AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 bear the pain, share the pain ▬ Salem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
rooney mara
Bravoure :
651
avatar
Barbare
Barbare
MessageSujet: Re: bear the pain, share the pain ▬ Salem    Sam 4 Juin - 12:03

C’était un dialogue de presque sourds entre deux personnes qui s’entendaient sans vraiment se comprendre. Elles étaient loin de cette nuit où elles avaient tant échangées, et Salem se sentait bruler encore plus qu’a ce moment la. Elle se sentait bruler du doute et de la colère. Elle se sentait bruler comme un vaisseau à la derive sur un fleuve de flammes. Elle sentait en elle, les dieux en colère qui l’incitaient à agir. Elle sentait en elle des pulsations d’un cœur qui ne savait plus comment réagir. Elle était la, en face de la conteuse, et se sentait perdue, sous les mots que celle ci lui assenait. Celle qui l’avait tant fait vibrer, qui lui avait donné un espoir qu’elle n’aurait pas cru vrai. Elle secoua la tête. Comme pour chasser ce démon brun de son esprit. « Mes dieux aiment la mort quand elle est justifiée. » Et Kandar ne comprenait toujours pas. « Explique-moi tout ceci alors. » C’était vague, et Salem perdait son regard sur les mares de sang, sur les membres égarés, et la dévastation. « Eux. Ils n’ont pas de dieux. » C’était simple. C’était une vérité qui s’assenait ainsi. « Ils ne sont que les objets des envies d’un homme fou qui pourrait se prendre pour le dieu qu’il n’est pas » Elle crachait des mots, consciente qu’un beau jour ils pourraient être utilisés contre elle. Et elle ferma les yeux quelques instants, reprenant de la voix tressautante qu’elle pouvait avoir. « Ils tuent. Parce qu’ils aiment tuer. Les dieux aiment le sang. Ils profitent de ce que font ces hommes. Mais les dieux n’approuvent pas toujours. Parfois ils veulent la mort, parfois ils donnent la vie. » Et c’était quelque chose qu’elle ne voulait pas expliquer d’avantage. « Ça ne te regarde pas. » Mais il y’eut une autre question, et elle ouvrit ses yeux sombres pour fixer ceux de la conteuse qui la fixait aussi. « Quelle est la finalité de votre massacre ? » Et salem rit. D’un éclat qui n’avait rien d’amusé. Et Salem rit, parce que cette question innocente était le nerf de tout ça. Son rire cessa, brusquement. « Leur massacre n’est pas le mien. Je me fiche de leur finalité, les dieux ont d’autres desseins pour moi. » Et pour elle, c’était une conclusion.

Mais cette conversation, cette confrontation entière n’en avait pas. Et Salem était proche maintenant de cette conteuse qui répandait de la lave en son sein. Elle voulait qu’elle parte. Elle voulait qu’elle agisse. Et elle savait qu’elle était à deux doigts peut être d’agir pour elle. « Je ne suis pas venue ici pour sauver. » Et il y’eut un soupir. La sauvage ne bougeant pas d’un poil. Slencieuse. Acceptant les mots de Kandar. Elle se détourna la conteuse après ça, acceptant peut être une offre, Salem se le demanda quelques instants. « Où penses-tu que j’irais, Salem. Ne me dis pas de partir sans me donner une direction. Je vous croiserais, encore, vous me rattraperez surement. » Et elle aurait eu tant de choses à lui dire. Mais Kandar bougeait déjà, parlant à cet enfant – le sacrifice – dans un Trigedasleng dont Salem ne comprenait pas tout. Elle s’en fichait. Lui il mourrait bientôt.

« N’as tu pas ce qu’il faut pour me tuer. ? » Elle secoua la tête. Lacha un rire dément, puis reprit ses mouvements erratiques. « N’as-tu pas ce qu’il faut pour continuer à vivre ? » Elle plissa les yeux. « Je te l’ai dis Kandar, les dieux aiment les histoires, et ceux qui les racontent. Tu es l’instrument des mémoires. Je pourrais te garder avec moi, te forcer à voir les massacres que les autres de l’Ouest veulent faire partout sur les terres de ton peuple. Je pourrais t’amener, et te forcer à conter comment nos lames pénètrent la chair de ce peuple qui t’es cher. Ils ne comprendraient pas, les autres. Et puis ils comprendraient. » Elle fronça les sourcils. « Ils accepteraient. Et tu serais en vie. » Elle secoua la tête. « Je ne ferais pas ça. » Et elle aurait pu. Lui ajouter des chaines, en faire un jouet qu’elle promènerait. Elle aurait pu. La dresser comme elle avait dressé Lucifer, et Lucifer avant lui. Elle aurait pu, marquer son corps pour qu’elle finisse par céder. Elle ne le ferait pas. Sauf si elle était forcée. « Les terres du Sud, il y’a des villes qu’ils redoutent la bas. Les terres des dragons. La ville fortifiée qui à vu périr leurs frères par deux fois. » Elle sourit, ces mots qu’elle avait prononcée à mi voix étaient une réponse à la question de plus tot. Elle donnait des pistes. SI Kandar voulait fuir. Des endroits que certains de son peuple redoutaient. Et puis elle secoua sa tête un peu plus. « Je ne sais pas quoi faire de toi. » Et elle passa la main dans ses cheveux, de manière frénétique. Elle était encore perdue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Winona Ryder
Bravoure :
1130
avatar
Grounder ; Trikru
Grounder ; Trikru
MessageSujet: Re: bear the pain, share the pain ▬ Salem    Ven 24 Juin - 21:31

C’était une confrontation, une ondulation frénétique. Elles qui avaient un jour été sur cette même longueur d’onde, en une harmonie si charmeuse. Maintenant, leur échange n’était plus qu’une lourde dissonance et Kandar n’arrivait pas à s’en sentir désolée. Pas quand les siens gisaient là, à quelques dizaines de mètres d’elle, morts. Tout ça par la faute de Salem et des barbares qui l’accompagnaient. Ceux là-même dont la sorcière tentait de se démarquer, de se détacher. Comme si elle n’était pas, elle aussi, recouverte du sang des prairies. La conteuse l’étudia, l’analysa, le critique noir encerclant ses yeux, s’enfonçant profondément dans le cernes qui marquaient son visage, dans ces cicatrices qui recouvraient ces bras de ces aiguilles enfoncées, dissimulées par les vêtements qui devaient la protéger. La protéger de l’hiver seulement. Le reste, elle subissait les attaques jusque dans ses os, la torture du temps présent se répandant dans son sang. « Pourtant tu en fais partie. Il est facile de te prétendre différente, Salem. » Le nom fut craché, comme si un mauvais sort avait été jeté de cette langue acerbe. « A mes yeux, tu leur es similaire. » Elle connaissait la différence, entre les mots et les Mots. Ici, pour elle, ce n’était que du vent, dans ces plaines qui emportaient tout dans les flammes.

Elle s’était rapprochée, cette fille noire, cette fille brouillon et l’espace d’un instant, Kandar crut à sa fin proche. Ca ne se vit pas, ni dans ses yeux qui brillaient fort, obsidienne luisantes, ni dans ses traits, taillées par la dureté de ces derniers mois. Elle serra un peu plus fort l’enfant contre elle et elle écouta encore les paroles de Salem. Celle qui était de peu de mots en déversait beaucoup. Ce n’était que des hypothèses et quelque chez la conteuse mis au défi la sacrificatrice de mettre ses propos en action. Le verbe ne devenait créateur que si l’homme s’en donnait les moyens. Et cette femme, furieuse, erratique en face d’elle, le ferait-elle ? Comme une invitation, Kandar releva le menton, mais gardant le silence, ce qui semblait un affront, de sa part, elle qui n’était que parole et histoires. Ici, il n’y avait rien à raconter, tout était à vivre et à observer. Si elle avait été dans l’optique de survivre, peut-être se serait-elle parée de cette objectivité qui était son fardeau. Ici, c’était impossible. C’était sa chair qui avait été tuée et il y avait une distance qu’elle n’aurait pu s’imposer.

Il y eut des paroles sur les Démodrakhos et sur le Sikru et Kandar serra un peu plus la mâchoire, pour ne pas que ses lèvres se tordent en un maigre sourire malade. « Je ne sais pas quoi faire de toi. » Elle poussa un soupir, fin, qui se libéra en un nuage grisâtre. « C’est parce que je ne t’appartiens pas. » Elle inspira profondément, jeta un regard sur Enrï. Elle embrassa le sommet de son crâne, et précise, sans la moindre hésitation, brisa la nuque de son neveu. La perte fut visible, se grava presque en son sein, alors qu’elle retint ses larmes et qu’elle se redressa de plus belle après avoir couché, délicatement, le corps de l’enfant sur le sol. « Tu ne peux pas me contrôler. » Elles étaient si similaires, à ce moment. Salem détruisant tout sur son passage à son gré, Kandar choisissant patiemment tout ce qu’elle pouvait faire, pour se défaire de ces liens que la fatalité tentait de lui prendre. « Maintenant que tu n’as plus de sacrifice, que vas-tu faire ? »

Son regard glissa sur la figure de son neveu, avant que la parole de l’ouest ne reprenne ses droits dans sa bouche. « Je vais t’offrir une prophétie, Salem. » Le s raisonna, comme celui d’un serpent, comme l’invocation de la sorcière qu’était la barbare en face d’elle. « Bientôt vous n’aurez plus à craindre ceux qui se trouvent si loin. » Ce fut tout, elle n’en dirait pas plus, car les mille sens dont se parait sa parole lui plaisait et que si elle pouvait insuffler le doute chez Salem, l’apprentie d’un soir, l’amante d’une nuit, alors rien n’était totalement perdu. & à présent que son méfait était accompli, elle se reposa à genoux, attendant son heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
rooney mara
Bravoure :
651
avatar
Barbare
Barbare
MessageSujet: Re: bear the pain, share the pain ▬ Salem    Sam 25 Juin - 12:29

« Pourtant tu en fais partie. Il est facile de te prétendre différente, Salem. A mes yeux tu leur es similaire. » C’était craché comme une insulte, et Salem l’encaissa. Elle comprenait en un sens ce que Kandar pouvait ressentir. Et elle acceptait la haine quand elle venait. Ça ne la dérangeait pas. Ou peut être que ça la dérangea. Il y’eut un mouvement en elle, et dans sa tête les voix se firent plus forte. Douloureuses. Criantes. Elle ferma les yeux, les rouvrit brutalement, et raidit ses épaules. « Je me fiche de ce que je suis à tes yeux. Ce qui compte c’est ce que je suis aux leurs. » Et par eux, elle entendait bien sur les Dieux, et c’était finalement tout ce qui comptait peut être. Ils voulaient qu’elle réussisse de grandes choses, elle n’avait pas encore réussit. Elle était encore sur la route. Elle devait oublier Kandar. Il y’avait bien plus grand qui l’attendait dans le futur. Et même si elle menaçait. Même si elle se fendait de trop de paroles, pour qu’elle même ne puisse les supporter, elle restait perdue face à ce qu’elle devait faire. Elle aurait du la laisser à Lucifer. Aux Lucifer. Elle aurait du la tuer tout de suite. Elle aurait du… Non, en réalité les voix des dieux se chevauchaient et chevauchaient la sienne également, alors elle ne savait plus trop ce qu’elle devait faire, ce qu’elle devait penser. Elle ne savait plus ce qu’il en était et ce qu’elle… Elle secoua la tête.

« C’est parce que je ne t’appartiens pas. » Et la clarté se fit peut être dans une part de l’esprit de Salem. Trop lentement ? trop vite ? Tout se passait a une vitesse différente, qu’elle n’arrivait pas à saisir. Les gestes se firent, et elle resta de marbre tandis que la nuque de l’enfant craquait dans le silence extérieur. Il tomba, fut couché. Tout était similaire son corps toucha la terre et elle fixa avec les yeux perdus, la conteuse assassine. « Tu as sali tes mains de l’odeur de la mort. » Et c’était peut être la déception pour elle. Les conteurs créaient, ils ne causaient pas la fin d’une vie. Et c’était peut être oui, une pique en son sein. Elle fixa longuement le corps sur le sol, avant de réaliser que Kandar soit à nouveau en train de parler. « Maintenant que tu n’as plus de sacrifice, que vas-tu faire ? » Ses yeux étaient noirs, d’incomprehension, de haine, un peu de désarroi. « Tu n’aurais pas du faire ça. » Et pourtant, Salem restait presque immobile, tandis que le fauve a ses cotés se mettait à grogner. Il voulait du sang, il comprenait les tressaillements de sa maitresse. Il comprenait aussi, que la femme en face d’elle puisse être un danger.

« Bientôt, vous n’aurez plus à craindre ceux qui se trouvent si loin. » Et il y’eut un rire de sa part, un grand éclat dément. « Tcha. Je ne crains personne. Les dieux guident mes pas, et si les laches compagnons de route sont effrayés des forts et des armées unies, je me fiche de leur mort, comme je me fiche de vos vies. » Il y’eut un éclat aussi, dans ses yeux, et elle se rapprocha de Kandar. « Je devrais te tuer. Mais les dieux veulent qu’un sacrifice soit pur, et tes mains sont souillées. » Et son cœur l’était aussi, elle pouvait le voir maintenant. Elle se rapprocha cependant, un peu plus, la lame à la main, jusqu'à arriver devant la conteuse, jusqu'à ce que simplement quelques centimètres ne les séparent. « Puissent les dieux guider ta route. » Et sans vraiment prévenir, elle donna un coup à l’arrière de la tête, d’une force modérée. Suffisant pour que la conteuse ne tombe enfin assommée. « Tsssk. Attrape la, amene la dans un buisson. » Ses ordres, elle les siffla à Lucifer le chat, avant d’aller se pencher vers le corps inerte du sacrifice. Rien n’était a en tirer si ce n’était de la viande pour ses frères. Alors elle mentirait. Elle dirait qu’il était mort, elle leur donnerait son corps pour qu’ils s’en nourrissent, et ils oublieraient les dieux, dans l’ivresse et la joie. C’était un peu ce qu’elle gagnait à voyager avec des porcs assoiffés de sang et de bataille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: bear the pain, share the pain ▬ Salem    

Revenir en haut Aller en bas
 
bear the pain, share the pain ▬ Salem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» real pain is emotional pain (isaac)
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Ouest :: Clan des Prairies-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: