AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You hate me. Always. [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
David Wenham
Bravoure :
652
avatar
Grounder ; Roamadakru
Grounder ; Roamadakru
MessageSujet: You hate me. Always. [Terminée]   Mer 5 Oct - 20:56

  IMLADRÏS
 
Now I'm the fighter

Je m'appelle Imladrïs ; mais on m'appelle parfois Chef . J'ai 28 ans et je fais partie du Roamadakru. Dans mon groupe d'ailleurs je suis utile, en effet je suis Chef du Clan . Oh sinon je ressemble à David Wenham. | Si un jour on me supprime je laisse le droit au staff de garder ce que j'ai fais pour la posterité [rayez cette information si vous ne le voulez pas]


DESCRIPTIONS
Son fils. Cela fait quelques temps qu'elle ne t'a pas touché ni parlé, ta mère. En fait, depuis sa mort. Mais elle t'a surveillé. Elle t'a surveillé, durant toutes ces années, comme elle a surveillé ton frère. Et, si au début de ta vie tu fus un enfant très émotif, baissant souvent les bras sous les critiques de ton père, te rattachant uniquement aux exploits de ton grand-frère et à l'amour qu'il a toujours eu pour toi pour continuer à avancer, tu as grandis. Tu es devenu un homme, désormais. Un homme qui a su s'élever au dessus des autres. On dit de toi que tu es calme, que tu ne t'énerve pas souvent. Tu es patient, en fait. Et sage, également. Oui, tu as énormément gagné en sagesse, tout au long de ces jours qui ont séparé ton enfance de ton âge adulte. Tu es intelligent, et persévérant dans les buts que tu vises. Tu sais être prudent et analyser les dangers de ce que tu entreprend. Tu connais tes forces et tes faiblesses, qui font de toi un Chef humble. Tu es un homme fort, et courageux. Ta mère serait fière de toi, sans aucun doute. Aussi, même si tu es quelqu'un de réservé aux premiers abords, tu te montre assez souriant et curieux, et rares seraient les larmes qui réussiraient à couler le long de tes joues, bien que ta sensibilité ne t'a jamais quitté. D'ailleurs, il y a des sujets que tu n'aimes pas aborder, comme celui de ton père, par exemple, dont tu ne discutes jamais. Et tu n'aimes pas non plus que l'on parle mal de ton frère. Tu sais également modérer tes propos, car Olorïn t'a appris à savoir quand il fallait parler et quand il n'y avait pas besoin d'user sa salive. En fait, il t'a appris à être un homme qui ne parle pas pour ne rien dire, bien qu'envers les personnes que tu apprécies, tu dépasses cette règle. Toi, Imladrïs, tu es un homme diplomate, qui préfère d'abord parler avant de passer à la manière forte.


Concernant ton statut de Chef, tu n'es pas froid et sanguinaire, bien que tu es autoritaire. Tu sais te faire entendre, mais tu es à l'écoute des tiens, et également des autres. Tu te dévoue à eux, et tu es persuasif : tu sais motiver tes troupes. Tu es dévoué envers les Roamakrus depuis ton enfance, mais encore plus depuis que c'est toi qui dirige le Roamadakru. Tu es un homme bienveillant, et tu veux le mieux pour ton peuple. Tu es tolérant, que ce soit avec eux ou avec d'autres membres de Clans différent. Mais la confiance ne se donne qu'une fois, et tu es rancunier. Tu n'hésites pas à retirer ta pitié pour punir ceux qui ont déshonoré leur propre Clan. Enfin, tu es un guerrier et un chef avant tout fier de faire partie de la Coalition. Mais tu es méfiant envers le Skjeran et Azgeda. Tu es un brave homme, et ta mère aurait su redresser les yeux aveuglés de ton père par la colère vers toi.


Ah, si ta mère aurait pu te dire ô combien tu as changé, elle te le dirait, sans aucun doute. Tu as abandonné tes cheveux courts pour les laisser mi-longs. Ils sont marrons clairs, comme ceux qu'avait ta mère. Tu as néanmoins les yeux de ton père : bleus. Tu as laissé ta petite taille pour devenir un homme assez grand d'1m78, à la stature assez imposante, et tu es plutôt musclé. Tu as laissé ton corps maigre d'enfant devenir correct, ni trop mince, ni trop gros. Ton visage s'est un peu arrondi, et ta barbe a poussé. Une barbe que tu laisses courte, et dont tu t'occupe avec précaution pour être le plus présentable possible. Tu portes une chemise blanche, cachée par une veste à manche longue de cuir marron où est gravé un arbre blanc sur ton buste. Tu as des gants faits de cuir et d'argent, que tu mets uniquement en hiver, ainsi que ta cape verte foncée, disposant d'un capuchon assez large pour couvrir tout ton visage. Tu as un pantalon ni trop serré, ni trop large, en tissu marron, qui descend jusqu'à tes chevilles couvertes par des bottes de taille moyenne, en cuir marron également.

ABOUT YOU



C'est sur les terres du Roamadakru que tu es né, Imladrïs. Tu es né à Anor, deux ans après ton grand-frère. Mais lorsque tu es né, ta mère, aubergiste, n'a pas réussi à tenir le coup et son cœur s'est arrêté au moment où le tiens s'est mis à battre, lorsque tes poumons se sont imprégnés d'air pour la première fois. Et c'est depuis ce jour-là que ton père, forgeron renommé, a commencé à te détester, te délaissant pour Olorïn. Il était dévasté, ton père. Telemnar, c'était son nom. Cependant, malgré le fait que tu avais brisé son cœur en faisant périr ta mère, il te donna le nom qu'elle aurait souhaité que tu portes : Imladrïs.


Les années s'écoulèrent, et le mentor du nouveau chef était mort, son héritier, Narwain, reprenant alors les rênes du Clan lorsque tu fus âgé de 12 ans. Et lorsque tu eus cet âge, tu fus apte à décider de ton avenir, et tu pris la même voie que ton frère. Un frère que tu admirais déjà beaucoup, car à son âge (14 ans), il était déjà meilleur que certains guerriers. Et depuis que tu étais né, c'était lui qui te montrait de l'amour. Tu n'avais jamais pu compter sur ton père pour recevoir des mots d'amour, ou des gestes d'affection. Parce que plus les années passaient, et plus il se tenait à l'écart de toi. Il était juste un homme qui t'abritait du froid et de la pluie, qui te donnait à manger et un endroit où dormir. Mais malgré ça, malgré le manque d'affection paternel, tu l'aimais. Tu l'aimais très fort, pendant que lui te détestais. Au final, tu courais après quelque chose que jamais tu n'obtiendrais. Parce qu'il ne te portait pas dans son cœur, au grand regret, sûrement, de ta mère qui voyait son mari délaisser son deuxième enfant. Mais elle aurait été fière de son premier fils. Parce que, ton grand-frère, c'est lui qui te soutenait. Qui t'a toujours poussé vers l'avant. C'est lui qui t'a guidé, et qui a toujours tenté de faire renaître le contact entre toi et Telemnar. Néanmoins, ça n'a jamais marché.

Alors, lorsque tu as suivi le chemin qu'Olorïn avait emprunté, tu t'es donné au maximum. Tu t'es entraîné d'arrache pied, parce qu'au fond de toi, tu espérais entendre un « Je suis fier de toi, mon fils » de la bouche de ton père. Mais ça n'est jamais arrivé. « Je suis fier de toi », « quel futur guerrier tu feras », « je t'aime petit frère » : ces mots là, tu ne les entendais que de ton grand-frère, qui aurait pu te détester pour avoir retirer la vie de sa mère à ta naissance. Il n'en fit rien, cependant. Il t'aimait, lui. Il t'aimait plus que tout. Et toi aussi, tu l'aimais. Et tu t'es rattaché à lui, à chaque fois que tes bras se sont baissés, pour te relever et recommencer tes efforts. Des efforts, que, pourtant, ton père faisait mine de ne pas voir. Il félicitait Olorïn d'un grand sourire et d'une étreinte, et te méprisait d'un regard sévère. Toi, tu le regardais, fatigué de ta journée intensive, les yeux embrumés parce que ton cœur se fissurait toujours un peu plus. Pas un jour n'était différent. Mais ton frère était là. Il était toujours là, et te réconfortait toujours, en te redonnant l'envie de devenir fort et un guerrier digne de ce nom. « Un jour viendra où notre père ne sera plus aveuglé et te dira ces mots que tu recherches, Imladrïs. » te disait souvent ton aîné. Et ces mots qu'il te disait, tu y croyais dur comme fer. Alors, tu continua ton entraînement. Tu sortais les flèches de ton carquois avec rapidité avant de laisser la corde de ton arc se détendre pour faire décocher tes flèches vers les cibles. Tu maniait l'épée avec de plus en plus d'aise et les combats avec ceux que tu affrontais, c'était toi qui les gagnait. Essouflé, tu observais de tes yeux bleus l'adversaire que tu venais de vaincre avant de lever ton visage d'enfant vers ton père et ton frère, qui avait été remarqué par le Chef, et qui désormais, faisait parti des guerriers. C'était le guerrier le plus jeune de tous les rangs du Roamadakru, et tu étais fier de lui. Tout comme lui était fier de toi, à chaque fois que tu mettais quelqu'un à terre. Mais ton père... Ton père, il était toujours de marbre. Toujours à te regarder de haut, parce que tu lui avais enlevé la vie de sa femme.



Cependant, tu ne lâcha pas l'affaire. Tu continua à repousser tes limites, encore et encore, malgré ton cœur qui se fissurait un peu plus chaque jour, et tes larmes qui ne cessaient de couler lorsque tu croisais le regard dur de Telemnar. Tu continua, jusqu'à ce que tu sois récompensé de tout tes efforts. Pas par la personne que tu espérais, mais par une personne que tout le Clan respectait et suivait. Un jour, alors que tu venais de t'entraîner, essoufflé et sali par la poussière, tu décida de t'assoir quelques instants. Tu étais seul. Personne n'était là pour te voir soulager ta peine qui te rongeait l'âme. Alors tu pleuras. Tu pleuras de désespoir face à ton géniteur qui n'en avait que faire de toi et de ton avenir. Tu te mis à verser des larmes silencieusement, jusqu'à ce qu'une main se pose sur tes épaules. Tu fis mine de ne pas être triste en passant vivement une main sur tes yeux larmoyants, et tu tourna ton visage vers un homme qui te regardait, sans que sa bouche ne prononce un seul mot. Il te regardait. Mais pas d'un air dur. Non, il semblait avoir vu ta valeur. Il semblait savoir que tu te donnais au maximum. Il semblait avoir vu une âme de futur meneur en toi. Ainsi, il finit par prendre la parole. « J'ai vu ce que ton père ne voit pas. Deviens mon second, et peut-être ouvrira t-il les yeux. » dit-il, sans ajouter autre chose. Et tes yeux bleus ne cessèrent de le fixer. Cet homme t'ouvrait une voie. Une voie, que tu ne refusa aucunement.



La nouvelle vint jusqu'aux oreilles de ton aîné et de ton père, avant que tout les villages du Clan ne soient au courant. Narwain, le Chef des Roamakrus, t'avait pris sous son aile et avait pris en charge ton entraînement. Un entraînement de haut niveau, qui te rendait toujours plus fort. Olorïn était fier de toi, et aucune jalousie ne se créa entre vous. Parce qu'il était déjà assez reconnu, mais également et surtout parce qu'il avait toujours souhaité que tu deviennes un grand homme. Cependant, la rage ne fit que grandir dans le cœur du forgeron. Une rage, qui fit naître des tensions entre le Chef et lui. Un jour, alors que tu t'entraînais seul avec le Chef, qui ne cessait de t'encourager, l'entraînement fut stoppé net par Telemnar qui s'empressa de venir vous déranger. « Qu'est ce que cela ? Narwain, comment avez-vous pu ?! Cet enfant ne mérite pas ce que vous lui donnez ! Olorïn, lui, ferait un bien meilleur héritier du Roamadakru ! » dit-il, la mine fronçée, son regard transperçant de haine envers toi. Et le regard du Chef se durcit. Il se rapprocha de lui, se mettant devant toi, et prit la parole. « Olorïn est excellent, en effet. Et la place que je lui ai donné lui convient très bien. Vous êtes aveuglé par la mort de votre femme, forgeron, et n'avez jamais remarqué le potentiel de votre deuxième fils. Et c'est ce potentiel qui m'a guidé vers lui. Il fera un bon chef, j'en suis convaincu. Et si cela ne vous convient pas, je ne peux rien y faire. Mon choix est fait. Imladrïs reprendra les rênes du Clan, quoiqu'il advienne. » dit-il sur un ton assuré et sec. Et toi, de tes yeux d'adolescent, tu observais la scène, ton cœur se réchauffant aux paroles de Narwain. Mais tu étais faible devant le regard de ton père, et tu abaissa ton visage lorsque celui-ci t'insulta d'« d'incapable », avant de te tourner le dos et de repartir en direction de son atelier. Et, sans un mot de plus, votre entraînement dura jusqu'au soir, au moment où Narwain décida d'arrêter et de te laisser te reposer. Ton rythme cardiaque était irrégulier. Tu soufflais rapidement, et à l'intérieur de toi, ton cœur était serré. Et le Chef l'avait bien remarqué. Alors, après t'avoir invité à manger avec lui, il prit la parole, brisant le silence. « Imladrïs. Je sais que tu es attaché à ton père. Et je sais également que cela te fait souffrir de le voir ainsi. Mais si demain je meurs... Si je ne suis plus là, c'est toi qui devra guider les hommes, les femmes et les enfants du Clan. En as-tu conscience ? » demanda t-il calmement, ses yeux bruns te regardant. « Oui... Oui, j'en suis conscient. » dis-tu en répondant tristement, le regard abaissé vers ton assiette. « Bien. Alors tu dois apprendre à te détacher de ton amour pour ton père. Deviens un homme. Un homme qui ne s'occupe plus de ceux qui ne l'aiment pas. Un homme fier de lui-même, et qui a confiance en lui. » répliqua ton mentor. Et ces mots ne cessèrent de tourner en boucle dans ta tête, lorsque tu rentra chez toi, couché dans la peau d'ours qui te servait de lit. Et tu compris. Tu compris que tu ne devais plus être faible face à la haine de Telemnar. Quoique tu fasse, de quelque manière que ce soit, ton père te détesterait toujours. Alors à quoi bon lui courir après ? Tu avais compris cela, grâce à Narwain, et ton frère avait sûrement dû penser la même chose que ton mentor depuis quelques années.



Des années de plus s'écoulèrent. Ton entraînement continuait, bien que tu n'en avais pratiquement plus besoin, et tu avais eu la chance de venir avec Narwain au cours de ses affaires diplomatiques pour tenter de calmer les tensions entre ton peuple et les autres, qui, avant le règne de ton mentor, s'étaient déjà fais la guerre. Le Commandeur n'était pas encore Lexa, et aucune coalition n'avait encore vue le jour. Alors, Narwain avait pris les choses en main, tentant d'établir une sorte de paix entre son Clan et les autres. Et toi, Imladrïs, tu étais fier de suivre ses pas. Tu avais grandis. Tu avais 22 ans, désormais. Tu étais mature, et tu t'étais détaché de ton père, bien que ta sensibilité ne te quitta jamais. Tu étais devenu fort, et ton grand-frère était très fier de toi, comme toi tu étais très fier de lui. Vous étiez devenus encore plus proches, et tu semblais comblé. Mais ce comble ne dura pas bien longtemps. Car les tensions entre ton père et ton Chef n'avaient fait que de se dégrader. Telemnar ne supportait plus cela, et, alors qu'un soir la fête de Grima avait été organisée, et que tout le monde était là, ton frère ayant été convié en tant que garde auprès de Narwain, le drame se produit. Le forgeron s'avança vers ton grand-frère, ton mentor et toi, le regard sévère, les larmes aux yeux, avant de poignarder devant tout le monde celui qui t'avait offert un grand avenir. Et soudain, la fête s'arrêta. Les cris de joie, les combats et les spectacles s'arrêtèrent. Le peuple regardait, avec choc, le sang couler de la poitrine de Narwain, qui s'était vêtu d'un haut portant l'arbre blanc pour l'occasion, insigne s'impregnant désormais d'une quantité mortelle de globules rouges. La bouche entrouverte, Narwain prononça un dernier mot devant toi, qui étais horrifié par la scène. « Imla-drïs... »  dit-il, ses yeux bruns te regardant une dernière fois avant de se clore, son corps tombant à la renverse. Et toi, précipitamment, tu poussa violemment ton père avant de rattraper ton mentor et de t'agenouiller avec lui, tes yeux bleus écarquillés l'observant. Il était mort. Il était parti, assassiné par un forgeron devenu fou. Et ton grand-frère te regardait quelques secondes avant de regarder Telemnar, ne sachant que faire. Cet homme avait tué son Chef. Ton chef. Mais cet homme était votre père. Votre père, qui en avait aimé un et détesté l'autre. Ainsi, voyant ton visage d'enfant qui pleurait par manque d'amour de son paternel, Olorïn décida de trancher la tête de Telemnar, face à tout un Clan déboussolé par l'acte criminel.


Et toi, tu sentis soudain le regard de chaque femme, chaque enfant et chaque homme se tourner vers toi. Tu sentis que tout le monde attendait un quelconque mot de ta part. Parce que, désormais, c'était toi, le Chef du Roamadakru. C'était toi, qui allait guider toutes ces personnes. Ainsi, ton regard se tourna vers un pilier qui ne s'était jamais écroulé : ton frère. Et, dans son regard mêlant tristesse, soulagement et joie, Olorïn finit par s'agenouiller devant toi, tout les autres faisant de même. « Qu'hommages te soient rendus, Narwain. » dis-tu doucement, bien que tous ceux près de toi avaient entendu tes paroles. Et ton hommage fut fait. Le lendemain, tu posa le corps de ton mentor sur une barque, avant de jeter une fleur blanche sur son torse, le reste du Clan faisant de même. Et lorsque cela fut fait, tu poussa la barque vers un courant qui l'emporterait. C'était un grand homme à tes yeux. Et ton cœur s'était serré à sa mort. Mais désormais, tu avais de grandes responsabilités. Des responsabilités de Chef, et des décisions, qui commencèrent par choisir ton frère comme second, et accepter la coalition que le nouveau Commandeur, Lexa, avait souhaité mettre en place environ 2 ans après son arrivée sur le trône de Chef des 12 Clans, un an après que tu ais repris les rênes du Roamadakru. Et au fil du temps, tu devins un meneur de qualité. Bien plus que tu ne l'étais au début. Et si les habitants du Clan avaient eu un peu de mal à s'habituer à tes ordres les premiers jours, ils commencèrent à t'apprécier et à te suivre par la suite. Désormais, tu n'étais plus un enfant abattu par les dires de ton père, et sa mort n'avait fait que te rendre plus fort. Ta mère serait très fière de toi, si elle était encore là. Tout comme elle serait fière de ton grand-frère, qui t'apporta conseils et aide dès le début. Tu lui devais beaucoup. Et tu devais beaucoup à ton défunt mentor, également. Mais aujourd'hui, du haut de tes 28 ans, tu avançais. Tu avançais, toujours un peu plus. Vers la paix. Vers la prospérité. Vers un avenir meilleur pour les tiens, que tu chérissais beaucoup, avec autorité et bonté en même temps.



Si vous etes un Grounder ? :  - Avez-vous peur des armes a feu ? Elles t'ont surprise au début, mais elles ne t'ont pas effrayées pour autant.
- De la technologie en général ? Non, tu trouves que c'est quelque chose d'intéressant malgré sa complexité
- Avez-vous de la famille ? Oui, un grand-frère que tu aimes par dessus tout
- Quel est votre role dans le clan ? Tu es le Chef du Clan
-  Respectez-vous le commandeur ? Oui, et tu es fier de la suivre
- Que pensez-vous de l'entrée des skaikru dans la coalition ? Tu n'es pas contre et apprécie l'idée de les avoir intégrer
- Que pensez-vous des sky people d'ailleurs ? Tu ne les connais pas encore très bien, mais ils t'intéressent, et tu souhaites en apprendre plus sur eux, et pourquoi pas même te lier à certains d'entre eux
- Quel a été votre rôle dans la bataille de la montagne ? Tu as chevauché vers Lexa avec tes guerriers, et vous vous êtes battus à ses côtés jusqu'à la victoire  
- Que faites-vous maintenant? Etes-vous retourné dans votre clan? Tu continue de gérer ton Clan, et suite à la bataille de Kalawen, tu as décidé de rester encore quelques jours avant de revenir à Grima



WHAT ELSE ?
Bellamy aime faire des tartes aux pommes !

 


Dernière édition par Imladrïs le Jeu 6 Oct - 20:58, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Natalie Imbruglia
Bravoure :
1359
avatar
Arc
Arc
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Mer 5 Oct - 21:01

Wiiiiiiiiii rebienvenue Amoureux

_________________

— BOULE D'INCERTITUDE —
je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimeres. je sais bien que je mens je sais bien que j'ai froid dedans —#000000
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Jonathan Whitesell
Bravoure :
769
avatar
Arc
Arc
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Mer 5 Oct - 21:02

Rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
David Wenham
Bravoure :
652
avatar
Grounder ; Roamadakru
Grounder ; Roamadakru
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Mer 5 Oct - 22:02

Merci à vous :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Devon Bostick
Bravoure :
2114
avatar
100
100
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Mer 5 Oct - 23:01

Re-Bienvenue !

_________________

Here I am  alone again
How'd I wind up here again ? It's like I'm always getting blood on my hands, all it takes is one and I'm gone and a thousand 'til the end.Tell me why! Does everything that I love get taken away from me ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Krysten Ritter
Bravoure :
1138
avatar
Arc
Arc
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Jeu 6 Oct - 1:24

Re bienvenue o/

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Jeu 6 Oct - 11:38

Re-Bienvenue ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
David Wenham
Bravoure :
652
avatar
Grounder ; Roamadakru
Grounder ; Roamadakru
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Jeu 6 Oct - 20:33

Merci *^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Jeu 6 Oct - 20:47

Coucou !

J'ai tout lu Souriiiire. J'aime beaucoup ton personnage, son père est un blaireau mais tant pis xD. Alors j'ai relevé deux petites incohérences de rien du tout dans ton histoire : dans le second paragraphe, tu parles de la mère (de ta mère qui voyait son mari délaisser son deuxième enfant.) qui est censée être morte du coup xD. Et aussi au niveau des dates de la coalition : ça fait cinq ans que Lexa est commandeur et 3/4 (on va dire trois et demi xD) qu'elle a lancé la coalition en fait - soit deux ans après son accession =). Du coup y'a juste ça, le reste est parfait ♥️. Préviens quand tu auras modifié, je pourrais te valider toussa toussa Souriiiire
Revenir en haut Aller en bas
Mon avatar c'est :
David Wenham
Bravoure :
652
avatar
Grounder ; Roamadakru
Grounder ; Roamadakru
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Jeu 6 Oct - 21:02

Merci beaucoup  Caliiin  oui c'est un blaireau comme tu dis XD
Alors concernant la mère, j'ai écris ça pour donner la vision d'une mère morte, qui voit ce qui se passe de là-haut (dans le monde des morts en quelque sorte), mais si cela dérange je modifierais ! J'attend ton avis dessus, encore merci !
Et concernant Lexa, j'ai modifié ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   Jeu 6 Oct - 21:04

Ah non, autant pour moi, j'avais pas compris ça comme ça Laughing. Non mais c'est bon du coup !

   
FICHE DE
VALIDATION

   
Bienvenue sur Red Sands

   
    Et un nouveau clan à peupler, un *o*. Gère bien ton peuple, toussa toussa ♥️

   Maintenant quelques liens utiles

    → Premièrement, en tant que bon membre validé, tu dois aller recenser ton avatar juste ici ainsi que la fonction que tu occupes dans ton clan par là. C'est OBLIGATOIRE!, sans quoi tu pourrais perdre ton avatar ~

   → Ensuite, plus amusant peut être, les fiches de liens ainsi que les demandes de RP ; demandes diverses.

   → Et enfin, les achats et les les top sites
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You hate me. Always. [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
You hate me. Always. [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» Love me now or hate me forever!
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: POUR LE RP :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: