AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 those word i haven't said... yet | lizz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Anna Torv
Bravoure :
1534
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: those word i haven't said... yet | lizz   Ven 8 Juil - 11:48

La conversation avec Keenan avait épuisé le soldat – ancien soldat ? soldat déchu ? -  à tel point que Rhodàn s’était rendormie comme la loque qu’elle était finalement, une fois que celle ci était partie. Une sieste, un repos de quelques heures et elle avait de nouveau ouvert les yeux sur son appartement vide et propre, décidée à se reprendre en main une bonne fois pour toute. Alors, elle était allée prendre une nouvelle douche – elle ne les comptait plus, en l’espace de deux jours elle avait du en prendre au moins quatre -  froide, avant d’aller s’entrainer sous les regard suspicieux et dégoutés parfois de ses anciens collègues. Pour le moment, elle avait bien réussi à les ignorer, concentrée qu’elle était sur le mannequin sur qui elle tirait. Combien d’heures passèrent ? Elle ignorait combien de temps elle était restée la bas, mais retournant dans ses appartements, presque épuisée, mais a moitié soulagée aussi, soulagée d’avoir pensée à autre chose, soulagée d’avoir eu une espèce d’après midi normale. Soulagée, parce qu’elle n’avait pas pensé à grand chose finalement. Alors oui, rentrant dans ses appartements elle prit une nouvelle douche pour se rafraîchir,  rapide, pour ne pas avoir le temps de trop penser. Et finalement elle se retrouva quelques heures, quelques minutes ? plus tard, en tailleur sur son canapé, fixant un verre de jus de fruit et un livre, réalisant qu’elle était toujours la, qu’elle était toujours en vie, et que quoi qu’elle puisse faire ce fait ne changerait pas.   Il était temps d’apprendre à vivre peut être. Il était temps aussi de réparer ses erreurs, et de se faire à ces changements. La conversation avec Keenan repassa dans sa tête, et elle se revit sermonner l’asiatique d’une manière qui avait pu paraître pour le moins injuste. Une chose était sure pour l’ancienne capitaine, elle avait des excuses à faire, et pas seulement à Keenan, ainsi que des remerciements à donner.

C’est ainsi, que plus décidé que jamais – du moins d’avantage décidée que dans les dernières semaines – elle se dirigea vers la salle à manger pour récupérer des morceaux de gâteaux ou quelque chose comme ça. Quelque chose de … gentil ? D’amical ? Elle n’avait pas trop l’habitude de ces choses la en fait. Et si elle avait eu une vraie amie, une à qui elle n’avait jamais menti, c’était bien des années auparavant et la raison de son état présent à vrai dire. Non. Elle ne voulait pas y penser.  Soit. Elle secoua la tête, entra fièrement dans la salle où certains étaient déjà en train de manger, et allait se diriger vers les plats avec l’air plus determiné que jamais, ignorant un peu le monde qui l’entourait. Ignorant éventuellement la présence de la raison initiale de sa venue ici. Et si il y’avait encore ou encore des regards mauvais ou d’autres – plus rares – emplis de gratitude qui se posaient sur elle, elle les ignorait aussi. Elle avait cette tarte en vue, et elle irait en récupérer un morceau. Ensuite, elle prendrait la tarte avec elle, pour aller présenter ses remerciements à qui le méritait. Tant de choses restaient encore à dire peut être. Et si elle avait agit comme une pauvre conne ces derniers jours, elle était determinée à changer.

_________________

I'M LOST AGAIN - I WON THE WAR
As you can see, when you look at me, i'm pieces of what I used to be. It's easier if you don't see, me standing on my own two feet. I'm taller when I sit here still, You ask are all my dreams fulfilled they made me a heart of steel, The kind them bullets cannot see (c) moonday girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Georgina Haig
Bravoure :
1054
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Dim 10 Juil - 17:47

Dès que Rhodan rentra dans la salle commune, Lizz la vit. Comment ne pas le faire ? Il n’y avait pas d’explication et l’enfant qui avait grandi trop vite préféré ne pas songer à celle-ci. Cela la mettrait de plus mauvaise humeur, elle qui était déjà maussade. Dans le début de la journée, après ne pas avoir pu retrouver la traitre (celle-ci occupée avec quelqu’un d’autre), Lizz avait été interpellée par une brune qui avait une trop grande curiosité, beaucoup d’idées dans la tête et un manque cruel de notion de survie. Venir pour une confrontation n’avait pas été la meilleure des choses à faire, surtout qu’une accusation avait été faite, sur l’affiliation de la jeune Heath. Elle, une rebelle ! Ah, la bonne blague. Était-ce ainsi que les gens la voyaient, depuis qu’elle passait son temps avec Rhodan ? N’avait-elle pas fait assez, tout au long de sa vie, pour se débarrasser de l’étiquette que sa sœur lui avait imposé avec sa mort ? L’idée même qu’elle puisse être considérée ainsi la rebutait au possible.

Alors, quand elle vit la raison de tout ceci apparaitre dans la salle commune (là où Lizz avait fui pour ne pas se retrouver devant Harrell) un semblant de rage s’éleva de sa poitrine. Elle secoua la tête pour elle-même, se replongeant dans sa lecture. Mais de temps à autres, son nez sortait de ses pages pour suivre la figure de Rhodan. C’était inconscient et dès que Lizz s’en rendait compte, l’agacement reprenait ses droits. Elle pestiférait contre elle-même, avant de se forcer à se forcer à se reconcentrer sur le bouquin qu’elle tenait entre ses mains. A la cinquième fois, elle abandonna entièrement l’idée qu’elle arriverait à finir son chapitre, abandonna l’idée qu’elle serait en paix. Après un certain temps à observer un point qui n’existait pas contre le mur, elle se releva finalement, décidée à retourner chez elle. C’était terrible, de ne pas pouvoir simplement se réfugier chez ses animaux pour la seule excuse qu’elle ait une rougeur sur sa joue.

Lizz n’aurait pas dû tenir Rhodan comme responsable, surtout avec la conversation qu’elles avaient eue la veille. Mais le fait qu’elle soit confondue par une rebelle (la notion avait-elle encore raison d’exister, à présent que Cage était tombé ?) l’horripilait au plus haut point. Elle n’était pas d’humeur à échanger avec les autres, encore moins avec celle qui avait été la meilleure amie d’Andréa, car les mots se seraient échappés, venimeux et dangereux. Cependant, sur le point de quitter la salle commune, elle fut bousculée par une personne, car comme à son habitude, elle marchait en regardant ses pieds, s’inquiétant peu de ce qui se trouvait devant elle. Alors, quand elle remarqua les pointes blondes de l’uniforme, son estomac se noua. Et comme il était plus facile de retomber dans les habitudes, son regard bleu ne remonta que jusque l’épaule de Rhodan. Puis, elle se détourna d’elle, échappant un petit « hm » désapprobateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Anna Torv
Bravoure :
1534
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Mar 12 Juil - 10:03

Elle ne l’avait pas vu en rentrant. C’était peut être un mécanisme de défense, c’était peut être quelque chose qu’elle avait apprit, rester fixée sur ce qui était son but et oublier le reste. Elle avait du le faire durant de longues années, durant plus de 4000 jours et finalement, même si els choses changeaient, elles continuaient à rester les mêmes. Elle continuait à ignorer le monde quand elle était rivée sur une tache, parce qu’elle savait que le monde ne pouvait que la ralentir, qu’être un problème pour elle. Elle ne le voulait pas. Non, ce qu’elle voulait elle, c’était être tranquille, et avoir un nouveau but à sa vie. Elle n’en avait pas. Pas vraiment. Mais elle avait un but pour la journée et c’était tout ce qui comptait. Alors elle avançait d’un air determiné vers les tartes. Jusqu'à ce qu’elle ne bouscule quelqu’un et qu’une odeur familière – qu’elle n’aurait pas voulu familière (du moins se le prétendait elle) – ne parvienne à ses narines, au milieu des odeurs de nourriture. « hm. » La voix ne laissait pas de place au doute, et même si ce n’était pas vraiment une parole qui s’échappa, cela suffit à ce que la posture de Rhodàn change un peu. Ses épaules se raidirent, et elle eut cette lueur perdue qui réapparu dans son regard clair. « Lizz. » il fallait qu’elle prenne sur elle maintenant. Elle s’était préparée, elle savait qu’elle avait prévu de la voir dans la journée de toute façon, qu’elle avait prévu d’aller lui présenter excuses et remerciements. Mais elle avait prévu de faire ça en ses termes, et elle ne s’était pas attendu à être coupée ainsi dans son élan.

Elle prit sa respiration, et tenta de glisser sur son visage quelque chose qui ressemblait à un sourire. Ce n’était pas facile, pour elle. Et si elle avait une fois de plus cette sensation de ne pas contrôler ses mouvements et les actes qui lui arrivaient, elle se sentait perdue. Tellement perdue. Le contrôle sur la vie qu’elle n’avait jamais eu, partait de plus en plus. Elle serra le pan de sa chemise dans un tic qu’elle avait depuis des années, et elle tenta de se reprendre. Reprendre contenance. « Je ne m’attendais pas à te croiser ici. » Et c’était pathétique, comme conversation. Ses épaules s’affaisserent un peu. « J’allais venir te voir. » Finalement, elle opta pour la vérité. Et si elle ne pensait pas que le milieu de cette salle où elles attiraient les regards soit le meilleur endroit pour parler, elle voulait cependant lâcher ce qu’elle avait à dire. « Je voulais te remercier pour la journée d’hier. » C’était sorti. Et comme une ecluse qui ne se fermait plus, elle lâcha encore quelques paroles. « Comment vas tu ? » Avait elle le droit de le demander, alors qu’elle l’avait condamnée à des jours de quarantaine parce qu’elle avait été stupide ?

_________________

I'M LOST AGAIN - I WON THE WAR
As you can see, when you look at me, i'm pieces of what I used to be. It's easier if you don't see, me standing on my own two feet. I'm taller when I sit here still, You ask are all my dreams fulfilled they made me a heart of steel, The kind them bullets cannot see (c) moonday girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Georgina Haig
Bravoure :
1054
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Mar 12 Juil - 11:22

Lizz était déjà en train de partir, de faire subir à Rhodan une punition dont elle ne connaitrait probablement pas l’origine, car elle n’en avait définitivement pas envie d’en parler. Et elle fut soulagée de ne pas sentir de main qui la rattrape. Vraisemblablement, la traitre, aujourd’hui, ne serait pas que traitre de la montagne, elle le serait également de Lizz (ce n’était pas grave, elle en avait l’habitude). Puis, il y eut son prénom, de manière un peu perdue, égarée, confuse. Tellement typique de Rhodan. Ca n’aurait pas été suffisant pour la retenir, non ? Il fallait croire que si, car Lizz s’arrêta, clouée sur place et il y eut ce sentiment, tellement typique de ce que lui inspirait Rhodan. C’était tellement détestable. Vraiment ? La colère fut là, inévitable, car elle avait rôdée dans ses veines, loin d’être calme après l’échange avec Harrell. Et elle la sentit gronder en elle, haussa un sourcil devant le sourire de Rhodan. « Je ne m’attendais pas à te croiser ici. » Ce n’était qu’ennui chez Lizz, qui serra les dents, retint une remarque sarcastique. Car ça aurait été laisser un indice sur ce qu’elle pensait vraiment et elle craignait aussi que, dès la seconde où elle ouvrirait ses lèvres, il n’y aurait qu’un flot de rage qui s’en échapperait.

« J’allais venir te voir. » Elle se mordit l’intérieur de la joue, l’enfant qui avait grandi trop vite. « Je suis passée dans la matinée, tu avais l’air occupée. » C’était monotone et plat, c’était l’automatisme de Lizz dans lequel elle se complaisait, ce néant qu’elle préférait au trop-plein d’émotions qu’elle ne savait pas gérer. & il n’y eut aucune question, sur la personne qui avait tenue compagnie au traitre ce matin. Ce n’était pas son droit de savoir Tu en es sûre ? Et si se retenue lui brulait les lèvres, il y avait d’autres brulures en elle avec lesquelles elle avait appris à vivre. Etre mise sur le côté de la vie de Rhodan, Lizz le ferait très bien. Qui sait ? Elle arriverait même à y prendre goût. « Je voulais te remercier pour la journée d’hier. » Ce fut plus rapide qu’elle, trop fort pour qu’elle ne puisse le garder en elle. « Tu as déjà moins l’air d’un déchet. » C’était facile, ça, elle pouvait le faire. La condescendance pour ne pas montrer qu’elle s’inquiétait. Même si elle se doutait, oui, que Rhodan n’était plus dupe. Lizz avait accepté le fait qu’elle se soit attachée à l’autre blonde, et maintenant c’était douloureux, de voir les conséquences, les affiliations que quelques esprits trop curieux arrivaient à faire.

« Comment vas tu ? » Il y eut un soupir, un peu agacé, alors que sa main venait frotter sa blessure à l’avant-bras qui cicatrisait un peu plus chaque jour. « Mal. » Elle n’allait pas se cacher, elle n’allait pas se détourne de ça. Elle ne pouvait pas, et si Rhodan avait accepté de venir lui parler – combien elle ne l’avait pas vu dans la salle commune qui n’était pas si grande que ça, avouons-le – elle connaissait bien assez la jeune Heath pour savoir qu’il y avait un risque constant, que le monde de Lizz se retourne contre elle. « Harrell est venue me voir aujourd’hui en pensait que je faisais partie des rebelles. Tu m’expliques pourquoi elle pense ça ? » C’était toujours froid, mais son ton était monté. D’ailleurs, l’un de ceux qu’elle reconnaissait comme faisant partie de ce mouvement illicite (qui n’était plus si illicite que ça, depuis que Mont Weather avait été ouvert) s’approcha, pour tenter de calmer Lizz. Ressemblait-elle à une bombe à retardement. Quoiqu’il en soit, elle se tourna vers ce nouvel intrus, qu’elle menaça de son doigt. « Ne te mêles pas de ça. » Et ce n’était pas que la menace, qui planait dans son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Anna Torv
Bravoure :
1534
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Jeu 14 Juil - 10:03

Pourquoi est ce qu’a chaque fois qu’elle voulait faire quelque chose de bien, les choses tournaient toujours en sa défaveur ? Elle voulait simplement venir prendre quelque chose, aller parler à la blonde en ses termes, mais non, elle était tombée en face d’elle, et Lizz était la, avec son regard si caracterisque, et provoquant comme à chaque fois la même réaction chez Rhodàn. L’envie de la proteger. La honte de ce qu’elle avait fait. Et ce sentiment mitigé qui la poussait à toujours vouloir aller vers elle malgré les mots cruels qu’elle pouvait lui assener. Alors elle ne la laissa pas partir, elle aurait pu le faire. Elle aurait peut être du, elle y serait allée plus tard. Elle.. Non, c’était trop tard. Comme à chaque fois avec Lizz, elle parlait trop vite, elle oubliait parfois de reflechir. Et c’était dit. Elle allait venir la voir. Elle… Tsssk. Elle se giffla interrieurement, mais ne laissa rien paraitre. Rien d’autre que son regard mi determiné, mi triste, usuel.

« Je suis passée dans la matinée, tu avais l’air occupée. » C’était plat. Il n’y’avait rien de lisible dans le ton de la blonde, et Rhodàn chercha a en trouver des significations. Elle brula un peu à l’interieur, de cette envie de lui demander si elle était jalouse ? Elle ne le fit pas. Lizz n’était pas une enfant idiote qui voulait avoir la seule priorité dans la vie du soldat n’est ce pas ? Elle n’était meme plus une enfant, et n’aurait elle pas du être soulagée que Rhodàn ne soit pas un poids seulement pour elle ? Le capitaine raidit quelque peu ses épaules. « J’étais avec une amie. Tu aurais pu toquer, tu ne m’aurais pas dérangée. » Tu ne me dérange jamais. Et c’était maladroit peut être dit comme ça. Mais une fois de plus, elle ne filtrait pas ses propos avec la blonde aux yeux sombres. « J’aurais apprécié de te voir. » Mais voila, maintenant elle était la, et c’était bien ce qui suffisait non ? Ce n’était pas la peine d’en rajouter peut être. Ce n’était pas la peine de… De quoi déja ? Elle se secoua un peu. Presenta ses remerciements, et encaissa la presque critique, le presque compliment. « Ravie de le savoir. » C’était plat à son tour, comme si elles n’étaient pas capable de mettre des emotions dans les mots qu’elles s’echangeaient finalement. Pour Rhodàn c’était un excercice qu’elle n’avait fait que trop. Il était plus facile de mentir sur ses envies quand on encaissait tout avec le même ton. «  Je me sens moins comme un déchet egalement. » Et autant reprendre ses mots n’est ce pas ? « C’est un peu grace à toi. Merci. » Et ça serait peut être une des seules choses emotionnelle qu’elle dirait, meme si le ton n’était pas toujours des plus enjoués. Et ça serait peut être la derniere fois qu’elle dirait merci.

Par contre, elle n’avait visiblement pas fini de se frapper avec des branches douloureuses. Lizz allait Mal. Et interieurerement Rhodàn sut que c’était de sa faute. Son regard se voila, elle mordit l’interieru de sa lèvre, et la confirmation ne tarda finalement pas. Une fille de la securité pensait Lizz parmi les rebelles, et les épaules de Rhodàn s’affaisserent un peu. Elle attendit, de chercher les bons mots pour repondre, tentant pour une fois de ne pas laisser les premieres reflexions filer. Elle attendit oui. Et un des rebelles debarqua, tandis que Lizz le recallait. « Laisse nous s’il te plait. » Rhodàn lui offrit un sourire désolé et contenu, et fixa ensuite Lizz. « Veux tu que nous parlions de cela ailleurs? » Elle n’apprécierait pas forcement de se donner en spéctacle, bien qu’elle n’ait pas prévu que cette conversation, du moins à ce sujet, soit trop longue.

_________________

I'M LOST AGAIN - I WON THE WAR
As you can see, when you look at me, i'm pieces of what I used to be. It's easier if you don't see, me standing on my own two feet. I'm taller when I sit here still, You ask are all my dreams fulfilled they made me a heart of steel, The kind them bullets cannot see (c) moonday girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Georgina Haig
Bravoure :
1054
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Jeu 1 Sep - 8:37

Je suis étonnée que tu puisses avoir des amis. Ca aurait été si facile, oui, de sortie ces quelques mots pour abattre Rhodan, la regarder prendre ce léger air confus et encaissé silencieusement les reproches, de cette manière si détestable que Lizz ne supportait pas. Ca serait retomber dans les veilles habitudes et combien celles-ci étaient charmantes, tentantes, l’enfant qui avait grandi trop vite ne pouvait plus se le permettre. Car l’idée, seule, la brulait et qu’il y avait des mots, terriblement risible, terriblement précieux, qui l’empêchèrent de se lâcher dans un pamphlet gratuit (mais avec Lizz, rien n’était jamais gratuit… non ?) « Tu ne m’aurais pas dérangée. » La plus jeune pinça les lèvres, haussa les épaules, alors que la ligne bleutée de son regard se déroba de la figure de Rhodan pour regarder ce point sous la clavicule, qui lui ne démontrait pas cette attente qu’elle ne supportait pas. Tu ne supportes pas grand-chose. Oui, c’était vrai. Et ça l’effrayait, Lizz, qu’elle supporte de plus en plus Rhodan. Ce n’était pas une chose à laquelle elle était habituée et elle avait toujours du mal à accepter que, de toutes les personnes sous cette montagne, ce soit la meilleure amie de sa sœur.

« J’aurais apprécié de te voir. » Elle ne leva pas le regard Lizz, non, car il y avait toujours cette colère qu’elle ressentait, de s’être fait interrogée par Harrell. Ce malgré le rouge, léger, qui lui monta aux joues, colorant la peau blanche dans un réflexe qu’elle ne contrôlait pas. Trahie par sa propre chair, elle échappa un petit « hm. » qui était moins sec, moins blessant que ce qu’elle aurait pu faire. Mais voilà, quand il était question de Rhodan, ses repères étaient déstabilisés et elle ne savait pas sur quel pied danser. Lizz était partagée entre ce besoin constant qu’elle avait d’être en compagnie du traitre et celui de lui cracher les mots à la figure. Ses propres sentiments, et cet inconnu, l’effrayaient. Elle aurait voulu que Rhodan n’existe pas, ou qu’elle meure de cette balle logée dans son ventre. Mais non, Rhodan était gravée dans sa chair, et elle était tellement soulagée que cette idiote soit en vie.

Elle ne savait pas comment le montrer, Lizz, ne voulait pas le montrer. Lâche. Probablement, elle ne s’en était jamais cachée. Ainsi, indécise, elle retomba dans ce qu’elle connaissait. Et il y avait, surtout, ce besoin que les gens arrêtent de l’associé à ces rebelles, qu’elle ne rejoindrait pour rien au monde. Elle ne pouvait pas. Blesser Rhodan était facile, supporter le dégoût personnel aussi. Même si ça brulait, le changement de ton de l’ancien capitaine, ce raidissement visible. Et des deux, il fallait se demander laquelle était plus tendue. « C’est un peu grâce à toi. Merci. » Cela vint du tact au tact. « Arrête de dire ça. » et elle l’aurait secouée, Lizz, avec ce corps qui semblait frêle, secouée jusqu’à ce que toutes les blessures du passé se rouvrent, pour pouvoir cicatriser, enfin de manière correcte. Ce murmure ne serait que le début. Le feu avait déjà dévoré la poudre et bientôt, Lizz serait consumée.

En tout cas, elle n’avait pas de raison de mentir, pas sur ça. L’explication, brève, fut donnée et puisque les rebelles ne pouvaient pas se retenir de fourrer leur nez dans tout ce qui se passait, une figure s’approcha, qui fut remise à sa place, dans des paroles qui ressemblèrent à un grondement de la part de Lizz. Ce ne fut pas suffisant (ça ne le serait jamais) et Rhodan intervint à son tour. L’éleveuse sera les poings, sentant presque la cicatrice de son avant-bras se craqueler sur les bords. « C’est ça, écoute la. » Se débarrasser d’un problème à la fois, bien qu’elle commençait à douter qu’elle arrive à se débarrasser définitivement de Rhodan. « Non, parlons-en ici. » La fureur était toujours là, sur ses lèvres dans son regard, qui retomba, finalement, sur les traits du traitre. Son traitre. Elle inspira, de cet air vicié et toujours traité par les radiations qui régnaient à l’extérieur. « Que les autres se rendent compte que je n’ai rien à voir avec vous. » Vous. Les rebelles. Les sauveurs. Les destructeurs. « Ce n’est pas parce que je m’inquiète pour toi, que j’approuve tout ce que tu incarnes. » Cette fois-ci, son regard se tourna vers la masse, celle informe qu’elle ne daignait jamais reconnaitre. Elle ne les observa pas, voyant au-delà, car ils l’indifféraient au plus haut point, jusqu’à s’arrêter sur ce rebelle, qui avait voulu la retenir. « Je ne fais pas partie de votre groupe, je ne cautionne pas ce qui a été fait et le prochain qui semble croire que j’ai la moindre chose à voir avec vous le regrettera. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Anna Torv
Bravoure :
1534
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Mar 13 Sep - 18:31

Une fois de plus Rhodan ne comprenait pas trop le problème de Lizz. Enfin, elle comprenait que Lizz souffrait et qu’elle en voulait au monde entier. Elle aussi elle souffrait, et elle… Et bien, chacun gérait les choses de la manière qu’il voulait, voilà tout. De la manière qu’il pouvait. En tout cas une chose était sure, Rhodàn méritait Lizz et tout ce que celle ci pouvait lui assener. Ou alors, le méritait elle vraiment ? Elle était détestable Rhodàn, détestable de ne pas savoir sur quel pieds danser, détestable de ne pas être fiable pour les gens qui comptaient. Et ils étaient limités. Et Lizz comptait peut être un peu trop ? Pourquoi fallait il qu’elle ait ces yeux, ce visage ? Rhodàn se concentra. Et vraiment elle aurait pu croire que Lizz agissait comme quelqu’un de jaloux. Elle ne dit rien non, juste la vérité. Elle aurait apprécié la voir, et elle savait qu’il n’y’ait aurait pas de réponse. Parce que Lizz n ‘était pas comme ça. Parce que Lizz s’en foutait probablement aussi. La conversation fila sur autre chose, la conversation avança. Il y’eut un remerciement de Rhodàn encore. « Arrête de dire ça. » c’était dit, c’était froid pour Rhodàn, et ça l’etait toujours pour elle. Elle baissa les épaules une fois de plus. Defaite. Battue. Abatue aussi.

Et vint l’explication de la colère. Etait-ce si mal que ça d’être comparé a un rebelle ? Rhodàn comprenait un peu, mais elle comprenait aussi que sans les rebelles ils seraient toujours des monstres. Mais les rebelles étaient des monstres aux yeux de Lizz, et si Rhodàn écouta sans rien dire le sursaut de colère de la jeune blonde, quelque chose se brisa à l’interieur d’elle. Lizz n’était pas Andrea. Elle ne la serait jamais. Lizz n’avait pas la fougue protectrice de sa sœur qui avait tout donné pour le bien d’une humanité que la plupart ici avaient perdus. Et l’ancien soldat, durcit sa mâchoire en fixant la femme enfant qui finissait son laïus irrité. Les autres rebelles, le type à coté d’elle, et d’autres gars de la salle les regardaient maintenant, et depuis la fin, depuis le meurtre, depuis bien avant peut être meme, Rhodan n’avait jamais apprécié qu’il y’ait trop de regards. « Nous ne promenons pas en clamant que tu es des nôtres pourtant. Si tu as un soucis avec Harrell, c’est avec Harrell que tu dois le régler. » Et c’était la première fois peut être que Rhodan reprenait du poil de la bête envers la jeune Heath. Peut être que c’était parce qu’en attaquant les rebelles c’était comme attaquer Andrea. Et que c’était au fond, le seul sujet toujours qui tiendrait à cœur de Rhodàn. Elle serra un poing en fixant la jeune femme, mais elle garda le silence après ça, jetant un regard au rebelle qui n’avait pas bougé pour le pousser à partir. Ce qu’il fit, en haussant les épaules et gromellant un peu sur les enfant capricieux et les gens qui ne savaient pas ce qu’ils méritaient. Quelque chose comme ça. Rhodan ne l’ecoutait déjà plus, elle était focalisée dans ses pensées, sur les rebelles, sur Lizz, sur Andrea aussi. Et puis finalement elle brisa le silence. « J’peux aller lui parler si tu veux. à Harrell je veux dire. » Elle prendrait un coup de poing ou un tir de revolver, mais pour Lizz, elle pouvait bien le faire.



_________________

I'M LOST AGAIN - I WON THE WAR
As you can see, when you look at me, i'm pieces of what I used to be. It's easier if you don't see, me standing on my own two feet. I'm taller when I sit here still, You ask are all my dreams fulfilled they made me a heart of steel, The kind them bullets cannot see (c) moonday girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Georgina Haig
Bravoure :
1054
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Mer 14 Sep - 16:56

Lizz la vit, parce que, pour une fois, elle regarda Rhodan dans les yeux, comme elle le faisait à chaque fois qu’elle n’était que colère et d’autres sentiments qu’elle ne maitrisait pas, n’expliquait pas. Oui, l’enfant qui avait grandi trop vite la vit, cette distance qui se créa, se forgea dans le regard du capitaine. Mais il était trop tard, les mots étaient dits et ils ne seraient certainement pas regrettés. Mais ça la peina, parce que Lizz, d’une manière un peu égoïste, supposait qu’importe les maux qu’elle pouvait blâmer envers Rhodan, cette dernière ne partirait pas. Ici, s’il n’y avait aucune marque de recul, Lizz le remarqua quand même, ce changement tant abhorré. Elle serra les poings, serra sa main sur la cicatrice encore fraiche. Mais elle ne dit rien. Elle attendit que Rhodan baisse les yeux, comme elle-même venait de le faire – car elle n’aimait pas ce qu’elle voyait, elle n’aimait pas Rhodan, mais elle avait besoin d’elle et Lizz, toujours, était perdue, incapable de donner un sens à sa vie, une explication à celle-ci. « Nous ne promenons pas en clamant que tu es des nôtres pourtant. » Lizz eut une sorte de rire silencieux indigné. Bien entendu qu’ils ne le faisaient pas. Lizz avait passé la fin de sa vie à assurer les autorités de la montagne, quand tout était paisible, qu’elle n’était pas affiliée avec cette gangrène. Ca ne changerait pas aujourd’hui, alors qu’ils portaient l’étiquète des ‘libérateurs’. Lizz les haïssait pour ce qu’ils avaient fait de sa sœur, ça ne changerait jamais.

« Si tu as un soucis avec Harrell, c’est avec Harrell que tu dois le régler. » Elle plissa un peu les yeux, Lizz, prise par surprise. C’était la réponse qu’elle voulait entendre, mais elle n’était pas habituée à ce que Rhodan lui dise ce genre de chose. C’était presque une confrontation, des paroles dignes de la jeune blonde, pas de l’ainée. « Je n’ai pas de soucis avec Harrell, plus maintenant. » C’était réglé, car aussi invraisemblable que ça pourrait paraitre aux yeux des autres, Lizz savait s’occuper de ses affaires, avec quelques paroles blessantes et des remarques sèches. Ce qui la dérangeait, c’était que quelqu’un ai pu songer qu’elle fasse partie des rebelles. Parce que tu n’es pas comme Andrea. Non, elle ne l’était pas. Lizz avait toujours été l’enfant de trop, celle sur le côté, celle oubliée. Elle n’était pas comme Andrea et ne voulait pas l’être. Lizz allait survivre, misérablement certes, mais elle était toujours en vie, et c’était déjà ça de pris. « J’peux aller lui parler si tu veux. à Harrell je veux dire. » Elle leva les yeux au ciel, Lizz, serra un peu plus ses poings, enfonça deux phalanges dans cette blessure qui ne soignerait jamais, si elle continuait de la tourmenter ainsi. « Je n’ai pas besoin de ton aide. » Ce fut crié, et le rebelle qui s’en était allé s’arrêta, pour se retourner. A nouveau, il y eut un regard inquiet et il y avait trop de regards.

Lizz secoua la tête, se retourna et quitta la salle à manger, pour un endroit où il y aurait moins de monde. Néanmoins, pour bien faire comprendre à Rhodan qu’elle l’attendait, elle continua sur sa lancée. « C’est avec ce genre de comportement que les gens pensent que nous sommes affiliés. » Car c’est sur que avec le tien, personne ne se posera de questions…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Anna Torv
Bravoure :
1534
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Jeu 15 Sep - 23:28

11 ans et 52 jours. Voilà 11 ans et 52 jours que la vie de Rhodan lui avait été arrachée et qu’elle avait senti son cœur cesser de battre dans sa poitrine. Quand elle était enfant, elle pensait que c’était des histoires stupides, qui racontaient qu’un cœur pouvait souffrir autant, par la perte de la personne qu’ils aimaient le plus au monde, mais elle avait comprit ce 1er octobre fatidique, que plus rien jamais ne serait pareil. Et peut être, qu’elle avait perdu tout espoir de vivre normalement depuis. Ça n’avait pas d’importance. Pendant 11 ans et 52 jours ou presque, elle s’était monstre insensible au monde qui l’entourait, elle s’était renfermé un peu, et avait prétendu vivre une vie qui n’était pas la sienne. Tous ses sourires, n’avaient jamais été vraiment les siens, et toutes les critques que l’on avait pu lui faire, maintenant ou avant, elle les avait encaissé. Bien sur, elle avait eu son petit caractère Rhodan, elle n’avait pas été qu’une faiblesse femme, mais elle avait apprit à encaisser, à prendre sur elle, et à ne pas trop lever la voix. Qu’on la fustige ne la dérangeait pas. Mais il y’avait un sujet, un seul sujet qu’elle ne tolerait que l’on attaque. Andrea. Et par extension que l’on critique la cause rebelle qu’Andrea avait défendu, que l’on s’en prenne à ces libérateurs qui auraient rendus Andrea fière. Alors oui. Pour la première fois, Rhodàn n’avait pas encaissé sans rien dire les mots acerbes de Lizz, et elle avait répondu. Parce qu’Andrea demeurait encore et toujours, depuis son au delà, la seule loyauté que Rhodàn n’aurait jamais. C’était étrange, pour elle de lever la voix contre Lizz, cette jeune femme qu’elle aurait toujours voulu protéger de tout, et bien vite, elle s’était reprise tout de même, lui demandant si elle voulait son aide. Parce que si Andrea était tout pour Rhodàn, elle ne pouvait nier que Lizz, était un peu Andrea aussi, physiquement du moins, et qu’il y’avait cette chimie peut être qui l’empêchait d’être insensible à ça.

Et Lizz cria. Ennervée. A cause de Rhodan encore, a cause de la situation, passant sa colère sur la rebelle, qui n’était probablement bonne qu’à ça pour elle. Loin de la meilleure amie de sa sœur, loin de l’amie qu’elle aurait pu être. Rhodan resta droite, acceptant le cri, et secouant la tête pour signifier à l’autre rebelle que ce n’était rien, que ce n’était pas grave. « Bien. » C’était fini alors. Elles allaient vaquer a leurs occupations ? Non. Visiblement pas, car Lizz continua de parler à Rhodan comme pour l’appeler, comme pour l’inciter à la suivre. Et le soldat fit machinalement ce qu’elle avait toujours fait. Elle suivit. « C’est avec ce genre de comportement que les pensent que nous sommes affiliés. » Rhodan garda le silence quelques instants. « Que tu le veuille ou non, nous le sommes un peu. » Et peut être que ça avait ouvert quelques vannes en elle, son irritation précédente. Peut être qu’elle s’était lâchée ? En tout cas elle n’avait pas envie de courber l’échine une fois de plus. « Tu devrais te questionner sur ce que renvoit ta manière d’agir, avant d’accuser les autres. » Et elle ne savait pas ce qu’elle cherchait au fond, surtout que dans quelques minutes elle allait probablement s’excuser.




_________________

I'M LOST AGAIN - I WON THE WAR
As you can see, when you look at me, i'm pieces of what I used to be. It's easier if you don't see, me standing on my own two feet. I'm taller when I sit here still, You ask are all my dreams fulfilled they made me a heart of steel, The kind them bullets cannot see (c) moonday girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Georgina Haig
Bravoure :
1054
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Lun 14 Nov - 8:08

Lizz avait eu beau se trancher les veines, il y avait, en effet, des liens qui ne pourraient jamais être défaits, des connexions qui ne s’effaceraient jamais, combien les efforts et les années regroupées. Rhodan resterait, comme cette corde autour du cou que l’enfant qui avait grandi trop vite sentait constamment sur sa peau. C’était impossible de s’en défaire, malgré les efforts et les messages contradictoires. Car au fond, ce n’était pas vraiment ce que Lizz voulait. Aussi incapable elle était de le reconnaitre. « Que tu le veuille ou non, nous le sommes un peu. » Elle serra un peu les dents, sentit un peu de ce goût de sang, s’échapper du coin de sa langue qu’elle venait de mordre. Elle n’y prêta pas attention, la jeune Heath. « Et pourquoi penses-tu que j’ai passé tant d’années à me distancer ? » Comme elle gardait tout le monde à distance, toutes ces émotions qu’elle ne voulait pas sentir, mais qui réussissait, inlassablement, à se faufiler sous sa peau et rester profondément ancrée dans sa chair. Ca avait été tellement faux, cette vie qu’elle ne récupérerait jamais, car rien n’était pas identique. Mont Weather était tombé, le mensonge avec. Vile traitre. (et traitre pas seulement des habitants).

Lizz, définitivement, ne pourrait plus jamais se voiler la face. Il y avait cette réticence sur ses traits, qui se transforma en un ennui évident, qui transcenda la colère qu’elle ressentait, qui palpitait plus fort que son propre cœur. Non, la réalisation était sourde, et Lizz ne savait pas comment la combattre. « J’ai essayé. » Ca sonnait comme une défaite. Toute ta vie est une défaite. C’était probablement vrai, tellement vrai qu’elle ne put même pas retenir cette constatation. Il y eut un long soupir qui s’échappa de ses fines lèvres pâles, soupir qui continua, une fois sa bouche fermé, comme un vent de malheur continua de tourner dans ses poumons, l’intoxiquant de l’intérieur.

Ce n’était pas terminé, alors que les deux blondes s’éloignaient du centre de l’attention, Lizz sentant encore le regard de certains indésirables… et de Rhodan. Ce n’est plus une indésirable ? « « Tu devrais te questionner sur ce que renvoie ta manière d’agir, avant d’accuser les autres. » Ses sourcils se froncèrent un peu plus, ce fut le premier indicateur, le seul peut-être, alors qu’elle s’arrêta subitement pour se planter face à Rhodan. C’était une des rares fois où Lizz se tenait si proche de celle qui avait été la meilleure amie de sa sœur (avait-elle jamais cessé de l’être ?). Elle préférait la distance, Lizz, la distance de tout ce qui tenait sur deux jambes et était doté de la faculté d’élocution. Car ça ne lui apportait que des problèmes, et que sur le moment, elle était en mal de compagnie. Normalement, elle avait les animaux dont elle prenait soin, mais ils étaient si loin, pour encore une poignée de jours – bon dieu qu’elle haïssait Rhodan. « Est-ce que tu veux vraiment que je me poses ce genre de question ?! » Ce fut partagé entre un murmure et un étranglement, elle qui avait passé sa vie à osciller entre les tentatives de suicides et ignorer tout ce qui était sentimental. Maintenant, la jeune Heath était déboussolée et aussi dérangeant que ça l’était, Rhodan était la seule constante dans sa vie. Saloperie de constante. « Eclaire-moi donc sur ma manière d’agir, capitaine. » Et ce fut craché, cette rancune qu’elle ne savait plus vers qui dirigé, et que par défaut, elle livrait à sa cible préférée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Anna Torv
Bravoure :
1534
avatar
Mountain Men
Mountain Men
MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   Sam 19 Nov - 18:53

Elle n’avait clairement pas voulu s’en prendre à Lizz, Rhodan, mais il y’avait une cause pour la quelle elle avait tout donné, et pour la quelle Andrea avait tout donné, et c’était pour ça qu’elle ne pouvait pas la laisser agir comme ça. Pour Andrea. Pour cette femme qu’elle avait aimé, et qu’elle aimait encore, qu’elle aimerait tout au long de sa vie même si elle n’était plus. C’était peut être pour ça qu’elle s’était faite plus violente dans ses propos. Peut être pour ça qu’elle s’était un peu plus irritée. Mais ça ne marchait pas vraiment. Lizz continuait de parler, et refusait de laisser la conversation finir. Rhodan croisa les bras alors, la laissant cracher sa colère encore et encore. Mais ça avait été trop. Elle n’avait plus s’empêcher de le dire et même si Lizz semblait faible finalement avec un vain J’ai essayé peut être que Rhodan était touchée encore, par la défaite qui sortait des lèvres de la blonde. Et sa voix ressemblait à celle d’Andrea, son ton, quand elle lui avait dit ce qu’elle avait trouvé. Ça lui brisa le cœur. Lizz n’était plus une enfant, Lizz n’était pas Andrea, et il fallait qu’elle s’endurcisse Rhodan, elle ne pouvait pas laisser la blonde toucher son cœur et la blesser ainsi. Sa place n’était pas la, continuellement à faire la morale à la jeune Heath. Sa place n’était meme pas probablement auprès d’lele, et pourtant elle continuait de souffrir en restant à ses cotés, a vouloir la protéger comme elle n’avait pas su protéger Andrea.

Peut être alla t’elle trop loin. Mais Lizz aussi avait dépassé des limites, et c’en fut trop pour Rhodan, qui lâcha une espèce de sermon avant de se préparer à partir. Elle n’en eut pas le temps. Un diable blond se posta devant elle. « Eclaire moi donc sur ma manière d’agir, capitaine. » Et c’était craché, mais Rhodan s’y était plus ou moins préparée peut être. Alors elle resta silencieuse un moment, de longues secondes, peut être une ou deux minutes. Et puis finalement elle reprit d’une voix très calme. « Je ne suis pas ton punching ball Lizz. Et je n’ai pas à t’éclairer sur ta manière d’agir, c’est à toi seule de réussir à le faire. » Et peut être que ça lui brisait un peu le cœur de lui dire ça, d’etre un peu plus froide que d’habitude, de ne pas accepter de se faire une fois de plus piétinée. Mais il fallait qu’elle le fasse. Pour elles deux. « Viens me voir quand tu sera éclairée la dessus. » Et sans plus attendre, elle reccomenca à avancer.

_________________

I'M LOST AGAIN - I WON THE WAR
As you can see, when you look at me, i'm pieces of what I used to be. It's easier if you don't see, me standing on my own two feet. I'm taller when I sit here still, You ask are all my dreams fulfilled they made me a heart of steel, The kind them bullets cannot see (c) moonday girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: those word i haven't said... yet | lizz   

Revenir en haut Aller en bas
 
those word i haven't said... yet | lizz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gabriel ∂ A word before, is worth two behind.
» Istwa lang kreyol lakay ak devlopman gramè a
» WordUp battles
» Perfect World
» Les pire moments de fluff

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Mont Weather :: La salle a manger-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: