AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 skaigonas | the most loneliest day of our life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
791
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: skaigonas | the most loneliest day of our life    Dim 21 Mai - 18:23

THE MOST LONELIEST DAY OF OUR LIFE



Avec les Skaigonas en presence - Camps Jaha 1.01.98

Depuis 2 jours elle ne dort plus Kestrel. Milàn et d’autres personnes sont revenus, en portant le corps blessé de Drea, une espèce de commotion ont dit les médecins, une espèce de commotion qui la fait tombée dans une inconscience d’où elle ne sort pas. Une espèce de commotion que les gens de l’arche où la guérisseuse personnelle de Lexa ne parviennent pas à soigner. Et elle n’a jamais autant regretté de ne pas s’être interessé aux plantes de soins Kestrel, elle n’a jamais autant regretté de ne pas être un guérisseur, elle aurait peut être pu faire quelque chose. Elle  aurait du faire quelque chose. Mais elle est la, au chevet de Drea, a regretter de ne pas avoir été a ses cotés. C’était sa faute. Elle aurait du être plus forte, ne pas être blessée pendant l’assaut sur la montagne, et la elle aurait été aux cotés de Drea, pour l’empêcher de se prendre le coup qui l’avait mit dans cet état. Elle voulait trouver l’homme qui lui avait fait ça. Elle voulait le trouver, et le tuer. Se venger. Venger Drea. Venger la seule personne au monde qui comptait tant pour elle qu’elle avait l’impression que sa vie était sur un fil.

Krähe se rapprocha d’elle soudain, avec la mine plus sombre que d’usuelle, et elle le fixe longuement, tandis qu’il vient murmurer quelques mots à son oreille. Elle s’en rappellera toute sa vie, c’est le moment où son cœur qui se reconstruisait à peine se brise pour ne plus jamais reprendre une consistance normale. C’est le moment où tout fini, tout s’acheve tout s’arrete. Drea n’est plus. Et les responsabilités du clan lui échoient alors qu’elle meurt à l’interieur d’elle même. Elle ne sait pas comment faire. Et c’est au chevet de sa chef qui ne l’est plus, de sa sœur qui le sera toujours, de cette femme qui fut sa vie et sa salvation, qu’elle court, se souciant peu de qui elle heurte au passage. Les larmes coulent sur ses joues, elle a l’impression de bruler de l’interieur, elle a l’impression de ne plus réussir à respirer. Et c’est avec colère, qu’elle envoie les gens voir ailleurs. C’est avec colère, qu’elle serre cette main si froide, avec colère et larmes qu’elle depose un ultime baiser sur ce front. C’est comme si c’était hier ce moment où Drea l’a serré dans ses bras avant de partir. C’est comme si c’était hier. Et son cœur se brise a nouveau. Elle ne sait plus. Elle ne peut plus.  Elle ne se souvient pas vraiment de la suite.

[•••]

Des heures ont passées maintenant, et la mine grave, Kestrel attend que les trois personnes qu’elle a envoyé chercher arrivent. Elle attend dans un des bureaux que les gens de l’arche ont été sympathique de lui prêter, l’heure est grave, elle n’a pas encore prévenu Lexa qui est retournée a Polis, mais elle sait que ce sera un moment douloureux.  Alors elle attend. Krähe est derrière elle, la mine sombre. Ils attendent. Milàn doit se douter de ce dont il s’agit. Quand a Haràn et Lynri, ils auront bientôt leur réponse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alexander Dreymon
Bravoure :
662
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Dim 21 Mai - 18:52



The most loneliest day of our life
1 Janvier 98 Camp Jaha
Les jours s'étiraient sans but depuis cet instant tragique où ils avaient retrouvés les cinq Skaikru au sud-ouest des terres Trikru. Depuis cet instant où Milàn n'avait pas était capable d'arrêter le Skaikru qui se jetait sur Drea, où il n'avait même pas était capable de le tuer ensuite, tenu en respect par ces armes à feu qu'il haïssait tant. Drea s'était retrouvée plongée dans l'inconscience et le pitoyable garde du corps qu'il était n'avait rien pu faire d'autre que la porter pour la ramener jusqu'à Camp Jaha, jusqu'à ce camp du peuple du ciel ou chaque visage lui rappelait celui de l'agresseur.

Il n'avait pas fermé l’œil depuis cet instant là Milàn, ou si peu que ça ne comptait pas. Il n'était plus certain du temps qui s'était écoulé, rongeant son frein en solitaire en espérant qu'enfin de bonnes nouvelles lui parviennent, qu'enfin quelqu'un réussisse à faire se rouvrir les yeux de sa chef de clan, de celle qui comptait tellement pour lui, de celle qui un jour l'avait sauvé et à qui il s'était révélé incapable de rendre la pareille. Il avait vu Kestrel, un bref instant, n'osant pas vraiment croiser son regard et la douleur qu'il savait qu'il y lirait. Il s'en voulait Milàn, se sentait et se savait coupable. Il ne voulait voir personne, parler à personne, pas même à Haràn qu'il considérait pourtant comme l'un de ses rares amis. Il avait trouvé une bouteille, il l'avait arrachée des mains d'un Skaikru qui n'avait pas vraiment osé protester et il s'était isolé avec elle.

Elle est vide depuis longtemps cette bouteille lorsque le message lui parvient et lourdement il se relève, avançant tel un zombi, les yeux cernés et rougis, vers ce bureau où il pressent déjà ce qui l'attend. Il va devoir affronter le regard de Kestrel cette fois-ci, la nouvelle cheffe de son clan, il le sait, il le sent, sinon pourquoi l'aurait-elle fait venir de cette façon. Il est perdu le grand guerrier, pitoyable chef des armées Skaigona qui n'a pas une fois songé à ses hommes depuis qu'ils sont arrivés à Camp Jaha, qui n'a donné aucun ordre, aucune indication. Pitoyable Milàn dont l'haleine empeste l'alcool et qui, s'il garde le visage droit, a les yeux qui fixent le sol lorsqu'il pousse la porte du bureau dans lequel Kestrel attend, incapable de la regarder, incapable de lui parler, il attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Josefin Asplund
Bravoure :
230
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Dim 21 Mai - 19:46


The most loneliest day of our life

Cela faisait plusieurs jours qu'elles étaient arrivée à Camp Jaha, avec Kestrel. Elle n'avait pas arrêté de remercier son amie de lui avoir proposer ce voyage d'ailleurs. Lyn était émerveillée par ce qu'elle voyait pour la première fois, autant de métal de l'ancien temps, autant de technologie. Tout ceci était nouveau et les habitants de ce camps, bien que semblant retissant à l'idée d'avoir des grounders chez eux, n'étaient pas tous hostiles ou peureux à leur égard. Cet endroit lui plaisait grandement, et son sourire n'avait pas quitter son visage jusqu'au retour d'un groupe. Plusieurs blessés se comptaient dans les rangs, mais une seule avait attirée son attention. Elle n'avait pas bien vu les visages de ces pauvres personnes, mais elle avait entendus des noms inconnus, étranges aussi, jusqu'à ce qu'elle entende celui de la cheffe des Skaigona. Drea. L'incompréhension mélangée à l'inquiétude n'avait pas tardé à se lire sur son visage et, suivant les ordres, elle ne s'était pas approchée. Les blessés avaient tous besoin d'être soignés et de se reposer, il était donc tout à fait justifié pour elle qu'elle attende. Seulement voilà, les gens parlaient, des rumeurs revenaient à ses oreilles, à celles de Rakkas qui lui rapportait aux siennes. Si ce qui se disait était vrai, alors ce n'était pas joyeux. Et plus les heures passaient, plus Lynri avait l'impression que ces rumeurs se fondaient.
Elle était allée s'asseoir un peu en recul, contre une paroi de ce qui constituait l'arche, et espérait, priait aussi afin que Drea survive à ses blessures. La cheffe était forte, elle avait connus pire, elle ne pouvait que survivre à ... A quoi d'ailleurs? Lynri ne le savait même pas. Personne ne lui avait donné de détails sur ce qui s'était passé là-bas, dans le forêt. Ne pas connaitre la vérité l'angoissait plus que de raison, elle qui, pourtant, n'avait pas autant d'affinités que cela avec la cheffe de son clan. C'était étrange ce qu'elle ressentait en réalité. Des questions avaient commencés à germer dans sa tête, mais elle les avait rapidement chassées de son esprit. Elle ne pouvait pas imaginer la mort de celle qui avait réussit à ramener la paix au sein de leur clan. Non, elle ne pouvait pas, ne devait pas. Cela porterait malheur. Alors elle avait fermé son esprit, même aux blagues de son frère qui ne la quittait pas d'une semelle. Il parlait, mais elle ne l'écoutait pas, ne l'entendait que de loin. Et enfin l'attente prit fin.

On était venue la chercher, plus précisément, un skaikru était venue la chercher, la mine presque grave. Elle avait fermé les yeux quelques secondes avant de se lever et de quitter son frère avec qui elle attendait, lui ordonnant de ne pas la suivre. De toute manière, il n'avait pas été "convié" et Lynri doutait qu'il s'agissait là d'un piège monté par les skaikru. Non. C'était ce que les skaigonas présents à Camp Jaha attendaient de savoir depuis le retour de leur cheffe. Drea... Le silence des mètres parcourus jusqu'à cette porte fut des plus pesant. Seuls le bruit de ses pas arrivaient à passer à travers l'isolation qu'avait imposés ses oreilles, sa tête. Elle ne voulait rien entendre d'autre que le battement de son coeur, priant à chaque instant que la cheffe se réveille. Car elle voulait en savoir plus. La raison pour laquelle Drea était revenue blessée et inconsciente.

Les pas se stoppèrent, elle s'arrêta à son tour, se tournant, faisant à présent face à une porte métallique, comme tout ici d'ailleurs, de la terre au ciel. On la laissa seule dans ce long couloir, qu'elle ne voulu même pas regarder. Son regard se porta sur la poignée puis elle est ferma les yeux quelques instants, essayant de sortir de la petite bulle dans laquelle elle s'était enfermée quelques heures plus tôt. Une grande respiration fut prise et la brune entra dans la petite pièce à l'intérieur de laquelle se tenaient déjà deux personnes. Kestrel et Milàn, dont les visages étaient graves. Lynri les salua de la tête et referma délicatement la lourde porte.


©DAENAERA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
533
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Lun 22 Mai - 0:46

L'arrivée au Camp Jaha n'avait pas plu à Haràn. Rester quelques jours au milieu de tous ces Skaikrus dont il se méfiait l'avait fais dormir sur une oreille depuis qu'ils y avaient posé les pieds. Mais ce qui plaisait encore moins au garde du corps de Kestrel était la raison pour laquelle ils étaient restés là. Drea était blessée à cause d'un de ces hommes venu de l'espace, et tous les Skaigonas semblaient retenir leur souffle. L'ancien marchand, lui, était inquiet également quant à l'état de leur Cheffe de Clan. Après tout, il était tout de même attaché à elle et lui était extrêmement reconnaissant. C'était cette femme qui avait tiré le Skaigona des pattes d'un homme assoiffé de luxure et de richesse. C'était elle qui avait réussi à venger le Skaigonakru. C'était elle qui l'avait amené à être le garde du corps de Kestrel. Haràn lui devait beaucoup, et la savoir dans un état préoccupant lui rongeait l'esprit. Mais plus encore, c'était l'état de sa protégée qui l'intéressait. Avec cette nouvelle, le veuf était sûr et certain que le cœur de la seconde du Clan était serré, fissuré. Drea était si importante aux yeux de la brune, et Haràn souhaitait lui apporté son soutien. Il souhaitait panser les blessures qui parsemaient son cœur. Mais pour le moment, Kestrel semblait éloignée de lui et concentrée sur Drea, et le garde du corps ne voulait pas se montrer de trop.


Ainsi, grognant en sachant qu'il devait rester là à l'attendre alors qu'il ne voulait que rejoindre celle qu'il considérait comme sa fille, Haràn était adossé à l'extérieur de l'Arche ancrée dans la terre, non loin de l'entrée. Les bras croisés, il scrutait avec méfiance et sévérité les habitants de cette carcasse, observant les regards fuyants lorsqu'ils croisaient le sien. Avec ce qui s'était déroulé lors de la recherche des Skaikrus, l'homme à l'armure de dragon se méfiait encore plus de ces gens et avait désormais du mal à porter un regard neutre sur eux. Mais les relations qu'ils entretiendraient dans le futur avec eux devraient attendre, car ce n'était pas le plus pertinent aux yeux de l'éclaireur. Ses pensées étaient occupées par Kestrel, Milàn. Ces deux personnes qui s'étaient terriblement attachés à Drea. Et le veuf ne pouvait que comprendre leur inquiétude, leur état d'esprit.


Mais alors qu'il était plongé dans ses pensées, une voix masculine retentit à côté de lui, le conviant à rejoindre Kestrel. Le cœur battant, Haràn poussa l'homme et rentra dans l'Arche d'un pas vif, son avancée raisonnant contre la féraille, et il finit par arriver devant la dite porte que le Skaikru lui avait indiqué. Il poussa la porte et entra, la fermant derrière lui, serrant la mâchoire en sentant l'odeur de l'alcool, observant de ses prunelles pâle les yeux rougis de l'un de ses rares amis, avant de saluer faiblement Lynri qu'il reconnut sans aucun mal, son attention se portant ensuite vers Kestrel. « Kestrel... » dit-il simplement à mi-voix, d'un ton calme, tentant de comprendre la raison de cette convocation. Mais il ne s'attendait pas à entendre ce qui allait être dit, voyant Drea comme une femme forte et résistante à bien des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
791
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Lun 29 Mai - 14:16

THE MOST LONELIEST DAY OF OUR LIFE



Avec les Skaigonas en presence - Camps Jaha 1.01.98

Peu à peu ils rentrent dans la pièce. Krähe est a ses cotés, et c’est Milàn qui rentre le premier. Il doit être celui qui après elle va le plus souffrir, elle n’en doute pas. Il va se sentir coupable, il doit se sentir le plus coupable de tous. Et leur  peine est plus que partagée au fond. Alors elle le regarde arriver, elle regarde Lynri aussi qui arrive et elle les salue tous à tour de rôle. C’est Haràn qui vient après ça, et Kestrel prend sur elle, pour ne pas imploser, pour ne pas partir en larmes. «  Ferme la porte. »  C’est dit, c’est plutot dur, elle ne sait pas vraiment à qui elle s’adresse mais elle sait que c’est comme ça c’est tout.   Et maintenant elle tourne encore dans la pièce, parce qu’elle ne sait pas quoi dire. Krähe la fixe lui aussi, avec ses grands yeux sombres et son visage dur.  Elle sait qu’il la pousse à leur dire, mais elle ne sait pas comment faire. Elle ne sait pas quoi dire elle…

Elle se rapproche de Milàn finalement, et elle lui effleure la joue en lui murmurant qu’elle est désolée. Avant de se redresser un peu. Elle a les épaules droites, comme Drea aurait voulu qu’elle les ait, et elle fixe tous les présents. «  Les skaigonas. »   Ce n’est pas ce qu’elle veut dire. Elle bloque un peu. «  Les skaigonas, ont une nouvelle reine depuis deux heures. »  Et sa voix se brise alors qu’elle fixe le vide cette fois, des larmes montant presque devant ses yeux. Elle doit rester forte mais elle n’est pas sure d’y arriver, ni d’arriver à continuer a parler d’ailleurs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alexander Dreymon
Bravoure :
662
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Mer 31 Mai - 10:15



The most loneliest day of our life
1 Janvier 98 Camp Jaha
La porte s’ouvrit une fois, puis une seconde, et si Milàn reconnu Haràn à la voix il n'en bougea pas pour autant. Devant ses yeux il y a Kestrel, et pourtant il la voix à peine, le regard vide et perdu. Sa voix s'élève, froide et dure, une voix qu'il ne reconnait pas vraiment dans la bouche de la seconde de Drea. Mais elle n'est plus cette jeune femme, elle va devoir se montrer forte, bien plus forte qu'elle ne l'a jamais été sans doute, forte pour eux tous et cela commence peut-être par cette voix. Elle bouge Kestrel, elle fait les cents pas dans cette pièce du camp Jaha, et finalement Milàn la voit s'approcher de lui, doucement.

Le contact qu'elle lui offre, ses mots lâchés dans un murmure, s'ils se voulaient rassurant peut-être ne sont finalement que douleur. Kestrel... Les mots restent bloqués dans sa gorge, ce simple non sort, tellement faiblement, tellement difficilement. C'est à lui de s'excuser, à lui de demander pardon. C'est lui, le garde du corps de Drea, qui a faillit à sa tâche, lui qui est responsable de la tristesse qui tombe comme une chape de plomb sur le clan Skaigona. Les Skaigonas, comme un écho à ses pensées Kestrel reprend la parole et Milàn fait l'effort de relever la tête, pour la regarder, il sait ce qu'elle va dire avant même que les mots ne franchissent ses lèvres et elle est forte Kestrel, bien plus que lui.

Il avait beau s'y attendre, le savoir depuis que cette convocation lui ai parvenue, la douleur n'en ai pas moins grande lorsque les mots sont finalement lâchés, lorsqu'il n'est plus possible de se raccrocher à aucune sorte d'espoir, aussi mince soit-il. Drea n'est plus, Kestrel vient de l'annoncer, et dans le cœur de Milàn quelque chose se ferme. L'homme est un guerrier, il a vu les morts par centaine mais jamais n'a était touché à ce point, jamais jusqu'à cet instant il n'avait été obligé de fermer toutes ses barrières pour ne pas s'effondrer. Cet objet indéfini qui traînait sur un meuble à portée de main vole à travers la pièce pour s'écraser contre un mur à l'opposé des occupants. C'est stupide, inutile, et ça ne lui fait même pas de bien mais il ne sait pas quoi faire Milàn, pas quoi dire et il regarde Kestrel de cet air un peu fou, de colère et de douleur, de cet air désolé et torturé d'un homme encore incapable de surmonter tout ça. Il le faudra pourtant, il tiendra, il le doit à Drea, mais pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Josefin Asplund
Bravoure :
230
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Sam 3 Juin - 21:39


The most loneliest day of our life

L'attente avait été longue. Et si chacun s'était occupé pour rendre le temps moins long, le temps, était en suspend autour des cinq Skaigona réunis dans cette petite pièce de métal. L'atmosphère était pesant, et la mine grave de Kestrel n'était en rien rassurant. Lynri comprit presque immédiatement ce qui était entrain de se passer. Pourquoi les avoir tous réunis sinon? Le brune resta silencieuse, jetant quelques regards à Haràn, Milàn et Kestrel qui tourne comme un lion en cage. Les nouvelles ne sont donc pas bonnes. Le silence règne dans la pièce, elle observe, Lynri, son amie se rapprochant de Milàn puis leur faisant face. Elle fait un léger signe de tête à son amie, Lynri, comme pour encourager celle-ci à prendre la parole, même si elle se doute que cela ne doit pas être facile.

Ca y est, c'était dit. Drea avait trépassé depuis... plusieurs heures. Il était impossible d'en vouloir à Kestrel d'avoir mit autant de temps à les prévenir, non, personne ne pourrait lui en vouloir. Mais Lynri ne supportait pas de voir des gens tristes, surtout pas lorsque ces même gens venaient de son clan, était ses frères et sœurs de clan. Donc voir la tristesse dans le regard de son amie lui fit mal au cœur, encore plus que d'apprendre la mort de Drea.

Milàn, elle le connaissait assez peu au final mais elle n'aimait pas le voir non plus dans l'état dans lequel il se trouvait. Elle, qui se trouvait entre les deux hommes de la pièce se rapprocha un peu plus de Milàn pour lui tenir fermement les avants bras, tout en plongeant son regard dans celui de l'homme. Elle resta silencieuse, mais ce geste se voulait rassurant, compréhensif, empathique aussi, et elle essayait par cela aussi, de le calmer un peu. D'apaiser la colère qui devait le ronger. Lui qui pensait peut-être avoir faillit à sa mission, à son devoir de protéger feu Drea. Puis elle se retourna et se replaça à sa place initiale, une de ses mains s’enlaçant dans celle de Milàn dans un geste de soutient et, droite, le regard plongé dans celui de Kestrel elle prit enfin la parole.

"Longue vie à la reine." Lynri mit un genoux au sol, baissant aussi les yeux en signe de respect et de soumission, mais elle espérait que les autres ne prennent pas cela pour de l'irrespect envers Drea. Qu'ils ne la voient pas comme une femme sans cœur. Non, cela signifiait un nouveau départ. Les morts étant partis, les vivants se doivent de continuer de vivre, quoi qu'il arrive. Bien sûre, elle ferait le deuil de Drea comme tout le monde, et reprendrait sa vie, comme tout le monde, même si cela serait plus difficile pour ses comparses. Et si la cheffe d'Urubu voulait aller prendre Kestrel, son amie, la nouvelle reine, dans ses bras, elle se contenta de ne pas bouger, peut-être aussi pour que personne ne voit une larme coulant le long de sa joue. Elle finit par se relever, et lâchant la main de Milàn, elle alla finalement enlacer son amie dévastée qui n'osait pas montrer sa tristesse à ses, à présent, sujets. Ce que penserait les autres, elle s'en fichait, elle prendrait soin de son amie qui venait d'hériter tragiquement de toutes les responsabilités du clan.
©DAENAERA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
533
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Sam 10 Juin - 23:33

Les secondes semblaient être des minutes. Les minutes semblaient être des heures. Haràn observait de ses yeux pâles cette femme qu'il considérait comme sa fille, la stature droite, perturbé par cette odeur d'alcool qui venait lui titiller méchamment les narines, ainsi que par la voix dur et ferme qu'avait employé la seconde du Clan en demandant à ce que la porte soit fermé -chose qui avait été faite après qu'elle l'ait ordonné-. Le cœur de l'ancien marchand ne cessait d'être serré en scrutant le visage de Kestrel. Le cas de Drea la préoccupait énormément, et le veuf souhaitait se montrer là, présent, malgré le fait que celle-ci n'avait aucunement voulu de sa présence ces dernières heures. Et l'état de Drea n'avait fait qu'empirer le regard de Haràn sur ce peuple du ciel. Il n'arrivait plus à les regarder de manière neutre malgré sa méfiance. Désormais, ses yeux luisaient de sévérité, d'agressivité, et les gestes qu'il avait envers eux n'étaient pas des plus doux également. Mais, soit, là n'était pas le sujet qui intéressait le plus l'homme à l'armure de dragon, qui n'avait d'yeux que pour le terrible état dans lequel se trouvaient Milàn et Kestrel, Lynri semblant prendre sur elle plus que ses deux amis.

Puis, la nouvelle tomba finalement alors que le regard du garde du corps de Kestrel suivait ses mouvements, son cœur ratant un battement en entendant ces mots. C'était un véritable coup de massue. Haràn ne s'y était pas vraiment attendu. Sa mâchoire se serra un peu, son esprit abasourdi par cette vision de leur cheffe noyée dans un sommeil dont elle ne pourrait jamais plus se tirer. Cette femme si forte avait chuté, laissant derrière elle de nombreux cœurs blessés et qui mettraient du temps à panser, non sans garder néanmoins de lourdes cicatrices. Cette femme si forte, qui avait libéré le Skaigona d'un diablotin, venait de s'écrouler, laissant un peuple brisé entre les mains d'une seconde qui devait désormais monter d'un cran et devenir la cheffe qu'elle aurait obligatoirement dû être un jour. Et Haràn serait là, à ses côtés. Toujours. Pour la soutenir. Pour la porter toujours plus haut. Pour être une épaule comme il l'avait toujours été depuis qu'il occupait ce poste. C'était ce que le veuf avait été durant tout ce temps, et jamais il ne faillirait à sa tâche. Cela concernait également son rare ami Milàn. L'ancien marchand n'allait pas le laisser tomber et chuter dans une profonde tristesse. Il serait là pour lui. Pour lui tendre la main lorsque celui-ci tomberait à genou sous le poids du chagrin. Car même si Milàn était chef des guerriers et que la mort était passé prendre bon nombre de ses camarades, Haràn le connaissait et savait à quel point Drea était importante.


Ainsi, silencieux, le garde du corps de Kestrel se dirigea vers elle, d'abord, sa main se portant sur son épaule durant quelques instants, avant de glisser jusqu'à ses doigts qu'il effleura. « Kestrel. Je suis là. Je t'aiderais. » dit-il d'une voix calme, son air toujours impassible, son regard désolé et dévoilant son affection observant celle qu'il considérait comme sa fille. Dans son cœur, Haràn avait vécu pire même si la mort de la cheffe l'attristait. Le massacre de sa famille avait poignardé son organe vital de coups de couteaux irrévocablement ancrés en lui. Alors, bien que Drea était une femme importante à ses yeux, il saurait remonter la pente. Parce qu'il s'était vu mourir une fois, et qu'après cela, tout semblait surmontable. Il posa ensuite une main sur le dos de Milàn qu'il tapota deux fois, comme un frère agissait envers sa famille, son regard pourtant souvent inexpressif montrant tout le soutien qu'il avait envers lui, toute l'affection qu'il lui portait. « pour toi aussi, je suis là, ai bro. » dit-il d'une voix toujours aussi calme, son autre main se portant sur son épaule avant qu'il ne lâche prise, son attention s'égarant de nouveau sur Kestrel, à qui il attrapa la main avec douceur, avant d'abaisser sa tête en signe de respect, appuyant les propos de Lynri par ce simple geste, avant de se redresser, se retenant de la prendre dans ses bras. La tristesse qu'il lisait dans son attitude lui faisait mal au cœur. « Ne vous retenez pas. » dit-il ensuite à mi-voix, son regard pâle alternant entre la nouvelle cheffe du Clan et Milàn. Il était là, Haràn. Pour chacun d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
791
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Dim 25 Juin - 14:00

THE MOST LONELIEST DAY OF OUR LIFE



Avec les Skaigonas en presence - Camps Jaha 1.01.98

HRP:
 

Ce qu’elle doit leur dire est dur, et elle sent leurs regards à tous, elle les sent et elle sait qu’ils ne la jugent pas, mais elle sait aussi que son cœur se brise à l’idée de … a l’idée d’être la nouvelle reine. Alors voilà, elle murmure à Milàn qu’elle est désolée, et elle sait que lui comprendra en premier, parce qu’il avec elle celui qui était le plus proche de Drea. Ils ont une peine a partager maintenant, et si Lynri et Haràn, et même Krähe sont plus eloignés, Milàn et elle ont un deuil plus personnel à faire. Ça va être dur et tendu. Ça va être douloureux. Ça va être peut être infernal pour les jours à venir, et elle ne sait pas Kestrel si elle va parvenir a se reconstruire sans Drea.

Les mots quittent ses lèvres enfin, et elle voit Milàn changer à l’interieur de lui. Elle voit l’objet étrange des skaikru voler vers le mur et se briser en milles morceaux. Elle voit. Et elle ne juge pas. Et elle ne dit rien, parce qu’elle a l’impression que cet objet qui se brise c’est un peu son cœur à vrai dire. Et peut être que Lynri essayait de calmer les choses, peut être que Kestrel était heureuse que son amie soit la, et peut être qu’elle s’effondrerait dans ses bras plus tard oui. Pour l’heure, elle devait rester cérémonieuse, et elle n’était pas sure de savoir comment le faire.

Haràn vint effleurer son épaule et ses doigts, elle serra l’espace de quelques instants sa main. Jusqu'à ce que Lynri s’agenouille oui. Jusqu'à ce qu’ils s’inclinent peut être. Et elle hocha la tête. « Relevez vous. » Les mots se perdaient encore dans sa gorge, et sa voix était éraillée de ceux qui se retiennent de pleurer. « Merci. » Elle tenta d’être droite, et soudain, elle se retrouva dans les bras de Lynri sans savoir pourquoi n’y comment. Et elle s’y blottit quelques instants, elle s’accrocha à cette amie, qui ne remplacerait bien sur jamais ce qu’elle avait perdu. Puis elle recula.

« La route va être dure pour les skaigonas. Et nous réclameront vengeance envers le Skaikru qui a causé cette perte. Cependant, que ce crime ne ternisse ni nos liens avec Skaikru, ni avec la coalition. » Elle parlait sagement. « J’irais m’entretenir avec Lexa et les autres chefs dans les heures a venir, pour discuter de ce qui doit être fait. Pendant ce temps un de nos intendants s’occupera d’organiser le bucher funéraire. Milàn, j’aimerais que tu y préside avec moi. Nous étions sa famille. » Et ses mots se perdaient encore dans sa gorge. « Il y’aura du changement au niveau du clan bien sur, des choses qui… vont évoluer peut être. » Ses yeux se perdirent dans le vague. « Je nommerais un second. Plus tard. » Et pour le moment elle avait juste besoin de respirer, mais elle ne le faisait pas, au lieu de ça elle se rapprocha de Milàn, et lui attrapa les deux mains. « Ce n’est pas de ta faute. » Et peut etre que c’était hypocrite, parce qu’elle pensait que c’était de la sienne à elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alexander Dreymon
Bravoure :
662
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Jeu 29 Juin - 21:50



The most loneliest day of our life
1 Janvier 98 Camp Jaha
Lynri s'avança, pour sans un mot lui poser la main sur le bras, et peut-être croisa-t-il son regard sans vraiment le voir. Il était loin de cette pièce Milàn, il était quelque part sur les terres de sTrikru, à proximité de ce camp de fortune où s'étaient installés les quelques Skaikru, il était à proximité de Drea et pourtant trop loin d'elle pour le protéger. Il la revoyait tomber, encore et encore, jusqu'à ce qu'Haràn le ramène au moment présent, effaçant l'espace d'un instant les images douloureuses. Son regard croisa celui de son ami et ce dernier pu certainement y lire toute la douleur, tous les doutes qui étreignaient à cet instant le cœur du guerrier.

Lynri avait mit un genou au sol et peut-être aurait-il dû faire de même ? Il suivit plutôt l'exemple d'Haràn, baissant la tête après avoir croisé le regard de la nouvelle reine, incapable pourtant de prononcer quelques paroles que ce soit. Ce n'était pas volontaire, il connaissait Kestrel, il savait quel comprendrait, il avait cette énorme boule au fond de la gorge qui l'empêchait de s'exprimer. Kestrel y arrivait elle pourtant, Kestrel était forte, plus forte sans doute qu'il ne l'aurait pensé, elle n'avait plus le choix. Il écouta, relevant la tête, et son poing se serra quand Kestrel mentionna le Skaikru responsable de tout cela. Il demanderait vengeance oui, cet homme avait tué sa reine, son amie, son amante, il payerait ! Et puisque Kestrel le demandait, il payerait seul, ou tout au moins Milàn essayerait de ne faire payer que lui, il ne promettait pas d'être capable de parler calmement avec un skaikru en sortant de cette pièce néanmoins.

Mais l'heure n'était pas encore à la vengeance, s'occuper de Drea importait plus en cet instant, l'accompagner dans ses derniers instants. Son combat était terminé et Milàn hocha doucement la tête aux paroles de sa nouvelle reine, trouvant la force de lui répondre d'une voix faible. Je te remercie, ce sera un honneur Et l'émotion était palpable dans ses mots, visible dans ses yeux. Elle était sa famille oui, Kestrel l'était aussi et il posa son regard dans le sien lorsqu'elle s'avança vers lui. Je n'ai pas su la protéger Un murmure, audible seulement de celle qui était la plus proche de lui. Ce n'était pas sa faute, c'était celle du skaikru, mais il avait faillit à sa mission, et c'est cette défaillance qui avait causé la mort de Drea aussi surement que l'arme de l'homme venu du ciel. Je suis désolé Et même s'il savait que Kestrel n'accepterait pas ces mots il tenait à les prononcer, il n'y avait rien de plus vrai qu'il puisse dire en cet instant.

Au moins s'était-il reprit un peu, la folie disparaissant peu à peu de son regard. Kestrel avait su parler, avec des mots juste et elle lui avait fait prendre conscience qu'il devait lui aussi se montrer plus fort que cette douleur qui menaçait de lui faire perdre la raison. Envoyer les objets contre les murs ne servait à rien, se murer dans le silence était inutile, il avait toujours la gorge serrée mais son regard avait retrouvé une partie de cette lueur déterminée qui le caractérisait. Il leur devait à tous de se montrer capable d'avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
533
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Mar 11 Juil - 23:27

Le Skaigonakru était en deuil, désormais. Drea était tombée, et une nouvelle épreuve se dressait devant tout un peuple : surmonter la mort de celle qui les avait délivré d'un imposteur frillant de luxure et de richesse. La pente ne serait pas facile à remonter, mais Haràn était là. Il était là, pour Milàn, Kestrel, et tous ceux dont la peine était aussi grande que ce qu'il avait pu ressentir au massacre de sa famille. Son cœur battait de tristesse alors que ses yeux pâles observaient la nouvelle cheffe de Clan attristée, son ami accablé. Ca lui faisait mal, au garde du corps, de les voir comme ça. Mais il ne pleurait pas. Il ne pleurerait pas. Parce qu'il avait déjà vu son cœur se briser. Parce que ses larmes avaient déjà bien trop coulées. Désormais, il devait épauler ses proches abasourdis par cette nouvelle qui les avaient fais tomber à genoux. Il devait les soutenir, les aider à aller mieux, et c'est ce qu'il allait faire. Ayant prononcé quelques mots à son frère d'arme et à celle qu'il considérait presque comme sa fille, il avait déjà commencé à leur montrer qu'il serait toujours présent.


Et c'est en silence qu'il écouta les paroles de Kestrel, la jeune femme s'étant reculée pour prendre la parole. Ne pas se montrer agressif envers les Skaikrus allait être compliqué pour Haràn, qui, ne sachant pas encore qui était le coupable, préférait se tenir éloigné de ce peuple afin de ne pas en venir aux mains avec l'un d'eux. La colère qu'il avait envers celui qui leur avait retiré Drea n'avait pas cessé de s'animer, et face à la tristesse de Milàn et Kestrel, celle-ci ne pouvait être que plus grande. Lui qui ne portait pas de jugement hâtif ne considérerait pas tout le peuple du ciel comme des meurtriers, mais le regard neutre qu'il avait au début envers eux s'était un peu terni. L'éclaireur aurait besoin de temps. Il aurait besoin de temps pour avoir de nouveau cette confiance envers les Skaikrus, et ainsi, il hocha doucement la tête aux paroles de celle qui guiderait désormais le Skaigona. Elle était sage, déjà, et les paroles qu'elle prononçait d'une voix qui se perdait ne donnait qu'une envie au père veuf : la prendre dans ses bras, et lui dire que tout irait bien. Mais pour le moment, il était aux côtés de Milàn, ce grand guerrier qui semblait vouloir tenir bon, et sa main se porta sur l'épaule de cet ami qui lui était cher alors que Kestrel continuait son discours, finissant par se rapprocher de l'ancien garde du corps de Drea. Un second allait être nommé. Le Clan allait évolué tout en gardant leur cheffe en mémoire, et l'ancien marchand lâcha doucement l'épaule de son ami, ses yeux pâles observant cette scène d'un regard désolé. Pour Milàn, il serait là. Pour Kestrel, il serait là. Et pour tout le reste du Skaigonakru, il serait là. Il se tiendrait debout, et ne fléchirait pas, parce qu'il se devait d'être aux côtés de ceux qui avaient peut-être besoin de lui. « Milàn. » dit-il d'une voix calme, douce et forte en même temps malgré la tristesse de le voir ainsi. « Kestrel a raison. Ce n'est pas de ta faute. Tu as fais ton devoir, et tu l'auras fais jusqu'au bout. Les armes des Skaikrus sont... simplement plus incontrôlables que les nôtres. » dit-il d'une voix qui  laissait paraître une certaine colère.


Et connaissant celle qu'il considérait presque comme sa fille, il tenait à la rassurer et lui dire que même si elle avait été absente lors de cet acte qui avait atteint la vie de Drea, Kestrel n'avait rien à se reprocher. Ainsi, il porta sa main vers la chevelure de sa protégée, passant ses doigts sur le haut de son crâne comme un père qui tenterait de montrer une présence rassurante envers sa fille. « Toi non plus, tu n'as pas à t'en vouloir. » dit-il d'une voix calme et qui se voulait rassurante et douce, son regard fixé sur ce visage dont les yeux ne demandaient sûrement qu'à déverser leurs larmes. Il fallait apaisé les cœurs de cet entourage qu'il aimait, et Haràn se tourna ensuite vers Lynri. « Il serait peut-être temps de commencer à les remettre sur pieds. » dit-il calmement malgré la douleur qu'il ressentait en voyant l'état de Kestrel et de Milàn. Oui, il fallait qu'ils se relèvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
791
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Sam 15 Juil - 14:54

THE MOST LONELIEST DAY OF OUR LIFE



Avec les Skaigonas en presence - Camps Jaha 1.01.98

Maintenant la route est longue. Le skaikru payera pour cet affront, pour cette offense. Mais la route est encore longue et elle annonce clairement ce qu’elle va faire, ce qu’elle veut faire. Elle n’a pas encore bien d’idées sur qui elle nommera second, mais elle sait qu’elle veut que Milàn continue de diriger aux armées. Haràn lui, restera son garde du corps. C’est comme ça. C’est décidé. Et il y’aura un banquet funéraire oui. Dans tout ça elle ne pense pas forcement à prévenir Neith encore, c’était la plus vieille amie de Drea peut être. Elle ne pense pas à tout ça. Elle sait juste que c’est comme ça. « Je suppose que Heda viendra au bucher. » Et voilà que Milàn parle, et s’excuse. Et doucement elle, elle serre sa main. « Ce n’est pas toi. » Un moment. « Je te pardonne. » Parce qu’il en a besoin elle le sait. Mais elle aussi elle s’en veut. « Je n’étais pas la. » Et c’est doux. C’est bas. Seul Milàn peut l’entendre.

Puis Haràn parle. Et finalement elle redresse la tête après qu’il la lui ait caressée. « Bien. Reprennez vos activités maintenant. J4ai encore nombre de choses à faire. » Ses yeux se posent un peu partout autour d’elle. « Krähe. Avec moi. » Et puis elle est un peu plus douce. « Nous devons nous reprendre. Nous devons nous redresser. » Ses yeux sont determinés en tout cas, alors qu’elle s’apprete a franchir la porte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alexander Dreymon
Bravoure :
662
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Sam 22 Juil - 11:22



The most loneliest day of our life
1 Janvier 98 Camp Jaha
La douleur était là, bien présente, et elle le serait certainement encore durant de nombreux jours. La mort du skaikru responsable n'atténuerait que peu la perte de Drea mais elle était nécessaire, elle viendrait, un jour, mais pour l'heure il y avait d'autres choses à envisager peut-être et le cœur du guerrier s'était serré lorsque Kestrel avait parlé du bûcher funéraire. Il y assisterait oui, aux côtés de la nouvelle reine des skaigonas, et aux côtés de Heda peut-être bien aussi, ça lui parait tellement irréel de parler de tout cela qu'il ne trouve pas vraiment à répondre Milàn, il hoche seulement la tête avant que la main de Kestrel ne vienne se refermer sur la sienne. Le regard du guerrier est douloureux tandis qu'il repasse mes images dans sa tête et qu'il s'excuse, pressant un peu plus ses doigts sur la main de la jeune femme. Elle le pardonne, et c'est déjà beaucoup oui, ça compte en tout cas, et sans doute reparleront-ils un jour de tout cela, sans doute en auront-ils besoin, ou peut-être pas, mais au moins ils se comprennent, partagent une douleur similaire face à la perte de cet être cher qu'était Drea.

Haràn est là lui aussi, toujours prêt à offrir une épaule forte pour les soutenir. Haràn est un ami fidèle et un pilier de poids pour Kestrel, avec lui, avec Lynri qui même si elle ne dit plus grand chose est là et sera là pour la suite. Les skaigonas se redresseront, ils surmonteront cette épreuve comme ils l'ont toujours fait par le passé, comme Kestrel est en train de le dire, sonnant du même coup la fin de cette entrevue. Qu'ils reprennent leurs activités ? Encore aurait-il fallu que Milàn fasse réellement quelque chose avant d'être appelé, il n'était pas certain de se souvenir, tant de temps semblait s'être écoulé dans cette pièce alors qu'ils n'y avaient passé que quelques instants. Et puis il se souvint, de cette bouteille d'alcool amie et un sourire triste passa sur son visage alors qu'il tournait la tête vers Haràn. M'accompagneras-tu un moment ? Pour marcher, pour boire, pour parler ? De ceci ou d'autre chose, peut importe, Milàn voulait bien avouer qu'il avait besoin de son ami en cet instant. De Lynri aussi si celle-ci souhaitait venir, et de Rakkas ? L'homme saurait peut-être bien leur changer les idées et être d'une compagnie agréable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
533
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    Ven 11 Aoû - 17:48

Haràn faisait de son mieux pour être là, aux côtés de Kestrel et de Milàn. La souffrance se lisait dans leurs yeux, dans leur voix, et le garde du corps de la nouvelle cheffe de Clan souhaitait leur montrer qu'il était une épaule sur laquelle ils pourraient s'appuyer sans hésitation. Ses yeux pâles observaient avec attention le visage de la jeune femme sur qui il avait posé sa main sur les cheveux un instant avant de les égarer sur celui de son ami. Ils devaient être forts. Le peuple entier du Skaigona devait se montrer fort face à cette perte qui les atteignaient tous, et qui atteignait même le cœur brisé de l'homme à l'armure de dragon. Drea avait été une grande femme. Une femme qui avait réussi à extirper tout un peuple de la misère qu'avait installé l'imposteur Kovarro durant un temps qu'avait difficilement vécu l'ancien marchand. Mais lui avait vécu la mort de sa famille et savait pertinemment qu'il arriverait à remonter la pente, peut-être plus facilement que certains, dont Kestrel, à qui il voulait apporter un énorme soutien.

Des mots furent ensuite prononcés de la part de celle qu'il considérait presque comme sa fille, et Haràn acquiesça presque imperceptiblement à ces paroles. Sa mâchoire était serrée néanmoins, car la colère quant à cet acte meurtrier qui avait été commis rendait Kestrel attristée malgré toute la force qu'elle mettait sûrement à ne pas pleurer devant eux, et cela rendait l'homme véritablement moins neutre par rapport aux Skaikrus. Il ne les mettrait pourtant pas dans le même sac, mais il lui faudrait du temps pour passer au delà de cet instant où, par la faute d'un des membres du Ciel, Drea kom Skaigonakru s'était effondrée. Mais désormais, comme le disait Kestrel, il fallait se reprendre et avancer. Haràn était déjà prêt à le faire et savait que ce serait plus dur pour Milàn et elle, mais il serait là, l'éclaireur. Il serait là, et regarda silencieusement leur nouvelle cheffe de Clan commencer à s'en aller. Il aurait voulu rester près d'elle, la réconforter autant qu'elle en avait besoin. Mais elle avait à faire et serait un peu plus occupée maintenant qu'elle avait un nouveau rôle à remplir.

Une voix qui lui était familière vint ensuite attirer son attention, et le garde du corps égara ses yeux pâles vers son ami. Il ressentait le mal être de son ami malgré toute l'armure qu'il mettait sur lui pour ne pas montrer la véritable souffrance qui vivait en lui, et Haràn ne le pousserait pas à l'enlever devant lui. Il serait là, simplement, à ses côtés pour l'écouter et tenter de l'apaiser. Un sourire en coin se dessina alors sur ses lèvres, et l'une de ses mains se porta à l'épaule de Milàn qu'il tapota deux fois. « Bien sûr. Je te suis. » dit-il simplement, d'une voix impassible malgré le fait que dans ses yeux luisait une certaine compassion, une compréhension de la douleur que vivait Milàn qu'il laissait paraître dans son regard habituellement inexpressif. Il fallait avancer, et Haràn n'hésiterait pas à venir en aide à ceux qui lui étaient chers pour les hisser vers le haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: skaigonas | the most loneliest day of our life    

Revenir en haut Aller en bas
 
skaigonas | the most loneliest day of our life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Camp Jaha-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: