AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 haràn | solitude standing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: haràn | solitude standing    Sam 31 Déc - 12:54

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

Une vingtaine de jours sont passés désormais, depuis que Drea est partie avec une majeure partie de l’armée pour jindre l’effort de guerre contre les barbares, et Kestrel est restée à Condora, elle est restée en fidèle seconde, avec Raqhi et Haràn pour l’épauler. L’un avec le faucon, qu’elle a finalement nommé Adad, et le second pour la protéger peut être. Bien sur , au début elle n’appréciait pas vraiment sa présence, grande, immuable, mais le guerrier est devenu plus qu’un ami pour elle, un protecteur, une épaule – même si elle ne lui pleurera jamais dessus - quelqu’un qui compte beaucoup pour elle. Alors elle est contente qu’il ne soit pas parti pour Kalawen avec les autres, même si égoïstement elle aurait aimé que Drea reste, ou elle aurait aimé être la bas. C’est sa famille qui combat les barbares maintenant, et même si elle a reçu un mot de leur victoire, elle ne peut pas s’empêcher de se demander si son amie a été blessée, si elle a eu peur sur le champs de bataille , non c’est stupide, jamais Drea n’aurait peur.

« Humpf. » Perdue dans ses pensées, elle s’est coupée avec les pièces de métal qu’elle manipule, et elle gromèle un peu. Elle a réglée des affaires de Condora toute la matinée, et même si ça ne la lasse pas, elle a hate que Drea rentre pour reprendre sa légitime place de chef, elle sait qu’elle est moins imposante, et que si les gens lui obéissent c’est d’avantage par peur de la chef, que par respect pour elle, même si elle le gagne petit à petit. Et depuis midi maintenant, elle travaille sur l’une de ses inventions, sans se soucier du temps qui passe, l’invention est grandiose, elle espere qu’elle arrivera à faire quelque chose, et si elle n’en parle à personne, elle sait que ça changera la vie de plusieurs personnes. Elle fabrique des espèce de petits engins dotés d’ailes qui bougent avec le vent pour distribuer les graines dans les champs. Sans user de technologie, en utilisant tout simplement les courants aériens, comme le font les oiseaux. Et Adad est une bonne aide pour ça. Elle suppose que la faucon est un bon exemple. Elle est devenue une amie aussi, et fièrement elle trone sur son épaule pendant qu’elle travaille. Mais son doigt saigne maintenant, et Kestrel regarde autour d’elle à la recherche d’une serviette à passer sur sa plaie, quand elle remarque que la nuit ne va pas tarder à tomber. Depuis combien de temps est elle la ? Est ce qu’elle a fait ? Oui, elle a un peu faim à vrai dire, mais elle n’a pas vraiment envie de bouger et puis…

C’est à ce moment la, alors qu’elle tient une serviette contre la plaie – assez profonde – dans sa main que des bruits de pas se font entendre, quelqu’un se rapproche de son atelier à ciel ouvert, elle espere que ce n’est pas encore un problème, ou quelqu’un qui a besoin d’elle, même si elle sait qu’elle donnera tout pour aider les personnes qui le lui demandent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Sam 31 Déc - 19:27

L'astre de feu se perdait derrière le paysage que Haràn observait avec attention, assit sur sa monture qui remuait un peu, prête à faire demi-tour. La nuit ne tarderait pas à tomber, et l'éclaireur se devait de retourner auprès de sa protégée après avoir passé une journée à fouler une partie du territoire. Certes, elle ne craignait rien ici, mais Haràn se voulait tout de même prudent. Depuis que Drea l'avait choisi pour être le garde du corps de sa seconde, il prenait son rôle très à cœur, et encore plus depuis qu'il s'était énormément attaché à elle. Néanmoins, il resta là un instant, son regard impartial scrutant l'horizon comme s'il attendait de voir les guerriers et Drea revenir de la bataille. Il avait eu vent de leur victoire et il en était fier. Il était apaisé aussi, que Kestrel n'y soit pas allé. Elle avait déjà été blessé lors de la bataille à Kalawen, et la cruauté des barbares n'avait aucun rapport avec celle des hommes de la Montagne (bien que toute aussi affligeante).


Alors, ses pensées tournées vers ces adversaires sans humanité, Haràn écarta les rênes de Khazâd pour faire demi-tour et le lança au galop, ses sabots claquant bientôt dans la capitale de son Clan. Puis il le stoppa et le confia à un homme après lui avoir caressé l'encolure, et se mit à chercher Kestrel. Les rues se vidaient peu à peu au fur et à mesure que la nuit avançait. Haràn, la main posée sur le pommeau de son arme, balayait chaque recoin de l'endroit où il se trouvait. Il la cherchait, dévalant une bonne partie de la ville avant de, finalement, rentrer dans un vieux marchand qui, ne tenant plus beaucoup sur ses jambes, vacilla contre le veuf. Le rattrapant avant qu'il ne tombe, Haràn fit un signe de la tête lorsque le vieillard le remercia, et en profita pour lui demander où était la seconde de Drea. « Kestrel ? Elle est dans son atelier ! » dit-il, avant de tendre une pomme à l'éclaireur en récompense. Et, sans la refuser, le père sans famille lui fut reconnaissant et se remit en route vers l'atelier de la jeune femme qu'il protégeait depuis quelques temps maintenant. Cela ne l'étonnait pas qu'elle y soit encore. Son imagination était incroyable, à cette fille, et beaucoup d'idées nouvelles devaient lui passer par la tête, de quoi l'occuper toute une journée sans trop s'ennuyer en s'impatientant du retour de Drea.


Ainsi, quelques minutes plus tard, il finit par arriver à destination, et l'observa un instant avant de voir qu'elle tenait une serviette dans ses mains. « Kestrel. » dit-il sur un ton respectueux avant de reprendre. « Tu t'es fais mal ? » demanda-t-il avec attention, comme si le père qu'il avait été refaisait surface. Et c'était sans aucun doute cela, d'ailleurs, car il s'était attaché à la seconde de Drea, et son visage ressemblait tellement à celui de sa défunte fille qu'il ne pouvait que lui porter un amour paternel. « Il se fait tard. » ajouta-t-il dans un presque murmure, avant de lui lancer la pomme que le marchand lui avait donné. Mais pour le moment, aucun sourire ne s'était dessiné sur son visage, bien qu'il était content de la voir. Elle était précieuse à ses yeux, Kestrel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Mar 3 Jan - 14:58

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

Le sang continue de couler sur le sol et sur le torchon dont elle se sert pour l’empêcher de tout salir. Elle n’est pas très douée avec les objets coupants, à vrai dire elle est même maladroite. Même si ce qu’elle fabrique est toujours fabuleux, elle a de l’idée et elle est douée de ses mains, c’est juste qu’elle est distraite et… Enfin, ce n’est pas grave, c’est juste un peu douloureux, elle fera avec elle. Les pas se rapprochent maintenant, et elle laisse un véritable sourire prendre place sur son visage quand elle reconnaît la voix d’Haràn, et qu’elle voit enfin son visage. Il fait nuit bien sur, mais les torches l’éclairent, et elle est sincèrement ravie de le voir en face d’elle. Même si il semble inquiet un peu. A cause de sa blessure peut être, oh elle hausse les épaules doucement. « Ne t’inquiete pas, ce n’est qu’une coupure. » Et parfois il agit avec elle comme un grand frère, comme un père, comme un peu un protecteur. Ça devrait la déranger oui, mais ça ne le fait pas, c’est une figure constante dans sa vie maintenant, depuis que Drea a reprit le pouvoir, et ça lui plait, qu’il soit avec elle. Il est un peu de sa famille, et si elle, elle n’en a plus, elle l’a retrouvée avec Drea, avec lui, avec les habitants de Condora et des villes aux alentours. « J’ai été distraite et mon couteau a rippé sur ma main. Ca passera. » Elle ne s’inquiete pas trop de cette blessure la, il y’en a eu d’autres qui étaient plus terrible, comme celle qui l’a empeché d’aller combattre les barbares.

Une pomme est lancée et elle l’attrape avec un grand sourire sur le visage. « Merci. » Sa main continue de serrer le chiffon, mais de l’autre main elle attrape la pomme, heureuse. « Tu as entendu les nouvelles ? La coalition est sortie victorieuse de la guerre contre les barbares. Drea ne devrait plus tarder à rentrer maintenant. » Et elle pose enfin le chiffon taché de sang sur un établi, et jette un regard autour d’elle. « Comment vas tu ? » Elle suppose qu’il est ici pour une raison, et elle aime bien lui parler, alors, elle est curieuse d’en savoir d’avantage peut être.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Mer 4 Jan - 21:23

Haràn avait enfin retrouvé sa protégée et s'était placé non loin d'elle, ses yeux verts pâles observant avec attention la serviette apposée sur le doigt semblant blessé de Kestrel. Il venait de lui demander si elle s'était fait mal, avec un ton qui voulait tout dire. Un ton protecteur, comme le serait un père avec sa fille. Un ton inquiet aussi, comme le serait un père avec sa progéniture. Mais tout deux n'avaient aucun lien de sang. Rien ne les reliait. Et pourtant, l'éclaireur ressentait ce besoin constant d'être près d'elle et de vérifier que tout allait bien. Parce que Kestrel ressemblait tellement à sa défunte fille. Parce qu'elle était le miroir de la dernière union qu'il avait eu avec Aria. Parce qu'il avait appris à la connaître et à l'aimer, aussi. Et bien qu'il se pouvait qu'elle ne ressente pas ce lien, Haràn la considérait comme un membre de sa famille. Un membre d'une famille qu'il avait perdu quelques années auparavant. Alors il avait toujours ce ton paternel attentionné, inquiet. Et le sourire de la seconde de Drea lorsqu'elle le vit lui fit du bien, le revigora un peu, un mince sourire se dessinant sur ses lèvres à lui aussi durant quelques secondes avant de, finalement, s'évanouir. Et lorsqu'elle lui répondit, il acquiesça, restant silencieux un instant, avant de dire qu'il était tard et de lui lancer la pomme qu'il avait entre les mains. Puis il observa l'atelier de celle qu'il servirait jusqu'à la mort pour chercher un bandage. « Tu n'as rien pour protéger ta plaie ? » demanda-t-il à nouveau, son regard impartial se posant à nouveau sur la jeune femme. Il avait encore du mal, quelques fois, à montrer ses émotions avec elle. D'ailleurs, c'était l'une des rares personnes avec qui il y arrivait. Milàn en faisait parti également, tout comme Drea. Mais cela viendrait plus souvent avec le temps, peut-être.

Ainsi, après qu'elle l'ait remercier pour le fruit, elle lui demanda s'il avait entendu la victoire de la coalition contre les barbares, avant d'ajouter que Drea rentrerait bientôt, sans aucun doute. A cette question, Haràn hocha la tête avant de prendre la parole, son regard se dirigeant vers le Sud, où s'était déroulé la bataille. « Oui, je suis au courant. Avant de te rejoindre, j'ai fini ma mission en allant jeter un œil à l'horizon. Ils ne devraient pas tarder à rentrer. » dit-il, soulagé au fond de lui de savoir qu'ils s'en étaient sortis. Drea et Milàn étaient importants à ses yeux, tout comme ils devaient l'être pour Kestrel. « Comment vas-tu ? » demanda à nouveau sa protégée. A ces mots, les yeux pâles du veuf se tournèrent vers elle et il l'observa un instant avant de reprendre la parole d'une voix toujours aussi calme mais quand même réservée. « Je suppose que je vais bien. Et toi ? Le départ de Drea à la guerre ne te préoccupe pas trop au point de te couper avec ton matériel ? » demanda-t-il, s'interrogeant concernant le fait qu'il avait peut-être deviné à quoi Kestrel pensait. D'ailleurs, ce n'était pas toujours bien compliqué de savoir à quoi pensait la seconde du Skaigona. Drea comptait énormément à ses yeux, et ça, Haràn l'avait remarqué dès leur première rencontre. Elle semblait la considérer comme une sœur, comme un membre de sa famille. Tout comme l'éclaireur la considérait comme sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Dim 8 Jan - 13:47

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

 Elle s’en veut d’avoir été distraite, d’avoir été blessée, elle n’aime pas particulièrement être comme ça Kestrel, parce qu’elle sait que les gens s’inquiètent pour elle, et que du coup, elle est un peu comme un poids. C’est comme quand elle a été blessée à la montagne, et … on voit où ça l’a menée. Mais voilà, ce n’est pas bien grave, elle s’en veut juste d’inquiéter Haràn, alors elle essaye de le rassurer du mieux qu’elle le peut. Il est gentil et doux, toujours à s’inquiéter pour elle, elle ne veut pas le charger de d’avantage de tracas. « Non, j’irais me rincer plus tard. Tu ne veux pas un morceau de la pomme ? » Et bien sur elle le remercie de lui avoir amené cette pomme, elle n’aurait jamais pensé à manger sinon, mais elle ne veut pas qu’il se prive pour elle. Elle est trop douce et trop gentille pour ce monde peut être, elle est sure d’avoir entendu des gens le dire quelques fois dans son dos. Ça ne la derange pas tant que ça, elle sait qu’elle est différente, et elle essaye continuellement de faire les choses au mieux.

Alors oui, elle passe déjà a autre chose, à ce qui l’emplie de joie ! Les nouvelles de la victoire, et du retour prochain de Drea. Si elle ne se trompe pas, elle a du partir avec Milàn et les autres hier de Kalawen, et d’ici trois ou quatre jours ils seront enfin la, tout dépendra de l’allure à la quelle ils voyagent, de si ils ont des blessés ou pas ! Elle a hate Kestrel, de revoir son amie, sa famille. Parce que quand Drea est loin c’est comme un morceau de son cœur qui lui est arraché, et c’est peut être une conséquence de toutes ces années qu’elle a passé avec elle. « D’ici quelques jours ils seront la oui ! Mon cœur s’emplit de joie à cette idée. » Et avec Haràn elle sait qu’elle peut être sincère, il connaît l’attachement qu’elle a pour Drea, il la voit constamment. Et il ne la juge pas vraiment. Elle l’apprécie aussi pour ça d’ailleurs, et s’inquiete beaucoup pour lui. Ainsi, quand il lui dit bien aller – ce qui est quand meme relatif, il parle toujours avec ce ton reservé – elle a un doux sourire sur ses lèvres, qui disparaît un peu quand il touche le cœur de son problème. Petit haussement d’epaules gené de sa part, et elle baisse vaguement les yeux. « Je… Je suppose que tu vois juste. C’est l’une des premières fois où Drea et moi sommes séparées avec le risque que l’une de nous ne revienne pas. » Ce n’est pas la première fois qu’elles ne sont pas ensemble, Kestrel est allée chez les Roamada, Drea est allée à Polis, mais c’est la première fois que Drea part à la guerre sans emmener celle qui est désormais sa seconde. « Je craignais de ne pas être à la hauteur si elle ne revenait pas. » Et à Haràn au moins elle dit la vérité. « Mais ce n’est qu’un vieux cauchemar maintenant que je sais qu’ils sont sur la route ! Est ce que tu veux voir ce que j’étais en train de faire ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Dim 15 Jan - 0:30

Les rues de Condora se vidaient de plus en plus, et la nuit prenait toujours plus de place. Haràn se retrouvait désormais plus tranquille aux côtés de Kestrel et s'empressa de regarder dans chaque recoin de l'atelier pour espérer trouver un bandage pour la blessure de la seconde de Drea. Et peut-être qu'il en faisait trop, à chaque fois. Peut-être qu'il était trop derrière elle à la surveiller, à la couvrir d'attention et de protection. Et peut-être qu'elle voulait qu'il la lâche quelques fois. Mais l'orphelin ne le pouvait pas. Il ne pouvait pas s'empêcher de veiller sur elle et de s'inquiéter à la moindre goutte de sang s'échappant du corps de sa protégée. Elle était ce qu'il avait de plus précieux désormais. Elle était la personne à qui il avait finalement confié son cœur et sa vie. Et c'était comme ça. Jamais il ne changerait, parce qu'il ne voulait que la protéger de tout mal qui pourrait rôder autour d'elle. Ainsi, il écouta la réponse de Kestrel qui, sans trop le surprendre, ne voulait pas s'attarder sur la blessure, lui demandant plutôt s'il voulait une part du fruit. Silencieux, l'éclaireur secoua doucement la tête négativement, avant de s'approcher de la jeune femme et de prendre le torchon qu'il déchira vivement. Puis, avec douceur, il prit sa main et enroula le morceau du torchon sur la plaie, avant de faire un petit nœud, son regard illisible fixé sur ce qu'il était en train de faire. « Il ne faut pas que ta blessure s'infecte. » dit-il, avant de finir son nœud et de relever ses yeux pâles vers la seconde du Skaigona. « Ne t'en fais pas pour moi. Mange. Je suis sûr que tu n'as pris aucune pause. » ajouta-t-il sur un ton légèrement taquin. C'était sa façon à lui de lui montrer qu'il l'aimait bien. Après tout, il ne montrait pas ses émotions à tout le monde, et Kestrel était l'une des rares personnes y faisant exception.



Puis, sans trop tarder, la discussion s'imprégna de la victoire de Drea et du reste de la coalition. Il en était fier, Haràn, et il savait très bien que Kestrel était impatiente de revoir cette femme qui les avait tous sauvés de Kovarro. Tout comme lui l'était. Mais pour Kestrel, c'était plus particulier, et son garde du corps en était totalement conscient. Alors, son regard toujours tourné vers le côté où s'était déroulée la guerre, l'homme aux cheveux noirs acquiesça aux paroles de la femme du Skaigona. « Je le sais, et je suis impatient que tu puisse la revoir. » dit-il avec honnêteté. Lui-même était impatient de revoir Drea, Milàn et tout le reste des siens. Mais il aurait été encore plus impatient si Kestrel y serait allé. En fait, le regard que portait la seconde envers sa Chef était sans aucun doute le même que celui que Haràn portait pour l'inventrice. C'était comme ça. Depuis qu'il l'avait rencontré, il avait eu cet attachement si particulier. Depuis qu'il l'avait vu, il n'avait pas regretté une seule fois d'avoir accepté la proposition de Drea. Elle était comme un membre de sa famille. Mais, soit, ses pensées tournées vers ce qu'il ressentait à l'égard de la femme du Skaigona se brisèrent bientôt lorsqu'il écouta avec attention la réponse de Kestrel. Ainsi, comme il le savait, l'absence de Drea occupait beaucoup l'esprit de sa protégée. Et elle semblait avoir eu peur.  Peur que sa Chef ne revienne pas, et peur des responsabilités qui auraient suivies. Inquiète pour son amie, elle avait oublié d'être attentive à ses actes. A ces mots, Haràn porta une main sur les cheveux de la jeune femme, son regard s'égarant vers elle tentant de se faire plus doux, sa voix se voulant rassurante. « Drea est une femme qui ne peut être vaincue par des hommes comme ça. Tu le sais, elle est forte et sa vie est imprenable tant que la vieillesse ou la maladie ne la prendra pas. » dit-il avec sincérité, cherchant les bons mots pour effacer l'inquiétude qui avait vécu dans le coeur de sa protégée. « Et si la mort l'aurait prise, je sais que les responsabilités ne t'auraient pas fais faillir. Tu es différente d'elle, c'est un fait. Mais tu n'en es pas moins forte. » ajouta-t-il sans aucun mensonge dans ses mots ni aucune parole en l'air. Malgré le petit air fragile que dégageait Kestrel, Haràn voyait tout de même qu'elle était aussi incroyable que la dirigeante de son Clan. Et puis, dans tous les cas, elle pourrait compter sur lui. Car il serait toujours là, près d'elle, pour la soutenir.


Cependant, Drea était belle et bien vivante, et la peur concernant son entrée en tant que Chef ne devait plus effrayée l'inventrice, qui se reprit bien vite avant de lui demander s'il voulait voir ce qu'elle était en train de confectionner. A cet instant, Haràn hocha la tête, enlevant sa main de sa tête, son visage se fermant un peu à nouveau, bien qu'il était extrêmement intéressé par l'imagination et les inventions débordantes de son amie. C'était un don qu'elle avait, de pouvoir créer toute sorte de chose avec ingéniosité et technique. « Montre moi. » dit-il simplement, d'une voix calme mais sur un ton à nouveau réservé, ses yeux pâles regardant avec attention l'atelier illuminant la nuit.

Hrp:
 


Dernière édition par Haràn le Dim 22 Jan - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Dim 22 Jan - 13:37

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

 
Comme un père Haràn s’avance vers elle et noue le torchon autour de sa blessure. Ça lui rappelle tant de moments dans les prairies, toutes ces blessures que petite elle avait pu se faire, et elle a un très léger sourire sur les lèvres, triste, mais un sourire tout de même. Et elle réalise peut être que Haràn est devenu pour elle plus qu’un garde, mais un peu une famille. A vrai dire il l’est totalement, et elle ne supporterait de perdre ni Drea ni lui, ils sont toute sa vie maintenant, et elle a bien comprit que la famille de sang disparaissait parfois, au profit d’autre chose. Ses parents et Hector lui manquent bien sur, ils lui manqueront toujours mais ce qu’elle a trouvé grâce à Drea, ne disparaitrait plus. Du moins, elle fera tout pour qu’ils ne disparaissent pas. Et peut être devrait elle commencer à inventer de meilleures armures, plutôt que  des choses pour l’agriculture. Peut être oui. Déjà l’arme qu’elle a confié a Milàn,… Enfin, elle verra. Elle sourit à Haràn donc, et hoche la tête doucement quand il la taquine un peu. «  Merci. »  C’est un très fin sourire sur ses lèvres, et ses yeux s’illuminent. Elle espere qu’il comprendre qu’elle est heureuse qu’il soit la, et qu’il prenne soin d’elle, et peut être qu’avec lui, ça ne la derange pas de montrer qu’elle n’est pas si forte que ce qu’elle aimerait être. Protecteur. Confident. Il est beaucoup et ne la juge pas. «  J’étais concentrée. »  Elle grommelle néanmoins un peu, meme si elle sait qu’il la taquine. Rien n’est méchant entre eux deux. C’est comme ça. C’est tout.

Et le sujet passe déjà à autre chose. Elle est en liesse a l’idée de revoir Drea, vraiment. Ça anime son cœur, et elle a hate de ce moment où malgré les réticences de Drea, elle la serrera a nouveau dans ses bras, car sa chef n’y échappera pas à cette étreinte non plus. Et Kestrel semble de toute façon avoir un passe droit.  Alors oui, elle ne peut plus tenir, tant son cœur s’emballe à l’idée de revoir enfin leurs guerriers et leur chef qui les guide, mais pour le moment, elle doit attendre un peu encore. C ‘est juste comme ça.   Tout le reste n’est qu’un cauchemar de toute façon, et elle n’hésite pas à dire à Haràn tout ce qui la dérange. L’inventrice est comme ça, pleine de doutes, et sa blessure à la montagne n’a rien arrangé, clairement pas. Alors elle profite de la main sur ses cheveux, rassurante, chaleureuse. «  Elle est forte oui. Je ne devrais pas douter d’elle, mais j’ai peur que la mort me l’arrache comme elle m’a arraché ceux qui comptaient jadis. »  Et même si elle sait qu’elle n’est plus vraiment jeune, elle a l’impression de n’être encore peut être qu’une enfant qui serait perdue sans Drea. Même si elle sait qu’Haràn et Milàn seraient la pour l’aider, deviendrait elle chef. Même si elle sait que Drea l’a choisi pour des bonnes raisons. Haràn d’ailleurs reprend et insiste peut être sur sa différence et ses forces et elle hoche la tête, un peu distraite. «  La question ne se pose pas, elle rentre bientôt. »  et puis elle touche doucement le bras d’Haràn pour lui offrir un peu de sa tendresse et le remercier de la sienne. «  Mais je sais que si jamais il devait m’échoir de diriger le royaume, tu serais une aide dont je ne pourrais me passer. »  Et c’est un moment de faiblesse, mais elle ressent le besoin de le dire c’est tout !  

En tout cas la peur n’est plus la maintenant, et Kestrel se concentre sur autre chose. Son invention, va leur changer les idées oui ! Alors elle sourit doucement, et bouge vers le grand établi. «  Alors tu vois, j’essaye de fabriquer des faux oiseaux de métal et de toile, qui useront des courants aeriens, pour distribuer les cultures dans les champs. Ca éviterait des kilometres inutiles à nos agriculteurs, ils se fatigueraient moins, et pourraient se concentrer à autre chose. »   Et doucement elle lui montre son prototype avec des ailes dignes d’un faucon.  

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Mer 1 Fév - 21:49

Kestrel le remercia lorsqu'il eut finit de lui bander sa plaie. L'observant de ses yeux pâles à travers la nuit illuminée par les torches de l'atelier, Haràn fut touché du sourire de sa protégée. C'était un sourire doux qu'elle avait sur les lèvres. Mais c'était également un sourire triste. Les soins que l'orphelin lui avait prodigué avaient sûrement fait remonter en elle des moments qu'elle avait enfoui dans son cœur, et à cette vision peu heureuse, Haràn resta silencieux, scrutant simplement son émotion qui l'atteignait également, lui remémorant des souvenirs qu'il ne voulait plus affronter tous les jours. Mais c'était dur. C'était compliqué, et l'éclaireur se mordit l'intérieur de sa lèvre inférieur pour ne pas céder à la tristesse. Il ne voulait pas se mettre à pleurer. Pas maintenant. Pas devant Kestrel, même s'il lui avait dis énormément de choses sur lui. Il voulait simplement enfouir à nouveau son passé loin dans son esprit. Puis, lorsqu'il la taquina légèrement, la réponse de l'inventrice le fit hocher la tête doucement. « Je l'ai remarqué. » dit-il, appréciant le retour qu'elle avait envers lui. Avec cette attitude là, c'était une manière parmi tant d'autres de se dire qu'ils appréciaient la compagnie de l'un et de l'autre. C'était une manière d'éviter des mots qui ne pouvaient pas encore être dits. Mais cela viendrait, peut-être. En tout cas, le garde du corps l'espérait. Après tout, c'est comme s'il était face à sa fille.



Et lorsqu'elle annonça ses inquiétudes quant à la mort de Drea, Haràn tenta de la réconforter par des mots qu'il pensait réellement. Leur Chef était forte. Elle avait réussie des choses que le garde du corps n'avait pas pu accomplir. Et Drea comptait à ses yeux. Alors il comprenait un peu les angoisses de Kestrel qui était effrayée d'apprendre un jour que la mort avait emmené son amie avec elle. Mais ce n'était pas le cas pour l'instant, et l'orphelin était sûr que de longues années étaient encore devant la dirigeante des Skaigonas. « Je ne devrais pas douter d'elle, mais j'ai peur que la mort me l'arrache comme elle m'a arraché ceux qui comptaient jadis. » dit-elle malgré la main d'Haràn sur ses cheveux, qui se voulait rassurant. Et ces mots restèrent un instant dans la tête de l'homme du Skaigona. Lui aussi avait peur que Kestrel lui soit enlevée un jour. Il en était effrayé. Lui qui avait tout perdu. Néanmoins, il serait toujours là pour empêcher que ce jour arrive. Ainsi, Haràn reprit la parole d'une voix peu portante, son regard pâle luisant sous les torches de lumières. « Drea a encore de longues années à vivre. Et la mort sera toujours repoussée par tous ceux qui la protègent... Ne t'en fais pas. » dit-il avant de lui caresser les cheveux et de rajouter ces quelques mots qui laissèrent parler son cœur. « Cela vaut pour toi aussi, Kestrel. Je te protégerais toujours pour te garder loin de ce chemin qu'il nous faudra tous prendre un jour. Jusqu'à mon dernier souffle. » ajouta-t-il avec tout l'amour qu'il pouvait porter à quelqu'un de sa famille. Lui même était surpris par ce qu'il venait de dire. Mais ce n'était que la vérité. Rien que la vérité. Kestrel était comme sa fille, et s'il avait la force de la tenir loin de la mort, alors il la tiendrait hors de portée jusqu'à ce qu'il succombe. Mais là n'était plus le sujet dont il fallait se préoccuper, car Drea était vivante et la coalition était sortie vainqueur de ce combat. Et Kestrel le disait si bien également. Elle n'aurait pas à reprendre les rênes du Clan maintenant. Elle avait du temps devant elle, mais elle savait tout de même que le veuf serait toujours là pour elle, quoiqu'il advienne. Et c'est sur ces mots que Haràn acquiesça à nouveau, son visage s'abaissant face à elle. Le sourire n'était pas sur ses lèvres même s'il était content d'entendre ces paroles, alors il s'était abaissé face à Kestrel, comme si cela égalerait un sourire de sa part.


Puis, la peur passée, Kestrel lui proposa de lui montrer son invention. Et Haràn ne put que dire oui, avant d'observer les mouvements de la seconde de Drea au sein de son atelier. L'observant, il écoutait avec attention ce qu'elle lui disait. Il était intéressé, l'orphelin, même s'il ne laissait rien paraître. La créativité et l'imagination de la jeune femme étaient des atouts qu'elle savait mettre à profit, et l'idée de créer des oiseaux de métal et de toile pour permettre d'étaler les cultures et de moins fatiguer les agriculteurs était ingénieuse. Ainsi, à son récit, l'homme à l'armure de dragon sourit très légèrement, son regard pâle trahissant la fierté qu'il avait à cet instant. Et avec curiosité, il regarda le modèle avant de se permettre de le prendre en main, le scrutant sous toutes ses facettes. « Peu de gens y auraient pensé. Ton invention va être appréciée, sans aucun doute. » dit-il avec assurance, fier de pouvoir être l'un des premiers à voir ces inventions surprenantes. Mais il n'avait peut-être pas encore tout vu, et, s'ouvrant un peu plus, Haràn reprit la parole sur un ton qui se voulait un peu moins réservé. « As-tu des créations que tu ne m'as pas encore montré ? » demanda t-il, son visage se relevant face à Kestrel, ses yeux verts pâles plongeant dans les siens. Tout ce qu'elle créait était formidable, et l'orphelin était toujours nouvellement épaté lorsqu'il apercevait ses nouvelles idées.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Ven 3 Fév - 14:05

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

 


Au fond, elle aime bien qu’il la taquine Haràn, il est comme une espèce de grand frère et elle sait qu’elle ne pourra pas se passer de lui. Il est vraiment important maintenant, il a prit une place dans son cœur, et peut être que son cœur est vaste, mais il n’y’a pas non plus de la place pour tout le monde. Et ça lui plait oui. Que lui, il y soit. Enfin, ce n’est pas peut être la peine d’épiloguer d’avantage. C’était juste plaisant qu’ils se taquinent voilà tout. Mais la conversation redevint sérieuse, et Kestrel explique un peu ses angoisses à son ami. Parce qu’il la comprendrait. Oh, il doit pas les partager, il était bien plus fort qu’elle elle n’en doute pas du tout. Il est fort Haràn, et elle n’est qu’une inventrice qui raconte parfois des histoires, et qui tente de répandre la douceur. Heureusement il est la, et sa main dans ses cheveux la rassure, tout comme les mots qu’il dit. A voix basse un peu comme si il veut les faire plus doux. Et elle l’écoute, et elle se surprend à le croire. Alors c’est plus fort qu’elle peut être, et elle le serre quelques instants dans ses bras consciente de ce qu’il vient de lui dire. « Je ne tiens pas à ce que tu meures non plus. Je tiens à toi Haràn. » Et elle n’a pas honte de le dire, clairement. Tout comme elle n’a pas honte de lui avouer qu’elle sait qu’elle pourra continuer si Drea meurt parce qu’il sera la. Et même si il ne répond pas vocalement, elle comprend ses gestes, ses mimiques, son visage. Et elle est soulagée un peu.

Alors la conversation change un peu, redevient plus légère, plus passionnée aussi tandis qu’elle lui explique ce qu’elle est en train de faire, qu’elle lui parle de ces oiseaux de métal et de toile qui devraient répandre les cultures, pour éviter que les gens ne se fatiguent trop. Elle lui parle de ce qu’elle fait et elle s’emporte un peu peut être. Haràn semble la trouver intéressante au moins son invention, et elle lui sourit doucement. « Si j’arrive à la faire fonctionner, elle le sera oui. Je bloque encore sur quelques mécanismes, mais d’ici quelques jours j’espere pouvoir réussir. Adad m’est d’une grande aide. » Et elle montre le faucon qui l’attend patiemment, perché sur le promontoire qu’elle lui a fabriqué elle même. il y’a une autre question aussi, et elle réfléchis quelques instants en farfouillant sur son bureau. « Tu as loupé le brassard que j’ai offert à Milàn, il te le montrera quand il reviendra, et j’ai fabriqué ce perchoir pour mon nouvel ami, mais tu l’avais peut être déjà vu. » En une nuit, elle avait fabriqué un perchoir en bois, sur le quel Adad pouvait se mettre pour dominer toute la pièce, il avait aussi un réservoir à graines, et à viande crue, et.. Enfin c’était basique, mais c’était pas trop mal. « Un jour tu me laissera améliorer ton armure ? » Et elle serait ravie de rajouter des poches, et des mécanismes qui lui sauveraient la vie ! Elle n’en doutait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Dim 5 Fév - 21:44

La discussion sur les inquiétudes de Kestrel s'était adoucie. Les angoisses semblaient s'être envolées sous les mots rassurants de Haràn et de ses gestes qui se voulaient doux et porteurs de consolations à la peur qu'avait exprimé sa protégée. Et dans ses mots étaient ressortis sa volonté de la préserver du danger quelque soit l'épreuve qu'il devrait endurer. La seconde de Drea n'avait pas le même sang que lui coulant dans ses veines, mais le lien qui les unissait par le cœur était égal à cette absence de lien par le sang. Haràn ne voulait que son bien, et il voulait réussir à la protéger de tout mal sur cette terre. Il voulait réussir quelque chose où il avait échoué quelques années auparavant. Lorsqu'il avait tenté de sauver sa fille, unique survivante avec lui d'un massacre qu'il n'avait pas vu venir. Mais, hélas, la mort avait pris tout ce qu'il avait fondé, et désormais, le veuf se raccrochait à la vie de Kestrel, qu'il souhaitait préserver par dessus-tout. Et ces pensées sinistres assombrirent son regard, avant qu'il ne ressente l'étreinte de la seconde du Skaigona, écoutant ensuite sa voix, lui disant des mots qui montrait l'attachement qu'elle avait envers lui réciproquement. Ces mots restèrent d'ailleurs quelques instants dans l'esprit de l'éclaireur, qui ne réagit pas tout de suite à l'attitude affectueuse de la jeune femme. Il était éloigné de cet habitude qu'il avait pris d'enlacer sa femme et ses enfants lorsqu'il rentrait chez lui. Il s'était éloigné de tout acte affectueux depuis longtemps. Mais avec Kestrel, il semblait redécouvrir ce doux monde qu'il avait oublié, et finit par réagir, laissant sa main plus tôt posée sur les cheveux de la belle descendre pour se mettre autour de ses épaules. Et il la serra légèrement contre lui, silencieux à ces paroles, son sourire toujours absent bien que son cœur battait d'une nouvelle façon, redécouvrant des gestes qu'il avait pourtant connu.


Puis, l'étreinte finie, Kestrel lui dévoila l'idée ingénieuse qui lui était venue en tête. Un oiseau de métal et de toile ayant la capacité d'étaler les cultures dans les champs agricoles pour plus de confort envers les paysans qui travaillaient la terre, c'était une bonne idée. Une idée qui libéra la fierté de Haràn envers celle qu'il considérait comme sa fille à travers ses yeux et son léger sourire -finissant tout deux par s'évanouir malgré la fierté restant dans le cœur et la pensée de l'ancien guerrier-. Ainsi, l'homme à l'armure de dragon avait pris la parole, félicitant à sa manière les exploits intellectuels de la seconde du Skaigona. Et il écouta avec attention la réponse de Kestrel, remarquant également la présence du rapace qu'il avait oublié face à sa protégée. Ainsi, son regard s'égara un instant sur l'oiseau aux ailes majestueuses, et Haràn prit à nouveau la parole d'une voix toujours aussi réservée. « Tu es ingénieuse, et ton imagination est débordante. Tu combleras ce blocage sans grande difficulté. » dit-il, assuré que Kestrel trouverait un stratagème pour rendre son modèle prêt à être utilisé. Et ses yeux pâles restant sur l'oiseau, il rajouta ces quelques mots peu audibles. « Adad semble veiller sur toi également. » dit-il, avant de demander si elle avait mise en place d'autres créations qu'il n'avait pas eu l'occasion, le timbre de sa voix tentant de se faire moins réservée. Et, toujours avec curiosité -même s'il ne laissait rien paraître-, il écouta la réponse de sa presque fille, son regard se dirigeant finalement à nouveau vers elle. Ainsi, elle avait fait un brassard pour Milàn, et un perchoir pour son faucon -qu'il avait vu en observant l'oiseau- . « J'ai hâte de voir ce que tu as confectionné pour Milàn. » dit-il avec sincérité, se demandant ce qu'elle avait inséré dedans. Et ses yeux s'abaissèrent sur son armure lorsque Kestrel lui posa une question. Cette armure l'avait suivie depuis de nombreuses années. Il l'avait fait forgée en mémoire à son père qui, passionné comme lui de l'ère d'avant, avait pu découvrir des ouvrages portant sur des dragons et avait toujours souhaité avoir une armure ainsi. Alors, Haràn acquiesça simplement, son visage se relevant pour faire face à sa protégée. « Entendu. » dit-il, se demandant intérieurement ce qu'elle ajouterait comme artifices ingénieux. Dans tous les cas, il lui faisait totalement confiance et ne doutait pas du résultat.


Son regard finit ensuite par se diriger vers la Lune qui avait pris place. « Veux-tu manger avec moi ? Je doute que cette pomme comble ta faim. » dit-il, avant que ses yeux vert pâles se tournent vers la jeune femme. Et ils pourraient discuter ensemble de ce qu'elle avait fait avec Adad, faucon qu'elle n'avait pas depuis très longtemps, ainsi que d'autres choses. Du moment qu'il était près d'elle, Haràn était comblé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Sam 11 Fév - 16:27

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

 

Elle parle, elle parle Kestrel, parce qu’elle se sent bien avec Haràn et qu’il sait la rassurer un peu. Elle parle Kestrel, à  cet homme qu’elle apprécie. Puis elle lui offre une étreinte, parce qu’elle se sent bien contre lui, et qu’elle est tendre et douce Kestrel. Alors, même si elle ne fait pas vraiment confiance aux hommes lui il est différente et elle le serre quelques instants. C’est doux, et tendre, et ça lui remet un peu du baume au cœur, alors elle enchaine en lui parlant de ses inventions fabuleuses, et surtout de ce sur quoi elle travaille. Et ça lui plait de lui en parler, parce qu’il comprend un peu ce qu’elle lui explique, et qu’elle aime la fierté qu’elle lit dans son regard. Ca lui plait, et elle hoche la tête, quand il l’encourage un peu.  «  Je sais. Je trouverais. »  Et elle lui sourit un peu plus, avant de regarder elle aussi dans la direction du faucon. «  J’ai des bons protecteurs oui. »  Et elle sourit parce qu’elle pense à Adad et à Haràn, et puis a Drea aussi bien sur. Oui elle est bien protégée Kestrel, et c’est un fait qui ne changera probablement pas.  Et déjà elle enchaine sur autre chose. «  Oui tu vas adorer, j’ai hate de savoir si il s’en est servi à la guerre. »   Et bien sur elle enchaine sur l’armure aussi. Cette armure fabuleuse et magnifique que porte Haràn et qu’elle espère pouvoir améliorer un peu un jour.  Il accepte, et elle lui sourit un peu plus. «  Ca sera fabuleux n’en doute pas. »   Et pour le coup c’est rare de la voir comme ça mais elle a vraiment confiance en elle, alors…

Enfin, le temps passe un peu, et elle regarde la lune a son tour, quand une question est posée.  Elle hoche la tête, après avoir reflechit quelques instants, et finalement elle n’a pas vraiment besoin d’hesiter. «  Ça sera avec plaisir Haràn. Laisse moi juste ranger tout ça. »   Et déjà elle renferme quelques morceaux importants dans un coffre à l’abri, dont elle est la seule à avoir la clé, puis regante son bras, pour le tendre a Adad qui vient se percher sur elle. «  Nous te suivons. »  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Jeu 16 Fév - 22:51

L'étreinte était passée. Une étreinte bien trop courte aux yeux de l'orphelin. Mais il lui fallait du temps. Même si cela faisait désormais quelques années qu'il était près de Kestrel au quotidien, les gestes affectueux restaient rares. Haràn n'était plus habitué à ces choses. Lorsque son cœur s'était  comme arrêté à la mort de sa famille, il avait oublié les câlins, les bisous, les sourires chaleureux, et les mots doux. Il avait été une épave durant longtemps. Une épave qui tombait chaque jour en ruines, jusqu'à ce qu'il voit le visage de Kestrel et qu'il puisse sentir la présence de celle-ci, ainsi que de celle de Drea, de son ami Milàn, et de tous ceux qui lui étaient intimement chers. Mais cela viendrait, assurément. Il lui fallait juste du temps. Un peu plus de temps.



Puis, discutant de l'ingénieuse idée de Kestrel, Haràn lui fit savoir qu'il avait confiance en ses capacités, et que toutes les finitions qui lui posaient problèmes finiraient par se résoudre grâce à sa tête pensante et incroyablement imaginative. Et un très fin sourire en coin se dessina sur les lèvres de l'éclaireur lorsqu'elle parla de son faucon et de lui, tout deux se représentant comme les gardiens de sa vie. C'était agréable aux yeux de l'homme, de savoir que sa volonté de protéger sa presque fille portait ses fruits chaque jour. Il la voyait comme dans un cocon, qu'il souhaitait garder parfaitement fermé, sans aucune fissure ni aucun trou. C'était Kestrel, sa protégée. Et ce n'était pas n'importe qui qu'il laisserait l'approcher pour entrer dans ce cocon que Drea avait confié entre ses mains à lui, ancien marchand et ancien guerrier. « Ton brassard lui aura sûrement été utile. » dit-il, son mince sourire s'évanouissant à nouveau après qu'ils bifurquèrent sur l'outil de Milàn, malgré le fait qu'il était curieux de voir ce que la seconde du Skaigona avait confectionné pour son ami. Puis, voyant l'envie que Kestrel avait de vouloir améliorer la précieuse armure qu'il portait, l'orphelin ne put que lui accorder ce privilège, acquiesçant tout en restant silencieux, ses yeux pâles observant le sourire un peu plus prononcé de la jeune femme. Haràn lui faisait confiance. Son armure, après être passé à l'atelier de celle-ci, ne serait que plus belle et forte.



Mais, soit, ça ne se ferait pas pour l'instant, et Haràn venait d'inviter Kestrel à manger un repas complet, attendant patiemment qu'elle finisse de ranger son atelier, observant ensuite Adad grimper sur le gant. Et il se mit en route, marchant aux côtés de sa protégée, portant ses mains sur les différents entrelacements de son armure afin de la déserrer un peu. La nuit avançait, les torches de lumières flamboyant à travers la ville qui s'éteignait à petit feu. En quelques minutes, après une marche silencieuse, Haràn arriva devant une auberge et ouvrit la porte, laissant la seconde du Clan passer devant lui. « Installe toi, je vais chercher de quoi manger. » dit-il sur un ton calme malgré les sons incessants, jetant un net coup d'oeil pour surveiller les moindres faits et gestes des gens qui se tenaient dans le bâtiment. Puis, attendant au comptoir, Haràn, déjà agacé par les rires grossiers des hommes et des femmes bourrés, continua d'observer les clients, ne remarquant pas qu'un de ceux-là s'était déplacé derrière lui pour aller vers Kestrel, son regard trahissant ses idées malsaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Dim 26 Fév - 13:18

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

 Parler avec Haràn la rassure, parce qu’ils arrivent à parler d’elle, a parler de Drea et de la guerre à l’Ouest, parce qu’ils arrivent à parler de maintes choses, sans qu’elle ne ressente cette montée de stress en elle. Ou du moins c’est plus lointain, c’est plus doux En tout cas, elle se sent plus légère a chaque fois qu’elle lui parle, et quand ils parlent du brassard de Milàn elle se sent emplie d’une hâte que le guerrier revienne pour qu’il lui fasse un descriptif complet des manières dont il s’est servi de son arme ! Lui aussi elle espère qu’il sera en vie, a force de le voir tout le temps elle s’est attachée à sa présence, et il est gentil, un peu comme un ours qui ne sait pas vraiment la tendresse mais qui essaye tout de même.

La conversation continue, et ils décident d’aller manger tous les deux. Un repas complet, ça fait quelques jours qu’elle n’en a plus fait, elle a été trop occupée ça et la, et elle n’y a plus trop pensé du coup. Ca ne lui manque pas. Elle n’est pas en sous nutrition ou quoi que ce soit, elle a mangé beaucoup de fruits et des céréales. C’etait suffisant sur le moment. Enfin, Adad vient avec eux, et elle sourit à l’assemblée un peu étrange qu’ils doivent former, avant d’interpeler Raqhi pour qu’il vienne s’occuper quelques instants du faucon. Elle ne va quand meme pas l’amener dans une auberge. Elle, y rentre en tout cas dans l’auberge et hoche la tête en souriant à Haràn pour aller s’installer. Il y’a quelques personnes plutôt ivres et des rires grossiers qui la font arquer les sourcils. Et bien sur, elle connaît les gens, elle connaît les peuples et les auberges, mais elle n’a pas vraiment l’habitude de venir à celle ci. Alors quand quelqu’un arrive non loin d’elle, et commence à siffloter, elle essaye de ne pas s’en formaliser, mais elle sent l’angoisse revenir. Elle entend quelques mots qui la font rougir, et elle essaye d’ignorer le type qui probablement lassé de son manque de réponse, vient lui poser la main sur l’épaule. Lourde main. Moment de panique dans ses yeux. Elle n’oublie pas qu’elle est la seconde de Drea, et elle se leve d’un coup. « Lache moi. » C’est dit, et assez fort, parce qu’elle ne veut pas se laisser intimider par un soulard aux propositions graveleuses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Luke Evans
Bravoure :
483
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Mer 1 Mar - 22:23

Toujours assis au comptoir, Haràn observait avec attention les gens autour de lui. C'était une auberge où il avait eté certains midi depuis le départ de l'armée à l'Ouest, lorsqu'il revenait de ses petits tours d'éclairage et que Kestrel était paisiblement affairée à ses inventions. L'ambiance y était calme globalement, certains rires se faisant entendre au loin, mais rien de bien gênant pour l'ancien marchand. En revanche, le soir, l'atmosphère semblait réellement différente. L'odeur de l'alcool s'imprégnait dans chaque recoin de la salle, les rires étaient grossiers et gras, tout comme les blagues que les hommes bourrés se balançaient entre eux. Et entendre ses bruits incessants l'agaçaient. De plus en plus. Néanmoins, le veuf restait calme et ne dit rien, se mordant simplement l'intérieur de la lèvre pour se retenir de leur coudre la bouche, continuant sa surveillance discrète, attendant toujours que sa commande et celle de sa protégée arrivent.


Cependant, son calme ne tarda pas à voler en poussière lorsqu'il entendit la voix ferme de Kestrel. « Lâche moi. » venait-elle de dire. A ces mots, l'éclaireur se tourna vivement et remarqua de ses yeux pâles un homme qui avait échappé à son attention et qui se tenait désormais aux côtés de la seconde de Drea, osant poser sa main sur son épaule. Le regard plus tôt réservé de Haràn s'assombrit alors rapidement, sa mine devenant grave, et il se leva, sans un mot, la brutalité s'étant exprimé rien qu'en déplaçant la chaise sur laquelle il se tenait quelques secondes avant. Comment osait-il poser la main sur elle ? Comment osait-il venir lui parler en étant complètement ivre et sans aucun doute dominé par des pensées malsaines ? Sur ces pensées, l'un de ses poings se serra, et le regard sévère, le garde du corps s'avança vers le bourré. Aucune personne malhonnête n'avait le droit de s'approcher d'elle. C'était Kestrel, la seconde du Skaigona, et bien plus aux yeux du père veuf. Elle était comme sa fille. Il souhaitait la protéger comme tel, et la tenir hors de danger. Hors de la perversité d'un homme. Alors, cet énergumène qui avait eu l'audace de venir vers Kestrel allait amèrement le regretter. Oh, ça, oui. Dès que Haràn fut près d'eux, il empoigna avec force le bras de l'homme, avant de le lui abaisser et de le regarder droit dans les yeux. « N'ose même plus la toucher. » dit-il sur un ton glacial, avant de lui donner un coup de poing en pleine mâchoire, une dent volant non loin du corps qui s'écrasa au sol. Puis, l'homme à l'armure de dragon vint vers le blessé et posa son pied sur sa gorge, y mettant un coup de pression. « Et ne t'avise plus de la regarder, ou ce ne sera pas qu'une dent que tu perdras. » ajouta-t-il avec autant de froideur que précédemment, finissant par relâcher son emprise après l'avoir longuement regardé avec mécontentement. Puis, l'aubergiste accourue avec la commande et leur posa sur la table avant de se précipiter vers l'homme ivre. Et peut-être que Haràn y avait été un peu fort. Mais tant pis. Kestrel était celle à qui il resterait dévoué pour l'éternité, et il était bien décidé à la protéger de n'importe qui.


Ainsi, Haràn regarda un instant les plats avant de poser son regard désormais un peu moins noir sur la jeune femme. « Veux tu retourner à ton atelier et manger ce qui nous a été préparé ? Ou préfère tu rester ici ? » demanda-t-il, avant d'observer l'auberge qui s'était tout d'un coup un peu calmée. Dans tous les cas, l'homme du Skaigona se montrerait plus attentif, une certaine culpabilité naissant en lui, comme s'il avait un peu failli à son rôle. Il était tellement attaché à elle qu'une baisse d'attention de sa part était comme une terrible erreur à ses yeux. Néanmoins, l'orphelin ne laissa rien paraître, gardant cette discussion avec elle pour plus tard dans la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Gemma Arterton
Bravoure :
757
avatar
Grounder ; Skaigona
Grounder ; Skaigona
MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    Sam 11 Mar - 14:04

SOLITUDE STANDING


Avec Haràn - Condora 20.12

 
Lourde main sur son épaule, elle panique Kestrel, elle n’a pas l’habitude qu’on la touche, et elle a l’habitude qu’on sache qu’elle est la seconde de Drea et que ça soit suffisant pour ne pas la toucher. Mais la, il y’a ce gros type, elle ne connaît meme pas vraiment son nom, et il la touche. Elle veut juste qu’il la lache, elle n’aurait pas du venir ici, elle venut rentrer à l’abri, elle a horreur de ça Kestrel. Elle se sent mal a l’aise, un peu perdue, soudainement très triste. Mais soudain, dans un éclair presque rougeoyant c’est Haràn qui arrive, attrapant l’homme par le bras, et lui assenant un coup de poing en pleine face. Sa mâchoire doit être cassée maintenant, et Kestrel bouge machinalement derrière son garde du corps, son protecteur, son ami. Il est violent envers l’homme, mais le blond aux cheveux sales est sur le sol, la mâchoire en sang, il a probablement perdu une dent ou deux, ce n’est pas grave. Et si le sang la rend un peu maussade, elle est bien contente qu’Haràn soit la. Ce n’est pas qu’elle ne sait pas se défendre, mais être protégée comme ça, c’est beaucoup plus agréable. Ah. C’est bien une dent qui a volé, l’homme gromele un peu en se relevant aidé par l’aubergiste et elle l’ignore, restant la derrière l’homme à l’armure de dragon.

Quand il se retourne vers elle, elle lui sourit doucement. « Merci Haràn. » Et ça se lit dans ses yeux probablement, à quel point elle tient à le remercier pour ce qu’il a fait « Les hommes sont fous parfois. » Et doucement elle pose la main sur son bras pour le rassurer, même si il ne semble pas en avoir besoin. « Mais restons ici si tu le veux bien, il n’y’a pas de raisons que l’on se prive à cause d’un malotrus. » Et au fond d’elle peut être qu’elle espere que le malotru n’a pas trop mal, parce qu’elle est fondamentalement gentille. Ou peut être un peu naïve. « Tu ne vas pas en parler à Drea n’est ce pas ? » Parce qu’elle se sent un peu inutile pour le coup. Un peu stupide aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: haràn | solitude standing    

Revenir en haut Aller en bas
 
haràn | solitude standing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Skaigonakru :: Condora-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: