisseurs, peuvent-ils faire disparaître une douleur le temps d'un combat ? » Elle pencha la tête sur le côté Clarke, étudiant à son tour la figure de la guerrière. « C’est pour toi ? » Elle se doutait que la jeune Sikru ne serait pas venue pour faire la demande à la place de quelqu’un, les guerriers étaient trop fiers pour envoyer un émissaire. Aussi, cela devait représenter beaucoup pour la brunette, ce qui faisait que Clarke prit en considération sa demande.

Elle comprenait l’élan de curiosité, éventuellement d’espoir d’avoir ladite douleur enlevée. « Ce serait possible, en effet. » Un antidouleur et cela pourrait être réglé, mais personne n’autoriserait une prescription pareille. Déjà, Raven n’avait aucun traitement pour sa jambe, et elle était un membre beaucoup plus important que la sikru. Mais ce n’était pas dans ses plans d’informer ainsi celle qui venait du sud. A la place, elle pointa l’une des tables d’auscultation de la main. « Est-ce que tu peux t’asseoir ? » Elle s’humecta les lèvres, avant de rajouter. « Il va falloir que tu m’expliques d’où vient la douleur, et que je jette un coup d’œil. Si tu veux bien ? » En espérant qu’il n’en faille pas plus pour la convaincre de les écouter. Ceux du Trikru se laissaient facilement faire, puisqu’ils avaient été les premiers témoins des techniques utilisées pour faire revenir les Faucheurs. Mais pour ceux qui n’avaient entendu que des rumeurs, cela pouvait se montrer toujours plus difficile. En aucun cas, Clarke ne ferait preuve d’impatience.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Jessica Henwick
Bravoure :
98
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Mar 1 Aoû - 20:28


15.01.98
Kahaï Ft. Clarke


    J'acquiesce de la tête silencieusement, lorsque la Skaikru me demande si c'était pour moi, cette demande qui est la mienne et qui peut sembler soudaine. Je ne sais pas vraiment comment ça fonctionne les soins chez ce peuple et si elle ne peut ou que cela demanderait bien trop d'effort de me venir en aide, je n'insisterai pas. Le fait qu'on me laisse entrer dans cet endroit est déjà un acte que je respecte beaucoup de la part de ces villageois venant des cieux. Je détourne mon regard qui pouvait peut-être se montrer insistant. En fait, avec moi tout passe par le regard, je ne cache jamais mes émotions. Je fonctionne ainsi, une honnêteté qui passe avant tout dans mes gestes et mon regard, avant mon attitude. C'est d'ailleurs pourquoi, je suis très mauvaise menteuse, si je veux raconter une blague à Sekhmet, l'idiote que je suis, va rigoler avant que la blague soit terminée.
    Et puis devant Neith, lorsque je veux être sérieuse mais qu'elle dit un truc marrant, c'est impossible pour moi de garder mon visage sérieux lorsque j'ai envie de rire. Quand je suis en colère, que je suis triste, tout sur mon visage se reflète. Je n'ai jamais réussi à cacher mes émotions, mes sentiments, etc... Du coup, je peux comprendre que mon regard peut devenir gênant, surtout pour le cas de cette skaikru où je porte une attention presque désireuse aux courbes généreuses qui constituent son corps. La couleur de ses cheveux et de ses yeux ont de quoi influencer cette attirance, je n'ai pas vu beaucoup de Sikru à la peau, aux cheveux et aux yeux clairs. Une nouvelle fois, je contemple un moment les objets qui décorent un peu la pièce où nous sommes. Et rien de ce que je vois, n'a de sens à mes yeux. Et chercher leur utilité va être un bien malheureux casse-tête pour moi et je ne suis pas prête pour ça pour le moment.

    Mon regard se repose sur la fille du ciel, lorsqu'elle m'annonce que ce serait possible de faire disparaître la douleur. Intérieurement, je suis étonnée d'entendre une réponse positive et sans doute que mon visage reflète alors cet état que je le veuille ou non. J'acquiesce de nouveau de la tête lorsqu'elle me demande m'asseoir. Je ne la connais pas, mais je suis prête à lui faire confiance, elle et le reste de son clan font partie de la Coalition après tout. Puis, elle finit par poser sa question. Si au début je reste silencieuse, ce n'est que l'espace de quelques secondes avant que je décide de dévêtir mon haut... sans pour autant dévoiler ma poitrine. Je lui révèle alors mon dos nu où se trouve une cicatrice longeant mon dos de l'omoplate droite à ma hanche gauche, traversant au passage ma colonne vertébrale.
    « Les guérisseurs de Sérön ont fait du beau travail... Mais... » Commençais-je sur ses mots avant de poursuivre. « … il y a toujours une douleur qui persiste malheureusement, dans un combat elle me prive de mes capacités d'antan. » Du moins, c'est ce que je crois, même si pour ma Reine je reste à ses yeux sa meilleure guerrière. J'ai besoin de croire que c'est le cas physiquement.    
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2153
avatar
100
100
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Mer 2 Aoû - 15:57

La jeune Sikru en face de Clarke resta silencieuse, pour autant, ce n’est pas difficile de comprendre ses émotions. Il est vrai que la blonde a quelques facilités pour deviner les pensées des gens, mais avec elle qui vient du Sud, ça ne relèvait pas d’un réel talent : son visage était extrêmement expressif et à la surprise de la Sikru, Clarke lui adressa un nouveau sourire qui se voulait rassurant. Cela sembla efficace, car, silencieusement, sans aucun autre mot, la patiente d’un jour se posa sur la table d’auscultation et défit ses vêtements. Les yeux bleues ne se firent pas aussi aventureux que son vis-à-vis, entretenant un rapport professionnel au corps, voyant l’anatomie avant de s’intéresser à quelques bas instincts. Le dos lui fut offert à sa vue et Clarke tourna un peu autour de la jeune Sikru, pour étudier plus facilement l’étendue des dégâts. C’était une bien vilaine cicatrice encore fraiche et si ça avait été la première du genre, Clarke aurait marqué une certaine surprise. Il n’en était rien, elle était habituée à cette vue maintenant. « Je vais toucher un peu, d’accord. » et elle attendit que la jeune Sikru marque son approbation avant que ses doigts ne s’aventurent aux alentours de la colonne vertébrale et de cette marque rosée qui la coupait en deux.

Elle avait été chanceuse, cette fille. Clarke hocha un peu la tête aux explications de la Sikru, remarquant que le travail fait par les soigneurs n’était pas négligeables. La cicatrisation était belle, en considérant qu’ils ne pratiquaient pas les points de sutures et autres. « Cela fait combien de temps que tu as été blessée ? » Puis, ses doigts se posèrent un peu plus sur le dos, restant toujours aux alentours des vertèbres qui semblaient avoir été touchées. « Est-ce que c’est là que tu as mal ? » Il était possible que l’impact se fasse ressentir ailleurs sur le dos, et Clarke en était toujours à l’état d’un diagnostic sommaire. « Est-ce seulement lorsque tu te bats ? Quand tu portes des charges, cela te fait mal aussi ? Ou à cheval ? » Elle avait encore une autres séries de questions, mais elle ne voulait pas effrayer la Sikru aussi vite.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Jessica Henwick
Bravoure :
98
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Dim 6 Aoû - 19:03


15.01.98
Kahaï Ft. Clarke


J'apprécie la patience qu'à cette Skaikru pour s'occuper d'une terrienne dont elle ne connaît rien, c'est un acte admirable. Il fort probable qu'elle avait d'autre chat à fouetter, pourtant elle est ici, mangeant sur son temps libre. Je fais ce qu'elle me demande sans la moindre méfiance, je manquerais de respect à mon hôte si je devais mettre en doute ses compétences alors que c'est moi qui me présente à elle. J'acquiesce de la tête lorsqu'elle m'annonce qu'elle va toucher un peu, je n'ai pas de mal à comprendre qu'elle parle de ma blessure et pas d'autre chose. Oui, j'ai l'esprit mal placé par moment, mais vous avez affaire à une Sikru l'ami. Si mon esprit est droit et juste, ce serait bien trop étrange pour ne pas le mentionner. J'aime moins le sexe que la plupart de mes frères et sœurs qui pour certains en vivent, mais j'aime quand même un peu le sexe. Non. De toute façon, cette femme n'a pas un esprit aussi immature que le mien présentement, restant très professionnelle.

Je me retiens de ne pas avoir un sursaut, lorsque je sens ses doigts sur ma peau... Mon corps est chaud, forcément à contrario ses doigts me semblent froids. Une question est posée de la part de la blonde. « Un mois... J'ai reçu la blessure durant la bataille de Kalawen. » Lorsque les doigts de la skaikru se rapprochent de mes vertèbres, j'inspire plus fort pour éviter un petit gémissement de douleur qui est remplacée par une expiration devenant un souffle. Je ne réponds pas à la question suivante que pose la fille du ciel, me doutant qu'elle ait dû avoir sa réponse avec ma réaction. « Lorsque je ne bouge pas, je sens juste comme une sensation de gêne dans le dos, quand je bouge normalement aussi. » Commençais-je avant de rajouter à la suite. « Ca devient douloureux lorsque je fais des mouvements rapides et oui, lorsque que je porte aussi quelque chose de lourd. » Par contre, je n'ai pas encore eu de problème à cheval, je me positionne souvent de manière à ce qu'il n'y ait pas trop de tension sur son mon dos... Oui... Je m'avachis souvent sur mon cheval.

Pas tout le temps, parce que ça fait mal aussi parfois, surtout quand le cheval doit aller plus vite.    
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2153
avatar
100
100
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Lun 7 Aoû - 16:07

La jeune Sikru tressauta et Clarke le sentit sur le bout de ses doigts. Il n’y avait rien de surprenant, vraiment, en voyant la taille de la cicatrice et en imaginant à quoi avait dû ressembler la blessure, lorsqu’elle avait été infligée à la bataille de Kalawen. Il y avait un peine un mois, rien d’étonnant à ce que la douleur soit encore présente à certains moment. Clarke elle-même ressentait un gêne constant dans son épaule, et cela faisait déjà deux mois qu’elle avait été blessée par balle. Alors, un coup de lame qui avait bien manqué de tué la guerrière… Clarke termina l’auscultation, contournant la table pour se retrouver face à sa patiente du jour. Elle avait la mine concentrée, prêtant attention aux propos de la brunette. De toute évidence, les muscles avaient soufferts. De ce qu’elle avait senti, il n’y avait pas de dommage trop brutal. Si la Sikru attendait quelques mois, il n’y aurait peut-être plus jamais de douleur.

Clarke croisa les bras, et une fois que la guerrière eut terminé, elle attendit encore quelques secondes, s’assurant que son vis-à-vis ne rajouterait rien. « La douleur est présente parce que tes muscles n’ont pas eu le temps de se soigner correctement. » Elle pinça un peu les lèvres, cherchant ses mots. « La douleur pourrait disparaitre avec nos technique, mais cela ralentirait tes réflexes et ton efficacité au combat. » Elle ne proposait rien de particulier, Clarke, évitant même de lui en proposer. Elle savait qu’Abby ne donnerait jamais son feu vert pour l’utilisation de leurs médicaments par des grounders. Gaspillage de ressources, tout simplement. « Mais je peux te donner des conseils de… d’entrainement, qui vont aider ton dos à se muscler correctement et éviter que la douleur ne reste à vie. » Ce n’était qu’une maigre consolation, mais elle savait que les membres du Trigedakru savaient se montrer patient… quand ils avaient la bonne motivation.

Spoiler:
 

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Jessica Henwick
Bravoure :
98
avatar
Grounder ; Sikru
Grounder ; Sikru
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Mer 16 Aoû - 22:24


15.01.98
Kahaï Ft. Clarke


    J'ai le sentiment d'être mise à nue sous le regard très profond de cette fille du ciel, elle regardait mon corps, pourtant... Elle me donne l'impression de voir bien au-delà de ce dernier, sa concentration avait de quoi m'impressionner un peu. Ses mains sur mon corps étaient froides, aussi froides que celles d'un homme qui achève son ennemi. Il n'y a pas d'émotion, juste une forme de devoir. Cette froideur contraste pourtant avec la délicatesse de son contact avec mon corps. Lorsqu'elle semble avoir fini, je remets immédiatement mon haut, l'observant revenir en face de moi. Et ce après avoir répondu à ses questions, je me contente de rester silencieuse déjà prête à entendre son expertise... l'expertise de la science du peuple du ciel. D'une certaine manière j'étais curieuse de savoir ce que ce peuple avait de si impressionnant, c'est vrai...
    Alors, elle commence enfin à parler, me dire le fond du problème... je retiens de lâcher un soupir d'agacement, me disant que je risquerai de manquer de respect à cette femme qui m'a accordé son temps. Mon visage ne retient pourtant pas ce sourcil rebelle qui exprime ce que je ressens en ce moment. Je comprends que les guérisseurs ressentent le besoin d'expliquer tout à leur patient... Cependant, expliquer à une guerrière ce qu'elle sait déjà, c'est presque l'insulter. Sachant que j'ai mentionné les guérisseurs de Sérön, pense-t-elle qu'ils ont été dans l'incapacité de me faire le même pronostic ? Si c'est le cas, cela ne risque de ne pas me plaire. Je garde toujours mon silence, restant respectueuse malgré cet affront. Elle m'explique à la suite qu'ils ont bel et bien des techniques pour faire disparaître la douleur, avec la contrepartie de m'affaiblir en retour.

    Cependant, en retour c'est un deuxième affront qu'elle me fait. Il est donc vrai que les Skaikru ont un comportement très différent du nôtre et sont très loin de comprendre notre culture. C'est d'ailleurs pourquoi je me contente détourner le regard et cette fois en lâchant ce soupir. Je rajoute malgré tout : « Ton peuple est intelligent, fille du ciel. Il sait beaucoup de choses que nous ignorons... » Commençais-je avant que mon regard fixe le sien sans un battement de paupière. « Mais nous savons aussi des choses que vous ignorez, est-ce que cela veut dire pour autant que vous êtes dépourvus d'intelligence au final ? » Je me relève très calmement à la suite, mon regard a longtemps quitter le sien, déçu d'une certaine manière... « Merci d'avoir voulu m'aider fille du ciel, je me doute que si tu n'as pas tenu à approfondir le sujet sur ces fameuses techniques, c'est qu'il t'est impossible de me les fournir. » Tandis que je commençais à marcher en direction de la sortie, je me retourne vers elle une nouvelle fois. « Concernant ton diagnostic et les conseils d'entraînement, ce sont hélas des choses que je sais déjà... Mais le temps me manque fille du ciel. »
    Dis-je... Songeant à cette bataille à venir, rien n'est certain pour l'instant, mais je sais la paix éphémère. Alors, ce dont j'ai besoin c'est une solution dans l'instant, pas une cure de rappel.     
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2153
avatar
100
100
MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   Jeu 17 Aoû - 18:46

Il y avait des environnements qui n’étaient pas prompts aux bonnes nouvelles et l’infirmerie en était un en particulier. Clarke était faite pour ça, d’une manière ou d’une autre, c’était un peu sa malédiction, d’être celle qui annonçait les mauvaises nouvelles et prenait les décisions difficiles. Elle l’avait accepté et ça la rendait plus forte, plus déterminé, limitant la tentation de regarder derrière elle et de regretter les choix qui avaient faits. De fait, elle était habituée aux réactions négatives de ceux qui l’entouraient et quand le soupir échappa les lèvres de la jeune Sikru, la Fille du Ciel avait déjà sa petite idée sur ce qui l’attendait. Il y eut un compliment et les pupilles de Clarke se rétrécirent, s’entendant un élément contraire arrivé. « Est-ce que cela veut dire pour autant que vous êtes dépourvus d'intelligence au final ? » La remarque l’aurait heurté par le passé, mais ici, quand elle pinça les lèvres, c’était pour éviter de sourire et de faire perdre le sang-froid que la brunette possédait. Elle avait bien appris à ne pas agacer un membre du trigedakru quand celui-ci ne sortait pas de ses gongs. Et il y eut une observation qui fit mouche, sur le manque de médecine dont souffrait les skaikrus. Aucune réponse ne fut apportée, alors qu’elle suivait la guerrière quitter la table d’auscultation et prendre le chemin de la sortie de l’infirmerie.

Il y eut une remarque sur le temps, ou son absence et quand elle jugea que la Sikru avait fini de parler, Clarke éleva la voix. « Hod op ! » Elle s’approcha de quelques pas, le regard sérieux, un peu autoritaire, comme il était toujours question quand elle parlait de ce qui lui tenait à cœur. « L’intelligence ne vient pas de la quantité de ce qui est connu. L’intelligence, c’est de reconnaitre les éléments en face de soi et de s’adapter à ceux-ci. » Et Clarke allait être une démonstration de ce trait de penser. « Skaikru ou Trigeda, tous les deux ont les moyens d’arrêter tes souffrances le temps nécessaire. Mais interroge-toi, en tant que guerrier : ce qui est le plus important, est-ce le combat de demain que tu peux mener, ou tous les combats qu’il te reste encore à affronter ? Tu peux forcer tes limites mais une fois qu’elles sont dépassées, cela est encore plus difficile de s’en remettre. » Elle prit une brève inspiration, avant de continuer. « Que dirait ta Keryonsi, si elle te voyait prendre cette décision, celle de risquer le long terme par pure impatience ? »

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La douleur est pavée de joyeux malheurs (Clarke)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux noel à tous!
» La Taverne du Nain Joyeux
» Joyeux noël à tous !
» Joyeux Noel à tous
» Joyeux Noel

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Camp Jaha-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: