AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 clarke | what's tomorow without you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: clarke | what's tomorow without you    Dim 24 Avr - 10:38

Ils étaient arrivés à Camps Jaha en milieu de matinée, et depuis ils n’avaient cessés de s’agiter. La délégation qui accompagnait Lexa s’était mise en branle pour monter les quelques rares tentes, et les skaikru qui étaient avec eux, étaient pour la plupart allés voir familles et amis. Clarke était probablement allée parler avec sa mère et le conseiller Kane, et Lexa elle avait flânée un peu, regardant où en étaient les skaikru dans les recoltes, dans les clotures, s’interessant avec quelques personnes qui passaient ça et la de leurs progrès. Ca faisait toujours bizarre d’être Heda au milieu de ces gens pour qui elle avait été presque un démon, et était maintenant une … Alliée ? Bien sur, elle était une alliée, et si certains commençaient à la voir ainsi, ça continuerait, encore et encore. Elle n’en doutait pas, elle était confiante sur l’Avenir en tout cas.

Soit. La journée avait passée, et c’est avec une espèce d’apprehension, qu’elle avait retrouvée sa tente vide au moment venu. Eija et Uriel l’avait saluée et elle leur avait notifié qu’elles n’étaient pas obligées de monter la garde ce soir. Personne dans Camps Jaha n’allait venir l’attaquer n’est ce pas ? Bien sur, elle était quasi certaine qu’au petit matin, elle trouverait ses gardes bien plantée dans le sol fixant d’un air mauvais quiconque approcherait de la tente qu’Heda occupait. Elles prenaient leur travail au sérieux, l’Azgeda et la Skjeran, et Lexa se perdit quelques instants dans la contemplation mentale de ses gardes. Si depuis les débuts de son regne de commandeur, bien avant la coalition effective, et meme ensuite, deux clans aviaent toujours posé problème, c’était les clans du Nord. Torvi en avait été un bel exemple, Galath avait été la pire… Et maintenant, deux représentantes de ces clan étaient la, devant sa porte. Même si oui, Eija ne se considérait plus Azgeda. Oui.. C’était étrange, et pourtant, Lexa leur faisait confiance. Peut être avait elle tort, peut être était elle encore bien trop naïve. Peut être oui. Mais c’était ainsi. Elle était assez terre à terre pour savoir qu’aucune de ses gardes ne tenterait de l’assassiner tant qu’elles étaient deux.

Et ôtant sa spalière qu’elle posa sur une caisse dans un coin de la tente, suivie de son épée, et de sa veste aussi, elle commença à tourner un peu. Depuis des jours et des jours, et des jours encore, elle n’avait plus passé une nuit seule, et elle ne savait pas si celle ci allait être la première d’une lignée. C’était pitoyablement sentimental, et elle voyait le visage de Titus et celui d’Anya se moquer d’elle si elle fermait les yeux. Elle poussa un soupir. Attrapa un des livres que Neith lui avait preté et se mettant à le lire, assise dans son lit, caressant distraitement la peau d’ours.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Lun 25 Avr - 9:55

Clarke était arrivée à un niveau de fatigue qui faisait qu’elle ne la sentait même plus, cette exténuation d’avoir passé une journée à chevaucher jusqu’au Camp Jaha, et d’avoir passé les dix dernières heures à vadrouiller dans l’Arche. Si cela lui avait demandé moins d’effort physique, son esprit était en constant ébullition, échangeant avec sa mère dans ce qui avait été à nouveau une discussion houleuse, et, ensuite, Clarke avait retrouvé une partie de ses amis et de ses figures qui importaient, pour qu’elle puisse en convaincre certains de se rendre jusque Kalawen pour aider à la défense du clan des prairies – ou d’en dissuader d’autres qu’elle ne voulait pas voir sur le front. Elle avait un peu observé le début des constructions des hommes de mains envoyés par Heda, et puis, elle s’était assurée que les réserves de nourriture leur permettrait de tenir quelques jours, tout au moins. A deux reprises, elle avait trouvé Lexa de loin, occupée elle-aussi à discuter avec les siens et avec des skaikrus. Clarke avait lutté contre le besoin de sourire, en voyant l’adaptation dont tous faisait preuve, de l’acceptation que ceux de l’Arche avaient vis-à-vis de ceux qui avaient un jour été des ennemis.

Déambulant ainsi dans les couloirs de la station spatiale, elle avait remarqué l’absence de certains et son esprit avait glissé vers Jasper, en sachant qu’elle n’aurait pas de nouvelles de lui avant un certain moment. Elle avait appris que c’était Miller qui était parti avec eux et quand elle avait croisé le père du délinquant, elle avait échangé quelques propos, qui, malgré qui soient sincères, Clarke avait offert cette conviction terrible que les deux garçons reviendraient ici. Peut-être pas sains et saufs, mais ils reviendraient, assurément. Puis, elle avait retrouvé sa mère pour ce qui avait été une deuxième conversation houleuse, jusqu’à ce que les deux femmes se quittent sur un « nous en reparlerons demain, Clarke. » Ce à quoi la blonde n’avait pas vraiment eu le courage de débattre, sentant la fatigue s’accumuler et sachant qu’Abby avait elle aussi besoin de repos. Croyant aussi à l’adage sur la nuit portant conseil, elle s’était rendue sans broncher jusqu’à une chambre qui lui avait été préparée… non loin de celle de sa mère.

Ce n’était pas vraiment cette idée qui l’avait empêché de dormir, loin de là. C’était le froid de l’environnement, ce sentiment désagréable d’être revenue dans un lieu qu’elle ne supportait plus. Abby avait eu la présence de ne pas l’inviter à dormir dans ce qui avait été son ancienne chambre – elle n’aurait tout simplement pas pu. Mais ici, tout était trop ancien, et Clarke, si elle acceptait de vivre avec les siens, de prendre soin d’eux (à sa manière), elle n’était pas capable d’oublier tout ce qu’il s’était passé ici. Egalement, elle supportait mal la solitude de sa couche, habituée maintenant à se lover contre son amante. Qui était loin, dans une des tentes installées par le Trigedakru. Poussant un soupir défaitiste, tout en chassant les couvertures, elle se releva de son lit. Elle attacha rapidement les mèches qui tombaient devant son visage, enfila ses chaussures et elle errer dans les couloirs dépeuplés de l’Arche, se baladant lentement, comme si elle n’avait pas de but. Un des siens, qu’elle croisa dans le couloir, compatis quand elle expliqua qu’elle n’arrivait pas à trouver le sommeil et, quelques minutes plus tard, Clarke était dehors, frissonnant sur l’air froid de l’automne. Elle leva les yeux vers le Ciel, sur ce point ou aurait dû se trouver l’Arche… Si seulement.

Mais non, la carcasse de métal était dans son dos et si elle cherchait du regard ce qui aurait pu ressembler à une étoile, le fantôme de sa vie était bel et bien derrière elle. Un nouveau frémissement causé par la nuit qui s’immisçait sous sa peau,  et Clarke se motiva à ne pas rester planter là, sachant parfaitement où elle se rendrait. Déjà, la manière dont son cœur se pinçait dans sa poitrine changea, s’amoindrit, quand elle se faufila entre les tentes, retrouvant une impression de déjà-vu qui n’était pas particulièrement dérangeante. Elle marqua un temps d’arrêt en constatant qu’il n’y avait pas de gardes devant la tente de Lexa (ce qu’elle savait être la tente de Lexa). Sa niron n’était pas là ? Elle haussa les épaules, Clarke. Ce n’était pas comme si elle avait besoin d’une autorisation pour rentrer et, en levant le pan d’une manière bien familière, elle retrouva la figure de sa compagne. « Je vois que tu as pris tes aises. » Elle aurait pu prétendre être un assassin, pour le jeu. Mais c’était une réalité qui aurait été bien possible, et Clarke était définitivement trop fatiguée pour se lancer sur cette pente.

En quelques pas, elle fut rendue jusqu’au lit sur lequel elle s’affala sans la moindre grâce, échappant un bâillement d’aise, alors que ses doigts frais se perdaient sur la peau d’ours, puis sur la cuisse de Lexa. « C’est bien mieux ici. » Et elle ferma les yeux.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Lun 25 Avr - 21:36

La peau d’ours était solitaire, mais Lexa ne devait pas se formaliser de ça. Elle était forte. Elle était Heda, et c’est à demi pensive, mais désormais convaincue, qu’elle tournait les pages de son livre du bout des doigts. Le moins que l’on puisse c’était que la Keryonsi avait des lectures … originales et croustillantes – Ou bien était-ce une vengeance par rapport aux barbares, Lexa finirait bien par le découvrir - en tout cas elle n’était pas allée bien loin pour le moment – non, elle était trop occupée à se demander ce que Neith avait échangé contre un tel livre, et ce qui avait piqué la reine des sikru de le lui prêter en le lui conseillant. Soit. Elle était convaincue qu’elle ne devait pas se morfondre, ça ne l’empechait pas d’être distraite. Et être distraite ne l’empecha pas non plus d’entendre le froissement de tissus. Pensant à Eija ou Uriel venues s’assurer de quelque chose, ou ne serait-ce qu’echanger quelques mots avec elle avant de dormir, elle ne leva pas la tête. Les skaikru n’étaient pas suicidaires, et de toutes les manières, il y’avait toujours sa dague fétiche sous l’oreiller. (Et une autre sur la table, et une autre sous le lit, et une autre sous l’amas de vêtements à coté d’elle, et une enfin au milieu des bougies. ) Mais l’odeur était familière, le mouvement des pas – plus lourd qu’une de ses deux gardes ou du moins un peu plus malhabile – l’était également, et elle se fendit d’un sourire. « Je vois que tu as pris tes aises. » C’était doux, et une chaleur s’eveilla en Lexa, qui pencha la tête sur le coté, posant au sol – délicatement – l’ouvrage qu’elle étudiait plus tot. « Aurais-je des raisons de ne pas les prendre ? » Et elle n’en avait pas. Elle était Heda.

Il y’eut un mouvement, Clarke vint sur le lit, et s’y affala, devant le sourcil arqué du commandeur, qui ne put empêcher son corps de bouger vers Clarke, et ses lèvres d’aller déposer un baiser sur le front de sa niron. « On dirait que je ne suis pas la seule à prendre mes aises. » C’était doux, et un rien joueur, et Lexa laissa sa main se mouvoir vers le corps de Clarke, sur la quelle elle s’installa, glissant sur la hanche, pour l’aggriper quelque peu, comme si en quelques secondes sa niron nouvellement retrouvée aurait pu s’evaporer. Mais ce n’était pas un rève, et Lexa respira l’odeur de sa compagne, la chaleur de son corps. « Ta journée à été longue ? » Elle s’interessait en toute sincérité aux aléas qu’avait pu rencontrer Clarke, et surtout, elle savait qu’elle s’était entretenue aujourd’hui même avec Abby. Demain, Lexa le ferait, mais pour l’heure, la conversation, la situation n’était pas à ça non. Pour l’heure il y’avait deux amantes qui se retrouvaient après une journée de simulacre, dans un lit qu’elles n’auraient pas du partager. « Ai mema yu we. » Et c’était tendre encore, tandis que Lexa posait finalement sa tête contre la fille du ciel.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Mar 26 Avr - 14:43

Le lieu était le même, c’était toujours le camp Jaha, la terre sous ses pieds était différent de l’avant-poste ou du béton qui composait la tour. Pourtant, le changement de décor permettait déjà à Clarke de se sentir plus détendue, d’oublier les tensions de sa journée. Elle ignora la question joueuse de son amante, alors qu’elle se faufilait jusqu’au lit de fortune, s’installant comme elle en avait l’habitude, adressant peu de considération pour le faire que Lexa était le Commandant et que, elle, elle aurait dû être dans une chambre inconfortable de l’Arche en train de dormir. Si elle avait bel et bien l’intention de se reposer, elle en aurait été incapable dans ce lieu qui renfermait tant de souvenirs pénible, surtout si elle n’était plus accompagnée de son doudou préféré. Bien entendu, Clarke ne vocaliserait jamais cette pensée, d’ailleurs, ne l’aurait jamais, alors qu’elle poussait un maigre soupir d’aise de retrouver la présence de sa niron, contre laquelle elle se leva un peu plus, appréciant la proximité que Lexa rechercha, retenant un frisson de pure possessivité secouer tout son être. « On dirait que je ne suis pas la seule à prendre mes aises. » Son sourire se dessina lentement sur ses lèvres, alors que ses bras se renfermaient autour du cou de Lexa et qu’elle l’attirait sensiblement, offrant ce sourire en un baiser tendre et affectueux. « Est-ce que cela te dérange ? » C’était le jeu, encore et pour prouver qu’elle n’accorderait aucun regard pour de potentielles réclamations, elle embrasse à nouveau son amante, pour des secondes plus longues et moins retenues – mais toujours sage, terriblement.

« Ta journée a été longue ? » Clarke échappa un « hmmm » un peu long, tandis qu’elle enfouissait son visage contre le cou libéré de tout apparat de sa niron. Elle garda le silence, un certain temps, profitant simplement de la présence de Lexa, sans chercher à revenir sur les évènements de la journée. Elle avait besoin de se détendre, de laisser derrière elle les conversations qu’elle avait entretenues. « Ai mema yu we. » Elle laissa courir la pointe de son nez contre la peau qui était là, celle qui portait le parfum tant aimé de Lexa, décrivant une petite spirale, avant d’embrasser la chair qui était là, sentant les battements de cœur du commandant, sous le point de pulsion que ses lèvres avait découvert. « Toi aussi. Et pourtant, je t’ai vu, de loin. » C’était un sentiment écrasant, frustrant. De voir Lexa et de la savoir inaccessible. Pourtant, elle aurait tellement voulu rompre la distance qu’il y avait eu entre elle à ces moments, échapper quelques mots et voler la jeune femme à quiconque l’accompagnait. Et terrible, il y avait entre elle le regard de tout un peuple qui n’était pas prêt à apprendre la profondeur de leur relation. « Je n’aime pas ça. » Ce fut presque boudeur, ça n’en restait pas moins sérieux et extrêmement vrai. « Ne pas pouvoir te rejoindre quand je le veux. » Son visage s’aventura sur cette peau, ses mains descendant lentement sur les épaules de sa niron. « Te faire ce que je veux. » Et les dents mordirent la clavicule sous le t-shirt, sans que ça ne se veuille profond.

Clarke se redressa un peu, trouvant le regard de cendre de son amante, cendre vives et aimantes. « Alors que tu es si proche. » A nouveau, elle déposa un baiser léger sur cette bouche, avant de se recoucher confortablement contre Lexa. « Oui, la journée a été longue. Je ne sais pas qui a eu le plus pitié de l’autre, entre ma mère et moi. » Et le ton aurait été amusé, oui, s’il n’y avait pas eu cette fatigue.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Mar 26 Avr - 19:22

« Est ce que cela te dérange ? » Et il n’y’avait pas besoin de réponses, pas vraiment. Mais il y’eut un sourire, un baiser oui. Et Lexa se blottit un peu plus contre sa niron, contre cette source de chaleur pour son corps et son cœur. Et si elle s’abstint de répliquer, Lexa s’enfouit un peu plus, offrir les bras à la blonde à ses cotés, et s’enquit de sa journée. Ca comptait pour elle, de savoir que Clarke n’avait pas passé une trop mauvaise journée, et meme si elle ne lui dirait pas qu’elle s’était ennuyée d’elle, il y’avait quand même cette légère amertume à leur séparation. Il y’avait ce manque, qu’elle vocalisa. Il y’eut un baiser dans son cou, et elle serra une main autour du corps de son autre. « Toi aussi. Et pourtant, je t’ai vu, de loin. » Et il y’eut un sourire de Lexa, alors que le jeu revenait. « Tu ne pouvais pas me louper, j’étais la femme avec la cape rouge et les gardes peu commode. » Et si elle s’amusait peut être, pour fuir la réalité de cette distance, celle ci revint néanmoins. Et si il y’eut un silence, il y’eut la main de Lexa qui se saisi du flanc de la blonde pour la rapprocher d’elle. « Je n’aime pas ça non plus. » Et c’était dit, avec toute la tendresse et la sincérité du monde. Et si elle savait, Lexa en bon commandeur, qu’il fallait séparer l’amour et le devoir – car c’était de l’amour, il n’y’avait aucun doute, il n’y’en avait peut être même jamais eu - elle espérait aussi qu’un jour existerait une ère de paix telle où en conversation avec quelqu’un d’autre elle pourrait tendre la main et attraper celle de Clarke, juste pour se rappeler qu’elle n’était pas si loin. Ça n’arriverait jamais bien sur. Il y’aurait toujours ces barrières, elle était le commandeur et elle n’avait pas droit au simple bonheur de la proximité. Pas quand elle était Heda.

Une chance qu’elle soit Lexa alors. Et si elle frissonna à la morsure légère, elle tenta néanmoins de reprendre un air sérieux. Clarke continuait de parler, et il ne dura pas longtemps l’air si sérieux de Lexa, tandis qu’elle gagnait un nouveau baiser, et regardait avec émotion son amante se relever un peu. « Alors que tu es si proche. » Et elle lui sourit, doucement, allant chercher sa main pour entrelacer quelques instants leurs doigts, dans cette tendresse qu’elle n’aurait jamais imaginé avoir. Plus maintenant. Plus jamais. Et pourtant… La simple chaleur des doigts contre les siens, la réchauffait elle même. Entière. Elle aurait pu sourire à nouveau.

Mais le temps n’était plus spécialement à ça, et Clarke évoqua sa journée. Et si Lexa savait qu’elles devaient en parler, évoquer l’une et l’autre ce que Griffin mère avait dit, dans l’optique de la visite de Lexa a celle ci demain, elle savait aussi que Clarke était fatiguée, contre elle. Il était tard. Elles pourraient parler demain matin, quand leurs esprits et leurs corps se seraient reposés. « La mienne l’a été aussi. Mais elle a été plaisante aussi, si j’omets ton absence. » Et peut être qu’elle essayait de lui parler pour bercer son sommeil, de cette voix tendre et un rien amusée qu’elle n’avait qu’avec Clarke.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Mar 26 Avr - 20:16

Anciennement, il y avait eu sept merveilles dans le monde. Clarke, elle, n’en avait besoin qu’une, n’en avait trouvé qu’une. Et c’était la plus précieuse, alors que devant elle souriait le commandant. Lexa était une découverte précieuse, si précieuse, sous les apparences d’un grounder brutal, il y avait une fille sensible, intelligente, et qui savait faire preuve de cet humour donc Clarke raffolait. Et elle admira ce sourire qui s’offrit à elle, rien que pour elle et le frisson fut là, délicieux, amoureux. « Tu ne pouvais pas me louper, j’étais la femme avec la cape rouge et les gardes peu commode. » Cela gagna un rire de la part de la blonde, qui secoua la tête, enfuie contre le cou de Lexa. Elle se redressa un peu, cherchant sa niron du regard, alors que dans ses propres yeux bleus brilla une vitalité qui lui avait manqué durant la journée. « Regarde-toi, tellement confiante… » Et elle expira, contre cette joue où s’égarèrent ses lèvres. « J’aime ça. » Et elle mordit la base de la mâchoire qui était là, retournant se réfugier contre le sternum de Lexa, établissant son insatisfaction (parfois plus piquante qu’à d’autres occasions) de ne pas pouvoir posséder sa niron comme elle le désirait. Elles n’étaient que ça. Amantes, qui ne pouvaient se contenter d’une présence charnelle. Clarke voulait tout, car quand elle désirait, elle désirait en entier. C’était en tendance destructrice, et elle avait de plus en plus de mal à se refreiner. Probablement qu’un jour, oui, elle déclarerait haut et fort qu’elle était la compagne de Lexa. Elle ne serait pas étonnée. Non, elle serait déterminée et défierait tout le monde de se dresser contre elle.

Ce n’était pas encore le temps, et rien ne leur permettait de l’affirmer aux autres ce jour. C’était pour ça qu’elle apprécia d’autant plus la prise qu’avait Lexa sur elle et qu’elle embrassa la peau qui se trouvait là, alors que ses doigts furent saisis et qu’elle sentait la fatigue la reprendre. Surtout quand il était question de sa mère, de cette journée si longue, qui avait donné l’impression qu’elle ne finirait pas. Ses yeux se fermèrent, tandis que elle se rapprocha plus de Lexa si c’était possible, fit en sorte que ça le soit. « La mienne l’a été aussi. Mais elle a été plaisante aussi, si j’omets ton absence. » Clarke hocha un peu la tête, profitant de la chaleur des peaux d’animaux, de la présence de sa niron contre elle. « Je suis heureuse d’apprendre que tu te plais. » Elle aurait pu demander, oui, quels avaient été les éléments qui méritaient cette satisfaction chez Lexa. Mais son esprit était déjà en train de glisser vers le sommeil, alors que ses respirations s’approfondissaient dans sa cage thoracique et bientôt, après un dernier baiser, Clarke était profondément endormie.

Quand elle se réveilla, il faisait toujours nuit dehors. Rien d’étonnant avec le solstice approchant. Mais c’était loin d’être les premières heures de la matinée, elle le sentait au calme plat qui régnait à l’extérieur. Elle s’étira un peu, débattant si elle devait se rendormir, ou non. Et elle se prélassa, du coin du lit où elle avait échoué pendant son sommeil. Elle était dans cet entre-deux, parfaitement réveillée d’un cycle complet de sommeille. Puis, finalement, elle se retourna, découvrant la figure assoupie de Lexa. Un mince sourire s’étira, noyé dans la nuit présente partout, alors qu’elle tendait le bras, effleurant la joue de son amante. « Lexa. » Ce n’était qu’un murmure, mais elle savait que l’appel serait entendu. Il le serait toujours, n’est-ce pas ?

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Mer 27 Avr - 20:57

Son humour avait gagné un rire, et Lexa ne put s’empecher de fondre en un sourire en face de Clarke. Elle avait beau être l’indesctructible Heda, le meilleur commandeur que Polis avait eu depuis des générations, elle avait beau être cette femme qui n’hésitait pas à planter une lame dans le cœur de son protecteur et ami, parce qu’il l’avait trahi pour son bien. En face de Clarke elle n’était qu’une jeune femme amoureuse, dont la grande réalisation était d’apaiser un peu, à chaque moment où elle le pouvait, le cœur de l’autre. Ca lui plaisait. Ca lui plaisait d’être amoureuse de Clarke, ça lui plaisait d’entendre son rire et de savoir qu’elle était celle qui l’avait causé. Et elle sourit bien sur, emplie de chaleur par ce rire qu’elle avait provoqué. « Regarde toi, tellement confiante…  J’aime ça.»    Et elle releva les yeux  quelques instants, gardant le silence.  Elle aurait pu parler, dire quelque chose à nouveau, mais elle ne le fit pas. Ce n’était pas le temps, ce n’était pas le sujet. La conversation se dilua, les journées étaient longues quand elles ne les passaient pas ensemble, et Lexa ne savait bien que trop le poids des responsabilités.

Et puis la fatigue fut de trop peut être, et tandis que Lexa évoquait la journée, Clarke tomba, dans un sommeil profond. C’était tendre, émouvant, cette confiance que Clarke avait en elle, de s’endormir dans ses bras, a ses cotés, sans rien demander de plus. Ça comptait. Enormement. C’était quelque chose au fond qui n’avait pas de prix, et Lexa se permit un nouveau sourire, déposant un baiser sur le front de sa niron avant de remonter la peau d’ours sur leurs deux corps épuisés.  Et si pour elle le sommeil ne vint pas tout de suite, elle resta un temps, jouant de ses doigts dans les méches blondes, réfléchissant malgré elle aux conversations du lendemain, songeant aux troubles qui pourraient arriver, elle pensait aux barbares, elle pensait à Abby Griffin, elle pensait aux Skjeran dont ils n’avaient pas de nouvelles, à Mordh qui se frayait son chemin de vipère chez les Azgeda. Et elle pensait aussi, à ces clans qui la suivraient jusqu'à la mort, à ces gens qui étaient prêts à tout pour elle. Elle pensait oui, et au terme de ces pensées il y’avait parfois Clarke, souvent Clarke, et c’est contre elle qu’elle finit par s’endormir.

Pour être réveillée, des moments plus tard – combien de temps s’était il passé ? Avait elle bien dormi ? Assez ? Le jour n’était pas encore levé, elle pouvait le sentir -  par l’appel de Clarke, son prénom murmuré, une caresse sur sa joue. C’était suffisant. «  Hmm. »  Suffisant pour qu’elle tende un bras pour rapprocher son corps de celui de la blonde, suffisant pour qu’elle s’accroche à la jeune femme sans même ouvrir un œil, et suffisant finalement pour que ses grands yeux d’argent s’ouvrent enfin dans la splendeur de la nuit. «   Klark. »  Et c’était eraillé , par la fatigue et le demi sommeil. Et ça sonnait plus rude, comme ce trigeda qu’elle parlait souvent. « Tout va bien ? »  Et c’est l’inquietude qui se fraya le pire des chemins.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Ven 29 Avr - 17:31

Ce serait un moment volé, comme il y en avait déjà eu tant, et qu’il continuerait d’en avoir tant. Un, où le monde dormait et ne se doutait de rien – ou presque-, ou toutes les consciences – ou presque – sommeillaient sans concevoir ce qui se passait dans cette tente – ou presque. Et Clarke, sans l’ombre d’un remord, alors qu’elle était gagnée de plus en plus par l’éveil, étira sa main, pour chatouiller un peu la joue de Lexa, avant de la caresser parfaitement de ses doigts, pour de la paume de sa main. Et elle sentit, oui, le repos être chassé par sa Niron, alors que celle-là même se rapprochait de Clarke. Elle eut un sourire, alors qu’elle ne se débattait pas, en retrouvant la chaleur des bras de son amantes. Non, elle s’y lova un peu plus si c’était possible et elle profita, simplement, du calme qui bravait la nuit. Puis, il y eut son nom, sous les accents graves du trigedasleng « Tout va bien ? » Clarke laissa courir ses doigts sur le visage de Lexa, avant de se poser sur ses lèvres. « Shhh. » elle frotta sa tête contre la mâchoire de la brune qui s’éveillait tout juste et s’il y eut un frisson auquel elle était bien habituée maintenant, Clarke préféra l’ignorer. Elle avait d’autres plans que de satisfaire ses pulsions. « Je n’arrive plus à dormir. » Oh, si elle s’était forcée, elle aurait pu, oui. Si Clarke se forçait, elle pouvait tout faire, même renverser une montagne.

Ca n’aurait pas eu la même saveur. Et à présent, elle avait une idée derrière la tête. Ses doigts, eux, continuaient toujours de courir, éveillant Lexa par de douces diffuses et innocentes, sur le creux de son cou, le début de son épaule… Son souffle s’écrasait là, quelques part sous le menton de sa compagne et le silence retomba, serein, tandis que Clarke tardait à expliquer. Ce n’était pas une fuite, elle ne repoussait rien. Mais là, elle s’attardait sur un autre élément, sur la possibilité d’avoir Lexa proche d’elle, en sachant qu’elle ne devrait pas disparaitre de cette tente en tout juste une poignée de minutes. Ainsi, ses gestes ne s’arrêtaient pas, même si relativement lents, seul indicateur que Clarke ne retombait pas dans le sommeil. Non. Elle était à l’affut, chassait les frissons sur la peau de son amante, parfois embrassait la ligne de la mâchoire de Lexa, là où ses lèvres s’étaient échouées.

Les tendresses durèrent, sans que Clarke ne soit capable de déterminer le temps exact. Ca n’avait pas d’importance. Cette notion appartenait au jour, et celui-ci était encore loin de se lever. Ainsi, après un certain moment, Clarke s’appuya sur son coude – le droit, son côté gauche encore faible – pour se redresser un peu, cherchant ces yeux gris dans la nuit. « J’ai envie de errer. » Ce n’était pas particulièrement marcher, ce n’était pas particulièrement flâner. Clarke voulait se perdre, s’égarer dans ce qui avait été sa jeunesse. Remonter dans les entrailles de l’Arche, ou l’observer de loin. Elle ne savait pas encore. Ce dont elle était persuadée, c’était qu’elle voulait profiter de ce moment précis. De préférence avec Lexa. « M’accompagneras-tu ? » Et tout restait des murmures, des fausses sagesses, alors qu’elle scrutait les prunelles de la femme qu’elle dominait un peu. Tout juste.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Sam 30 Avr - 10:54

Comment Lexa aurait elle pu ne pas s’inquièter ? Tout son être tendait à s’occuper du bien être de Clarke, et dans ces moments qu’elles volaient à la vie et aux responsabilités elle était décidée à s’en occuper au mieux. Elle était décidée à se dédier à Clarke, à tout ce que représentait la fille du ciel et des etoiles pour elle. Elle était décidée oui, à tout faire pour que Clarke se sente heureuse, puissant dans son bonheur ce qui faisait également le sien. Et dans cet état de mi-sommeil, elle se rapprochait d’elle, comme pour la protéger de son corps et de sa chaleur. A demi éveillée, elle serrait un bras autour d’elle, poussant une sorte de « Hmmww. »  alors que la tête de Clarke se frottait à sa mâchoire. Son bras se serra d’avantage autour du corps de la blonde. «  Je n’arrive plus à dormir. »  Et elle ouvrit finalement totalement les yeux, chassant les rémanences du sommeil qui s’insinuaient à l’interieur de ses iris d’argent.   Elle aurait dormi d’avantage probablement Lexa, elle ne profitait pas spécialement du sommeil, mais les nuits avec Clarke, la reposaient d’avantage que toutes ces nuits hantées de cauchemars. Il y’en avait toujours. Il y’en aurait toujours. Il y’avait les mots que lui murmuraient les commandeurs avant elle. Il y’avait autres choses, aux quelles elle préférait éviter de penser maintenant que l’eveil était la. Elle secoua vainement la tête, à peine. Et elle alla chercher le front de Clarke de ses lèvres. «  Sha. »  Et clairement, elle attendait la suite. L’explication des raisons de cet état d’eveil chez la Blonde, alors que les étoiles étaient toujours très hautes dans le ciel, et que les rayons du Soleil étaient encore  bien loin de venir les nimber de leur cruelle chaleur.

Il y’eut le silence, longuement, et Lexa si elle avait une once d’inquietude en elle, profitait tout de même de la tendresse que lui offrait sa compagne. Su les gestes de Clarke étaient lents, les siens l’étaient encore d’avantage. Et la fille qui commandait aux douzes clans, aurait pu tomber dans le sommeil à nouveau, dans cette confiance et cette tendresse qui la berçait. Elle ne le ferait pas. Elle se maintenait éveillée, suspendu au silence de Clarke, attendant – elle attendrait toujours, ne forcerait jamais – et finalement vint une réponse, tandis que la blonde se relevait un peu.   «  J’ai envie de errer. »  La main de  Lexa – qui s’était perdue, a nouveau (elle s’y perdait toujours) dans les cheveux de Clarke – retomba sur le lit, et un sourire se glissa sur les lèvres du commandeur. «  De Errer ? »  Et elle ne comprenait pas trop. Où pouvait elle errer ? Dans l’Arche ? N’y’avait il pas des gardes qui se poseraient des questions ?  Bien sur, Lexa avait l’habitude elle, de parcourir les couloirs de la tour de Polis quand elle n’arrivait pas à dormir, mais elle était chez elle. C’était…   « M’accompagneras-tu ? »  Et elle n’avait pas besoin de répondre peut être, tant la réponse du se lire dans ses yeux. Tant elle était prévisible. «  J’en serais ravie. »  Et déjà un sourire se frayait un chemin sur les lèvres de Lexa qui se redressait un peu dans ce lit, repoussant la peau d’ours, et venant chercher les lèvres de Clarke pour un très doux et très fugace baiser.  

«  Puis-je compter sur toi pour me faire visiter des endroits secrets de l’Arche ? »   Et pour une fois,  - une fois de plus  - elle ne sentait pas vraiment commandeur, elle se sentait comme une fille bien plus jeune, peut être plus insouciante.  Non, elle ne prendrait pas sa cape, cette nuit, et comme souvent avec Clarke, elle n’était que Lexa, une fille amoureuse.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Sam 30 Avr - 13:54

Clarke aurait pu rester là des heures durant, dans les bras de Lexa, à profiter de la simple présence de son amante, les simples contacts sur sa peau, dans ses cheveux, contre son corps. Bien entendu, elle avait d’autres projets, sinon aurait-elle réveillé sa niron d’une manière beaucoup moins sage. Lexa ne lui dirait pas non, pas pour ces caprices innocents, qui ne feraient de mal à personne. Déjà, les mouvements de la brune suivaient la même dynamique que ceux de Clarke et après un « J’en serais ravie. » elle sourit également. Il y eut un baiser, qu’elle ne laissa pas le temps de lui échapper, se penchant un peu plus sur les lèvres de Lexa pour l’approfondir, l’espace de quelques instants volés, rien que pour elles. Puis, le froid retrouva sa place, alors que les couvertures étaient repoussées et qu’elle retint un frisson, Clarke, se blottissant l’espace que quelques secondes contre la principale source de chaleur – Lexa. « Puis-je compter sur toi pour me faire visiter des endroits secrets de l’Arche ? » Elle eut un sourire, Clarke, qu’elle offrit contre les lèvres de sa partenaire, avant d’acquiescer d’un mouvement unique de la tête.

Comme si elle avait pris le courage dont elle avait besoin, elle se déplaça jusqu’au bord du lit où elle enfila ses chaussures. « Je te rappelle que tu as devant toi l’un des jeunes criminel de l’Arche. » Ce fut dit avec tellement de légèreté, loin de la colère qui l’avait animée lors de leur conversation à la sortie du conseil, trois jours auparavant. « Bien entendu que je connais quelques endroits secrets. » Ca ne serait pas réellement errer, mais Clarke pourrait toujours s’arranger pour déambuler un peu, avant de trouver des points de repères et montrer des endroits qui avaient une signification particulière pour un nombre. Oh, elle ne faisait pas partie des grands bandits comme Whisky ou Jasper, mais elle avait connaissance de nombreux endroits. Après tout, Clarke n’était pas réellement la fille sage que sa mère lui pensait être.

Elle finit de lacer ses lourdes chaussures et sans un dernier regard pour le lit (qui lui aurait très certainement fait regretter ses besoins de balade nocturne), elle se leva, étirant un peu ses jambes, tout en cherchant à réchauffer ses muscles. Les nuits étaient de plus en plus froides et, si l’Arche était capable de maintenir des centaines d’individus au chaud malgré le froid de l’espace, elle supposait qu’une grande partie des annexes ne seraient plus réchauffées. A cet effet, elle attrapa une fine couverture de laine, qu’elle enroula autour de son cou en quelques tours, avant de retrouver Lexa du regard, où il n’y avait que l’amour et la mince excitation d’errer à deux. « Prête ? » Et elle tendit sa main, attenant que sa niron la saisisse.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Sam 30 Avr - 19:39

Tant qu’il ne s’agissait que d’elle, et pas de quelque chose qui mettrait son peuple en danger, Lexa ne dirait jamais non à Clarke. Elle passait avant le reste, après son peuple certes, il serait toujours le plus important aux yeux d’Heda, mais avant tout le reste, pour Lexa.  Le sommeil n’était qu’accessoire, et profiter de ce temps qui s’offraient à elle pour rester ensemble et parcourir l’Arche – même de nuit, surtout de nuit -  lui semblait une bonne chose. Ca rendrait Clarke heureuse. Ca la rendrait heureuse elle aussi. Alors elle serra un peu le corps frileux qui se rapprocha d’elle, et elle plaisanta d’un baiser.

«  Je te rappelle que tu as devant toi l’un des jeunes criminel de l’Arche. »  il y’avait probablement de l’humour,  c’était different à entendre. Ca lui plaisait. Et déjà elle attrapait son pantalon et ses chaussures, qu’elle enfilait rapidement, avant de se lever. Elle ne mettrait ni cape, ni tatouages, elle n’était pas Heda, elle ne serait pas Heda. Elle était Lexa et elle le resterait. « Bien entendu que je connais quelques endroits secrets. »  Et il y’eut un sourire sur les lèvres du commandeur qui revint vers Clarke pour un très rapide baiser.  «  Alors qu’attendons nous ? »  Et déjà elle était prête, se saisissant tout de même d’un poignard à défaut de prendre son épée. Ce n’était pas qu’elle ne soit pas en confiance, mais elle restait le commandeur, même quand elle ne songeait pas à l’être, et une attaque était si vite arrivée. Un ami d’une victime de guerre qui n’aurait pas comprit la paix. Toutes ces choses que Lexa ne connaissait que trop. Son poignard était bien à sa ceinture. Elle était prête oui. Et si elle avait été trop rapide, elle laissa son regard se perdre quelques instants sur Clarke, qui s’entourait dans une couverture. Attendrie, elle laissa son regard s’adoucir. C’était mignon. Vraiment.  Et elle se dirigeant vers la chaise ou reposait son manteau favori.  Elle ne craignait pas spécialement le froid, mais c’était une habitude, plus qu’autre chose. Et elle se mit finalement à marcher vers Clarke, attrapant la main qui se tendit.

«  Je suis prête. »  Et prête elle l’était toujours, pour découvrir de nouveaux horizons, et passer du temps avec sa niron. C’était intense finalement ce sentiment qui battait en elle pour le moment. Elle allait non seulement passer dans des zones de l’Arche pour en apprendre d’avantage sur ce peuple venu du ciel qui la fascinait tant, et elle allait rester avec Clarke, loin des yeux du monde qui voulait les séparer. Alors ça serait risqué peut être – tout l’était toujours – mais c’était une si belle occasion, qu’il était hors de question qu’elle ne décide de la gâcher. La prudence serait de mise, mais Lexa faisait confiance à Clarke. Totalement. «  Je te suis. »  Et elle la suivrait. Elle obéirait aux directions sur la route, et elle ne lâcherait cette main qu’elle tenait avec tendresse que si cela serait nécessaire. La nuit était à elles. Elle en profiterait. « Fais moi découvrir ce qui était ton monde. » 

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Sam 30 Avr - 20:10

Ce n’était pas que de la dévotion, Clarke le voyait. Elle pouvait faire la différence, oui, entre Lexa qui la suivait pour lui faire plaisir et Lexa qui la suivait pour son propre plaisir. Il y avait cet entrain qui fit sourire Clarke, le nez enfuit dans son écharpe improvisée. Ce serait une excursion particulière, ainsi, en plein milieu de la nuit, dans une Arche qui avait fini de tourner dans l’espace pour finir par tourner grâce à la terre. La compagnie de Lexa rendait tout ceci bien particulier, aussi. Clarke dans sa jeunesse, et dans ses moments rebelles, avait déjà fait ça, vadrouiller dans les couloirs de l’Arche pour se rendre dans des lieux diverses… et quelque peu prohibé certainement. Ici, ça serait différent. Ca serait comme chasser des fantômes du passé. Se rappeler ce qu’il en était, pour pouvoir profiter encore mieux cette vie sur terre.

Et la main de Lexa trouva la sienne, et Clarke entrelaça ses doigts frais avec ceux de sa niron. Elle ajusta un peu les pans de son écharpe, se préparant mentalement à braver le froid de l’extérieur. « Fais moi découvrir ce qui était ton monde. » Elle échappa un petit rire, Clarke, la modestie prête à jaillir. « Ca n’a rien d’exceptionnel, tu sais. » Surtout, maintenant, tout n’était plus qu’un tas de métal peu utile. Ceux qui résidaient au Camp Jaha travaillaient inlassablement pour rendre l’endroit plus habitable, plus confortable, démontant ce qui avait été leur prison pendant presque un centenaire, pour en faire une maison que tous apprécierait. Peut-être que cette expédition en plein milieu de la nuit serait la dernière chance, pour Clarke, d’admirer l’Arche dans un état qui s’approchait de ce qui avait été.

Soit, ce n’était pas tellement le temps pour la philosophie et Clarke sortit, en compagnie de Lexa. Comme prévu, elle frissonna face à l’air glacial et ses pas furent un peu plus pressés, tandis qu’elle se rendait jusque la première entrée qu’elle connaissait, se glissant à l’intérieur, s’assurant que les portes se fermaient bien derrière elle. Elle observa les lieux, quelques secondes durant, se remémorant le nouvel agencement du Camp, avant de hocher la tête pour elle-même. « Juste. Une seconde. » Bon, cela prit plus longtemps que nécessaire, tandis qu’elle abandonnait la main de Lexa, pour se rendre dans la première pièce, à côté de l’entrée. Elle observa un instant le post de control de fortune, farfouillant après des lampes torches. Clarke pouvait se mouvoir sans problème dans les entrailles de la station spatiale tombée. Pour le moment, ça n’aurait pas été un problème pour la femme qui l’accompagnait, puisque de faibles lumières illuminaient les couloirs utilisés. Mais dès le moment où elles s’éloigneraient du chemin principal, Clarke était incapable de déterminer quel serait l’était de l’éclairage là-bas.

Une fois les objets cherchés en sa possession, plus ajoutant une radio, par soucis éventuel de ne pas se faire prendre par une des rares patrouille qui passait de nuit, elle retrouva Lexa. « Bien, si Heda veut bien me suivre. » Il y eut un sourire, sur les lèvres, avant de retrouver les doigts de son amante et de se remettre à marcher. Ou plus particulièrement, à errer. Clarke ne savait pas où elles allaient, mais ce dont elle était sûre, c’est qu’elle ne serait jamais perdue. Pas ici. Pas en compagnie de Lexa.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Dim 1 Mai - 12:25

C’aurait été mentir que de dire que l’idée de Clarke n’avait pas totalement emballée Lexa. Elle était curieuse non seulement d’en apprendre plus sur l’Arche, sur ce qui se cachait dans ces murs, mais également sur Clarke. Oh bien sur ça ne serait pas comme visiter l’Arche quand elle volait encore – et diable, Lexa aurait tellement aimé savoir ce que c’était la vie dans le ciel, elle était si curieuse de tout, si prête à vouloir tout savoir – non, mais ça serait déjà ça, et ça serait le plus proche qu’elle pourrait être de la civilisation des skaikru. De plus, y allait de nuit pour une visite non officielle, donnait une espèce de charme supplémentaire à la situation. Oh bien sur, elle ne doutait pas que Titus aurait probablement froncé les sourcils, et ridé d’avantage son crane chauve, à la perspective que la grande Heda erre dans les débris d’un vaisseau spatial un peu comme une rodeuse, ou une délinquante. Mais vraiment, elle ne faisait rien de mal non ? Quoi qu’il en soit, oui, elle était franchement emballée, même si Clarke faisait preuve de modestie, et qu’elle niait ceci, elle, d’un mouvement de tête. « Pour moi ça l’est. Autant que Polis peut l’être pour toi. » Et c’était vrai n’est ce pas ? Cette passion de la découverte, du nouveau, de ce qui était different, était un peu partagée peut être ?

Elles sortirent, et Lexa emboita le pas de sa niron, jusqu'à une première porte qui se ferma derrière elle, laissant les étoiles dans le passé de quelques minutes. C’était toujours étrange pour Lexa, ces portes automatiques, ces couloirs, et quand Clarke lâcha sa main, le commandeur en profita pour toucher les murs de métal froid. C’était different. Dénué de vie peut être. Et elle posait son regard sur toutes les aspérités du métal, sur les inscriptions sur les murs, sur les portes aussi. Elle était fascinée, et elle pouvait enfin regarder comme elle ne l’avait jamais fait auparavant, quand elle était passée en visite officielle, avec une suite et des gens qui la regardaient elle. Ca dura quelques minutes peut être, elle entendait des bruits en provenance de la salle où était partie Clarke, et elle se doutait que la jeune femme farfouillait quelque part, pour récupérer quelque chose. Elle ne savait pas quoi. Elle aurait la réponse dans quelques minutes de toute façon. Et enfin, au terme de longues minutes, durant les quelles Lexa se questionnait sur l’eclairage faible mais automatique lui aussi, Clarke revint à ses cotés. « Bien, si Heda veut bien me suivre. » Elle hocha la tête, doucement, et serra à nouveau la main qui touchait la sienne. C’était doux cette tendresse, ce simple geste, qu’elles se permettaient dans l’obscurité et la solitude.

« Lexa te suit avec plaisir. » Et il y’eut un jeu dans sa formulation tandis qu’elle souriait dans la pénombre. C’était agréable. Plaisant. Elle marcha quelques instants à la suite de la blonde, et finit par rompre le silence à nouveau. « Où allons nous ? Y’a t’il un endroit dans ta tête, ou déambulons nous simplement ? » Les deux lui allaient. Clairement, les deux lui allaient. Tous les endroits où elle serait amenée à n’être qu’avec Clarke, seraient des endroits luxueux à ses yeux. Et elle se risqua d’ailleurs à une autre question. « Ne risquons nous pas de croiser des gardes ? »



_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Eliza Taylor
Bravoure :
2124
avatar
100
100
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Dim 1 Mai - 13:46

Est-ce que Clarke observait Polis avec la même ferveur que Lexa découvrait l’Arche ? Probablement. Elle ne se moquerait pas, car ce n’était pas matière à rire, que d’être fasciner devant la découverte d’une autre civilisation. Ainsi, quand elle revint avec les deux lampes de poches, elle ne put retenir un mince sourire, qu’elle cacha dans les pans de son écharpe. Elle comprenait, oui, l’appel du nouveau, du différent. Assurément, sa visite guidée serait moins entrainante que celle de Lexa avait fait dans sa capitale ; une grande partie des souvenirs de Clarke, liés à l’Arche, n’avaient rien de joyeux, comme leur conversation à la suite du conseil de guerre l’avait prouvé. Pour elle, ses successions de couloirs n’évoquaient que si peu sa famille, son enfance. Elle y voyait le besoin de survie et le froid de l’espace. Mais en même temps, oui, elle ne pouvait enlever ce sentiment particulier, de marcher en terrain connu, de se retrouver là où elle avait appartenu pendant seize années. Là où elle n’appartenait désormais plus. « Lexa te suit avec plaisir. » Oui, Clarke avait trouvé sa place ailleurs, et ce n’était pas en un lieu.

Elle referma ses doigts sur ceux de Lexa, lui tendant une lampe de poche. « Au cas où il n’y ait plus de lumière, là où on va. » Et elle lui expliqua très brièvement le fonctionnement, lui montrant le bouton, et après une brève démonstration, Clarke initia la marche. « Où allons nous ? Y’a t’il un endroit dans ta tête, ou déambulons nous simplement ? » Elle sourit un peu, la blonde, alors qu’elle jetait un coup d’œil vers sa niron. « Je t’ai dis, nous errons. » Ses projets n’avaient pas changés. « Nous verrons où nos pas nous mène. » Car il n’y avait pas vraiment de danger à le faire dans les entrailles de l’Arche. Il n’y avait pas de bête sauvage qui surgirait ou des individus hostiles aux intentions pas si nobles. Ici, il y avait une sécurité particulière. « Ne risquons nous pas de croiser des gardes ? » Clarke bougea la tête de gauche à droite, tandis qu’elle envisageait la possibilité. Dans l’espace, elle aurait su exactement où les gardes se trouveraient. Ils avaient le don de pratiquer toujours les mêmes chemins lors des patrouilles. Ici, s’ils y en avaient, ils devraient très certainement se trouver aux grillages qui protégeaient l’Arche. « C’est peu probable. » Elle haussa les épaules, par jeu. « Si jamais ça arrive, ils ne diront pas grand-chose. Ils ne prendront pas vraiment la peine de nous enfermer. » Et elle n’arrivait pas à faire taire ce petit sentiment de défi. Après tout, Clarke restait une délinquante dans l’âme.

Elle savait, surtout, que ça n’arriverait pas. La radio était là pour ça. Juste au cas où, bien entendu. Puis, qui s’aventuraient dans les lieux totalement oubliés de l’Arche. Elles tournèrent à droite à l’un des moments et Clarke fit signe à Lexa de rester silencieuse. « Ce sont les zones résidentielles. » Il serait dommage de réveiller les esprits assoupis. Et retrouvant des réflexes qui dataient d’une vie oubliée, Clarke marcha de la manière la plus légère possible, sans éveiller les archéens qui ne se doutaient de rien.

_________________
I remain
Do not fear for me, I have no fear myself. If my soul is lost to me, something yet remains. I remain. • sheepirl.

On devient ce que l'on mange

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mon avatar c'est :
Alycia Debnam-Carey
Bravoure :
2233
avatar
Grounder ; Heda
Grounder ; Heda
MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    Dim 1 Mai - 21:43

Lexa était exaltée, et c’est avec un sourire franc – et qui la faisait paraître beaucoup plus jeune, tellement plus jeune – sur le visage, qu’elle regarda l’objet que Clarke lui tendait. Ca ressemblait un peu au stick que Wick lui avait tendu des jours plus tot. Et ça faisait également de la lumi !re, mais elle supposait que celui ci ne faisait pas d’ultrasons ou de choses du genre. Elle le regarda, longuement, regarda la démonstration aussi, et joua quelques secondes avec le clip clap qui allumait ou éteignait la torche.  Puis elle hocha la tête, montrant à Clarke qu’elle avait comprit, et garda l’objet dans sa main libre en suivant la blonde qui l’entrainait dans les profondeurs de la carcasse métallique, le bâtiment central de Camps Jaha. Bien sur, il y’avait ce pragmatisme en Lexa, cette manie de tout prévoir, qui la poussait à demander si Clarke avait un plan, si Clarke savait où elles allaient, ce qu’elles allaient y faire. «  Je te l’ai dis, nous errons.  Nous verrons où nos pas nous mènent. »    Et c’était l’exaltation de l’aventure. C’était le renouveau, la découverte. C’était beau pour Lexa, et un rien angoissant à la fois. Oh, elle n’avait pas peur de sortir des sentiers battus, bien sur que non, elle était visioniaire, ouverte aux nouvelles expériences. Elle s’inquietait juste un peu, de ce territoire qui ne lui appartenait pas,  où elle n’avait aucune emprise.

Elle hocha la tête, silencieuse, et s’enquerit des gardes quelques minutes plus tard. C’était une inconnue, qu’elle voulait prendre en compte. Et une fois de plus Clarke semblait sure d’elle. «   Ils ne prendront pas vraiment la peine de nous enfermer. »  Il y’avait beaucoup qu’elle aurait pu dire Lexa.  Et enfermer la commandeur des grounders serait la dernière chose à faire, si les skaikru voulaient voir le lendemain, mais c’était surtout le terme, la façon de parler de Clarke, qui la fit réagir.  Enfermer. Elle avait cru comprendre que c’était quelque chose qui arrivait sur l’Arche, qui était arrivée à Clarke, pendant des mois et des mois, et elle serra la main un peu plus fort. «  Personne ne nous enfermera de toutes les manières. »  C’était dit, assuré, et c’était une promesse, tandis que ses doigts caressaient ceux de la blonde, qu’ils frôlaient. C’était un serment peut être, une assurance qu’elle protegerait Clarke de tout, y comprit de son passé, y comprit de ses démons. Tant qu’elle pouvait le faire. Tant qu’il était en son pouvoir de le faire.

Le silence resta quelques instants après ça, jusqu'à ce qu’au terme d’un tournant, Clarke lui fasse signe de faire silence.  « Ce sont les zones résidentielles. »   Elle hocha la tête. Et son pas ralenti, plus léger, tel un félin agile se déplaçant en territoire de chasse. Elle avait l’habitude, l’agilité était l’une de ses capacités principales quand elle combattait, et elle était heureuse de ne pas avoir pris sa spallière qui faisait bien trop de bruit. «  Bien. C’était donc par ici que vous dormiez, tous ? »  C’était murmuré très bas. Elle était curieuse d’en savoir plus, il ne semblait pas y’avoir assez de porte pour tout le monde en tout cas.

_________________
life is more than just surviving
If my soul could revive from my carnal remains what does it matter to me. If it all fades to black i I’m born once again then no-one really is free

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: clarke | what's tomorow without you    

Revenir en haut Aller en bas
 
clarke | what's tomorow without you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Eliot Kit Madden ► Emilia Clarke
» ELLY HEMINGWAY ► Emilia Clarke
» SAVANNAH CLEO HEMINGWAY ► Emilia Clarke
» Emilia Clarke avatars 200x320 pixels
» Milo Ventimiglia et Emilia Clarke Crackships

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Red Sands :: ZONE RP  :: L'Est :: Camp Jaha-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: