AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Jessica Chastain
Bravoure :
452
avatar
Grounder ; Azgeda
Grounder ; Azgeda
MessageSujet: forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh    Ven 16 Sep - 11:34

15 décembre ; Ulfuris – début de mâtiné.   Après son passage à Orst qui n’avait mené à rien, car la reine n’y était pas, déjà partie pour les terres Skjeran rattraper ce qui était peut être les erreurs d’Arzhel, continuellement – quand n’était ce pas le cas ? Le chef de Orst avait vraiment quelques lacunes, quelques difficultés à être un loyal petit soldat finalement. Une disgrâce. -  Eendth était revenue à Ulfuris depuis quelques jours. Elle avait vaquée à ses occupations de chef de village, coordonné quelques chasses, et même géré un entrainement de guerriers, qui l’avait laissé satisfaite. Son village était clairement le meilleur des Azgeda et elle en était extrêmement fière. Elle espérait qu’il continue de la rendre ainsi, et que d’autres de ses guerriers n’aient pas a aller mourir pour des guerres qui ne les concernaient pas. Bien sur, elle aurait voulu qu’Azgeda s’illustre un peu plus dans la guerre au Sud Ouest, mais Mordh avait preféré que son peuple se focalise sur une chasse qui n’avait rien donné, et panse les plaies liées à l’épidémie.  C’était compréhensible. Eendth ne pouvait pas juger une décision qui mettait le peuple en avant, elle trouvait juste cela dommage, qu’Azgeda n’en ait pas profité pour envoyer des meilleurs guerriers que ceux qui n'étaient pas revenus, afin de montrer que la loyauté dont Syndra avait fait preuve ne disparaissait pas. Soit. C’était ainsi, et ce qui était fait était fait. Eendth n’avait pas le droit de s’en plaindre.

Elle revenait de la maison principale, passant à travers le frimas, resserrant quelque peu la fourrure de loup sur ses épaules, et elle fit signe à Agénor et Belos de la suivre, tandis qu’elle se dirigeait vers la hutte d’enfumage. Elle voulait vérifier si tout allait bien, où en étaient les reserves. Peut être, pourrait elle envoyer un messager s’entretenir avec Mordh afin de savoir si ils pouvaient partager leurs reserves avec le Trikru. La chasse avait été plus que fructueuse autour d’Ulfuris lors de ces derniers mois, et par le froid glacial qui y régnait, Ulfuris avait connu moins de pertes dans l’épidémie.

Ses pensées furent interrompues quand un des éclaireurs arriva en courant. Il y’a des silouhettes qui avancent. Elles sont couvertes et armées. Azgeda.  C’était tout ce qu’elle avait besoin de savoir, et peut être l’eclaireur était il trop jeune, ou peut être que les personnes étaient bien dissimulées, mais il n’avait aucune idée de qui il pouvait s’agir. Eendth siffla, comme elle l’aurait fait avec ses chiens, et Belos vint lui tendre ses dagues qu’il gardait toujours pour elle, quand elle se déplaçait ainsi. « Allons accueillir nos invités. » Et c’est suivi de ses deux gardes preferés, qu’elle s’approcha de la direction indiquée par l’eclaireur. Loin de se douter qu’elle allait tomber sur la reine.

_________________
TELL ME WRONG TELL ME RIGHT
Let my soul breathe tell me wrong tell me right you're my mind cage like a mountain far away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Lotte Verbeek
Bravoure :
585
avatar
Grounder ; Azgeda
Grounder ; Azgeda
MessageSujet: Re: forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh    Dim 13 Nov - 7:28

La fatigue commençait à se faire sentir, dans les os de Mordh. Cela faisait maintenant plus de dix jours qu’elle avait quitté Ulfuris, pour se rendre jusque dans les terres du Skjeran, et la petite troupe n’avait connu aucun repos amplement mérité, à l’exception de la journée qu’ils avaient passé à l’abri dans une grotte sommaire, grâce à une tempête trop puissante pour oser la braver à dos de renne. Le groupe était relativement silencieux et cela se sentait entre eux, l’impatience dissimulée de profiter de la chaumière du village le plus proche, ne serait-ce que pour quelques heures. Malgré cet état d’esprit, Mordh était relativement satisfaite de son échange avec Torvi. Elle avait réussi à obtenir ce qu’elle voulait de l’autre reine et maintenant il lui suffisait d’attendre la bonne occasion pour empoisonner les stocks de nourriture qu’enverrait le Skjeran. Rien de bien compliqué, surtout quand celui-ci serait en mouvement, très certainement moins gardé que lors que les provisions se trouvent dans les gardes mangers. Les rares espions qui officiaient dans le clan du Nord n’auraient aucun mal à remplir leur mission. Autant dire que l’ancienne espionne avait eu tout le temps de songer à ce plan sur le retour, ainsi qu’à de nombreux éléments qu’elle désirait mettre en place.

Tout ceci attendrait encore un peu. Ce que Mordh retenait de son existence dans le pays des glaces, c’était qu’une ne fallait rien précipiter. S’ils survivaient l’hiver, il n’y avait rien d’impossible pour les membres de son clan. Le village qui se dressait à l’horizon en était la preuve vivante. Le froid, s’il était décrit comme une adversaire, était part entière de leur vie. Cela les rendait plus forts. Plus fiers également. Mordh se redressa un peu sur sa monture. La neige renvoyait les rayons du soleil qui continuait son ascension dans le ciel. Au loin, des traces étaient visibles, pour celle qui avait un jour occupée la même place que l’éclaireur qui était passé sur ce sentier, quelques minutes auparavant. Un sentiment de familiarité chatouilla ce qui était la dernière part d’humanité de Mordh et elle serra un peu plus ses doigts glacés sur les brides du renne. Ulfuris était ce qui se rapprochait le plus d’un chez elle (même si la ville avait toujours un côté étrange, maintenant que Galath n’était plus avec elle).

Elle ne considérait pas le village comme sa maison, car à présent qu’elle était reine, tout le clan était sa demeure, qu’elle se devait de diriger, de protéger, de faire prospérer. Mais la majorité de ses souvenirs prenaient place sur ces terres, ces kilomètres qui s’étendaient à perte de vue. Elle chassa un souvenir, se revoyant beaucoup trop jeune franchir les portes de Ulfuris, tandis qu’un petite groupe armé – bien réel – les attendait. Mordh ne prit pas la peine d’enlever son capuchon, ne désirant pas quitter la chaleur de sa fourrure. A la place, elle s’arrêta à quelques mètres des individus, reconnaissant le lourd manteau du chef d’Ulfuris. « Est-ce ainsi que tu accueilles ta reine, Eendth ? » Loin de l’autorité, il y avait un brin d’ironie, elle qui dévisagea le groupe qui les attendait, toujours haut perché sur sa monture qui agita un peu ses bois.

Spoiler:
 

_________________
   
frost bite
Doute de la lumière, doute du soleil. Doute de la glace, doute de la neige.  sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Jessica Chastain
Bravoure :
452
avatar
Grounder ; Azgeda
Grounder ; Azgeda
MessageSujet: Re: forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh    Dim 13 Nov - 13:41

Les trois Azgeda se dressaient donc à quelques metres devant les portes de la ville la plus froide du monde connu, attendant que les silouhettes armées indiquées par l’eclaireur n’arrivent devant eux. Et enfin, quand elle vit la délégation juchée sur des rennes, Eendth laissa un sourire orner son visage, derrière la grosse fourrure qui lui servait d’écharpe. Puis elle reprit son sérieux, ce visage froid et inexpressif qu’elle avait bien souvent. C’était ainsi. Que ce soit la reine en la quelle elle n’avait pas toute sa confiance, ou bien quelqu’un d’autre, Eendth n’était jamais la plus chaleureuse des femmes, et il en fallait beaucoup pour qu’elle se montre amicale et que se brise son attitude de roc. L’autre Rousse arriva, et Eendth arqua un sourcil à son égard quand celle ci sans descendre de sa monture l’harangua avec une espèce d’ironie qui lui collait à la peau. « C’est ainsi que j’acceuille des visiteurs armés qui ne s’annoncent pas. » Un mouvement de sa tête suffit à faire ranger leurs armes à ses deux gardes loyaux, qui penchèrent la tête. Soumis. Loyaux. Respectueux. « Mais tu peux croire que si j’avais été informée de l’arrivée d’une telle délégation, l’acceuil aurait été different. » Pour cela cependant, il aurait fallu que Mordh l’informe de ses plans. Mais tout comme elle ne l’avait pas informée de son départ de Orst alors qu’elle avait fait la route uniquement pour la voir, celle ci ne l’avait pas non plus informée de sa venue ici. Eendth était perplexe, et toujours sceptique vis à vis de la nouvelle politique de la reine. Ces promenades non annoncées, ces libertés que la femme prenaient ajoutaient à ses doutes. Elle ne dit cependant rien à ce propos, ce n’était pas le moment.

Se tournant vers Belos, elle lui adressa un sourire. « Va prévenir le village que notre reine nous fait l’honneur d’une visite. Et fais leur préparer un festin, et allumer les feux des chambres adéquates. Je suis sure que notre reine et sa suite ont faim et froid. » Le blond hocha la tête et s’exécuta. Tendant ensuite ses dagues dont elle n’avait plus besoin à Agenor, la chef d’Ulfuris se retourna vers la reine et le reste de sa suite. « Et bien, rentrons en ville. Nous serons mieux pour parler. Je suppose que ce n’est pas une visite de courtoisie. »

Spoiler:
 

_________________
TELL ME WRONG TELL ME RIGHT
Let my soul breathe tell me wrong tell me right you're my mind cage like a mountain far away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Lotte Verbeek
Bravoure :
585
avatar
Grounder ; Azgeda
Grounder ; Azgeda
MessageSujet: Re: forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh    Sam 22 Juil - 12:23

Certains auraient doutés, si Mordh prenait la peine d’affirmer qu’Eendth était, à ses yeux, l’un des individus qu’elle détestait le moins. D’ailleurs, il n’y avait pas vraiment de haine, tout au plus une pointe d’ennui quand elle croisait le regard de la chef d’Ulfuris. Ce même sentiment propre à ceux associés à la famille. Oh, il n’y avait aucun lien de sang entre elles, et si Mordh avait appris une chose, c’était de se servir de ce lien que d’autres jugeaient si précieux. La célèbre chasseuse était tout simplement l’un des éléments les plus familiers dans le passé de la Reine, et il n’y avait pas tant de méfiance, envers Eendth – il y en avait toujours un léger soupçon, l’un ne survivait pas en Azgeda sans un minimum de soupçon. Car la femme qui se dressait devant Mordh avait juré son allégeance au village qui les accueillerait bientôt, elle n’avait aucune ambition pour gérer le reste du clan. L’ancienne espionne en avait bien conscience et c’était ce qui l’apaisait vaguement, en présence de l’autre rousse. « C’est ainsi que j’acceuille des visiteurs armés qui ne s’annoncent pas. » Il y eut un mince sourire, qui se dessina sur les lèvres glacées, et elle retint un trait d’esprit.

« Mais tu peux croire que si j’avais été informée de l’arrivée d’une telle délégation, l’acceuil aurait été diffèrent. » Cette fois-ci, Mordh ouvrit la bouche, d’où un mince filet de buée s’échappa, avant qu’elle ne parle, de sa voix légèrement mielleuse, un brin joueuse. « Vois cela comme une surprise. Je ne doute pas que tu sauras m’accueillir comme une se doit. » Il était plus facile de régner ainsi, en restant discret sur ses destinations, sur ses plans. C’était l’improbable et Mordh aimait le maigre sentiment de sécurité que cela lui procurait. Rester une carte sauvage lui offrait un peu plus de liberté. Etre insaisissable voulait dire que personne ne pourrait la doubler, encore moins l’assassiner entre deux toast d’un banquet. D’ailleurs, l’ordre fut donné et la nouvelle Reine s’exprima, calmement, l’autorité naturelle, sans pour autant forte dans sa voix. « Il n’y a nulle besoin de se hâter. Le festin attendra demain. » Si ça n’avait tenu qu’à elle, Mordh aurait tout simplement refusé le faste de sa visite. Elle préférait la discrétion – une vieille habitude. Mais elle connaissait l’importance des festivités pour le peuple et se montrer fort était toujours un élément important, surtout maintenant qu’elle était le centre de tous les regards de son clan.

Eendth ouvrit la marche, et d’un léger coup de talon, le grand cerf de Mordh suivit, le pas fatigué par la longue traversée. « Ni toi, ni moi, n’aimons perdre notre temps il me semble. » Et toujours, ce même amusement sur le visage. « J’ai eu un entretien avec la Reine Skjeran, dans le but de calmer son esprit belliqueux. » Ce n’était pas un hasard, de s’exprimer à quelques dizaines de mètres des potes de Ulfuris, alors que le vent soufflait de sa force de l’hiver et que peu d’oreilles étaient à portée de la curiosité. Ce n’était rien, à peine une déclaration d’importance majeure. Mais l’éclat qui brilla, silencieux dans son regard, montrait bien que c’était un élément qui aurait son importance.

_________________
   
frost bite
Doute de la lumière, doute du soleil. Doute de la glace, doute de la neige.  sheepirl.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh    

Revenir en haut Aller en bas
 
forgive me if my arms are not open wide enough ◇ mordh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Sky's Open Wide | Vinter
» Calls on U.S., IMF to forgive debt
» Mek' pour l'open de peinture GW
» Combat arms
» Heavy in your arms [Wyatt] -TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: Le Nord :: Azgeda :: Úlfurís-
Sauter vers: