AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 1:07


— on this ground i lay motionless in pain —
Sa tête la heurtait, et toutes les parties de son corps étaient comme douloureuse. Elle ne comprenait pas, elle ne savait pas. Elle était perdue, et se sentait nue. A vrai dire, elle l’était probablement. Et son premier vrai contact avec la terre, avec l’air libre, avec ces choses la, était teinté du gout du sang. Elle avait toujours dans le fond de sa tête la pâleur de ces yeux qui l’avaient guidés dans l’obscurité des cavernes pendant des jours durants. Combien étaient passés ? De jours. Combien d’heures d’agonie avait elle vécue. Et où étaient les autres ? Où étaient elle ? Elle était perdue. Juste perdue. Comme assassiné de sa substance même. Comme si son nom même lui échappé parfois. Son corps était meurtri, des traces de blessure faisaient couler son sang le long de sa nuque, de son dos, de ses cotes, et ses yeux voyaient encore flou. Mais ils étaient beaux, et ils semblaient encore en état de fonctionner. Ils étaient l’une des parties d’elle qu’elle aimait le plus, et elle … aurait preferé mourir peut être que de les perdre. Déjà qu’elle avait perdu ses mains, plus ou moins. Elle avait un trou à l’interieur de la main gauche, et elle ne savait pas si elle pourrait un jour tenir à nouveau un stylo. C’était stupide un peu. Ce sentiment d’avoir tout perdu, alors qu’elle n’avait jamais vraiment rien gagné de ça ? Elle aurait pu être écrivain. Dans une autre vie, dans un autre monde. La elle n’écrivait que pour elle, que pour une base de gens qui étaient peut être curieux. C’était ainsi, c’était comme ça. Elle n’avait plus rien. Et que le vide pour camarade à la clarté d’une lune ou d’un soleil trop vif.

Elle plissa les yeux, consciente qu’elle n’était plus seule. Il y’avait des pas. Il y’avait des voix. Et elle se recroquevilla d’avantage sur elle même incapable de se lever, incapable de bouger, de faire ne serait ce qu’un mouvement qu’un pas.  Elle trembla. Se mit à trembler. Le monde bougeait autour d’elle, et elle craignait peut être que ce ne soit ses geôliers. Elle craignait peut être que ce ne soit quelqu’un d’autre ? Et la, blessée, les vêtements dechirés, au milieu d’une forêt, au milieu d’un nulle part… Elle ne savait plus vraiment comment agir, réagir. Aussi brillante soit elle, elle n’avait pas sur le coup la moindre solution.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 1:49


On this ground I lay motionless in pain

Luka & Jakob – 22 décembre

Quitter Kalawen a laissé une étrange impression à Nox. L’impression d’une page qui se tourne laissant place à une page blanche. L’avenir à présent est incertain. Que va-t-il advenir ? La paix va-t-elle durer ? Ils ont encore de nombreuses choses à apprendre et à construire. L’alliance avec le skaikru est encore jeune, il reste tant de choses à faire pour qu’elle soit durable et stable. Quant aux mountain men, Nox sait que cela sera très long pour que les 12 clans puissent leur faire enfin confiance. Et c’est avec raison. Il ne peut que comprendre le maître forgeron la défiance des siens envers la montagne qui a torturé et tué tellement de grounders. Alors, même si la guerre contre les barbares est à présent terminée et gagnée, il reste beaucoup de choses à faire et il le sait. Il ne sait pas quel rôle il aura à jouer là-dedans par contre. Lui, il aime forger. Et son clan est loin du camp des skaikru. Alors dans le fond, est-il vraiment concerné ? Difficile à dire. Mais il sait que Feyn sa chef de clan est pour cette alliance, donc elle fera surement tout son possible pour que cela fonctionne et que la paix soit durable. Pour l’heure, il se rend à Luray, un village de Shiedgedakru pour déposer quelques armes qu’il a envoloppées dans un linge maintenu dans son dos par des sangles en cuir.

Il fait route avec Jakob, le chef de village de Lext. Il a découvert avec une certaine tristesse que l’ancien chef de ville de la ville, l’un de ses vieux amis, était mort. Et que son fils, Jakob, avait pris la relève à la tête du village. C’est un honneur pour lui et pour ce qu’il reste de sa famille. Lui et sa sœur. Nox ne connait que peu le jeune homme mais d’après ce qu’il a vu et entendu, c’est un bon gamin. Il a l’air intelligent et semble avoir la tête sur les épaules. Reste à savoir s’il prendra les bonnes décisions pour son village. Nox est assez impatient de le découvrir. Et puis, comme toujours il y a Snack. L’animal a réussi à survivre à la guerre. Même s’ils n’ont pas combattu, Nox s’était dit que peut être l’animal serait touché par une flèche ou une lance perdue. Mais non, encore et toujours, il s’accroche à la vie comme à un os. « C’était ta première guerre ? Tu as eu l’occasion de parler à certains skaikrus ? ». Il est curieux le forgeron. Il sait que Jakob n’a pas combattu mais qu’il a vu de nombreuses choses et des blessures béantes, ouvertes, puantes. Beaucoup de sang, de morts. Et après sa mésaventure de la montagne, Nox sait que ça doit être impressionnant pour lui. Du coup sa question peut paraître bête, mais pour lui, Jakob n’a pas vraiment vécu la guerre contre la montagne. On l’a sorti de là, on l’a secouru. Et c’est une bonne chose qu’il ait survécu, une très bonne chose. Quant aux skaikrus, évidemment Nox se doute que pendant les combats il n’a surement pas eu le temps de faire connaissance. Mais il les a vu combattre et aider. Et après, pendant le banquet et les quelques jours avant leur retour chez eux, il a peut-être eu l’occasion de leur parler, d’apprendre à les connaître.

Il écoute sa réponse, ce qu’il pense de tout ça : la guerre, l’alliance, les skaikru, avec intérêt tout en continuant à avancer. C’est Snack, qui avance quelques mètres devant qui repère la jeune femme en premier. Le forgeron lui remarque le changement d’attitude de l’animal. Et au moment où celui-ci va se jeter sur ce qu’il pense être une proie, Nox remarque une jambe et un bras ainsi que des traces de sang. « Snack non ! ». Sa voix a claqué froide et intransigeante et l’animal se stoppe immédiatement. Sans sortir son arme, il s’avance pour découvrir une jeune femme, inconsciente, à moitié nue, dans un état déplorable, étendue sur le sol. Et là, alors qu’il la regarde, il ne peut que se rappeler des membres de la coalition qui avaient été sortis de la montagne : même état de maigreur. Mais elle, elle a été torturée et ça se voit. Il n’ose pas la toucher pour le moment, de peur de lui faire mal et relève son regard sur Jakob pour l’interroger du regard et vérifier qu’il est en état de faire quelque chose.


Dernière édition par Nox le Mar 13 Sep - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 3:05

on this ground i lay motionless in pain


Jakob & Nox & Luka

22 décembre. La bataille contre les barbares est terminée, notre peuple et le skaikru en sont sortis vainqueurs. Blessés mais vainqueurs. Je n’ai pas participé à la bataille en prenant les armes mais j’ai tout de même apporté mon aide, comme je le pouvais. J’ai soigné les plaies qui pouvaient l’être avec mes très maigres compétences, j’ai apporté eau et nourriture à ceux qui en avaient le plus besoin après la bataille et j’ai vraiment eu l’impression d’être utile cette fois. Pas comme lors de l’attaque sur la montagne, pendant laquelle j’étais tout simplement enfermé dans ma cage, trop faible pour prendre part à la bataille qui faisait rage à l’extérieur et qui a emporté trois membres de ma famille. A Kalawen j’ai pu apporter mon aide à mon peuple, comme lui m’a apporté le sien après la montagne et ça m’a fait un bien fou. J’ai eu l’impression d’avoir une place, une petite place dans ce monde que j’ai parfois du mal à reconnaître. Certes j’ai rencontré quelques membres du Skaikru depuis ma sortie de la montagne mais tout cela est encore difficile à comprendre pour moi, qui était enfermé dans le Mont Weather à leur arrivée sur nos terres.

Après la bataille, il a fallu décider de ce que nous allions faire. Mon clan est retourné sur nos terres mais au lieu de repartir pour Lext directement avec les quelques membres de mon village qui m’ont suivi jusqu’à Kalawen, j’ai décidé de suivre Nox sur une petite partie de son voyage. Je l’aime bien Nox, c’est surtout un ami de Père mais c’est aussi un compagnon agréable et un homme bien sage. Il a beaucoup voyagé et connait énormément de choses, son enseignement est toujours bon à prendre si bien que je lui ai proposé de l’accompagner un peu. Lui et son animal un peu étrange, nommé Snack. Bien évidemment, il a été peiné d’apprendre la mort de Père mais aussi celle de Un et de Trois, qui étaient peut-être un peu plus proche de lui que moi-même. Mais cela ne m’empêche pas d’apprécier sa compagnie. Et tandis que nous marchons, il me pose quelques questions. « Si on omet celle de la montagne où j’étais prisonnier, oui c’était ma première bataille. Mais je n’ai pas pris les armes, le sabre que tu m’as forgé ne m’a pas encore servi. » J’en suis plutôt soulagé d’ailleurs car je ne suis pas un guerrier. Je sais me battre pour assurer ma survie mais j’aurais sans doute péri face aux barbares. Et mort, je n’aurais pas été d’une aide très précieuse pour mon peuple. « J’en ai rencontré quelques-uns oui et j’en garde un bon souvenir. » Il y a eu cette fille sous la tente des soigneurs et ce garçon, peu avant la bataille. Mais je garde pour moi les discussions que nous avons eues ensemble. Nox ne comprendrait sans doute pas.

Et tandis que je marche à ses côtés en m’apprêtant à lui retourner la question – pas celle sur la bataille puisque je me doute qu’il en a vu d’autres – son chien étrange renifle quelque chose. La main sur la poignée de mon sabre, je m’avance avec lui vers ce qui semble être une jeune femme inconsciente, à moitié nue et surtout couverte de sang et de bleus. La vision de son corps si maigre et meurtri me renvoie des semaines en arrière, dans ma cage. Je revois les membres de mon peuple, affaiblis, affamés, à l’agonie… C’est une image que j’essaye d’oublier mais qui me hante souvent, surtout la nuit lorsque les lumières ne sont plus là pour chasser le noir persistant dans lequel j’ai l’impression d’être de retour dans ma cage. Il m’est déjà arrivé d’aller dormir dehors à la belle étoile, juste pour voir le ciel au-dessus de ma tête et ne plus avoir cette impression d’être enfermé de nouveau. Je me vois reculer légèrement et chercher du regard les hommes de la montagne, avant de me dire qu’ils ne peuvent être là. Mais quelqu’un s’est acharné sur cette jeune femme. Je sens le regard de Nox sur moi mais je ne peux le lui retourner, je me contente juste de m’accroupir pour mieux observer cette femme. Je me retiens de la toucher mais quelque chose m’empêche de détourner les yeux, une sorte de fascination étrange. Etait-ce de cette façon que ceux qui m’ont sorti de la montagne m’ont regardé ? Peut-être, mais j’étais moins mal-en-point qu’elle ne l’est. Je relève la tête vers Nox parce que j’ai perçu son regard à elle et dans notre langue – et sans penser qu’elle ne la comprend pas forcément – j’établis un fait qu'il connait sans doute déjà. Mais j'en ai besoin, peut-être pour me rassurer moi-même. « Elle est vivante. »


[OMG Chouu pardon pour le pavé. J'ai craqué en "je" xD]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 10:10


— on this ground i lay motionless in pain —
Il y’a eu des moments dans sa vie sur l’arche, dans son passé où elle trouvait ça douloureux de respirer. C’était les affres de la dépression parfois,  c’était les cris de sa mère ou les coups aussi parfois. C’était des moments où elle se repliait sur elle même pour éviter que le monde ne l’atteigne. Mais la c’était physique.  Cette douleur qui la prenait au plus profond d’elle même, et qui laissait sur son corps des marques qu’elle n’oublierait jamais. Elle qui avait toujours vécu dans cette prison de métal qu’elle détestait, elle avait passé des jours et des jours – elle ne pouvait plus compter, elle ne savait plus, sans lumière, toutes les heures étaient semblables aux précédentes – dans une grotte dans l’humidité et les coups de fer. Elle n’était plus rien qu’une ombre, et son esprit curieux, parfois determiné, n’était plus peut être qu’une loque qui n’avait plus d’autre but que tenter de trouver de l’eau, que tenter de trouver un endroit où dormir sans qu’elle ne soit attaquée. Sans qu’il n’y’ait personne.

La peur. Emotion ressentie quand on se retrouve en situation de danger physique ou psychologique, suivie souvent de réaction physiologiques comme des tremblements, l’accélération du pouls, et l’envie de fuir ou de se cacher. C’était bien ce qu’elle ressentait maintenant, entendant des voix autour d’elle, des bruits de pas, ressentant des odeurs étranges qu’elle n’avait jamais ressentie auparavant.  Elle voulait fuir, mais ses jambes ne portaient plus rien du tout, et quand elle ouvrit ses yeux elle aperçu de la fourrure. La créature était immense – pour elle,à ses yeux – un monstre horrible et fascinant à la fois. Elle entend quelques mots, Snack, Non. Elle n’a aucune idée de ce que ça veut dire, mais elle sait qu’un homme cri et c’est suffisant à la traumatiser encore. Elle se replie sur elle même et tremble comme une feuille. Elle n’est pas habituée à avoir peur. Elle n’était pas habituée à ressentir beaucoup de choses cela dit, et c’était une nouveauté dont elle aurait pu se passer.

Peu à peu, le flou céda place à deux hommes qui la fixent, et si le moins gros – moins dangereux lui envoie comme signal son cerveau – dit des mots comme vivante , elle ne comprends pas tout. Elle n’est pas stupide, non assurément pas, mais c’est comme si son esprit se fermait à tout, et ses yeux rivés sur le chien qui ne ressemble pas vraiment à un chien, elle essaye d’ouvrir la bouche pour parler. « Je… »   Le pire c’est qu’elle ne sait pas vraiment par quoi elle peut commencer, ce qu’elle peut dire, ce qu’elle doit dire dans une situation. «  Vous.. »  Elle tremble encore, et pourtant elle veut finir sa phrase. « …finissez…travail. »  Elle veut leur demander si ils sont la pour finir le travail, mais au final elle n’arrive pas à dire grand chose, et elle essaye de tendre la main vers l’animal. Parce que dans ses derniers moments elle se permet d’être curieuse. « Qu’est ce que.. ? »  C’est etouffé aussi. Elle n’arrive pas à poser ses questions.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 12:33


On this ground I lay motionless in pain

Luka & Jakob – 22 décembre

Nox l’écoute lui dire que c’était sa première bataille. Enfin, en omettant celle de la montagne. Cette bataille-là, il l’a vécue d’un autre point de vue. Alors mieux que quiconque, Nox imagine que Jakob pourra un jour faire preuve de compassion et d’empathie pour les prisonniers de guerre. Même si la montagne n’en a pas eu. Le forgeron estime qu’il faut apprendre de ses expériences, les meilleures comme les pires. Et que pour construire un monde différent, il faut pouvoir aller à l’encontre de ce qui a déjà été fait. Il aimerait avoir le temps d’en parler plus avec lui, mais ses propres questions ne lui en ont pas laissé le temps. Justement pour commencer doucement à comprendre ce que le chef de village pense de tout cela. Et d’ailleurs, il enchaîne assez vite sur les skaikrus qu’il a rencontré. Un bon souvenir dit-il. C’est une très bonne chose pour Nox. Plus nombreux seront les leurs qui apprécieront ces gens, plus longtemps durera l’alliance. Et la paix, quelle qu’elle soit, d’où qu’elle vienne est toujours la meilleure chose qui soit à ses yeux. Il était là, Nox pour aider durant cette bataille et la précédente. Mais cela n’enlève rien au fait qu’il n’apprécie pas réellement qu’on prenne la vie de quelqu’un. Pour lui, c’est un gâchis qu’il faudrait éviter. Heda a déjà apporté tellement de paix sur ces terres. Et elle continue chaque jour à en faire plus. A ce titre, il l’apprécie réellement. Et si Jakob garde un bon souvenir des rencontres qu’il a faites pour le moment, alors c’est une bonne chose.

Mais très vite, la conversation s’arrête et ils se retrouvent tous les deux autour d’une jeune femme. Son état physique laisse penser au forgeron qu’elle a été maltraitée. Et lorsque Jakob constate qu’elle est toujours vivante, l’homme acquiesce. Elle l’est en effet. Difficile de dire si c’est une bonne chose pour elle ou non. Toujours dépend de son état physique réel. Il y a les blessures du dehors, et celles du dedans. Celles du dedans sont difficiles à soigner pour ceux de son peuple. Et le camp des sky people est loin. Difficile de dire si elle tiendrait jusque-là. A son tour, Nox s’accroupit pour paraître moins imposant. Jakob a l’air de tenir le coup, même s’il ne semble pas apprécier ce qu’il voit. Sachant qu’il revient d’une bataille dans laquelle il a eu l’occasion de voir et d’aider à soigner des blessures pires que celles-ci, le forgeron pense que c’est plutôt son état général et ses propres souvenirs qui le secouent. Mais c’est difficile à dire, il n’est pas dans sa tête. Cela pourrait tout aussi bien être le fait qu’elle soit une femme, qu’elle ait vraiment l’air à l’agonie et qu’elle soit seule, laissée en rebus aux prédateurs qui n’ont même pas eu l’air de vouloir la dévorer. Pauvre petite créature.

Alors qu’elle tente de leur parler, il fronce les sourcils. Elle parle la langue des guerriers. Celle des skaikrus. Mais il ne veut pas tirer de conclusions hâtives. Si c’est vraiment une jeune femme du peuple du ciel, cela pourrait ébranler l’alliance. Mais il ne se permettrait pas de la tuer pour préserver le secret, oh ça non. Bien au contraire. Lorsqu’elle dit de finir le travail, il fronce les sourcils à nouveau et secoue un peu la tête de gauche à droite et lui répond en gonasleng : « On ne finira rien du tout… ». Le travail. Bien sûr. Vu son état, elle demande d’être achevée ? Ou s’ils viennent l’achever ? Il grimace un peu en se demandant qui a bien pu lui faire ça. Il regarde autour d’eux alors qu’elle tend la main vers l’animal qui accompagne le chauve. Animal qui s’approche d’elle, ayant visiblement compris qu’il ne s’agissait pas une proie, pour sentir cette main tendue afin d’inspecter si elle ne contient pas de nourriture. Mais non, il redresse un peu la tête pour la regarder puis se couche à côté d’elle, tête entre les pattes en la regardant. Nox finit par défaire sa gourde en peau de bête et la pose à côté d’elle en lui disant : « Tiens de l’eau, ça va te faire du bien… ». Il n’ose toujours pas la toucher, de peur de lui faire peur ou mal, toujours c’est au choix. Il faudrait pourtant qu’ils essaient de la redresser, mais peut-être qu’elle va pouvoir le faire toute seule. Finalement, il redresse les yeux sur Jakob et lui dit, toujours en anglais pour que la blessée puisse comprendre qu’ils n’ont pas de mauvaises intentions : « Elle a besoin de soins rapidement. Et de manger aussi. Sur ce plan, tu es meilleur chasseur que moi… ». Cela ne le gêne pas d’avouer qu’il est moins bon que le pêcheur. C’est un fait, Nox chasse mais réussir à attraper un gibier lui prend toujours beaucoup de temps. Et du temps, ils n’en ont pas. De même, il ne peut pas exiger de la ramener à Lext, c’est à Jakob de prendre cette décision. Il le regarde toujours, prêt à bouger dès qu’il aura donné son avis sur la situation. Quant à Snack, il s’est un peu approché en rampant de Luka, pour la regarder de plus près avec ses grands yeux plus idiots que méchants.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 17:36

on this ground i lay motionless in pain


Jakob & Nox & Luka

Elle a de beaux yeux, c’est quelque chose qui m’interpelle. Des yeux gris pâles, un joli visage mais un corps meurtri, des bleues et des plaies un peu partout.  Celui qui lui a fait cela s’est acharné sur elle. Je détourne les yeux pour regarder Nox lorsqu’il s’agenouille à mes côtés. Je sais qu’il pense la même chose que moi, il n’est pas une brute qui éviscère ses ennemis ou les enferme dans une cage pour les regarder agoniser. Il est aussi pour la paix et ce que nous venons de trouver là n’est pas un acte de paix. Même Snack semble le comprendre, il se couche à côté de la jeune femme sans rien dire. Et lorsqu’elle ouvre la bouche pour sortir quelques mots, ceux-ci sont plutôt violents. Elle veut qu’on l’achève ? Je fronce les sourcils en percutant qu’elle vient de parler dans la langue des anciens, dans la langue que seule une petite poignée de notre peuple utilise. Dans la langue des Skaikrus. Alors je me tourne vers Nox, l’interrogeant du regard, mais il répond à la jeune femme. Bien sûr que non, on ne finira rien du tout, je pense que cela ne nous a pas du tout traversé l’esprit. Pas le mien du moins. C’est quoi ces jeunes femmes qui veulent en finir avec la vie ? « Ne t’inquiètes pas, nous ne te ferons aucun mal. » Je regarde Nox lui tendre de l’eau et son animal se rapprocher de la jeune femme, et je me demande si c’est bien prudent de rester dans les parages. Est-ce qu’elle a fui son geôlier, est-ce qu’il l’a abandonnée ici ? Est-ce qu’il la recherche et qu’il risque de nous tomber dessus ? Je ne sais pas mais il n’est pas question qu’il la récupère.

Je hoche la tête lorsque Nox me parle, dans la langue des anciens qu’elle peut aussi comprendre. J’esquisse un petit sourire de fierté lorsqu’il dit que je suis meilleur chasseur que lui. Pourtant, la chasse dans les bois ce n’est pas vraiment mon élément mais j’ai appris à chasser la nourriture lors de mon voyage. Mais Nox a raison, elle a besoin de soins. Soigner les blessures physiques c’est facile, c’est sur les blessures intérieures qu’il faudra travailler le plus. Je me relève doucement pour ne pas lui faire peur puis je retire la lanière de mon sac avant de retirer mon manteau. J’ai peur qu’elle ne finisse par attraper la mort, si peu couverte, alors je me penche à nouveau pour déposer délicatement le vêtement sur elle. Je ne veux pas lui faire de mal, j’ai presque peur de la casser tant elle me parait frêle et délicate. « On devrait la ramener au village, elle y sera en sécurité et on pourra la soigner. » Parce que là, on a rien pour le faire et ni Nox ni moi ne sommes vraiment doués pour panser des plaies.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 19:06


— on this ground i lay motionless in pain —
C’était un comble pour la femme qu’elle était, que de ne pas pouvoir parler, de ne pas réussir à exprimer quoi que ce soit. Et elle était surprise que les deux hommes la comprennent. Ils ne parlaient pourtant pas le meme langage non ? Bien souvent dans les grottes elle avait entendu des mots, dont la signification de certains avait finit par s’imbriquer dans son crane. Bien souvent oui, elle les avait entendu parler ce langage étrange, et il y’avait cette femme aux yeux clairs qui l’avait appelé skaifaya bien trop souvent pour qu’elle ne l’oublie. Mais les hommes, ils parlaient en anglais, et elle les regardait sans vraiment trop comprendre pourquoi, comment. Ils n’étaient pas de l’arche. Le grand était bien trop grand pour passer inaperçu et l’autre … Non, ils avaient des vêtements presque primitifs, comme ces monstres des cavernes. Mais ils ne voulaient pas finir le travail. C’était le colosse bronzé qui avait parlé. Pourquoi ? Est ce qu’ils faisaient partis d’un autre clan ? Ca elle avait comprit. Differents clans. Un commandeur. et … Oui, elle n’avait pas trop comprit le reste. Mais on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir.

Et les hommes prenaient soin d’elle un peu, ce qu’elle ne comprenait pas. Est ce qu’ils l’avaient sortis des grottes ? C’était encore flou et ça la dérangeait vraiment de ne pas savoir comment elle s’était échappée. Où étaient Charles et les autres ? Comment pouvait elle faire pour le savoir. Elle secoua un peu la tête pour essayer de faire le vide dans son esprit et se concentrer mais c’était dur, et c’était déjà a moitié vide. Diable, c’était compliqué. Alors elle hocha la tête et tendit son bras droit pour attraper maladroitement la gourde. Elle n’était pas droitière, c’était compliqué, mais son bras, sa main gauche étaient en trop mauvais état, alors c’est en tremblant qu’elle portait l’eau à ses lèvres séches et déchirées. « ‘erci. » Parler était douloureux encore, mais l’eau fit du bien dans sa gorge. Et c’était comme si elle n’avait pas bu depuis des mois maintenant. C’était faux. Elle savait que ce n’était pas possible physiquement. Mais elle avait l’impression de n’avoir jamais bu une aussi délicieuse eau. Aussi pure. Aussi limpide peut être ? C’était délicieux. Et ses yeux brillèrent juste quelques instants. Avant de reprendre le terne de la souffrance. Maladroitement elle tendit la gourde au Goliath pour la lui rendre, et trembla encore plus quand l’autre homme posa son manteau sur ses épaules. Un hochement de tête, son regard en disait long sur les remerciements qu’elle avait du mal à formuler encore. Et tandis qu’elle essayait de s’asseoir en les fixant tous les deux, elle essaya de parler. Toussa un peu de sang, et s’essuya les lèvres avant de serrer le manteau un peu plus contre elle. « Pourquoi ? » Pourquoi ils l’aidaient ? Pourquoi elle était la ? Qu’est ce qu’ils allaient faire maintenant. ?

Et cet animal la regardait encore, avec ses grands yeux purs, alors, de cette main blessée qui ne fonctionnait plus trop, elle essaya tout de même de caresser son front. « Chien ? » Son regard essayait d’en dire plus, et la barrière du ne pas parler était plus douloureuse peut être que le reste, alors elle essaya de cracher a nouveau un mot, un simple mot. « Luka. » Puis a nouveau elle toussa ses poumons.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 20:23


On this ground I lay motionless in pain

Luka & Jakob – 22 décembre

Alors qu’il la regarde, Nox ne peut s’empêcher de se dire que ça serait une catastrophe que ça soit une skaikru. Et pourtant, plus il la regarde et plus il est convaincu que c’est bien une fille du ciel. Ça n’a rien avoir avec ses grands yeux clairs et sa nudité mais plutôt à sa façon de les regarder, de chercher du regard les indices sur leurs identités, de regarder leurs vêtements, de regarder le chien avec des yeux curieux, et de ne pas comprendre pourquoi ils semblent vouloir l’aider. Oui, définitivement. Et plus il s’en persuade, plus il se dit que la paix risque d’être salement ébranlée par tout cela. Jakob lui confirme avec douceur qu’ils ne lui feront pas de mal. Qu’ils sont là pour l’aider. Evidemment, le forgeron remarque le sourire de fierté qui se dessine sur le visage de Jakob à l’évocation de ses talents de chasseur et il est content de son petit effet. Mais il est aussi assez rassuré de voir que le pêcheur est capable de prendre sur lui, de se calmer pour réfléchir et rester en capacité de gérer la situation malgré tout ce que cela doit évoquer en lui. Finalement, avant de lui répondre, Jakob dépose son manteau sur ses épaules afin de la couvrir puis il lui dit qu’ils feraient mieux de la ramener au village où elle serait en sécurité et où elle pourrait être soignée. Et bien sûr, Nox acquiesce. Le forgeron est plus que d’accord avec cette idée. Ils ne doivent pas trop traîner ici. A priori, la jeune femme semble avoir réussi à fausser compagnie à ses geôliers. Il en est arrivé à cette conclusion tout simplement en se disant que personne parmi les grounders capables d’une telle chose n’aurait abandonné sa proie comme ça. Ce qui signifie que quelqu’un la cherche peut-être. Et Nox a bien conscience que ni lui, ni le chef de village sont de grands guerriers. Alors il faut qu’ils bougent. Au village, ils seront à l’abri. Personne ne pourra venir l’exiger sans s’exposer aux règles imposées par Jakob. Et à l’autorité de Feyn leur chef de clan. Et il y a cette marque. Nox a l’impression de l’avoir déjà vu. Mais il a beaucoup voyagé. Et il a vu et appris beaucoup de choses. La comme ça, ça ne lui revient pas. Mais ça n’indique rien de bon. Définitivement, il faut se déplacer.

A sa question, Nox la regarde. Pourquoi ? Pourquoi quoi ? Pourquoi l’aident-ils ? Pourquoi l’a-t-on torturé ? Pourquoi est-elle là, seule, dans cet état ? Difficile à dire. Vraiment difficile à dire. « Nous ne sommes pas tous des monstres… Loin de là. ». Il la sonde du regard le forgeron. Les hommes des montagnes sont trop loin pour que ce soit eux. Les skaikrus ne feraient surement pas cela aux leurs. La plupart d’entre eux ne savent même pas se battre. Cela laisse une certaine quantité de grounders capables de ce genre de chose. Il se souvient l’homme d’une épique pas si lointaine où les guerres faisaient rage entre les clans. Les guerres, les combats et la barbarie. Oui… Les hommes ont détruit la terre avec leurs bombes et durant des années, ils ont continué à se battre et à s’entretuer sans tenir compte des erreurs du passé. Il reprend la parole : « Nous ne pouvons pas rester là, nous sommes trop exposés… ». Il relève son regard sur Jakob mais c’est bien à la jeune fille qu'il parle. Il ne lui laisse pas vraiment le choix cependant, il l’informe juste de ce qu'il propose de faire. Puis, lorsqu’elle tend la main pour caresser Snack en demandant si c’est un chien il ne peut retenir un léger sourire amusé et de répondre : « En partie surement… Les radiations ont fait le reste. Mais il ne te fera pas de mal… ». Tout comme eux. Puis finalement, il regarde à nouveau autour d’eux, guettant les environs. Pour le moment tout semble calme. Il se pourrait que ça ne dure pas. Il faut qu’ils se mettent en route. Puis, la jeune fille se présente. Enfin, l'homme ne connaît pas ce mot avant qu’elle ne se mette à tousser. Par reflexe, Nox la penche un peu vers l’avant, en la maintenant maladroitement par les bras essayant de ne pas lui faire mal. Puis, il répond : « Nox ». Et il laisse Jakob se présenter à son tour et faire ce qu’il semble mieux réussir que lui : lui adresser des mots gentils, plus doux que l’air brute et brusque de Nox. Finalement il rajuste un peu les sangles de cuir sur son torse et dit : « Si tu ne peux pas marcher, je te porterai. ». Il n’y a pas d’agressivité ou de jugement dans ses mots, un simple constat. Et il se doute qu’elle risque d’avoir besoin d’aide. Il la lui fournira sans jugement, sans rechigner. Il a l’air monstrueux comme ça, mais ça n’est qu’un air. Dans le fond, c’est un gentil Nox.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 23:00

on this ground i lay motionless in pain


Jakob & Nox & Luka

Nox le dit lui-même, nous sommes bien trop exposés pour rester ici dans la forêt. Je relève les yeux pour regarder aux alentours tout en essayant de percevoir un bruit étranger mais rien ne vient. Mais cela ne veut pas forcément dire que celui – ou ceux – qui ont torturé cette pauvre femme sont loin. Si elle leur a échappé, ils viendront sans doute la chercher et nous devrions partir avant qu’ils ne finissent par nous tomber dessus. Même si Nox est imposant et peut faire un peu peur, je doute que l’on puisse tenir tête à plusieurs guerriers s’ils venaient à nous menacer. Retourner au village me semble donc la meilleure solution, ne serait-ce que pour prendre soin de cette jeune femme qui en a bien besoin. L’eau donnée par Nox semble déjà la requinquer un tout petit peu puisqu’elle arrive à s’assoir et à nous demander pourquoi. Pourquoi quoi ? Pourquoi on l’aide ? C’est ce que semble penser Nox puisqu’il lui répond que nous ne sommes pas des monstres.

Je l’observe un peu plus en détails pendant que Nox lui parle du chien. Elle semble ignorer ce qu’est l’animal et c’est vrai qu’il est un peu bizarre, mais dans son regard je vois bien que c’est la première fois qu’elle voit une chose comme ça. Si on ajoute le fait qu’elle parle la langue des anciens et qu’elle semble se méfier un peu de nous, je me demande si elle n’est pas skaikru. Elle a des tatouages comme les nôtres mais peut-être qu’on les lui a faits. Je ne sais pas trop quoi penser… Mais si elle est skaikru, elle est bien loin de chez elle, au milieu de cette forêt près de nos terres et c’est à se demander comment elle est arrivée là. Puis elle donne son prénom, Luka, quatre petites lettres qu’elle a du mal à prononcer et qui la font tousser un peu plus. C’est difficile de la voir comme ça, j’ai l’impression qu’elle va se briser à chaque geste qu’elle fait et ça me fait de la peine. Nox me fait sortir de mes pensées en prononçant son prénom à son tour, alors je fais de même, doucement. « Jakob. » Je n’en dis pas plus, je pense que l’endroit d’où nous venons lui importe peu. Et Nox propose alors de la porter si elle ne se sent pas capable de marcher et sur le coup je suis content qu’il soit là. Il est bien plus imposant que moi, même si je pense que j’aurai pu la porter moi-même, vu la maigreur de son corps. Alors je remets mon sac sur mon dos et je regarde la jeune femme. J’ai presque envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter. « Nous allons te ramener dans mon village. Et celui qui t’a fait ça ne recommencera plus. » Je pourrais lui demander qui, qui lui a fait ça, mais je doute qu’elle n’ait envie de répondre à cette question pour l’instant. Alors je lui tends doucement la main pour l’aider à se redresser si elle en a la force. Sinon, Nox la portera.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mar 13 Sep - 23:44


— on this ground i lay motionless in pain —
« Nous ne sommes pas tous des monstres… Loin de la. » l’homme en aurait pourtant la carrure, mais elle n’était pas sotte Luka, et surtout elle sait que le démon se cache souvent dans ceux qui n’en ont pas l’apparence. Elle sait. Des choses. Elle sait. Ce qu’elle a vécu. Et elle sait que sa mère était l’un de ces démons au quel on aurait donné dieu. Elle sait que la femme aux yeux clairs et l’autre femme qui la torturaient étaient belles à a se damner, et n’avaient rien du monstre, ou du colosse. Elle sait. Alors elle fixa quelques instants le géant qui parlait, et elle hocha la tête pour montrer qu’elle comprenait. Elle aurait aimé, tellement aimé pouvoir parler, pouvoir exprimer tout ce qu’elle ressentait, mais elle n’était pas sure de pouvoir le faire. Elle n’était pas sure vraiment de leur faire confiance, meme si son instinct lui disait qu’elle serait déjà morte sinon. Et de toute façon au fond, qu’est ce qu’elle avait à perdre ? Alors pourquoi oui ? Mais ils ne répondaient pas vraiment, et ils parlaient entre eux, et elle ne comprenait pas tout, mais ils parlaient de ne pas rester exposés. Est ce qu’il y’avait une guerre ? Est ce que c’était pour ça qu’elle avait tant souffert parce que des clans n’arrivaient pas à se mettre d’accord ? Il avait des beaux yeux le plus jeune, celui qui faisait moins peur un peu peut être. Mais l’autre parlait d’avantage, et elle voulait les croire, elle voulait croire qu’ils pouvaient l’emmener dans un endroit où elle serait en sécurité. Bien qu’elle ne sache plus vraiment ce que cela voulait dire.

Alors elle se focalisa sur l’animal. Chien. C’était un chien. Et elle n’en avait jamais vu ailleurs que dans les télés et dans les livres. Alors elle tenta de tendre la main, malgré le mal que ça lui faisait, et elle fit un geste comme pour caresser l’animal. C’était un peu comme caresser les cheveux de quelqu’un, elle connaissait ce geste, elle l’avait souvent fait, sur l’Arche. Elle avait eu des compagnons, des compagnes, qui avaient les cheveux aussi rêches parfois. C’était un souvenir. Elle tenta de s’y accrocher, mais des yeux vinrent interférer et elle lâcha la bête comme si elle la brulait. C’était vrai sans l’être. C’était juste son bras qui faisait mal tendu, et elle hocha la tête à nouveau, comprenant ce que le chauve disait. « Mutation. » Un jour, elle retrouverait le sens de la parole, et sa capacité à s’exprimer clairement, alors elle pourrait parler avec eux et leur montrer qu’elle n’était pas stupide. Malgré toute la souffrance c’était quelque chose à quoi elle pensait, dans son orgueil un peu peut être. Elle voulait communiquer. C’était un acte humain, qu’elle avait fait avant de partir, qu’elle avait toujours fait et que parfois elle avait trouvé stupide. Mais elle ne trouvait nécessaire maintenant qu’elle en était dépourvu. Elle ferma les yeux. Toussa. L’homme musclé l’aida et elle s’accrocha de sa main valide au bras musclé qui la tenait. Il devait être un guerrier. Quelqu’un de fort et de fier.

Ils se présentèrent les hommes. Nox. Jakob. « Nox, noctis. La nuit. » Connaissance inutile qui lui échappa. Ça ne servait à rien, mais ça la faisait se sentir un peu mieux. Elle était Luka. Elle savait qui ils étaient. Et elle fixa le chien aux yeux idiots. « Et lui ? » C’était les bases d’une conversation, et c’était peut être cette civilité dont elle avait besoin. Ça viendrait plus tard peut être ? Ils voulaient la bouger. L’amener elle ne savait où. « Ton village ? » Elle voulait savoir, meme si ça la crevait. Alors, elle essaya de se lever, trébucha, et tomba sur ses genoux. « Je peux le faire. » Et cette fierté stupide encore. Et cet hybris. Elle grogna. Tenta de se lever à nouveau. « Est.. Est ce … Loin ? » Parce que si elle tenait en tremblant comme une feuille, enroulée dans le manteau trop grand pour elle. Elle n’arriverait pas à marcher. Il lui faudrait l’avouer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mer 14 Sep - 0:16


On this ground I lay motionless in pain

Luka & Jakob – 22 décembre

Mutation. Malgré son état, elle a une compréhension assez fine de ce qu’ils disent. Suffisante pour comprendre ce que les radiations entrainent. Et pour l’exprimer. Peut-être que sur la route elle pourra retrouver quelques forces supplémentaires pour leur expliquer qui elle est et d’où elle vient. Pour que les deux hommes puissent savoir un peu ce qui les guette. Il faudra la ramener au camp Jaha. Il faudra prévenir Heda. Et rapidement, si possible. Et il faudra découvrir qui lui a fait ça. Mais d’abord, il faut la mettre à l’abri, la soigner. Qu’elle puisse reprendre des forces. Le calme paisible n’aura pas duré. Mais ça Nox s’en doutait. Il l’aurait gagé le jour du banquet, quand il a discuté avec Sethen. Lorsqu’il se présente, elle répète son prénom ainsi que d’autres. La nuit ? Vraiment ? Qu’est-ce ? Une signification ? Une traduction ? Un délire dû à son état ? Il ne sait pas. Il lui demandera un jour. Mais pas maintenant, ils n’ont pas vraiment de temps pour ça. A son tour, Jakob se présente. Maintenant, ils savent tous qui sont les autres. Enfin surtout elle. Même s’il doute que le fait de savoir leurs prénoms ne la rassure sur leurs intentions. Et à sa question, Nox la regarde puis regarde le chien : « Lui c’est Snack. ». Sur le moment, il ne pense pas qu’elle pourrait prendre peur en entendant le prénom. C’est de l’humour. Et depuis le temps, Nox n’a plus besoin de chercher à le manger. Il a tout ce qu’il lui faut à portée de la main. Pas besoin de le tuer. Plus besoin. Et puis, honnêtement, il n’est même pas sûr qu’il aurait pu le faire. Snack tend un peu la tête lorsqu’elle le caresse. L’animal est surprenant. Nox ne lui donne pas réellement d’affection : il passe son temps à lui râler dessus. Pourtant il s’accroche et il est étonnamment affectueux avec certaines personnes. A croire qu’il le sent. Avec Luka comme avec Sethen.

Puis, Jakob lui dit qu’ils vont la ramener dans son village. Et que la personne qui lui a fait tout ça ne recommencera pas. Le forgeron les regarde tous les deux. Elle reprend l’explication en posant une question. Mais Nox ne comprend pas bien ce qu’elle veut savoir. Il regard Jakob. Le chef de village tient le coup mais il a l’air ébranlé quand même pas la jeune femme et par ce qu’il voit. Pour lui, ça n’est pas étonnant vu ce qu’il a vécu. Alors qu’elle essaie de se relever, elle tombe mais tout de suite elle dit qu’elle peut le faire. Elle veut le faire en tout cas. Alors Nox la laisse faire. Puis, une fois qu’elle réussit enfin à se mettre debout, elle demande si c’est loin. Elle a l’air tremblante. Nox doute sérieusement qu’elle puisse marcher autant de temps. Alors il commence par expliquer : « Le village de Jakob s’appelle Lext. Là-bas, nous pourrons te soigner, tu pourras te reposer, boire et manger. Et quand tu iras mieux, nous te ramènerons chez toi. ». Il a compris qu’ils étaient trop avares en informations. Nox ne parle pas beaucoup. Depuis quelques minutes il parle beaucoup plus que d’habitude. Parce que Luka en a besoin. Alors il le fait pour l’aider. Comme il aiderait sa sœur. Puis, à sa question il répond : « Quelques heures de marche, ça va être long… ». Il marque une pause puis il dit : « Tu peux t’appuyer sur moi. Et quand tu seras trop fatiguée, je te porterais. Tu as l’air solide, je suis sûr que tu y arriveras. ». D’où ça sort ça ? Nox regarde Jakob à nouveau. Il se demande s’il a bien fait de le faire. Il se demande s’il ne passe pas pour un idiot ou pour autre chose. Pour un faible ? Il ne sait pas vraiment ce que c’est. De l’affection ? De la protection ? En tout cas, l’ensemble de ses enseignements lui ont appris que les gens apprennent plus vite lorsqu’on leur laisse la possibilité de faire les choses par eux même. De repousser leurs limites, de se dépasser. Même si elle est faible, elle a eu envie de se lever et il devine parfaitement pourquoi. C’est pour ça qu’il lui laisse la possibilité de marcher un peu, par elle-même jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Même si ça n’est que quelques pas. Il n’est pas très doué avec les gens, au final, il se sent un peu idiot là, le forgeron à proposer des choses pareilles. Il aurait dû la porter sans lui laisser le choix. Il lève le regard sur Jakob à nouveau pour voir s'il a oublié quelque chose, parce qu'il a surement oublié quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mer 14 Sep - 0:48

on this ground i lay motionless in pain


Jakob & Nox & Luka

Elle semble attirée par l’animal. En même temps, vu la bête, c’est normal qu’elle soit intriguée par cette chose étrange qu’elle n’a sans doute jamais vu. Le chien de Nox – si on peut vraiment appeler cela un chien – est un peu bizarre mais il n’est pas méchant. Il a aussi un nom étrange et lorsque la jeune femme le demande, je ne peux qu’esquisser un sourire. Ça semble être une conversation basique, presque normale malgré les circonstances et on oublierait presque qu’on se trouve au milieu de la forêt et qu’on vient de la découvrir, recroquevillée sur le sol dur et froid. C’est étrange et encore plus quand Nox, habituellement si peu bavard, parle à nouveau pour lui expliquer ce que nous allons faire. Le village n’est pas très loin, à quelques heures de marche tout au plus, mais ce que nous avons fait à deux en bonne forme, nous ne pourrons le faire à trois avec elle. Même si elle met toute sa bonne volonté et le peu de forces qu’il semble lui rester pour tenter de se relever, en se disant qu’elle peut le faire. Alors j’esquisse un petit sourire réconfortant. « Tu peux le faire. » Je l’admire, parce qu’elle n’a pas l’air en forme du tout et j’ai sans cesse cette impression qu’elle va se briser à chaque pas qu’elle va essayer de faire. Mais elle est forte.

C’est bête mais j’aimerais lui dire qu’il y a quelques temps j’étais comme elle, affaibli et affamé – avais-je le même aspect fragile en sortant de la montagne ? Et que ça finira par changer, qu’elle reprendra des forces et qu’elle sentira bien plus son corps qu’à présent. J’aimerais aussi pouvoir lui dire qu’elle oubliera ce qu’il lui est arrivé, mais je doute qu’elle oublie un jour. Même moi qui essaye de m’en convaincre et de mettre ce qu’il s’est passé dans la montagne de côté, je n’y arrive pas. Je pensais y être arrivé, mais de toute évidence certaines choses me reviennent encore en mémoire. Mais je ne saurais pas l’exprimer de façon à ce qu’elle le comprenne, alors je ne dis rien. Je me contente de rester silencieux – pour une fois – et d’écouter Nox qui parle suffisamment pour nous deux maintenant. Il lui explique, la rassure et l’encourage. C’est étrange venant de lui, il ne montre jamais autant de sentiments aux gens. Et tandis qu’elle se tient difficilement debout, je me redresse aussi et reste à ses côtés tout en regardant les alentours. Une question me vient à l’esprit, quelque chose que Nox n’a peut-être pas pensé en la trouvant ainsi. Alors je la regarde et je pose la question. « Etais-tu seule là-bas ? Etais-tu seule quand tu es partie ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mer 14 Sep - 13:02


— on this ground i lay motionless in pain —
«  Ssssnaq . »  Elle repete le mot qu’il a dit, mais elle ne le comprend pas vraiment, et puis soudain, ça brille dans sa tête, c’est comme une nouvelle révélation,  et elle ouvre très grand ses yeux. Choquée. Ce mot lui dit finalement quelque chose, meme si sur l’arche ce n’était pas un mot qu’ils avaient l’habitude d’employer.  Enfin, l’essentiel était la, elle comprenait le mot, et elle fronça les sourcils, sans réellement savoir comment elle devait réagir.  Et elle aurait voulu plaisanter, avec une de ses repliques bien senti, avec un jeu d’humour qu’elle avait tellement l’habitude de faire sur l’arche, mais c’était comme ça, elle bloqua quelques petites secondes, puis elle hocha la tête. «  Pas très comestible. »  Un jour, dans le futur elle leur prouverait qu’elle savait mieux parler que ça, qu’elle était une femme très civilisée, avec beaucoup plus de vocabulaire et de syntaxe que cette loque qui s’adressait à eux. Mais pour l’heure elle n’était pas en état de quoi que ce soit.  

Même pas spécialement de se lever, et pourtant elle essayait. Elle essayait et le grand chauve essayait visiblement de lui faire la conversation comme si il avait comprit qu’elle en avait besoin. Comme si il avait comprit que c’était nécessaire. Vital. Important. Oui, vital c’était probablement le mot qu’elle aurait employé si on le lui avait demandé – et si elle avait réussi à le prononcer -  Il lui expliquait donc, qu’ils allaient aller à Lext, un village, - elle oublierait le nom dans trois minutes, elle avait trop de choses à penser, et qu’ils la ramèneraient chez elle après ça. Après manger ? Manger ? Elle avait tellement faim quand elle y repensait, les pâtées abjectes qu’on lui avait donné pendant ses longues journées sans fin, lui donnaient encore envie de vomir. «  Chez moi n’existe pas. »  Et c’était peut être une des phrases les plus longues qu’elle venait de faire. «  Explosé.  Detruit. »  Ses grands yeux clairs se posèrent a nouveau sur l’homme qui parlait.  Puis sur l’autre. Celui qui vient de Lext. Elle les fixe encore quelques instants ils essayent de l’encourage, ils essayent de la pousser à se surmonter un peu, comme si ils ne voulaient pas la forcer à accepter leur aide. C’était appréciable. Vraiment.

Alors elle se leva oui, et elle hocha la tête. «  Merci. »  Ca semble peu de dire merci à deux hommes qui lui sauvent peut être la vie, - qui lui sauvent surement la vie -  mais elle ne voit pas ce qu’elle peut dire de plus, pas maintenant, pas encore.  Alors elle s’appuie un peu sur le grand colosse, et elle essaye de marcher. Elle n’allait probablement pas réussir à faire ça très longtemps, mais elle essayerait. «  Prête. »  Parce qu’il y’avait cette détermination en Luka qui ne disparaitrait jamais, malgré tout. La souffrance est un lot quotidien. On s’y fait. On vit avec.   Et alors qu’elle mord l’interieur de ses lèvres pour rester debout, le plus jeune lui pose une question qui lui fait fermer les yeux. «  Non. »   C’est un peu tout ce qu’elle trouve à dire, et elle trebuche, se raccrochant à Nox pour ne pas tomber, avec un air desolé. «  La station Aggro. »  Elle cherche un peu ses mots, et son regard pale se ternit. «  Nous avons essayé de fuir, Charles, Bryan… Tant d’autres. »   Regard perdue. Elle secoue la tête. «  Je ne sais pas où ils sont. Je ne s… Je ne sais pas. »  Et puis elle tousse encore, et tombe presque. «  Loin. Noir. »




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mer 14 Sep - 15:53


On this ground I lay motionless in pain

Luka & Jakob – 22 décembre

Jakob l’encourage. Il sait ce que c’est, lui. Il connait cette situation. Il n’y a pas si longtemps, c’est lui qui était à sa place. Alors Nox le laisse faire, sans un mot. Il sait que le pêcheur saura comment se comporter avec elle pour la simple et bonne raison qu’il est toujours là, il tient le coup et il l’aide comme il peut. Peut-être même mieux que saurait ne le faire le forgeron qui est plutôt rude. Comme il s’y attendait, le nom du chien a choqué la jeune femme. Il ne s’en offusque pas, pour le moment elle n’est pas en état de comprendre. Et puis elle ne sait pas pourquoi il l’a appelé comme ça, c’est normal qu’elle ne comprenne pas. Peut-être qu’un jour, Nox lui racontera. Peut-être qu’un jour, il lui dira pourquoi et comment il s’est retrouvé avec ce chien collé à ses basques. Il la regarde et lui répond à sa remarque sur le fait qu’il n’est pas comestible : « Tu as raison… Et foutument accroché à la vie, comme toi… ». Comme elle s’est relevée, Snack aussi l’a fait. Il la regarde toujours, puis, il recommence à aller fureter çà et là, il cherche. Et le forgeron ne saurait dire ce qu’il cherche. Il cherche toujours un truc différent. Et puis l’animal est complètement imprévisible. Il gage que c’est à cause de l’idiotie. Mais ça, personne ne pourrait vraiment le dire, au final. Finalement, elle ne semble pas vraiment plus effrayée par ce nom. Luka est toujours là, elle ne cherche pas à s’enfuir, elle ne se débat pas. Alors Nox est un peu rassuré. Parce qu’ils ne peuvent pas la laisser partir. Ils ne le peuvent pas non. Ils doivent d’abord la soigner et en apprendre plus sur elle. Et ensuite, ils décideront de la marche à suivre.

En réponse à ce qu’il vient de lui dire, Luka leur explique qu’elle n’a plus de chez elle. Que son chez elle a explosé. Alors, il pensé à ces villages qui ont été ravagés par les missiles lancés par les 100. Il se dit qu’elle pourrait venir de là. Mais il a du mal à y croire tout de même. Il ne sait pas bien comment il peut le savoir, c’est comme un pressentiment. Et dieu qu’il n’aurait pas voulu le ressentir ce pressentiment. Pourtant, il sait que s’il est là, ce n’est pas pour rien. Les choses n’arrivent jamais par hasard. Il reste silencieux. Parce qu’il ne sait pas quoi dire. Il ne sait pas ce que ça fait de ne plus avoir de maison. Il en a toujours eu une. Ainsi qu’une famille. Même s’il ne sait pas toujours comment se comporter envers elle. Et finalement, elle se sent prête à avancer. Alors Nox la laisse faire, même lorsqu’elle s’appuie sur lui pour avancer puisqu’il lui a proposé. Et comme il le pensait, Jakob a posé une question pour en savoir plus sur elle, que lui n’avait pas pensé à poser maintenant. Il se dit qu’au pire, elle ne répondra pas. Mais alors qu’elle fait un pas, elle trébuche et se raccroche à lui. Il lui fait un signe de tête pour lui montrer qu’il n’y a pas de souci, il était prêt à la rattraper si elle n’avait pas réussi à se maintenir debout. Puis, elle répond à la question du chef de village. Et le regard de Nox s’assombrit. S’ils n’étaient pas sûr qu’elle faisait partie du skaikru, maintenant c’est sûr. Parce que « La station aggro » ça ne correspond à rien de connu chez les grounders, ni même chez les mountain men, il en est convaincu. Il inspire un peu. Elle dit qu’il y en avait d’autres avec elle. D’autres skaikru et qu’ils ont essayé de fuir, mais dans leur fuite ils ont dû être séparé, puisqu’elle était seule lorsqu’ils l’ont trouvée. Alors Nox lève son regard sur le chien et en trigedasleng lui dit d’aller chercher s’il en trouve d’autres comme Luka. Le chien le regarde un instant, oreilles dressées comme s’il n’avait pas compris puis s’éloigne truffe au vent.

Et lorsqu’elle recommence à tousser, Nox la rattrape pour la soutenir et lui éviter de tomber. Alors il dit : « ça va aller.... On va les retrouver, d’accord ? Les autres. ». Il relève les yeux sur Jakob puis dit : « Tu es de l’Arche n’est pas ? Tu fais partie du peuple du ciel ? ». Il a besoin d’en être sur maintenant. Et il continue d’avancer, parce qu’il faut qu’il regagne Lext au plus vite. Il la soutient pour l’aider. Elle n’a plus beaucoup d’effort à faire pour marcher, mais elle doit quand même mettre un pied devant l’autre pour marcher. Quand à ce qu’elle a dit : loin et noir, malheureusement c’est assez vague. Trop pour réussir à savoir. Autour d’eux, il y a la forêt et cette région est truffée de grotte. Alors elle pourrait avoir été retenue n’importe où. Finalement, il lève les yeux sur Jakob et dit : « Je crois qu’il va falloir prévenir Feyn et Heda... Qu’est-ce que tu en penses ? ». Oui, encore une fois, il lui demande son avis. Parce que ce sont ses questions qui ont permis à Luka de leur expliquer d’où elle vient. Et que son avis est important. Oui, il l’est, le forgeron le pense vraiment. Alors il le lui montre. Tout en parlant, il continue à la faire avancer, pour le moment, ils vont assez lentement. Et dès qu'elle sera trop fatigué, il la soulèvera et ils pourront forcer le rythme.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   Mer 14 Sep - 16:30

on this ground i lay motionless in pain


Jakob & Nox & Luka

Le chien de Nox l’intrigue, mais il faut dire qu’il intrigue beaucoup de monde cet animal, avec son aspect un peu étrange et ses yeux idiots. Et quand elle répète son prénom en disant qu’il ne doit pas être très comestible, j’ai un petit rire. Il est vrai qu’aucune bête sauvage n’a réussi à bouffer cet animal et je ne tenterais pas de le faire cuire non plus. Mais ça fait plaisir à entendre, ce tout petit trait d’humour qui franchit ses lèvres, ça montre qu’elle est toujours là malgré tout et qu’elle ne compte pas se laisser abattre. Peut-être que c’est le chien qui lui redonne du courage, peut-être que les animaux ont un effet bénéfique sur les hommes. Peut-être que Nox devrait lui offrir Snack.

Et elle nous en apprend plus sur l’endroit d’où elle vient, et qui n’est plus. Il a explosé et ça me conforte dans l’idée qu’elle doit venir du ciel, faire partie de ce peuple qui a atterrit ici il y a quelques mois et qui n’a plus vraiment d’endroit où vivre à présent. Mais elle est bien loin des terres où s’est installé le Skaikru, bien loin aussi de Kalawen où elle aurait pu se rendre avec les autres membres de son clan. Je ne comprends pas et je devine au regard de Nox qu’il a du mal à faire le tri lui aussi. Je ne connais pas les skaikrus comme d’autres semblent les connaître et je pense que Nox non plus. Nous sommes trop loin des terres du Trikru pour être proches d’eux et malgré les diverses conversations que j’ai pu avoir avec eux à Kalawen, je ne suis toujours pas au courant de tout. Mais je sais que la station Agro n’est pas celle qui est arrivée sur les terres du Trikru, du moins ce n’est pas le nom que m’a donné la jeune fille lorsqu’elle m’a expliqué ce qu’était cette Arche – parce que oui, j’ai été curieux et j’ai posé des questions. Alors je l’écoute, surpris, quand elle nous explique qu’ils ont essayé de fuir à plusieurs et je relève les yeux pour regarder à nouveau autour de nous. Nox envoie le chien chercher d’éventuels survivants dans les bois et rassure la jeune femme, mais quelque chose me fait douter de trouver quelqu’un d’autre maintenant. Et Nox lui demande confirmation avant de me dire qu’il faudra prévenir Feyn et Heda. Je réfléchis quelques secondes. « J’enverrais Six prévenir notre chef lorsque nous serons au village. » Et ça ne va sans doute pas lui plaire.

Je regarde Luka, appuyée sur Nox. Elle semble inquiète pour ses amis et c’est normal. S’ils ont aussi réussi à fuir, ils doivent être dans le même état qu’elle et j’espère qu’ils tomberont sur des gens qui les aideront. Ou éventuellement sur Snack. Mais peut-être qu’en attendant, quelque chose pourrait l’aider à tenir. « Je ne sais pas où sont Charles et Bryan, et les autres qui étaient avec toi. Mais d’autres de ton peuple sont vivants, à l’est d’ici. » Je la regarde et j’esquisse un petit sourire d’encouragement. « J’ai rencontré une fille il y a peu, une enfant qui est arrivée ici avant les autres. » Ca, c’est encore un peu brouillon dans ma tête puisque j’étais sous la montagne quand ils sont arrivés, mais j’ai bien compris que les enfants avaient été envoyés avant les adultes. Et heureusement, sinon je serais probablement mort dans ma cage. « Harper, c’est son prénom. » Elle la connait peut-être.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain   

Revenir en haut Aller en bas
 
nox&jakob | on this ground i lay motionless in pain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Creutzfeldt-Jakob
» Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43
» Test de Haunting Ground ! Par Jane Aden
» AIRBORNE-COMMAND 1943
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: HORS RPG :: Archives RP - V1-
Sauter vers: